Jusqu'à ce que la mort nous sépare

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9901
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Jusqu'à ce que la mort nous sépare

Message non lu par Koiwai » 08 juil. 2010, 00:45

Tome 11:

Tatsumi Daiba, l'un des dirigeants d'Elements Network, a chargé Mamoru, en guise de compensation à se désertion, de démanteler le clan Kakuhô, mené par Komura. Mais pour arriver jusqu'à ce dernier, notre samourai des temps modernes va devoir faire face aux hommes de Wiseman...

C'est à un volume 100% action auquel nous avons droit, une action qui, comme toujours, est rondement menée par un style graphique violent, dynamique et fin. L'ensemble se fait facilement prenant, d'autant que le redoutable Wiseman a mis ici en place de véritables pièges laissant la part belle à des combats stratégiques intenses. Plus d'une fois, Mamoru sera en difficulté, mais il pourra compter sur une Haruka qui, épaulée par un nouvel allié en la personne du mystérieux Pyro, va devoir tenter de limiter les débordements de notre héros. Très vite, à travers de très brefs retours sur le mystérieux entraînement de nos deux héros, on remarque que la jeune fille a évolué, est plus sûre d'elle et a encore progressé dans la gestion de son pouvoir.

Mené par des personnages charismatiques dont certains s'avèrent on ne peut plus mystérieux, le cocktail de ce tome s'avère détonnant et confirme la bonne impression laissée par les quelques derniers volumes parus. Le divertissement proposé ici est toujours aussi efficace, et l'on reste curieux de voir ce que la suite de la série nous réserve.
Image

Avatar du membre
Mamoru
Messages : 16
Enregistré le : 03 sept. 2010, 18:31

Re: Jusqu'à ce que la mort nous sépare

Message non lu par Mamoru » 05 sept. 2010, 20:14

cette série pour ma part c'est un véritable coup de coeur, acheté complètement au hasard, j'espère que la suite seras toujours aussi bonne ou mieux :D

Avatar du membre
hdix
Messages : 1554
Enregistré le : 28 août 2007, 14:46
Localisation : environs de bourg en bresse

Re: Jusqu'à ce que la mort nous sépare

Message non lu par hdix » 17 sept. 2010, 09:13

J'avoue que pour moi aussi c'est une bonne surprise.
J'apprécie toujours la lecture d'un tome.

Pourquoi j'ai acheté cette série, ca j'en sais rien, enfin si les premiers commentaires m'ont donné envie. mais sinon ... le hasard parfois..
Image
"SAVOIR PLUTÔT QUE CROIRE"

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9901
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Jusqu'à ce que la mort nous sépare

Message non lu par Koiwai » 04 janv. 2011, 00:10

Tome 12:

Avec l'aide de Senji, un yakuza du clan Kakuhô, Mamoru parvient à atteindre Wiseman, avec lequel il passe un pari: s'il parvient à éliminer Komura, Wiseman travaillera pour Mamoru. Notre héros s'exécute, et Wiseman se voit obligé de collaborer avec notre samourai des temps modernes, qui semble avoir une idée pour écarter définitivement toutes les menaces pesant au dessus de Haruka...

C'est avec cette idée en tête que Mamoru, Haruka et Senji se retrouvent face à des braqueurs de banque sanguinaires, qu'ils décident de mettre hors d'état de nuire. Pendant ce temps, l'inspecteur Genda croise la route du "Bouclier d'Aegis", qu'il décide de suivre.

En nous proposant une histoire de chasse aux braqueurs de banque peu originale, qui apparaît comme un cheveu sur la soupe et qui s'écarte assez de l'histoire principale, ce douzième tome se dresse en quelque sorte comme un volume de transition, voyant de nouvelles choses se mettre en place sans pour autant faire retomber le dynamisme du récit. Ainsi, grâce à l'histoire de braqueurs de banques, on se retrouve à nouveau avec un volume bourré d'action, une action toujours aussi bien rendue par le coup de crayon et la mise en scène virtuoses de DOUBLE-S, et l'on retiendra notamment un impressionnant duel de motos. Cet épisode sera également l'occasion de voir Senji affirmer sa détermination dans sa volonté de protéger Haruka, et verra surtout la jeune fille prendre de plus en plus de responsabilités.

D'un autre côté, le voile commence à se lever sur le mystérieux "Bouclier d'Aegis", et de nouveaux personnages encore totalement mystérieux apparaissent, comme Jésus en toute fin de tome.

Il faut savoir qu'ici, les nouveaux protagonistes sont en réalité issus d'autres séries parues au Japon mais pas en France, autres séries dans lesquelles apparaissent Mamoru, Haruka et Tatsumi. Nous avons donc ici une sorte de crossover entre plusieurs séries qui pourra apparaître tout à fait sympathique aux yeux des lecteurs japonais, mais qui, de par le fait que les autres séries en question soient inédites en France, passeront complètement à côté des lecteurs français, sans pour autant les gêner puisque, concrètement, cela ne change rien au fond.

Finalement, ce douzième tome nous propose une transition assez bancale de par l'arrivée soudaine d'une mission qui semble surtout faire office de remplissage en attendant le fin de la mise en place de nouveaux éléments dont on ignore encore totalement l'utilité. Ainsi, la lecture est sans surprise et l'on ignore totalement ou le scénariste veut aller, mais dans l'immédiat, l'essentiel reste assuré: la grande qualité visuelle des scènes d'action est toujours là, et l'on ne s'ennuie pas une seconde.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9901
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Jusqu'à ce que la mort nous sépare

Message non lu par Koiwai » 12 mai 2011, 13:23

Tome 13:

Après avoir géré brillamment la situation critique du précédent volume, Haruka a prouvé qu'elle était digne de confiance. Elle décide alors de rendre visite à Tatsumi Daiba pour proposer un nouveau plan d'action... La visite sera l'occasion d'en apprendre un peu plus sur cet homme, pilier d'Elements Network. Mais les révélations ne font que commencer: en effet, désireuse d'en savoir plus sur Mamoru, la jeune fille décide d'interroger Tatsumi, qui va lui révéler tout ce qu'il sait sur notre samourai des temps modernes...

Enfin ! Après de longs volumes d'attente à ce sujet, l'heure est enfin venue d'en apprendre plus sur le passé de Mamoru ! Comment notre héros a-t-il été amené à perdre la vue ? C'est notamment ce que nous promet de révéler ce qui s'ouvre comme un long flashback, puisque quasiment l'ensemble du tome nous plonge trois ans en arrière, au coeur d'une lutte contre des trafiquants d'enfants en Tchétchénie. Un flashback qui n'est toujours pas terminé à l'issue de ce volume, et qui, à vrai dire, n'a pas encore révélé grand chose sur Mamoru.
Pour le moment, les auteurs prennent le temps de nous servir une histoire dans le fond très classique de trafic d'enfants, mais rondement menée par une narration fluide, qui accumule efficacement les rebondissements, et par la virtuosité graphique de Double-S, qui ne cesse plus de s'améliorer. La mise en scène, appuyée par un découpage ingénieux et des plans bien choisis, remplit à merveille son rôle quand il s'agit de sublimer le trait fin et dynamique du dessinateur, auquel vient s'ajouter une petite pointe de gore bien dosée. Il est désormais indéniable que Double-S atteint des sommets dans les scènes d'action.

Dans l'immédiat, on n'apprend pas encore grand chose sur Mamoru, mais la curiosité du lecteur est bel et bien éveillée, tant et si bien que l'on a hâte d'avoir la suite de ce flashback entre les mains. Mais pour le moment, on se dit que le principal intérêt de ce retour en arrière ne se situe pas là, car cette lutte en Tchétchénie permet de mettre en avant un autre personnage, arrivé très récemment dans la série, mais que Mamoru connaissait déjà: Jésus. Qui est-il ? Quel est son lien avec Mamoru ? Cela, nous commençons à l'apprendre au fil des pages. Les deux hommes se croisent, s'intriguent, s'observent de loin, et l'on devine entre eux la naissance d'une rivalité mêlée d'un intérêt certain, les méthodes de l'un ne plaisant pas forcément à l'autre.

En nous proposant un flashback dans le fond classique mais redoutablement efficace, qui met efficacement en scène les personnages et débute quelques révélations bienvenues, Hiroshi Takashige et Double-S font redécoller un récit qui commençait à s'enliser un peu, et l'on a tout simplement envie de voir de quoi la suite sera faite. En somme, Jusqu'à ce que la mort nous sépare reste un très bon manga d'action.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9901
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Jusqu'à ce que la mort nous sépare

Message non lu par Koiwai » 21 août 2011, 16:36

Tome 14:

Avec le récit de Tatsumi Daiba, Haruka découvre enfin l'une des facettes du passé de Mamoru, lorsque celui-ci a perdu la vue. Ce quatorzième volume s'ouvre sur la suite et fin du flashback nous emmenant en Tchétchénie, lors de l'une des toutes premières missions de notre samourai des temps modernes, encore jeune et peu expérimenté, et où il rencontra pour la première fois Jésus, l'un des plus redoutables tueurs à gages du monde.

Ne comportant que peu d'accrocs après que Mamoru a perdu la vue (on reste d'ailleurs étonné de le voir combattre malgré tout si facilement son ennemi après être devenu aveugle, même s'il doit son salut à Jésus, mais passons), cette mission sous forme de flashback s'achève rapidement pour laisser place à de nouvelles considérations bien loin de nous emballer.

Retour dans le temps présent, où nos héros doivent faire face à de coriaces adversaires sur plusieurs plans. En effet, Elements Network doit intervenir dans un trafic d'armes liant les deux parties aujourd'hui séparées d'un pays africain fictif, la partie la plus riche, la blanche, exploitant la plus pauvre, la noire. S'en suit alors une lutte à partir de plusieurs points. Ainsi, tandis que Haruka est chargée par Mamoru et les autres de s'infiltrer dans un lycée regroupant des tueurs renommés pour y retrouver Jésus, le groupe de l'inspecteur Genda agit aussi de son côté. Et entre les deux, les ennemis pullulent, allant des tueurs du lycée à une organisation menée par des terreurs venues de New York.
Au beau milieu de ce bazar, on se demande où Hiroshi Takashige veut en venir. Ici, le scénariste multiplie les organismes criminels en nous perdant à moitié en cours de route, d'autant que certains éléments s'avèrent totalement capillotractés, à l'image de ce groupe de criminels de New York au look hip hop cliché au possible qui les décrédibilise totalement alors qu'ils sont censés être forts, ou de ce lycée regroupant sans qu'on sache vraiment pourquoi quelques-uns des meilleurs tueurs du monde. Mais bien sûr.

En attendant de voir où ce méli-mélo va nous mener, on reste un peu décontenancé par l'orientation que prend le scénario. On se contentera alors de profiter des dessins de Double-S, toujours redoutablement efficaces dans la mise en scène et le dynamisme. C'est déjà pas si mal.
Image

Avatar du membre
animan
Messages : 128
Enregistré le : 06 août 2011, 21:52
Localisation : Pittsburgh, PA

Re: Jusqu'à ce que la mort nous sépare

Message non lu par animan » 23 août 2011, 20:03

Koiwai a écrit :En attendant de voir où ce méli-mélo va nous mener, on reste un peu décontenancé par l'orientation que prend le scénario. On se contentera alors de profiter des dessins de Double-S, toujours redoutablement efficaces dans la mise en scène et le dynamisme. C'est déjà pas si mal.
Mouais, autant dire tout de suite que ça devient chiant. Marre de voir de la baston qui sert à rien.
"The best way to predict the future is to invent it." Alan Kay

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9901
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Jusqu'à ce que la mort nous sépare

Message non lu par Koiwai » 23 août 2011, 20:39

animan a écrit :
Koiwai a écrit :En attendant de voir où ce méli-mélo va nous mener, on reste un peu décontenancé par l'orientation que prend le scénario. On se contentera alors de profiter des dessins de Double-S, toujours redoutablement efficaces dans la mise en scène et le dynamisme. C'est déjà pas si mal.
Mouais, autant dire tout de suite que ça devient chiant. Marre de voir de la baston qui sert à rien.
Ca divertit puis ça s'oublie aussi vite. C'est bien le problème de cette série depuis quelques tomes.
Image

Avatar du membre
animan
Messages : 128
Enregistré le : 06 août 2011, 21:52
Localisation : Pittsburgh, PA

Re: Jusqu'à ce que la mort nous sépare

Message non lu par animan » 23 août 2011, 20:47

Je dirais plutôt que le début laissait présager un scénario élaboré et qu'on découvrirait une société underground bien sombre, mais les derniers tomes nous confirment qu'il n'y a en fait pas de scénario et l'auteur s'enlise peu à peu en sortant des clichés. :roll:
"The best way to predict the future is to invent it." Alan Kay

Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4622
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Re: Jusqu'à ce que la mort nous sépare

Message non lu par Wang Tianjun » 23 août 2011, 20:51

J'ai aussi eu pas mal de difficultés à suivre l'histoire (du moins, s'il y en a une ) sur les derniers volumes. Je crois que j'ai décroché à l'apparition du gars à la moto...

L'épisode sur le passé de Mamoru a en revanche relancé mon intérêt sur la série, qui repose vraiment sur ses premiers protagonistes.
(J'ai d'ailleurs apprécié l'hommage à Lone Wolf & Cub ! :twisted: )

Mais le retour au présent fut plus... douloureux. Même si il y a une volonté des auteurs de remettre les choses à plat, de repartir sur de nouvelles bases... On s'y perd déjà très vite ^^" Et pour le coup du lycée, il faudra une sacrée justification pour que ce beau monde s'y trouve, parce que là... :P
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Répondre