Gokicha

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9760
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Gokicha

Message non lu par Koiwai » 27 oct. 2015, 15:51

Image

La fiche sur le site


Tome 1 :

Après les héroïnes de minuscule, la nouvelle petite frimousse venant s'installer aux éditions Komikku se nomme Gokicha, et elle a pour particularité d'être... un cafard ?! Mais attention, pas n'importe quel cafard ! Désireuse de devenir aussi populaire qu'un scarabée-rhinocéros et de se faire des amis humains, la petite créature décide de quitter Tôkyô où ce rêve est impossible, pour partir se faire une nouvelle vie à Hokkaidô où, paraît-il, il n'y a pas de cafard. C'est cette nouvelle vie que l'auteur Rui Tamachi nous invite à découvrir au fil de 120 pages adoptant le format peu courant chez nous du yonkoma, ces strips en 4 cases se lisant à la verticale et que l'on a pu observer sur Azumanga Daioh ou K-on! par exemple.

Ce format en 4 cases est souvent excellent pour instaurer une ambiance de tranche de vie, de quotidien où s'immisce l'humour le plus simplement du monde et c'est exactement ce que l'on trouve ici. Au fil des pages, nous suivons Gokicha dans sa nouvelle vie, où elle ne cesse de mettre toute sa bonne volonté pour se faire des amis, venir en aide à ses nouvelles rencontres, se retenir de retomber dans ses travers comme le goût des cafards pour la saleté... Elle fait absolument tout pour plaire aux humains (et pas seulement eux, finalement), pour se rapprocher d'eux... et elle le fait sans arrière-pensée, toujours avec la même bonté authentique confinant très souvent à une sorte de naïveté. Mais le problème, c'est que ses efforts ne sont jamais récompensés ! En effet, comment les grands humains pourraient-ils comprendre les bonnes intentions d'un cafard ? La pauvre Gokicha se voit donc très souvent malmenée, que ce soit quand on l'asperge d'insecticide ou quand on tente de l'écraser... Et si seulement c'était là les seules menaces, car il lui faut aussi compter sur les chats ou les oiseaux qui tentent de la manger, sur les aléas du climat comme cette pluie torrentielle qui l'emporte... Et plus d'une fois, la pauvre bête candide frôle la mort d'elle-même sans même s'en rendre compte, par exemple en ramassant des produits mortels pour elle ou en retournant voir des humains qu'elle pense être ses sauveurs alors qu'ils ont voulu la tuer.

Totalement malchanceuse, Gokicha est une sorte de Caliméro. Mais l'infinie naïveté, la bonté et la bonne volonté de cette petite blatte la rendent instantanément attachante. Elle est certes amusante dans ses malheurs, mais elle a également quelque chose d'assez pathétique : elle est tellement adorable dans son comportement qu'on la prend facilement en pitié, qu'on est triste de la voir se faire autant malmener, et qu'on ne peut que lui souhaiter, à force d'insistance et de courage, de parvenir enfin à son rêve ! Mais le chemin risque d'être très long...

Simple, le dessin de Rui Tamachi est pleinement au service du récit. Le design de Gokicha, avec ces longs cheveux noirs évoquant une carapace et ces deux épis rappelant des antennes, a bien quelque chose du cafard, mais l'auteur humanise pleinement son héroïne en en faisant une sorte de petite fille totalement mignonne et dotée d'une palette d'expressions gentilles et candides joliment variée. En fond, les décors clairs et précis sont présents quand il le faut pour appuyer une ambiance de tranche de vie presque poétique.

Presque plus attendrissant et touchant que drôle, Gokicha est une petite lecture agréable dont l'adorable héroïne a tout pour faire craquer.

Pour toucher plus facilement un jeune public, les éditions Komikku ont fait le choix du sens de lecture français. Un choix qui pourra diviser certains lecteurs mais qui se justifie très facilement, qui n'est finalement pas du tout dérangeant sur un format yonkoma, et qui a déjà été observé avec succès sur des titres comme Pan'pan Panda, Roji! ou Chi. Le format lui-même est d'ailleurs dans la même veine que les titres cités.
Les 8 premières pages sont plaisantes autant pour leurs couleurs que pour les petites flèches présentes en haut de page qui expliquent facilement aux plus jeunes la façon dont il faut livre le livre. Le papier est souple, la traduction convaincante... Rien ne vient entacher la lecture.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9760
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Gokicha

Message non lu par Koiwai » 07 janv. 2016, 22:24

Tome 2 :

Gokicha, l'adorable cafard humanisé sous les traits d'une minuscule et candide jeune fille, est partie pour Hokkaidô, une île où il n'y aurait sois-disant pas de cafards, dans l'espoir de lier amitié avec les humains et de devenir aussi populaire qu'un scarabée-rhinocéros. Mais quand on est né cafard, même avec toute la bonne volonté du monde, rien n'est facile ! Entre les humains qui se demandent ce qu'elle est et préfèrent tenter de la tuer, les chats et les oiseaux qui veulent la manger, et bon nombre d'autres dangers, sa vie ne tient souvent qu'à un fil, parfois sans qu'elle s'en aperçoive...

Dans ce deuxième volume, la petite blatte connaît donc encore bon nombre d'aventures. Elle découvre certaines joies de la vie humaine comme les anniversaires, les feux d'artifice ou les fleurs, mais c'est très souvent à ses risques et périls. Et quand elle cherche à voler du haut d'un toit ou qu'elle se retrouve enfermée dans une bouteille, elle semble plus que jamais en danger... Et pourtant, pas question pour elle de se laisser démoraliser ! Elle a beau être repoussée par quasiment tout le monde (quand on n'essaie pas de la tuer), Gokicha ne se laisse jamais décourager.

Dans ce deuxième tome, Rui Tamachi continue de proposer des petites mésaventures qu'elle croque avec talent, grâce à son coup de crayon mignon tout plein. Et l'auteur parvient pour l'instant sans mal à se renouveler grâce à son exploitation de petits événements du quotidien (humain ou non) et à la variété des aventures que sa petite héroïne est amenée à vivre.

Et cela fonctionne d'autant mieux que deux autres personnages viennent prendre de l'importance à ses côtés, mais avec des desseins plutôt différents.
La première n'est autre que sa congénère Chaba, tout juste rencontrée, et qui voit plutôt d'un mauvais oeil l'arrivée de notre héroïne sur son territoire. Ainsi, sous couvert de se rapprocher de Gokicha, tente-t-elle régulièrement de l'amocher... pour un résultat qui se veut avant tout comique. Dans le genre "pire amie", Chaba s'y pose donc, et le résultat apporte pas mal de choses au tome tant cette dernière a un caractère radicalement différent de la gentille et candide Gokicha.
Le deuxième est plus étonnant, car il s'agit de l'un des prédateurs habituels de Gokicha : un gros matou un peu pataud, qui semble se prendre d'affection pour elle. Il lui vient en aide, la protège un peu d'autres chats... Gokicha se serait-elle trouvée son premier ami ? On l'espère pour elle ! En tout cas, me^me si côté amitié humaine Gokicha semble encore très très loin de son rêve, cette figure féline est plus que bienvenue pour apporter un peu de positif dans le quotidien souvent dur et triste de la courageuse blatte.

Attachante dans son côté mignon, dans sa candeur et dans son optimisme, touchante dans sa façon de se relever des nombreuses mésaventures qui lui tombent dessus, Gokicha continue de séduire dans un deuxième tome aussi sympathique que le premier.

L'édition reste plaisante, notamment avec à nouveau des premières pages en couleur.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9760
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Gokicha

Message non lu par Koiwai » 01 mars 2016, 15:08

Tome 3 :

Après de nouvelles pages couleur proposant cette fois-ci de revisiter certains conte à la sauce cafard, on retrouve Gokicha dans nombre de nouvelles petites aventures où, quand elle ne cherche pas à se faire des amis humains, elle passe du temps avec le matou Chocolat ou Chaba ou tenter de ne pas se faire tuer.

D'une durée de quelques pages, chaque nouveau chapitre voit la petite blatte s'immiscer dans un nouveau coin, et qu'il s'agisse d'une galerie marchande, d'une salle d'arts plastiques, d'une maison de poupées, d'une machine à peluches ou d'une fête traditionnelle, les endroits où elle se retrouve s'avèrent très variés... mais ils ont tous un point commun : la capacité de la pauvre Gokicha à se mettre en danger !
Et sur ce point, Rui Tamachi renouvelle très bien les choses en proposant des situations tirant toujours parti de là où se trouve notre chère loli-blatte. Ici elle se retrouve sur le point de se faire pincer par la machine à peluches, là elle prend peur devant les masques de la fête, plus tard il est amusant de la voir s'éclater et buller en éclatant du papier bulles... sans oublier les nombreux instants où les humains flippent en la voyant, tentant alors de la faire partir, de la capturer ou de la tuer !

A tout ça, il faut ajouter les quelques chapitres mettant en scène les deux amis de Gokicha.
Ainsi la blatte Chaba devra-t-elle à nouveau composer avec cette compagne un peu trop naïve et collante, lors d'une dangereuse affaire d'emmêlement dans du papier tue-mouche, d'une tentative de faire peur aux humains, ou d'un bête rhume contagieux... On est amusé par la manière dont la caractérielle Chaba se retrouve souvent dans des situations délicates voire idiotes, parfois à cause de Gokicha... mais on peut également constater un léger rapprochement entre ces deux-là, qui forment un sacré duo aussi opposé que complémentaire !
Quant au brave matou Chocolat, il vivra lui aussi quelques moments pas forcément très glorieux avec son amie la blatte, entre une récupération de ballon dans un arbre qui tourne au n'importe quoi, un passage de Gokicha chez son maître avec à la clé des vêtements improbables et des jeux pas toujours ingénieux... Comme tout bon chat qui se respecte, Chocolat a une petite tendance à faire des idioties et à se ridiculiser malgré lui par moments, ce qui enrichit encore un peu plus la palette de gags de Rui Tamachi !

Après trois tomes, Rui Tamachi a bien trouvé son rythme de croisière, et le lecteur désormais bien entré dans son petit univers a tout le loisir d'apprécier cette avalanche de petits gags idiots, tendres ou un brin cruels, qui sont pleinement portés par la bouille adorable de la petite blatte et par son entourage !
Image

Répondre