Ino-Head Gargoyle

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9223
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Ino-Head Gargoyle

Message non lu par Koiwai » 30 sept. 2015, 08:49

Image

La fiche sur le site


Tome 1 :

En cette rentrée 2015, l'un des plus emblématiques auteur de Pika Edition fait son retour : Tôru Fujisawa, via une triple actualité dont la première se nomme Ino-Head Gargoyle, série qui offre enfin le premier rôle à l'un des meilleurs personnages de l'univers GTO : Saejima !

De délinquant déjanté, brutal et fort dans Young GTO, Saejima était devenu dans GTO un rôle secondaire, un flic corrompu jusqu'à la moelle qui, de temps à autre, venait en aide à Onizuka de façon rarement louable. C'est dans ce rôle de flic qu'on le retrouve ici, et il n'a pas vraiment changé. Celui qui était surnommé dans ses jeunes années le "Chien enragé de Kamakura" possède toujours sa tête de gargouille qui repousse toutes les filles, ainsi que son goût pour les prostituées moches (de toute façon, il ne peut rien se payer de mieux), son parler très fleuri, et sa tendance à vite s'emporter et à se faire avoir, notamment quand il y a dans les parages son collègue, un beau gosse fils à papa qui ne cesse de lui donner des leçons en matière de filles, puisque lui les fait toutes tomber comme de mouches !

Bref, vous voyez quel genre de gars est Saejima ? Pervers, agressif, effrayant, corrompu... Vous pensez vraiment qu'il n'est que comme ça ? Dans ce cas, vous ne le connaissez pas totalement ! Car derrière ses allures, Saejima est un coeur tendre, qui cherche désespérément le grand amour (ou, au moins, qui cherche à coucher gratuitement, ça c'est sûr) ! Il rêve de tomber sur LA jolie fille qui ne sera pas effrayée par lui... et celle-ci semble enfin apparaître devant lui en la personne de Shizuka, une jeune femme dont la beauté n'a d'égale que le voile de mystère... Car si Shizuka se rapproche de Saejima, ce n'est eut-être pas innocent. Que cache-t-elle ?

On vous laisse découvrir ça dans un premier tome qui, dès les premières pages, donne clairement le ton : préparez-vous à une lecture qui ne fera certainement pas dans le bon goût, et encore moins dans la dentelle. Après tout, on est dans un manga de Tôru Fujisawa, et l'auteur assume pleinement les choses.
Toutefois, il faudra clairement passer outre certains points. Loin d'être connu pour sa finesse, notamment au niveau des femmes qu'il croque, le mangaka passe ici encore un cap dans la vision de la gente féminine qu'il offre, entre les pauvres filles moches reléguées au rang de prostituées-aliens par un héros qui leur montre peu de respect, les jolies nanas qui tombent hyper facilement dans les bras du beau gosse Okita comme autant de filles faciles, où Shizuka qui est si subtilement surnommée "la femme aux mille encoches". Bref.
Mais une fois cela passé, tout fan de l'auteur devrait se prendre facilement au jeu de ce divertissement régressif à souhait, où Saejima, dans sa volonté de sauver Shizuka des dangers qui la guettent, ne va cesser de tomber de mal en pis et de se mettre dans des situations aussi dangereuses qu'improbables... sans jamais laisser tomber. Cela vous rappelle un autre héros de l'auteur ? C'est tout à fait normal ! Car Saejima a clairement plus d'un point commun avec Eikichi Onizuka : une certaine idiotie, un caractère pervers et un parler vulgaire qui le rendent parfois irritant ou antipathique, un côté gaffeur et "coeur tendre" qui le rend plus humain, et une détermination qui le pousse à toujours foncer tête baissée face au danger, ce qui lui confère à plus d'une reprise un charisme insoupçonné. Et quand on voit dans quelle situation il se met dans ce premier tome, on est très curieux de lire la suite !

Alors que, dès qu'il sort de l'univers GTO, Tôru Fujisawa transforme quasiment tout ce qu'il touche en croûte souvent inachevée, il parvient encore à offrir du divertissement efficace dès qu'il revient à son univers-phare. Ici, pour passer un bon moment sur cette lecture qui ne vole clairement pas haut mais qui est capable d'être assez jouissive dans son genre, les seules conditions sont d'adhérer à la fameuse "patte Fujisawa" adulée ou détestée, bien sûr, mais aussi d'accrocher au style un peu plus explicite que sur GTO (la série a été pré-publiée dans le Young Magazine, magazine orienté seinen, donc le mangaka peut se lâcher un peu plus).
Au Japon et sur la couverture française, Ino-head Gargoyle est indiqué comme terminé en cinq volumes. Espérons que ce soit réellement le cas, et que nous n'avons pas ici un énième série inachevée.

A part ça, comme toujours sur les séries dont il attend beaucoup, l'éditeur Pika nous offre un papier assez épais et souple, agréable à prendre en main. Le travail sur les choix de police et sur le sous-titrage des onomatopées est très correct, la traduction fleurie est bien dans le ton, le synopsis en quatrième de couverture annonce bien la couleur... Bref, il n'y a pas grand chose à reprocher.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9223
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Ino-Head Gargoyle

Message non lu par Koiwai » 03 mars 2016, 16:45

Tome 2 :

Toshiyuki Saejima, le flic dont on dit qu'il n'a jamais couché sans payer, est tombé raide dingue de la belle Shizuka, qu'il a décidé d'aider dans sa quête vengeresse visant son ex petit ami Ren, petit mafieux qui l'a forcée à se prostituer. Mais très vite, l'affaire prend des proportions complètement folles, encore plus quand Shizuka s'enfuit dans un déluge d'explosions en ayant embarqué avec elle une valise d'argent appartenant au Teiryû, l'une des plus importantes organisations criminelles du Japon ! Alors qu'elle tente de fuir, la jeune femme est désormais poursuivie non seulement par Ren, mais également par la bande de nettoyeurs du Teiryû emmenée par le colosse Inokuma... Saejima parviendra-t-il à sauver sa belle ?

Réponse dans un deuxième tome qui file à cent à l'heure, porté par les explosions et les coups de théâtre typiques de Tôru Fujisawa, où l'aspect too much se mêle à bon nombre de facilités. Et le résultat, malgré toutes ses limites scénaristiques, est franchement divertissement dans la tournure que prennent les choses. Une tournure où le mangaka profite surtout de son scénario très minime pour amener une dernière ligne droite humoristique, où le pauvre Saejima n'a décidément pas fini d'en baver dans sa quête d'amour !

Mais il faut bien avouer qu'on attendait un peu plus de tout cela. Finalement, l'affaire Shizuka s'achève rapidement, et l'histoire principale dans ce tome se referme sur un retour à la dure réalité où l'auteur délivre quelques notes d'humour graveleuse sans que l'on sache vraiment ce qui nous attend par la suite. Ino-Head Gargoyle donne l'impression qu'il aurait presque pu déjà s'achever avec se second tome, espérons donc que Tôru Fujisawa trouvera suffisamment de ressources pour proposer une suite efficace... et, espérons-le, un peu plus ambitieuse.

Pour le reste, le volume est amputé après 140 pages pour laisser place à deux chapitres hors-série assez lourdingues et sans grand intérêt.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9223
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Ino-Head Gargoyle

Message non lu par Koiwai » 25 mars 2016, 12:03

Tome 3 :

L'un est un flic ripou comme pas deux, l'autre est un prof aux méthodes tout sauf conventionnelles, et tous les deux ont pour point commun d'être pervers et complètement à la rue en matière de relations avec les femmes. Alors quand ils tombent tous les deux sous le charme de la même hôtesse qu'ils sont bien décidés à emballer, ça fait forcément des étincelles ! Saejima, le "Chien enragé de Kamakura", et le "Great Teacher" Onizuka, mais de longue date, sont cette fois-ci décidés à se mettre sur la face pour ce qui est leur première baston depuis leur entrée dans le monde adulte ! C'est ce que nous propose le premier chapitre de ce tome, un hors-série qui s'avère prévisible mais très amusant dans le caractère de furyo qui revient au galop chez ces deux "rivaux" qui restent avant tout potes, et qui seront à nouveau unis dans une énième désillusion amoureuse. En somme, après le premier arc de la série qui se bouclait à la fin du deuxième volume, voici un petit amuse-bouche fort sympathique, avant que les chose sérieuses ne reprennent avec le début d'une nouvelle grande partie.

On retrouve alors ce cher Saejima qui a repris ses habituelles activités de flic pourri et planqué, entre ses matages de lycéennes sous la complicité de son collègue Okita, ses vidéos X illégales, ses moments intimes avec sa prostituée à tête d'alien, et autres plans foireux... Les habitudes douteuses se poursuivent, sous la protection du piston paternel d'Okita. Mais ce "bonheur" est voué à disparaître, le jour où arrive à Inokashira un nouveau commissaire de police, une brute qui semble bien décidé à remettre notre héros dans le droit chemin, quitte à utiliser tous les moyens... Et même si Saejima prend conscience qu'il connaît bien ce gaillard, il n'est certainement pas enclin à le laisser briser son quotidien de flic planqué. A moins qu'une vieille connaissance, une amitié vieille de l'époque de sa jeunesse, ne fasse son grand retour et ne réveille réellement le chien enragé...

Ce troisième volume est un coup de tonnerre pour Saejima, qui voit son quotidien, peu glorieux mais auquel il est attaché grandement, mis en péril par un nouveau commissaire qu'il connaît bien. Dans les faits, cela tourne surtout à la rigolade pour le lecteur, tant Tôru Fujisawa enchaîne les situations délirantes, que ce soit via ses notes d'humour graveleux très présentes ou sa façon de malmener non seulement son héros, mais aussi Okita et son paternel par exemple. Et alors que cette déferlante d'humour rarement de bon goût aurait pu vite lasser, il n'en est rien, car le mangaka parvient peu à peu, en arrière-plan, à distiller des éléments mettant en place une nouvelle intrigue qui, peut-être, permettra réellement à Saejima d'évoluer. Car en plus de l'arrivée du commissaire qui l'oblige à changer ses habitudes et son cadre de vie, Saejima va voir réapparaître devant lui son ami de toujours, une vieille figure que les lecteurs de Young GTO seront sans doute heureux de retrouver, et pour lequel Saejima va devoir prouver qu'il n'est pas devenu un chien sans crocs...

Servi par le trait de Fujisawa qui reste très efficace dans ses gags, dans ses décors immersifs et dans l'expressivité précise de ses personnages, le résultat s'avère particulièrement plaisant, car tandis qu'une bonne petite intrigue se met en place autour d'un cartel de drogue, l'impression de voir renaître Saejima en tant que chien enragé est un régal. Son aspect fonceur et teigneux, la renaissance d'une solide amitié du passé, sans oublier les références à Young GTO avec ces retours de certains personnages et l'ambiance de gangs qui réapparaît, sont autant d'éléments qui devraient faire plaisir à nombre de lecteurs. Voici donc un volume qui relance efficacement la machine... Pourvu que ça dure !
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Répondre