20th Century Boys/21st Century Boys

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.
Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4622
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Re: 20th Century Boys/21st Century Boys

Message non lu par Wang Tianjun » 20 janv. 2011, 10:49

Si tu as déchiré celui-là, qu'est-ce que ça va être avec le tome 12 ! :mrgreen:
Le simulateur est effectivement une très bonne idée qui bouleverse le code du flashback. C'est juste un peu dommage que l'auteur finisse par en abuser et baser trop de choses là-dessus...

(Sinon, si tu aimes Urasawa, je te conseille de jeter un coup d'oeil à ma sign :wink: )
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Avatar du membre
CrackIsIllegal
Messages : 22
Enregistré le : 12 janv. 2011, 10:56

Re: 20th Century Boys/21st Century Boys

Message non lu par CrackIsIllegal » 20 janv. 2011, 16:49

Merci pour le lien ... ça à l'air cool des Oeuvres de Urasawa que je connaissais pas !! :love:

Avatar du membre
hdix
Messages : 1554
Enregistré le : 28 août 2007, 14:46
Localisation : environs de bourg en bresse

Re: 20th Century Boys/21st Century Boys

Message non lu par hdix » 21 févr. 2011, 15:52

ca y est bravo messieurs, encore une fois vous m'avez fait craquer :evil:
Non je plaisante, ca fait un moment que je lorgnais sur cette série, mais j'avais un peu oublié, et vos posts ont ravivé la flamme et je suis tombé sur une occaz plutôt correct en terme de prix (parce que panini neuf plus jamais) et en hyper bon état, on dirait qu'ils sont neuf :shock:
bref j'ai commencé à lire les 2 premiers tomes... et :shock: bon sang, j'ai été aspiré.. du coup j'ai vite arrêté et fermé le tome 2 j'ai bouclé mes 22+2 tomes sous clé jetés au fond du puits pour ne pas être tenté de les lire. je suis pas prêt :?
Je vais d'abord finir mes 10 tomes en retard de kekkaishi puis je me lance à fond train dans 20th pour en profiter pleinement :twisted:

je connais urasawa de nom depuis longtemps mais la première série que j'ai lu est pluto, évidemment j'adore ^^ me reste à emprunter monster à mon beau frere quand il aura fini :twisted: et je serai un peu moins inculte sur cet auteur :oops:
Image
"SAVOIR PLUTÔT QUE CROIRE"

Avatar du membre
hdix
Messages : 1554
Enregistré le : 28 août 2007, 14:46
Localisation : environs de bourg en bresse

Re: 20th Century Boys/21st Century Boys

Message non lu par hdix » 20 mai 2011, 07:18

:lol:
oui c'est bien l'impression que ca me donne ^^

mais j'ai prévu le coup et j'ai une autre série en attente, donc je serais pas en manque de lecture ^^
Image
"SAVOIR PLUTÔT QUE CROIRE"

Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4622
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Re: 20th Century Boys/21st Century Boys

Message non lu par Wang Tianjun » 27 août 2012, 20:56

Ma première note en-dessous de la moyenne à un Urasawa, ça fait quelque chose... Bon en même temps, il l'aura cherché ! :mrgreen:



20th Century Boys - Spin Off


Mine de rien, au fil des années, la France aura été bien gâtée en ce qui concerne les œuvres de Naoki Urasawa. 2012 est loin d'être une année morte avec l'arrivée de Billy Bat et l'annonce de Master Keaton, entre autres séries en cours de parution. A l'occasion de la venue de l'auteur à la Japan Expo, Panini Manga a ainsi tenté de marquer le coup en sortant un one-shot bien particulier. "Tenté", c'est le mot, puisque le dit ouvrage est finalement sorti à la fin du mois d'août... Bon allez, disons-nous que c'est l'intention qui compte. Oui mais voilà, quelle intention ? Qu'est-ce qui se cache véritablement derrière ce spin-off d'un des plus grands succès du mangaka ?

Comme la plupart des séries ou one-shots dérivés, il est souvent inutile de l'ouvrir sans bien connaitre le terreau de base. Cela est encore plus vrai ici, car ce spin-off de 20th Century Boys s'intéresse surtout à deux rôles très secondaires : Ujiki et Kaneko, les voisins de Kanna à la pension Tokiwa, et mangakas de "profession" sous le pseudonyme commun de Ujiko Ujio. Le tome s'ouvre d'ailleurs sur la récupération d'une des scènes du manga, où le tandem présente l'une de ses histoires à Yukiji, tutrice de Kanna, avant de se faire rembarrer par la médiocrité de leurs planches... Or, ces fameuses planches médiocres, c'est que nous propose justement de découvrir cet ouvrage !

Vous l'aurez compris, ce tome offre aux quelques curieux la possibilité de découvrir les travaux des deux auteurs fictifs, sous la forme d'un canevas cyclique. Recevant une critique de Yukiji, les deux artistes interprètent mal ses propos et partent dans de nouvelles histoires, s'axant la plupart du temps dans le registre du "shonen pantsu" (voire sans pantsu du tout). Partez ainsi en connaissance de cause : 20th Century Boys - Spin Off est un recueil de nouvelles volontairement grotesques et téléphonées. Et Urasawa réussissant plutôt bien tout ce qu'il entreprend, nous avons là quelque chose de mauvais, non, de très mauvais. Un sacré exercice de style, en somme, de se forcer à la nullité ! Enfin, c'est bien beau tout ça, mais....
Pourquoi ?

Derrière la farce, il n'y a tout simplement aucun intérêt à l'ouvrage. On oublie évidemment une lecture au premier degré, sous peine d'être vulgaire. Mais qu'y a-t-il d'autre à voir ? Une critique sans aucune subtilité du shonen harem, avec un pastiche direct de Love Hina ? Un "hommage" à Indiana Jones sous un air de vrai/faux plagiat ? Une allégorie de la pression éditoriale qui rejette tout en bloc, incarné par Yukiji ? Non, non, tout est trop gros, trop brut, pour se montrer digne de livrer un quelconque message. A ce titre, la mise en abyme présentée en ouverture de Billy Bat est bien plus pertinente. Les seuls passages prêtant à sourire restent ceux entre les chapitres, où l'on retrouve la stupidité du duo, même si l'on est loin du comique virtuose apprécié dans Happy! D'autres lecteurs se contenteront de revoir quelques visages de la série le temps de quelques cases, mais ce spin-off n'offre rien de particulièrement nouveau, s'offrant de luxe de reprendre quelques scènes à la case près, ou presque.

Allez, à bien y réfléchir, le seul intérêt à l'ouvrage, s'il faut en trouver un, reste au niveau graphique. Vu qu'aucun autre dessinateur n'est mentionné, hormis le pseudonyme fictif d'Ujiko Ujio en couverture, tout porte à croire que c'est bien Urasawa qui est au bout de la plume, s'efforçant au mieux de grimer son trait. Le doute subsiste bel et bien, même si certains détails (les décors ? le découpage des cases retournant à la régularité du seinen) nous confortent dans cette idée. Il est ainsi amusant de voir l'auteur dans un style beaucoup plus classique (bien qu'n peu rétro), avec des héroïnes aux yeux aussi ouverts que leurs décolletés bien remplis... Du côté de l'édition, Panini offre un travail assez satisfaisant, s'intégrant bien avec la série originale dans la collection sans dénaturer la couverture d'origine. On s'étonnera simplement de ne pas voir Happy! apparaitre parmi les autres œuvres de l'auteur chez l'éditeur en fin de tome...

En un mot comme en cent, 20th Century Boys - Spin Off est une blague. Oui mais, une mauvaise blague, partant d'une idée amusante mais à la concrétisation douloureuse, et qui ne satisfera que les plus grands fans de l'auteur. Pari gagné pour Urasawa : voici sa première daube magistrale. Oui, mais qu'y a-t-il de plus absurde de voir un maitre se pousser volontairement à la médiocrité ? Un ovni dans la carrière du mangaka, qui permet difficilement de se remémorer quelques moments de l'un de ses principaux chefs-d'œuvre, et de sourire du coin des lèvres. Hélas, à près de 10 euros l'ouvrage inutile et volontairement nul, on rit jaune...
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9942
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: 20th Century Boys/21st Century Boys

Message non lu par Koiwai » 27 août 2012, 22:43

Voilà qui ne me donne pas envie de lire la suite :lol: Pour l'instant j'ai lu les deux premières histoires dans la douleur, et ne suis pas pressé de découvrir le reste ^^""
Image

Avatar du membre
Raimaru
Space Cowboy
Messages : 1689
Enregistré le : 16 janv. 2010, 16:37
Localisation : Fensch Vallée

Re: 20th Century Boys/21st Century Boys

Message non lu par Raimaru » 28 août 2012, 00:20

Mazette :lol:

Bon, je vais pas être de mauvaise foi. J'en suis au même niveau que Koiwai et c'est lourd, il y a pas d'autre mot. Je dirais pas que c'est sans intérêt comme manga, vu que qu'on a le plaisir de revoir des personnages de 20th, c'est juste très très anecdotique.
Image

Avatar du membre
Takato
Tueur à gages
Messages : 1930
Enregistré le : 17 janv. 2009, 13:19

Re: 20th Century Boys/21st Century Boys

Message non lu par Takato » 06 sept. 2014, 00:14

Tome 2 - Deluxe :

La mort de Donkey a permis à Kenji de se rendre à l’évidence : Ami réalise à la lettre les catastrophes que Kenji et ses amis ont écrites étant enfants, et il n’hésitera pas à détruire le monde ! Notre héros, sans trop hésiter, se lance dans un combat contre Ami. Armé du « pistolet laser » que l’évadé de la secte lui a remis, il se rend au « congrès de l’amitié » pour découvrir qui se cache derrière le masque du gourou…

Avec ce second volume de l’édition « Deluxe » qui s’apparente toujours aussi simplement à un grand format double, nous découvrons les volumes 3 et 4 de l’une des séries phares de Naoki Urasawa. Avec ces deux tomes en un, l’histoire approche doucement de la fin de la première partie, la plus courte mais véritablement passionnante.
De manière évidente, nous retrouvons Kenji au centre du volume. Après une longue mise en place, ce dernier est persuadé qu’Ami utilise le récit fictif de son enfance pour détruire le monde et se doit de l’arrêter. Dans un premier temps, le héros lutte seul face à un groupe qui prend de plus en plus d’influence. Pour le moment, Naoki Urasawa dépeint une lutte qui sonne comme veine : Kenji n’a aucun moyen de piéger Ami, et les révélations que ce dernier lui confie ne feront qu’amplifier son désarroi. Pourtant, on ne peut s’empêcher d’espérer que le protagoniste découvre la moindre petite faille, et on suit doucement cette descente en enfer qui va le frapper, lui et son entourage. Finalement, ce qui passionne est aussi cette montée en puissance de la secte d’Ami qui gagne en dangerosité, à vitesse grand V. On est fascinés… et effrayés. Le lecteur s’interroge alors sur les moyens de défaire cette menace d’envergure mondiale. En moins de deux volumes Deluxe, Urasawa a réussi à implanter un culte terrifiant autour d’Ami dont l’identité reste secrète, bien que quelques pistes soient données.

Sur la seconde partie du tome, Kenji lutte, mais il n’est plus seul. Ses amis d’enfance, présentés en long et en large dans le premier opus, revêt d’avantage d’importance dans le récit, et la plupart en garderont jusqu’à la toute fin de l’histoire. L’un d’entre eux est largement mis en avant dans ce qui correspond au volume 4 de l’épopée fantastique de Naoki Urasawa : Otcho. Le temps de s’attarder sur le personnage, le récit change de ton temporairement et quitte le cadre du thriller pour quelques chapitres plus pêchus. La manière de combattre d’Otcho est représentative du personnage et permet de mettre en avant les noirs desseins du Parti de l’Amitié d’un autre point de vue, ce qui ne fait que renforcer cette sensation de puissance autour d’Ami et ses adeptes. La fin du volume ne fait que confirmer cette pensée et prépare le terrain pour le grand final de la première partie de 20th Century Boys qui aura lieu dans le début de volume 3 Deluxe. La tension monte d’un cran, le danger semble plus que présent et la bande d’amis d’enfance est parée à mener le combat qui décidera du sort de l’humanité… Qui aurait cru, à la lecture du premier chapitre, que le manga présenterait de telles ambitions ?!

Au fil des chapitres, 20th Century Boys se révèle toujours plus passionnant. Alors que le premier acte du récit approche doucement de sa conclusion, Naoki Urasawa maintient un suspense et une intensité hors normes. La lutte de Kenji et ses compagnons semble difficile, aussi on a hâte de découvrir l’issue de la bataille à venir. A ce stade, on comprend déjà le statut culte du manga, et l’attente du prochain opus sera difficilement tenable.
Image
Image

Avatar du membre
Takato
Tueur à gages
Messages : 1930
Enregistré le : 17 janv. 2009, 13:19

Re: 20th Century Boys/21st Century Boys

Message non lu par Takato » 04 janv. 2015, 23:16

Tome 4 - Deluxe :

En 2014, le parti de l’amitié est devenu le plus influent au monde. Après le tragique événement du noël sanglant, Ami fut érigé en sauveur de l’humanité, et la bande à Kenji dénoncée comme un groupe de terroristes que le monde doit haïr. Fort heureusement, certains connaissent la vérité et la transmettent à d’autres tout en se dressant contre Ami. C’est le cas d’Otcho qui parvient à s’échapper du pénitencier de la Luciole des mers aux côtés de Kakuta tandis que Kanna cherche à agir au nom des idéaux de son oncle. Tous se remémorent les événements du 31 décembre 2000…

Le premier arc s’était conclu de la manière la plus frustrante qui soi. L’opposition de la bande à Kenji aux desseins d’Ami s’était en effet soldée par ce qui semble être un échec puisque le héros est porté disparu et Ami encore plus influent qu’il ne l’était déjà. Comment les dernières minutes de l’année 2000 se sont-elles déroulées ? C’est dans la première partie de ce quatrième volume bien épais que nous l’apprenons. Nous quittons alors temporairement le cadre de l’an 2014 pour revenir sur un moment clef du manga d’Urasawa. La première action menée contre Ami se révèle ainsi pleine de surprise et il est difficile de stopper sa lecture tant que le dernier mot ne nous est pas donné. Difficile de s’imaginer que Kenji et les siens auraient pu s’opposer seuls à un robot géant, ce qui ancrait 20th Century Boys dans de la SF, mais le maître du seinen parvient à ancrer son titre dans un certain réalisme, donnant à cette confrontation un certain panache et nous tenant en haleine jusqu’au bout. Ces quelques chapitres sont emplis d’intensité mais conserve la frustration voulue par Urasawa : Le sort de tous les compagnons de Kenji ne nous est pas clairement dit, de même que l’intrigue continue de jouer avec l’identité d’Ami qui explose de charisme tant le mystère l’entoure.

Ce chapitre crucial clôt, on comprend tout l’enjeu de ce second arc scénaristique : Le monde est manipulé par Ami et celui qui doute n’es qu’un paria qu’il faut soigner de force. C’est dans ce contexte que nombre de personnages, parfois anecdotiques, présentés dans les volumes précédents se mettent progressivement en marche pour lutter contre Ami. C’est d’abord passé par une phase de révélation où la vérité devait être dite, mais l’heure est maintenant à l’action. Et pour le moment, le récit se permet un drôle d’aparté en présentant les déboires d’une lycéenne mêlée aux évènements dans… un parc d’attraction. Voilà donc l’idée originale d’Urasawa pour dépeindre ce monde où les idéaux d’Ami représentent la pensée unique et si le sujet entre en cohérence totale avec le contexte narratif de l’œuvre à l’heure actuelle, on est en droit d’avoir quelques réserves sur la manière de l’auteur d’amener son thème. Après avoir tenu à apporter une sorte de réalisme dans la première partie de son volume, voilà que le célèbre mangaka part dans un récit fantastique en partant du principe que treize années semblent suffisantes pour amener des jeux-vidéo à réalité augmentée… Ce qui est amusant à l’heure où nous sommes loin d’une telle technologie. Traitement du sujet délicat donc, mais qui ne gâche pas forcément notre plaisir puisqu’à travers Koizumi, lycéenne aussi quelconque que mignonne, on se plonge nous-même dans cette société où la libre pensée n’est pas tolérée. L’intrigue va évidemment plus loin et amène des surprises, comme le retour d’importants personnages qui ont bien évolué, mais aussi une remise sur le tapis du sujet de l’identité d’Ami… Aucune grosse révélation à l’horizon, mais des idées qui ne manquent pas de captiver.

En somme, malgré quelques défauts qui ne sont en fait que le fruit de l’appréciation de chacun par rapport à certains choix d’Urasawa pour traiter ses thèmes, ce quatrième tome de 20th Century reste sur l’excellente impression que nous avons du titre, et dont le scénario s’enrichit et se révèle de plus en plus passionnant tome après tome. Vraiment, si cette édition Deluxe n’est qu’un format double déguisé, elle reste le meilleur moyen de se lancer dans la série pour qui ne la connaitrait pas. Et il serait en effet dommage de passer à côté d’un thriller fantastique de cette qualité.
Image
Image

Répondre