JIN

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.

JIN c'est :

Une résurrection (trés bon)
5
83%
Un sauvetage (bon)
0
Aucun vote
Un pied dans le platre (bof)
0
Aucun vote
Un coma (mauvais)
0
Aucun vote
Une mort violente et brutale avec du sang et des boyaux (trés mauvais)
1
17%
 
Nombre total de votes : 6

Avatar du membre
Floo D Ace
Messages : 3810
Enregistré le : 25 sept. 2004, 19:56
Localisation : Strasbourg

JIN

Message non lu par Floo D Ace » 18 févr. 2008, 15:06

JIN

Auteur : MURAKAMI Motoka
Nombre de tome au Japon : 14 (en cours chez Shueisha)
Nombre de tome en France : 8 (en cours chez Tonkam)
Genre : Fantastique/Historique
Prix : 7.50€
Pitch : À 34 ans, Jin Minakata est le responsable de la section neurochirurgie du CHU de Tôto. Tout bascule le soir où un patient hors du commun arrive alors qu’il est de garde. Tandis qu’il l’examine et le soigne , Jin découvre un phénomène étrange. L\'homme est doté d’un fœtus humain dans la tête. Après avoir l’en avoir extrait, Jin commence à entendre une voix dans la sienne. Jusqu’au moment où, en chutant dans l’escalier du bâtiment, Jin atterrit au milieu de la forêt ! En cherchant son chemin au plus profond de la nuit, il tombe sur une bande de samurai en plein combat !!
ImageImageImageImageImage
Mon avis : Le voici mon premier coup de cœur de l'année 2008 !! Incroyable mais vrai, pourtant c'est un manga qui parait chez nous depuis presque 1an déjà. L'histoire est plutôt simple un neurochirurgien de nos jours ce retrouve en 1862. Bien sur il va faire son possible pour sauver "la veuve et l'orphelin" et surtout s'adapter à la vie de l'époque. Le manga est vraiment très documenté, autant au niveau historique qu'au niveau médical. D'ailleurs le manga est supervisé par 3 personne de qualité, un professeur de médecine et d'histoire de la médecine, un chef de section neurochirurgie et un maitre de lettres et sciences humaines. Ces 3 personnes sont créditées systématiquement en début de tome, et à ces 3 personnes viennent régulièrement ce greffé d'autres "sources" importante (par exemple dans le tome 4 quand il traitera une grosse brulure, 2 professeurs en médecine d'urgence sont appeler à la rescousse). Bref donc autant dire que de ce coté l'histoire, les traitements et toutes les informations données semblent vraiment fiable (bon après je fais confiance à l'auteur en vrai je m'y connais pas :lol: ).
C'est donc avec plaisir qu'on suis la vie plus ou moins "chargée" du Dr.Minakata. Bon comme dans tout les mangas, c'est un peu agaçant de voir qu'il ce trouve toujours ou il faut quand il faut. L'auteur décrit d'ailleurs à merveille, les conditions de vie de l'époque. Outre l'aspect "médicale" il y a aussi l'aspect "sociale", car en 1862 comme vous vous en doutez c'est pas pareil qu'en 2008. :roll: En plein milieu d'un monde ou l'art du sabre est maitre, il ne lui sera pas si aisé que ça de ce faire une place. Il devra donc tissé dans liens, avec beaucoup de personnes plus ou moins influentes afin de pouvoir arriver à ses fins. L'œuvre fait aussi intervenir beaucoup de personnages historique et encore une fois c'est vraiment bien traité. Le dernier point du scénario vient du fameux retour dans le passé, comment cela est il arriver et surtout pourquoi ? Les actions de Jin dans le passé agissent elles sur le futur, change t-il le cour de l'histoire ? Autant de questions au quelles le lecteurs en "confronté".
Le dessin quand a lui est vraiment sublime j'adore, d'habitude je suis pas trop fan de ce style mais là je suis sous le charme. D'ailleurs les paysage du 19eme siècle sont de toute beauté. Les personnages sont facile à reconnaitre, c'est pas un manga ou on peut ce perdre dans les nom.

Au final JIN c'est mon coup de cœur en ce début d'année, et j'espère que beaucoup d'entre vous vont le lire. Il mélange parfaitement le coté médecine et le coté historique pour en faire une pure merveille, vraiment un des meilleurs Seinen que j'ai lu. Ce manga ne me semble pas jouir d'une grande renommée donc les gars... :wink: Jetez vous dessus !!!!!
ImageImageImageImageImage
Good Points :
- Très réaliste (sauf pour le saut dans le passé :lol: )
- Dessin sublime
- Très documenté au niveau historique et médical.


Bad Point :
- La trame de fond n'avance pas vraiment.
(en vrai je n'ai pas trouver de bad point :roll: )


Voila des planches du manga
ImageImage
Modifié en dernier par Floo D Ace le 22 juil. 2009, 13:27, modifié 1 fois.

Avatar du membre
fo_cube
Messages : 88
Enregistré le : 16 mai 2007, 02:36

Message non lu par fo_cube » 18 févr. 2008, 15:37

Manga excellent, je l'ai essayé par hasard et j'ai été surpris de sa qualité.
Pour tout ceux qui aime le réalisme (excepté bien sur les sauts dans le temps mais si c'est possible) et les seinens bien trippants.
*KARAKURI NEVER DIES*

Avatar du membre
Gemini no Saga
Messages : 23
Enregistré le : 12 janv. 2008, 12:08
Contact :

Message non lu par Gemini no Saga » 18 févr. 2008, 16:52

Juste une question la relation entre Jin et l'héroïne sur les couvertures évolue-t-elle ?

J'avais lu les premiers chapitres histoire de me faire une idée : dès le début ça m'a bluffé. Enfin pas vraiment dans le bon sens, c'est-à-dire que je ne savais pas du tout qu'un foetus pouvait se retrouver des décennies plus tard dans le cerveau d'un homme. Lisez les premières pages vous comprendrez, c'est d'ailleurs le point de départ du saut dans le temps.

Après c'est le genre de manga didactique typiquement nippon, qui nous tente d'étayer ses planches par quelques explications limite pédantes, un peu à l'instar de Survivant dans l'aspect didactique. Je me ferai sans doute les quatre premiers volumes pour me faire une idée plus précise.
See you space cowboy

Avatar du membre
Floo D Ace
Messages : 3810
Enregistré le : 25 sept. 2004, 19:56
Localisation : Strasbourg

Message non lu par Floo D Ace » 18 févr. 2008, 16:56

Gemini no Saga a écrit :Juste une question la relation entre Jin et l'héroïne sur les couvertures évolue-t-elle ?
Hum pour l'instant au tome 4, leur relation n'a pas vraiment bougée. Ils se rapprochent c'est clair, elle devient plus ou moins son assistante mais au stade actuel je ne pense pas qu'ils iront vers un relation "amoureuse" (je rappel que la fille n'a que 16ans et lui....beaucoup plus).

Avatar du membre
Daigoro
Messages : 2186
Enregistré le : 04 févr. 2005, 18:51
Localisation : Edo

Message non lu par Daigoro » 18 févr. 2008, 21:41

un très bon manga, ou l'art de replacer la médecine actuelle et ses connaissances dans une époque moins avancée ...

une vraie réflexion avec de vrais débats, de plus le dessin est très sympathique et colle à l'histoire...

au début, je m'attendais plus à un manga dans le style homonculus ou astral project avec un doc qui surfe entre deux mondes, et en fait on a vraiment affaire à un doc de maintenant plongé et coincé si l'on puisse dire dans 'ancienne époque... :idea:
Image

Avatar du membre
sagitaz
Messages : 43
Enregistré le : 19 oct. 2007, 23:11

Message non lu par sagitaz » 19 févr. 2008, 03:37

Une lecture que j'ai découvert par hasard et qui ma vraiment bluffé, on vit au rythme de jin et des opérations qu'il effectue dans son nouveau "monde". Que dire a part de vous conseiller moi aussi de lire le premier tome ... pendant que vous réservez les 3 suivants.
Image

Avatar du membre
Daigoro
Messages : 2186
Enregistré le : 04 févr. 2005, 18:51
Localisation : Edo

Message non lu par Daigoro » 06 mars 2008, 15:14

un volume 5 où la trituration psychologique de Jin est omniprésente... un peu moins de médecine ou alors quand ca intervient ca ressemble plus à du Doc Koto :lol: ...
sinon il commence à faire des envieux le fameux Jin avec la découverte de sa pénicilline, et quelques espions de ses techniques et découvertes font leur entrée... toujours aussi long à lire, mais vraiment dépaysant :wink:
Image

Avatar du membre
Floo D Ace
Messages : 3810
Enregistré le : 25 sept. 2004, 19:56
Localisation : Strasbourg

Re: JIN

Message non lu par Floo D Ace » 08 avr. 2008, 18:18

Vol.5 : Pour reprendre Daigoro, c'est toujours aussi long mais toujours aussi bon à lire. Aprés le "sauvetage" des victimes de l'incendie, le doc s'attaque à un cancer du sein, opération intéressante à suivre non pas parce qu'on peut y voir des seins et vraiment instructive donc. Sinon le doc quitte finalement sa famille d'accueil pour habiter dans sa propre clinique (dispensaire,hôpital ou je sais plus lol) et encore une fois pour reprendre Daigoro, plusieurs les masques tombent avec l'ascension du doc. Un tome qui fait passer la médecine au second plan et laisse les problèmes (de cœur ?!) du doc prendre les devant. Mais toujours du bon vraiment il reste mon coup de cœur 2008 pour l'instant.

Avatar du membre
Floo D Ace
Messages : 3810
Enregistré le : 25 sept. 2004, 19:56
Localisation : Strasbourg

Re: JIN

Message non lu par Floo D Ace » 22 juil. 2009, 13:30

Vol.8 :

Certainement l’un des seinen les moins connus du circuit, mais pourtant une pure perle qui ne demande qu’à être connu.

La mère de Saki souffre de béribéri, refusant toute nourriture Jin ce voit contraint de mettre un point un plat spéciale. Lui vient alors l’idée de combiner les aliments bénéfique et d’en faire un donut !

Alors que la série continue paisiblement sa route, Jin lui ne chôme pas loin de là. Alors que son cabinet ce retrouve sur les devant de la scène grâce à la pièce de Kabuki, un drame survient et annonce une descente aux enfers pour notre ami. Le manga prend ici une tournure différente, et brise un peu la monotonie qui commençait doucement à s’installer. En effet, Jin ce retrouve en prison et subit les pires sévices possible en fin de tome. Une situation qui tranche avec les habituels passages « patient/maladie/opération » et qui apporte un peu de sang neuf au manga. Notons que la trame principale n’est toujours pas remise au gout du jour, et un « éventuel » retour dans le futur n’est pour l’instant pas du tout envisagé (même si Jin se demande si en mourant il ne retournera pas simplement dans le futur). Petite phase un peu plus gai en début de tome, avec l’apparition du donut, mis au point ici par Jin et qui acquiert rapidement une grande renommée. Concernant la documentation, c’est toujours aussi fournit et l’auteur est toujours aussi bien entouré : professeur de médecine et d’histoire de la médecine, chef de la section médicale de neurochirurgie ou encore maitre de conférence en lettre et sciences humaines. Dans ce cadre, les informations apportées semble toujours être aussi fiable et apporte toujours autant de crédit au manga.

L’édition de Tonkam est de bonne qualité, bon papier, bonne impression, pages couleurs et surtout les notes explicatives toujours aussi utiles.

Les aventures de Jin semblent loin de prendre fin et c’est tant mieux. Remercions Tonkam de continuer à nous sortir les tomes de ce superbe seinen.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9600
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: JIN

Message non lu par Koiwai » 12 nov. 2015, 09:13

Tome 1 :

2000. Neurochirurgien dans un hôpital de Tôkyô, Jin Minakata est la victime d'un étrange événement à l'issue d'une opération qu'il a effectuée sur une tumeur crânienne en forme de foetus : il se met à entendre d'étranges voix, puis, en chutant dans un escalier, se retrouve soudainement projeté 138 ans en arrière, 1862, dans les dernières années du Shogunat de l'ère Edo. Au sein de la capitale nippone de cette époque, il est amené à exercer son travail de médecin avec les moyens du bord...

Série emblématique de l'expérimenté Motoka Murakami, dessinée de 2000 à 2011, Jin repose sur une idée à la fois simple et complexe : comment vivaient, se soignaient et mouraient les ancêtres japonais d'il y a un siècle et demi ? Pour explorer cette interrogation, l'auteur se base sur une idée de voyage dans le temps qui aurait très bien pu se casser la figure dans des incohérences, mais c'était sans compter sur un énorme travail de recherche et d'approfondissement du personnage principal.
Ce dernier, médecin venu de l'an 2000, doit désormais exercer sa profession à l'époque Edo. Il a les connaissances contemporaine, mais ne possède plus le matériel moderne porté par toutes les avancées technologiques... Il lui faudra alors mettre en pratique des thérapies qui, forcément, à cette époque où les anciennes croyances sont encore actives malgré l'émergence de la médecine hollandaise, paraissent parfois folles.

Pour rendre crédible son récit, Murakami a effectué un important travail de documentation, son oeuvre étant d'ailleurs supervisée par d'importants noms japonais du domaine médical. Des opérations chirurgicales aux épidémies comme la rougeole, les opérations et les soins apparaissent donc très crédibles. Mais l'aspect médical n'est pas le seul à avoir bénéficié d'un gros travail, puisque c'est aussi le cas de la représentation visuelle de la ville d'Edo à cette époque et des moeurs de ses habitants. On découvre une ville jonchée de quartiers bien différents, tel le quartier d'Aioi et ses baraquements pauvres, où vivent des populations très diverses : personnes sans le sou vivant modestement et étant les premières victimes des épidémies, personnalités plus importantes comme un vassal du shôgun qui aura un rôle-clé dans la suite de la série, samouraï, familles... La plongée dans cette époque se veut aussi immersive que crédible, et l'on y suit avec grand plaisir les premiers "exploits" médicaux de Jin, bien que ses premières opérations crâniennes ne soient qu'une mise en place un brin répétitives. Dans la deuxième partie du volume, le cas de l'épidémie de rougeole est beaucoup plus intéressant et dramatique, d'autant qu'il soulève parfaitement le fait qu'à cette époque les gens pouvaient mourir de maladies qui, de nos jours, paraissent beaucoup moins grave. Et les différentes péripéties soulèvent également la place de la médecine à cette époque.

C'est en prenant aussi ça en compte que Jin doit exercer ses talents, sans prendre le moindre problème à la légère... et sans rien attendre en retour. Car on comprend vite que Jin est un héros avant tout humaniste, soignant les blessés et les malades sans autre considération. Tel le Blackjack de Tezuka, il met tout le monde sur un pied d'égalité, accorde la me^me attention à toutes les vies. Cela lui vaut évidemment la reconnaissance des gens qu'il rencontre (surtout des familles pauvres n'ayant habituellement pas la chance de voir un médecin), à commencer par la jeune Saki qui deviendra en quelque sorte une assistante et un soutien.
Est-ce pour autant un héros parfait ? Certainement pas, car Jin reste lui aussi, avant tout, un humain, avec ses doutes et ses faiblesses. malgré sa bonne volonté, il ne peut sauver la vie de tout le monde. Et si la plupart de ses patients le remercient, d'autres peuvent finir par regretter d'avoir été sauvés... Jin s'interroge beaucoup, surtout en fin de volume, sur son rôle exact dans cette époque où il n'est qu'un anonyme. A-t-il vraiment sa place là ? Pourquoi est-il arrivé en 1862 ? Et ne risque-t-il pas de changer le cours de l'Histoire en sauvant les malades ? Autant d'interrogations le rendant très humain et juste...

Visuellement, le trait des personnages, plutôt old school, colle bien à l'ambiance voulu et au cadre de l'Edo de 1862. A cela s'ajoutent ces décors très réalistes et un découpage classique faisant ressortir comme il se doit les personnages.

Déjà très riche et exploitant intelligemment son concept, Jin démarre de très belle manière.

L'édition est globalement honnête. notons que le choix des onomatopées traduites et remplacées a été fait. Mais on regrettera le peu de notes sur les termes médicaux. Il y a bien des explications en fin de volume, mais elles se limitent au nombre de 4 alors qu'il y a beaucoup plus de termes appartenant au registre médical pendant la lecture. Quelqu'un qui n'y connaît rien peut donc passer au-dessus de certaines choses... Cela ne nuit pas grandement à la lecture, mais c'est plutôt dommage.
Image

Répondre