The world is mine

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.
Avatar du membre
Drazorback
Messages : 82
Enregistré le : 12 avr. 2008, 19:39
Localisation : Lille

Re: The world is mine

Message non lu par Drazorback » 01 oct. 2008, 12:02

En guise d'épilogue, un tome hyperdense. Garnis de dialogues, qui lance l'air de rien pas mal de nouvelles grilles d'interpretation de la série. Arai a su concocter une fin haletante qui clôt dans l'hystérie la plus totale sa série phare.

Tout d'abord, Arai conclut l'entretien entre Toshi et les forces de l'ordre entamé au tome dernier. On commence un peu mieux à cerner les raisons qui l'ont poussé à passer à l'acte. Paumé, aliéné dans cette société ultra codifiée, Toshi mon ne doit son passage à l'acte qu'à un odieux malentendu, la 'Maria' du net n'étant pas celle qu'il croyait... L'annihilation de l'idée qu'il se faisait du destin est tout à fait remarquable en tant que twist astucieux en évitant l'écueil du facile.

Puis, avec le transfert qui échoue d'Higumadon et l'avènement de Mon en tant que messie un peu partout dans le monde, le récit prend une tournure plus mystique. Higumadon, dont l'origine semble plus que jamais d'ordre religieuse, est aussi l'allégorie de la nature qui échappe au contrôle de l'homme et teinte les évènements d'un ton écolo de bon aloi ("l'homme ne doit pas posséder ce qu'il n'a pas la force de contrôler"). De même, on peut voir à travers le voyage de Mon, qui organise ça et là des alliances avec diverses organisations criminelles ou terroristes, un appel à la résistance. Notamment contre les Etats-Unis, présentés comme profondément impérialistes et finalement impuissants face au problème du monde.

Autre nouvelle, on a pour la première fois le droit à quelques explications quant à la naissance de Mon, lui aussi présenté comme un gosse mal aimé et abandonné par ses parents, livré à son triste sort (il n'est pas, je trouve, sans rappeler Ki-itchi). Mon tiendrait également sa philsophie d'un karatéka violeur, reclus dans la montagne, une manière comme une autre pour Arai de décrédibiliser encore plus son propos, et de brouiller les pistes.

Et la série de terminer dans une grande montée en puissance, autour de la question de la bombe H. Jusqu'à l'évènement de l'apocalypse... Une fois encore, il est à préciser que ce tome est EXTRÊMEMENT dense, fourni de détails sur toutes sortes de protagonistes et remplis de dialogues à gogo. Mêlant mysticisme fou, écologisme naïf, anti-impérialisme américain entre autres, il nécessite sans doute plusieurs lectures pour bien cerner le propos. Un final époustouflant et qui met fin à cette tuerie anarcho-punk qui décoiffe pas mal. Au final, sans tomber dans le graveleux facile, comme le font bon nombre de mangas, Arai a su proposer une oeuvre choc, mais réflexive. Véritablement un coup de maître.
"Je m'affirme moi même", Toshi-Mon The World Is Mine

samizo kouhei
Messages : 1873
Enregistré le : 11 juin 2004, 08:50
Contact :

Re: The world is mine

Message non lu par samizo kouhei » 24 août 2009, 10:55

J'avais lu les 3 premiers tomes de la série, mais à cause de la parution aléatoire et de mes très nombreuses lectures de l'époque, j'avais zappé le titre et revendu ces 3 tomes. Mais j'ai réussi à me procurer toute la série à 2 € le tome (qu'on m'a ramené en état neuf, du Discount du Livre Neuf à Lille, rue du Pont de Commines) et je me replonge dedans. C'est très déconcertant, j'en suis arrivé au tome 9 et on je ne comprends toujours pas cet étalage de violence insoutenable et de surnaturel (c'est qui cet Higumadon, à la fin ?).
Twitter : @SamizoKouhei

Avatar du membre
Kiraa7
El Muchacho
Messages : 750
Enregistré le : 29 sept. 2011, 22:48

Re: The world is mine

Message non lu par Kiraa7 » 07 mars 2012, 21:36

The World Is Mine #1

Avant le très bon Ki-Itchi, Hideki Arai a réalisé The World is Mine, une série "coup de poing" choquante où tout est permis. Attention, voici un manga à ne pas mettre entre toutes les mains !

Deux héros : Toshi l'homme à l'apparence d'étudiant modèle et Mon-Chan qui a tout d'une bête. Alors que tout les diffère, ils voyagent cependant ensemble à travers le Japon afin de poser quelques bombes par-ci par-là pour engendrer un chaos des plus totaux. En parallèle, un étrange animal surnommé Higumadon ravage tout sur son passage et fait parler bon nombre de médias.

Voici un manga sortant des sentiers battus qui ne plaira certainement pas à tout le monde ! Nous avons là deux personnages complètement barrés : alors que l'un viole toutes les femmes possibles et n'hésite pas à tuer des policiers, l'autre se travestit et tient des conversations étranges sur le net. Ce dernier est aussi constamment inquiet de ce qu'il vit et a toujours peur de se faire capturer par l'Etat. On reconnaît à travers ces deux personnages quelques duos célèbres qui ont marqué le cinéma, des duos comme les héros de Fight Club ou comme dans certains films de Tarantino, Pulp Fiction en tête.
D'ailleurs, il faut savoir que le but de l'auteur n'est pas de nous attacher aux héros, bien au contraire, il préfère justement que l'on ne s'y attache pas, un fait assez rare.

On ne sait pas où celui-ci nous mène, nos héros n'ont pas spécialement de but précis en tête et cette histoire de monstre qui revient à travers tout le volume a de quoi nous intriguer. Et c'est là le talent de Hideki Arai : nous captiver en partant d'une histoire simple avec des personnages tout sauf attachants et avec un récit faisant éclater au grand jour les contradictions de la société nippone.
Le titre se révèle être violent sur tous les points : Mon-Chan n'hésite pas à retourner les armes des policiers contre eux et à trafiquer leur voiture avec une bombe; il s'amuse aussi à violer de nombreuses femmes dont Toshi filme les ébats et les menace de mettre des photos d'elles affichées sur toute la rue. Enfin, le Higumadon fait de réels carnages sanglants et explose de nombreux corps d'un simple coup de griffes.

Tout ceci est orchestrée par une mise en scène fabuleuse et l'on retrouve cette impression de film. Le découpage rend le récit fort dynamique même pour la moindre scène d'action; quant au dessin beaucoup n'aimeront pas malgré le fait que celui-ci colle parfaitement au récit et rend les personnages plus charismatiques.

L'édition de Casterman est irréprochable et complète pour un prix très raisonnable : nous avons affaire à un excellent papier, un très bon encrage, une traduction efficace et quelques pages bonus, notamment sur l'auteur.

The World is Mine est donc un ovni du manga à ne pas mettre entre toutes les mains ! Beaucoup risquent de ne pas adhérer au style de l'auteur, cependant celui-ci a un réel talent et il ne peut que nous tarder de lire la suite afin de savoir ce qu'il nous attend.

15/20
Image

Avatar du membre
Kiraa7
El Muchacho
Messages : 750
Enregistré le : 29 sept. 2011, 22:48

Re: The world is mine

Message non lu par Kiraa7 » 18 oct. 2012, 19:29

The World is Mine #2

Alors que l'Higumadon, cette étrange créature qui hante tout le pays, attaque une école primaire, Mon-Chan et Toshi poursuivent leur périple en mettant des bombes un peu partout dans la ville. Alors que le dernier se retrouve capturé par les forces de l'ordre, son complice se prépare de son côté à prendre d'assaut seul le commissariat pour délivrer son ami.

Quelle violence dans ce tome ! Celui-ci confirme que ce manga n'est pas à mettre entre toutes les mains ! Tout commence par l'attaque du monstre : celui-ci est impitoyable, tout trépasse sous ses coups de griffes et il ne se prive pas de littéralement exploser l'école en tuant la majorité des élèves. Si on ne sait encore rien sur ce monstre, nous pouvons tout de même constater son énorme cruauté qui a de quoi faire froid dans le dos.
De l'autre côté, il y a Mon-Chan : si celui-ci est un être humain, il perd vite toute humanité et devient, à la manière de Jacques Lantier dans l'oeuvre de Zola une véritable "bête humaine". Celui-ci enchaîne attentat sur attentat sans se faire capturer et en n'ayant strictement aucune crainte de l'être; alors que ses réels objectifs restent flous pour le moment, on peut très vite voir que lorsqu'il a une idée en tête, rien n'est capable de l'en empêcher, pas même une armée de CRS armée jusqu'aux dents ! Toshi est également une personnalité forte qui est capable de résister au moindre coup afin de ne pas trahir son coéquipier, ces deux forment assurément un duo de chocs qui n'ont pas fini de nous surprendre.

The World is Mine est vraiment un manga à part nous rappelant pleins de monuments du cinéma et nous captive durant la lecture. Hideki Arai nous présente des personnages au caractère époustouflant dont on peut déjà faire un rapprochement entre Mon-Chan et "le monstre" qui ne semblent pas bien différents aux vues de leurs actes. Un excellent moment de lecture donc qui nous donne très envie d'enchaîner sur la suite, on se demande bien ce que nous réserve l'auteur pour les volumes prochains !
Image

Avatar du membre
Kiraa7
El Muchacho
Messages : 750
Enregistré le : 29 sept. 2011, 22:48

Re: The world is mine

Message non lu par Kiraa7 » 06 févr. 2014, 20:11

The World is Mine #3

Alors que Toshi et Mon-chan enchainent leurs coups d'éclats, les voici coincés dans le commissariat car cernés par pas moins de 600 policiers. Pendant ce temps, cette affaire remonte aux oreilles du premier ministre...

Nos deux anti-héros se retrouvent donc piégés dans ce volume et vont devoir trouver un moyen de sortir de ce piège semblant imparable. 600 policiers, coinçant le bâtiment par toutes ses sorties, avec aucune issue possible. Mais bizarrement, ce n'est pas cela qui inquiète Mon-chan qui prend même la peine de faire une sieste alors que son confrère, lui, lutte avec acharnement afin de trouver un moyen de s'échapper, et ce sans se faire remarquer ! Mais pendant ce temps, nous suivons également le premier ministre, personnage "fort" autant dans son grade social que dans le manga lui-même, avec ses discours des plus étranges...

Après deux premiers tomes de très bonne qualité, l'auteur nous sort le grand jeu avec ce troisième volet poignant de bout en bout ! Hideki Arai a un talent fou pour nous dépeindre des personnages que l'on déteste vite bien qu'on s'y attache et pourtant, ceux-ci n'ont strictement rien d'attachant. La force de The World is Mine vient pour l'instant du fait que le titre est totalement imprévisible, Mon-chan est un personnage qui peut faire strictement n'importe quoi d'une case à l'autre, alors que Toshi lui est le portrait type du personnage dont on se demande ce qu'il fait là : pas méchant dans le fond, stressé tout le temps, et se posant constamment des questions sur le sens de la vie et autre. Rien ne fait d'eux des personnages similaires et pourtant ils forment un duo de tonnerre digne d'un des meilleurs films d'action qui soit.
D'autre part, le premier ministre est un personnage tout aussi malsain, aux discours gênants, complètement à l'opposé d'un discours que l'on pourrait attendre de la part de quelqu'un qui dirige le pays. Tous ces personnages agissent d'une manière étrange et pourtant humaine, et c'est cela qui rend l'oeuvre de Arai malsaine, parfois dure à lire mais vraiment passionnante.
Et n'oublions pas que pendant ce temps, la bête rôde et s'approche peu à peu de la ville...

En somme nous avons là un volume excellent, difficile à lire pour les âmes sensibles mais surtout totalement imprévisible. On se demande bien ce qu'à l'auteur en tête pour la suite, mais parti comme ça on ne risque pas de s'ennuyer, et nos héros non plus !
Image

Avatar du membre
Kiraa7
El Muchacho
Messages : 750
Enregistré le : 29 sept. 2011, 22:48

Re: The world is mine

Message non lu par Kiraa7 » 10 févr. 2014, 21:43

The World is Mine #4

Une accalmie avant une nouvelle tempête, Toshi et Mon-chan étant peu présents dans ce quatrième tome. Place au journaliste Hoshino, qui enquête sur le massacre de l'école primaire où a sévi le fameux Higumadon. Ce dernier décime le groupe de chasseurs lancé sur ses traces. Hoshino ne récupère qu'une photographie, floue et incomplète, de la bête. Le seul capable de la neutraliser serait-il Iijima, le chasseur de Hokkaïdo ?

Dans ce quatrième tome de The World is Mine, l'auteur fait une pause dans l'aventure de nos héros pour suivre à la place un inspecteur de police plutôt étrange, Hoshino. En effet, la première chose que l'on remarque sur lui, c'est sa manière de prendre des notes sur son carnet, en passant son temps à dessiner...des zizis. Passé ce détail, nous le suivons donc sur l'enquête de l'Higumadon où il va interroger les gens l'ayant vu et engagera un chasseur réputé pour voir s'il est possible de l'anéantir. D'autre part, "la vieille" se fait capturer et interroger, nous permettant d'en savoir davantage sur sa relation bizarre avec Mon-chan...

Voici donc un volet particulier, puisque nous ne voyons pas nos héros, ou plutôt que très peu vers la fin. En suivant d'autres personnages, nous avons là un moyen différent d'en apprendre plus sur les "bêtes" du manga, à savoir Mon-chan et l'Higumadon. Si ce volume est moins poignant que le précédent, celui-ci s'avère être charnière pour la série pour encore mieux préparer la suite !
D'ailleurs, les derniers chapitres sont plus que troublants, qui nous présentent une rencontre très attendue mais dont les dernières pages ont de quoi surprendre pour la suite...
On comprend bien que Hideki Arai cherche à développer ses personnages le plus profondément possible, et cette manière de nous présenter des gens si atypiques risque de nous surprendre plus tard !

Un tome un peu long à lire car beaucoup d'explications, mais avec tous ces éléments en tête, nous sommes préparés pour la suite en bouleversera certainement plus d'un !
Image

Avatar du membre
Kiraa7
El Muchacho
Messages : 750
Enregistré le : 29 sept. 2011, 22:48

Re: The world is mine

Message non lu par Kiraa7 » 15 févr. 2014, 18:21

The World is Mine #5

Alors que nos héros se faufilent à travers la forêt afin d'éviter la police qui cherche désespérément à les capturer, Mon-chan et Toshi vont rencontrer pour la première le fameux Higumadon, cette créature pleine de mystères qui sèment la panique depuis peu au Japon...

Quel début tonitruant pour ce volume : la rencontre tant attendue entre les héros et le monstre arrive enfin ! Nos héros vont devoir se battre pour survivre face à ce fléau vivant mais cette situation actuelle semble toutefois étrange : est-ce un rêve ou la réalité ? Mystère... Suite à cela, les deux compères vont poursuivre leur fuite jusqu'à apprendre la mort de la mère de Toshi, dont les derniers jours difficiles vont nous être racontés...

Par un tel début, nous avons là un volet qui démarre sur les chapeaux de roues, toute cette scène avec l'Higumadon reste très obscur au final et il est difficile pour l'instant de savoir vers où nous mène l'auteur. Les personnages évoluent considérablement aussi dans ce tome, avec notamment Mon-chan dont on commence à voir les réflexions, et Toshi qui lui commence à perdre complètement la boule : si les personnages sont difficilement attachants par leur caractère inhumain, ceux-ci commencent à devenir réellement passionnants par leur manière de voir la vie qui change petit à petit, et c'est donc là la grande force de The World is Mine !

Nous avons une série dont le ton sombre et malsain monte d'un rythme crescendo, les personnages ont un fond développé comme rarement dans le manga et la suite risque de nous surprendre par cette évolution aussi imprévisible. D'ailleurs, Mon-chan et Toshi semblent eux avoir une petite idée en tête pour la suite de leurs aventures...
Image

Avatar du membre
Kiraa7
El Muchacho
Messages : 750
Enregistré le : 29 sept. 2011, 22:48

Re: The world is mine

Message non lu par Kiraa7 » 15 févr. 2014, 18:21

The World is Mine #6

Mon et Toshi ont une idée des plus surprenantes : créer eux-mêmes leur agence de tueurs à gage en utilisant Internet pour se faire connaître. Cela va vite avoir un succès imprévu qui ne plaira pas à tout ceux qui dirigent le pays...

Nos deux héros, toujours cachés dans un magasin en pleine ville, décident de faire remuer le monde en s'affichant publiquement sur Internet en incitant les gens à les appeler de manière à tuer la personne voulue. Et étrangement, cela va avoir un succès international, ce qui va inquiéter davantage la police ainsi que les politiques ! Mais pour contrer cela, un discours à la TV sur une grande chaîne va avoir lieu où seront invités tous les cadres imaginables : politiques, stars, sportifs, tout le monde sera là de manière à captiver le plus de gens possible, et surtout à changer la mentalité des gens de manière à les dissuader d'utiliser les services de Mon et Toshi...

A partir de ce volume, on peut considérer que The World is Mine prend une toute autre dimension : nos héros ont réussi l'exploit de devenir des criminels connus dans le monde entier et ne peuvent désormais plus reculer. D'ailleurs, leur mentalité a complètement changé depuis peu : Toshi devient complètement fou et tue désormais avec un plaisir intense, alors que justement Mon est devenu un grand pacifiste depuis sa rencontre avec l'Higumadon et parait complètement bouleversé, à tel point que son actuel statut social ne lui fait ni chaud ni froid.
Mais ce qui est surtout intéressant dans ce tome, c'est la direction prise par le haut du panier, c'est à dire les politiques ainsi que ceux qui dirigent les médias. Le discours à la TV où toutes les personnes de tout type discutent à ce sujet est juste excellent, notamment avec le premier ministre qui est un personnage excellent avec un charisme des plus forts. Imprévisible, tout comme les héros, ce personnage est voué à prendre des décisions dérangeantes, et son rôle par la suite risque d'être tout aussi bouleversant !

Alors que nous ne sommes même pas encore à la moitié de la série, The World is Mine est pour l'instant un manga excellent et surtout passionnant à lire : dérangeant, malsain, cruel, mais avec des répliques qui font réfléchir, Hideki Arai réunit ici tous les éléments pour satisfaire un lectorat en proie à de nouvelles expériences de lecture. Du grand art !
Image

Avatar du membre
Kiraa7
El Muchacho
Messages : 750
Enregistré le : 29 sept. 2011, 22:48

Re: The world is mine

Message non lu par Kiraa7 » 15 févr. 2014, 18:22

The World is Mine #7

Dans ce septième volume de The World is Mine, l'auteur ramène un personnage mis de côté depuis plusieurs tomes : Maria. Cette jeune fille, étrangement tombée sous le charme de Mon-chan, se voit être une petite célébrité dans sa région grâce à sa beauté. Nous allons donc suivre de plus près ce personnage alors que pendant ce temps, la menace approche à grands pas...

Suite au discours diffusé à la TV où de nombreuses célébrités étaient rassemblées, les avis sur l'affaire Toshi-Mon semblent plutôt inchangés : certains les voient comme des stars, d'autres en ont peur et pour certains ce sont de véritables héros. Mais Maria elle ne voit pas la chose comme ça et compte bien remonter les bretelles du duo ! A travers ce tome, nous suivons donc ce personnage que l'auteur développe plus en profondeur sur plusieurs chapitres. Mais suite à cela, le volet s'enchaîne avec une situation des plus grandioses : l'arrivée en ville d'Higumadon ! Véritable fléau sur pattes, ce monstre ravage tout sur son passage, à tel point que tout semble perdu...

Quel volume ! Si l'auteur surprend déjà en ramenant sur le devant de la scène un personnage qui s'était éclipsé dans l'ombre sans qu'on ne connaisse grand chose sur lui, nous avons surtout droit à un spectacle aussi spectaculaire qu'oppressant : la destruction massive de la ville par le fameux Higumadon ! Tel une arme massive de guerre, tout ce qui passe devant lui est détruit, les tripes volent tout comme les voitures et les poteaux électriques et rien ne semble capable de les arrêter...
Mais l'auteur joue également avec ses personnages, notamment parce que le duo Toshi-Mon accompagné de Maria croise Iijima accompagné de l'inspecteur de police amoureux des dessins de pénis, et il est plutôt drôle de voir se croiser des personnages qui ne se connaissent pas mais que nous lecteur suivons chacun de part en part.

Nous avons donc là un tome époustouflant grâce à l'arrivée en ville du monstre encore énigmatique qu'est l'Higumadon. Le dessin dans ce volet s'avère particulièrement fort et maîtrisé, les planches où l'Higumadon détruit tout sont particulièrement dures mais sublimes dans le sens que l'auteur a un sens du détail remarquable.
Bref, plus on avance dans la série et plus l'auteur excelle dans son art, et c'est avec des tomes comme celui-ci que l'on a envie de se ruer sur la suite !
Image

Avatar du membre
Kiraa7
El Muchacho
Messages : 750
Enregistré le : 29 sept. 2011, 22:48

Re: The world is mine

Message non lu par Kiraa7 » 17 févr. 2014, 11:56

The World is Mine #8

Telle une tornade ou même tel un tsunami, Higumadon ravage tout ce qui se trouve devant lui, n'ayant peur de rien, et cela sur la ville paisible de Odaté. Devant son chemin se trouvent cependant Mon et Iijima qui sont tout deux prêts à l'affronter en face à face ! Quel sera le dénouement de cet étrange affront...?

Pour la deuxième fois, Mon et l'Higumadon se retrouvent en face à face ! Seulement cette fois Mon-chan, tout comme le chasseur Iijima sont prêt à en découdre une bonne fois pour toute de ce monstre cruel ! Mais les deux hommes s'enguirlandent et Mon vint à rugir comme une bête, dans le même tempo que l'Higumadon, et c'est dans la rage que va se terminer cette situation...
Suite à cela, notre fidèle duo va décider de garder Maria en otage bien que sa relation avec Toshi est des plus alambiquées, l'homme devenant presque jaloux face à Mon qui tient à la garder en vie. Quelles répercussions cela aura-t-il au fil du temps...?

Après un volume époustouflant, l'auteur ménage son récit avec un tome au début certes toujours aussi violent mais à la suite plus calme. Mon et Toshi fuient toujours la police mais maintenant accompagnés de Maria qui a un rôle de plus en plus important au sein du duo de criminels.
Par ce volet, l'auteur développe davantage ses personnages qui ne sont vraiment plus les mêmes depuis le début de la série. Depuis leur changement de look, Toshi et Mon semblent encore plus être de nouvelles personnes, notamment Toshi qui est devenu vraiment effrayant et Mon qui semble être lié à l'Higumadon, tel un prophète : l'auteur nous cacherait-il quelque chose ?
Vu comment s'est déroulée la série au fil des tomes, la suite risque d'être toujours plus surprenante grâce au talent de Arai qui est vraiment remarquable.

En somme nous avons là un volet un peu moins agité que le précédent mais tout aussi bon car il prépare une suite dont on a hâte de lire ! En tout cas, on ne s'ennuie jamais et cette série mériterait vraiment d'être bien plus connue.
Image

Répondre