Jusqu'à ce que la mort nous sépare

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9942
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Jusqu'à ce que la mort nous sépare

Message non lu par Koiwai » 24 août 2011, 00:44

J'ai le sentiment que les auteurs auraient dû arrêter leur série plus tôt. Je ne le sens pas, le nouvel arc, tel qu'il est présenté. M'enfin, on verra bien.
Le passé de Mamoru m'a bien plu aussi :)
Et sinon, clair qu'on aurait pu éviter certains clichés... Franchement, le gang de New York typé petite frappe black hip hop :roll:
Image

Avatar du membre
animan
Messages : 128
Enregistré le : 06 août 2011, 21:52
Localisation : Pittsburgh, PA

Re: Jusqu'à ce que la mort nous sépare

Message non lu par animan » 24 août 2011, 01:11

Enfin, quand vous dites "les auteurs", Double-S n'y est pour rien là-dedans. ^^ Au passage, j'aime bien ses dessins mais je lui reproche que tous ses persos se ressemblent. :/

Sinon je pense que l'histoire aurait plutôt dû avancer directement quand Haruka est majeure et entraînée.
Et plus que le cliché hiphop c'est le cliché des mangas de baston où les spectateurs ne voient rien qui m'a vraiment soulé.
Pour le passé de Mamoru, je m'attendais à un passé plus obscur, du coup j'ai été déçu. La façon dont il a tué son maître, dont l'inspecteur le traitait de meurtrier et dont Mamoru ne voulait pas en parler me laissaient penser qu'il avait des raisons bien plus profondes mais en fait c'était un gentil adorateur du sabre. Pour la façon dont il a perdu la vue, j'ai aussi trouvé ça ridicule.
"The best way to predict the future is to invent it." Alan Kay

Avatar du membre
hdix
Messages : 1554
Enregistré le : 28 août 2007, 14:46
Localisation : environs de bourg en bresse

Re: Jusqu'à ce que la mort nous sépare

Message non lu par hdix » 30 août 2011, 09:35

Ben moi j'avoue aussi que je suis complétement paumé dans l'histoire.

j'ai lu ce tome 14 sans saveur.
je ne sais plus qui est qui et qui veut quoi.

J'ai trouvé sympa de voir le passé de mamoru, mais rien de transcendant.

je ne sais plus trop où ca nous mène. ca mérite relecture mais vu le rythme de parution, ca sert à rien, je vais encore oublier d'ici la sortie du prochain.

par contre le dessinateur est partie dans un trip à dessiner des grimaces sur ses perso, j'ai pas souvenir qu'il le faisait autant avant, et je trouve pas ca très réussit.. :?
Image
"SAVOIR PLUTÔT QUE CROIRE"

Avatar du membre
shun
Messages : 918
Enregistré le : 23 sept. 2004, 21:43

Re: Jusqu'à ce que la mort nous sépare

Message non lu par shun » 18 sept. 2011, 14:07

tome 14 :

le passé de mamoru était sympa mais je trouve que dans l'histoire du présent l'auteur s'enlisse et continue combat sur combat sans grande saveur, j'hésite fortement a laissé tombé.

edit : série revendue.
Modifié en dernier par shun le 12 janv. 2012, 22:13, modifié 1 fois.
Groupe facebook de vente manga en Belgique : https://www.facebook.com/groups/1024308 ... 6/?fref=ts

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9942
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Jusqu'à ce que la mort nous sépare

Message non lu par Koiwai » 12 janv. 2012, 12:21

Tome 15:

Suivant les instructions de Mamoru, Haruka retourne en cours, dans un lycée pour le moins particulier, puisque Jésus y est enseignant et qu'il regroupe pléthore de représentants de diverses organisations criminelles !

Pourquoi donc Mamoru a-t-il ordonné à Haruka de se rendre dans un lieu si dangereux ? Et d'ailleurs, pourquoi cet établissement regroupe-t-il autant de professionnels du milieu ? Les réponses ne tardent pas à arriver, et comme prévu il ne faudra se faire aucune illusion : tout ceci n'est rien d'autre qu'un gros prétexte assez vaseux que nous offrent les auteurs pour préparer le terrain à une déferlante d'action.

Et ça tombe bien, l'action ne tarde pas à revenir sur le devant de la scène, avec l'infiltration dans l'établissement des combattants d'élite de la Black Unit (nom très recherché s'il en est), qui annoncent leur venue ainsi que la couleur : leur cible n'est autre que Haruka, et quiconque se mettra sur leur chemin en paiera le prix fort, la seule règle étant d'éviter de se faire repérer par les élèves normaux, qui risqueraient d'y passer auquel cas...

Sur ces bases, l'action reprend ses droits. L'idée des affrontements devant rester discrets pour ne pas éveiller les soupçons des élèves normaux est intéressante, et le coup de crayon de Double-S est toujours aussi efficace, mais en aucun cas cela ne parvient à faire oublier les facilités de plus en plus visibles de la série. On ne passe pas un mauvais moment à la lecture, mais les craintes sont de plus en plus présentes quand on voit que les auteurs n'offrent ici qu'une succession de combats dans tous les sens, entre divers personnages que l'on connaît bien (Mamoru, Jesus...) ou alors inconnus (parmi ceux-là, une seule, en la personne d'Anna, parvient vaguement à se détacher). Le comble est atteint quand on voit que Hiroshi Takashige ne cherche même plus à justifier les techniques pourtant variées et parfois originales de ses combattants, à l'image de l'ennemi utilisant des sphères dévastatrices, ou de celui pouvant se rendre invisible. Ici, c'est simple, la présentation des armes et techniques se résume plus que jamais au strict minimum : ça fait super mal, parce que c'est de la haute technologie. Ah, d'accord.

Comme si ça ne suffisait pas, le dernier chapitre est dédié à un épisode spécial revenant sur Haruka, et sur des choses que l'on sait déjà. Un moyen comme un autre de combler un trou ?

Bref, il semble qu'il ne faille plus rien attendre du scénario de Jusqu'à ce que la mort nous sépare, qui est devenu inexistant. En multipliant les organisations, en se contentant de nous offrir de l'action en ne justifiant quasiment plus rien, Hiroshi Takashige tend à nous confirmer qu'il ne sait absolument pas où il va, qu'il ne sait pas quand et comment finir sa série, et qu'il préfère donc rallonger la sauce par défaut. On se contente alors de profiter bêtement des dessins dynamiques de Double-S. C'est creux, mais ca divertit... Mais pour combien de temps encore ?
Image

Sorrow
Messages : 1270
Enregistré le : 14 janv. 2008, 22:28
Localisation : Entre deux mondes

Re: Jusqu'à ce que la mort nous sépare

Message non lu par Sorrow » 12 janv. 2012, 15:41

Koiwai a écrit :Bref, il semble qu'il ne faille plus rien attendre du scénario de Jusqu'à ce que la mort nous sépare, qui est devenu inexistant. En multipliant les organisations, en se contentant de nous offrir de l'action en ne justifiant quasiment plus rien, Hiroshi Takashige tend à nous confirmer qu'il ne sait absolument pas où il va, qu'il ne sait pas quand et comment finir sa série, et qu'il préfère donc rallonger la sauce par défaut. On se contente alors de profiter bêtement des dessins dynamiques de Double-S. C'est creux, mais ca divertit... Mais pour combien de temps encore ?
Je le pressentais, et j'ai donc revendu la série depuis un moment. L'action a bien sûr son importance, mais ce n'est pas ce qui m'avait plu dans les prémisses du titre. J'aurais aimé voir Haruka et son garde du corps voyager un peu, afin d'échapper à leurs poursuivants par exemple, surtout que l'organisation qui les protège ne manque pas de moyens. Mais si c'est juste pour voir du combat, dans un environnement lycéen, avec des persos qui posent, je préfère encore lire Bleach...
"Les bons livres sont une ancre pour ton bateau dans le port de la vie. Même si une grande vague arrive, ton bateau ne sera pas emporté. Tu pourras mettre les voiles quand tu auras accumulé suffisamment de forces et de connaissances."
"Et moi aussi j'ai un rêve stupide qui me tient à coeur. Il est temps de me bouger pour le réaliser."
"Don't Think, Feel!"

Avatar du membre
hdix
Messages : 1554
Enregistré le : 28 août 2007, 14:46
Localisation : environs de bourg en bresse

Re: Jusqu'à ce que la mort nous sépare

Message non lu par hdix » 12 janv. 2012, 15:57

Ouais ben, ca me fait ch$ù*

moi j'aimais bien cette série. je suis un peu deg de la tournure que prend le scénar.
c'est juste du gachi :?
Image
"SAVOIR PLUTÔT QUE CROIRE"

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9942
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Jusqu'à ce que la mort nous sépare

Message non lu par Koiwai » 12 janv. 2012, 16:15

Oui, c'est dommage, j'ai vraiment l'impression que Takashige ne sait pas comment finir son truc, et que du coup il rallonge la sauce. De mon côté, j'espérais beaucoup de la relation entre Mamoru et Haruka, également du personnage de Sierra et du flic, j'espérais voir leur relation se consolider au fil du temps, évoluer, etc... et finalement, tout ça est totalement au second plan, voire inexistant. Maintenant, c'est juste de l'action pour de l'action. Heureusement qu'il y a Double-S aux dessins, sinon ce serait poubelle. 'fin, quand on voit que ce dernier avoue dans la préface du tome qu'il n'a plus la même passion qu'avant pour le dessin, je me demande encore plus où va aller cette série...
Image

Avatar du membre
hdix
Messages : 1554
Enregistré le : 28 août 2007, 14:46
Localisation : environs de bourg en bresse

Re: Jusqu'à ce que la mort nous sépare

Message non lu par hdix » 28 janv. 2012, 12:30

ca y est tome 15 lu.

vite lu, y a pas grand chose dans ce tome. juste de la baston, y a même plus d'histoire, c'est a peine si on sait pourquoi ils font tout ca.

ca me fait peur pour la suite du scénario.

coté dessin, ce que dit double S dans la préface, je l'avais déjà ressenti sur le tome précédent, mais là c'est encore plus flagrant. il n'a plus la même motivation et ca se voit carrément. du coup par curiosité, j'ai repris les premiers tomes, et les dessins étaient vraiment mieux, c'est d'ailleurs ce qui m'avait attiré dans cette série. et là ce n'est plus pareil. les traits sont comme bâclés, les remplissages sont pas top, les décors moins fins. enfin ca m'a vraiment choqué dans ce tome là encore plus que le précédent. ca sent le roussi si double S n'assure plus ca part non plus.

sniff
Image
"SAVOIR PLUTÔT QUE CROIRE"

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9942
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Jusqu'à ce que la mort nous sépare

Message non lu par Koiwai » 23 août 2012, 20:24

Tome 16 : bah c'est nul, y a pas d'autres mots :|

Ce qui est formidable avec ce tome de Jusqu'à ce que la mort nous sépare, c'est que le scénariste fait dire à l'un de ses personnages ce que l'on pense depuis quelques volumes : "C'est tout de même ridicule, de soi-disant adultes qui se rassemblent dans un lycée pour s'entretuer !"

On n'aurait pas dit mieux, tant la série a baissé en qualité depuis le début de l'arc en cours. Mais commençons par le commencement : le précédent tome laissait Jésus et Mamoru dans une position difficile, ce dernier étant même sur le point de se faire capturer par l'ennemi. Anna met alors au point un plan : se servir des pouvoirs de prescience de Haruka pour s'en sortir. Voilà voilà. Et pendant ce temps, un peu partout, des gens se mettent sur la gueule tandis qu'on essaie toujours de cerner quel est l'objectif exact de chacun. Les Twenty-Four, les Trumps et les alliés de Haruka se croisent et se battent joyeusement, tandis que le lecteur essaie désespérément de savoir où le scénariste veut en venir.
Pour tenter de justifier ce fourre-tout, Hiroshi Takashige tente vaguement d'apporter un certain background à quelques protagonistes en leur offrant, le temps d'une ou deux phrases balancées ça et là, des motivations qui prêteront le plus souvent à sourire tant elles accumulent les plus gros clichés du genre. Que l'un se batte à fond pour sortir son peuple de la misère, passe encore, mais qu'une autre se batte simplement par fierté ou parce que "olala, le méchant a nommé une personne qui m'est chère par un surnom qu'elle déteste" a quelque chose d'assez facile et ridicule. Ona bien du mal à s'intéresser aux bombreux individus mis en scène, et à vrai dire, seul Zelm, l'instructeur des Trumps, s'en sort à peu près.
Mais le plus gros problème de tout ça, c'est que pendant ce temps, le semblant d'histoire de cet arc n'avance pas d'un poil !

A défaut d'avoir ici un scénario qui tient la route ou qui avance, on espère alors pouvoir se rabattre une énième fois sur les talents de dessinateur de Double-S, histoire d'avoir notre dose d'action bien fichue. Mais quand on voit l'auteur déclarer ne plus réussir à dessiner avec plaisir et passion, on comprend que la seule qualité qui reste à la série est en danger. Et ça se confirme rapidement : jamais les scènes d'action n'avaient été aussi soporifiques, le dessinateur se contentant du minimum, que ce soit dans le découpage ou dans le dessin en lui-même, qui souffre à plusieurs reprises de grosses inégalités ou d'un relâchement total (on restera notamment un peu consterné par le combat dans le noir). Double-S ne prend même pas la peine d'effectuer un minimum de transition quand il passe d'un combat à l'autre, ce qui rend vite le tout saoulant, et les scènes de combat sont réduites à peau de chagrin, expédiées, jamais prenantes et immersives, et même pas rattrapées par les armes de haute technologie (dont les caractéristiques plus improbables que jamais et les explications techniques a moitié incompréhensibles rapprochent toujours plus le titre d'une parodie de manga d'action), mal mises en avant.

La série franchit donc ici cette barrière de la médiocrité avec laquelle elle flirtait depuis quelque temps, et le dessin lui-même, qui ne respire plus du tout la passion, ne parvient plus à éviter le naufrage : ce volume est plat aussi bien scénaristiquement que visuellement, enchaîne les facilités et les répliques clichés, et l'on s'ennuie comme jamais en ne comprenant toujours pas où tout cela va mener... Les auteurs le savent-ils eux-mêmes ?
Image

Répondre