Ultra Heaven

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.

Ultra ...

... Paradise : le Nirvana !
2
33%
... Cool : bien mais sans plus.
4
67%
... Bof : pas de quoi sauter au plafond ...
0
Aucun vote
... Naze : le gros Bad Trip, ça m'a dégouté !
0
Aucun vote
... Discret : inconnu au bataillon !
0
Aucun vote
 
Nombre total de votes : 6

Avatar du membre
Crack
Messages : 128
Enregistré le : 11 avr. 2008, 18:35

Ultra Heaven

Message non lu par Crack » 29 avr. 2008, 17:04

ImageImage

Auteur : Keiichi Koike
Type : Seinen
Genre : Suspens, Action
Nombre de volumes : 2 en France, 2 au Japon série toujours en cours
Editeur : Glénat
Prix : 10€


Résumé :

Dans un monde futuriste où l’usage des drogues est encouragé par tous les médias, un homme, toujours en quête de sensations fortes, recherche la drogue ultime, celle qui abolirait les frontières entre rêve et réalité. Sa quête le mène jusqu’à l’Ultra Heaven, une substance d’un genre nouveau, tellement expérimentale qu’elle ne circule que sous le manteau. Il décide de la tester, sans imaginer les conséquences que ce choix aura sur sa vie…


Avis :

Ultra Heaven 1 :
Voilà un manga bien atypique ! Extraordinaire même.
Surtout, ne soyez pas dissuadé par le prix (10€), d’autant plus que Glénat a fait bon boulot sur ce titre : traduction cohérente, pas de défauts d’impression, papier souple et couverture intrigante.
Alors, concrètement, c’est quoi Ultra Heaven ?
Et bien Ultra Heaven, c’est une œuvre qui nous projette dans une société futuriste, où les drogues, principalement hallucinogènes, sont non seulement légalisées, maus aussi abondamment commercialisées et consommées.
Le mangaka, Keiichi Koike, a poussé sont univers très loin, imaginant toutes sortes de drogues et de technologies futuristes. Ce qui est très jouissif, c’est que l’on sent qu’il a pris beaucoup de plaisir à imaginer ce monde complètement dingue, c’est le cas de le dire.
Paradoxalement, le scénario fait plutôt dans le classique. Ultra Heaven met en scène un jeune toxico, consommateur lambda à la recherche de sensations fortes pour fuir une société qui le désabuse. Nous suivons Kab, car c’est son nom, tester toutes sortes de « pompes », aux effets multiples.
Et c’est à partir de là que ça devient réellement extraordinaire. Nous ne regardons pas seulement ses bads-trips, nous les vivons avec lui ! Grâce à une mise en page totalement novatrice et à des trouvailles graphiques bluffantes, Keiichi Koike parvient à nous donner la désagréable sensation de s’être injecté la même drogue que le narrateur. C’est vous dire, j’ai presque eu la nausée en lisant ce tome.
Ajoutez à cela un bouquet final grandiose, à la fois étonnant et détonnant, et vous obtiendrez une bombe graphique et scénaristique. Sale, déroutant, Ultra Heaven est de loin mon coup de cœur de ce début d’année.


Ultra Heaven 2 :
Après un premier tome particulièrement réussi, le deuxième opus du manga confirme l’unicité d’Ultra Heaven. Cependant, Mademoiselle Déception pointe le bout de son nez une fois le volume refermé.
En effet, on assiste toujours aux hallucinations délirantes de Kab, cette fois ci accompagné d’une de ses amies, tout aussi toxicomane que lui.
Une fois n’est pas coutume, les bads-trips sont extrêmement bien mis en scène : le lecteur finit par se perdre dans le labyrinthe hallucinatoire d’Ultra Heaven. D’ailleurs, c’est à la fois une qualité et un défaut. On a parfois beaucoup de mal à suivre les divagations des deux protagonistes, ce qui fait que l’on s’en désintéresse peu à peu, au fur et à mesure que les trips s’enchaînent. Dans le tome 1, il y avait pour chaque hallucination un certain « retour » à la réalité, qui nous permettait de digérer ce que nous venions de vivre. C’est ce qui m’a manqué dans ce second tome.
Une succession d’hallucinations, donc, qui ne fait pas réellement avancer la trame principale esquissée dans le premier opus, et qui rend l’œuvre quelque peu incompréhensible, notamment vers la fin.
Je conseille tout de même, pour le côté extraordinaire de la mise en page et pour les subtilités graphiques des planches.
Espérons que le mangaka corrigera le tir dans le 3ème tome, qui, soit dit en passant, n’est pas près de sortir en France (puisqu’il n’est pas encore sorti dans le pays du soleil levant).

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9708
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Ultra Heaven

Message non lu par Koiwai » 29 avr. 2008, 19:40

Une seule hâte: lire cette saleté de volume 3 :? En espérant que ce soit le dernier, parce que 1 tome tous les 3 ans, euuuh... :lol:

A part ça, excellente oeuvre, à essayer :D
Image

Avatar du membre
Daigoro
Messages : 2186
Enregistré le : 04 févr. 2005, 18:51
Localisation : Edo

Re: Ultra Heaven

Message non lu par Daigoro » 30 avr. 2008, 19:34

un manga qui m'attirait et que j'attendais mais au final une légère déception, car en fait je trouve que ca va trop loin dans le délire..; je ne dis pas que les scènes de "trans" sont mal retranscrite, bien au contraire, on comprend l'enchainement de chaque "plongeon" mais c'est trop long ... l'auteur en rajoute... je répète que c'est très bien imagé, pensé et mis en page etc, etc... mais quand il pourrait se contenter de 6-8 pages de "descente", on a droit à la 12aine...

ce qui fait qu'au final on apprécie le dessin, certes , on "voyage", mais à côté de ca, l'histoire reste un peu en plan,et vu le débit du mangaka... :? plouf plouf...

donc ravi de la lecture mais déçu à chaque fin de volume parce que finalement, ca avance pas trop ( ca me fait un peu penser tout de suite au dernier volume d'Homonculus...)
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9708
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Ultra Heaven

Message non lu par Koiwai » 18 oct. 2010, 18:47

Wow, je déterre ce topic 2 ans et demi plus tard ! Car oui, c'est un miracle, le tome 3 est enfin sorti :o


Tome 3:

Il y a des séries dont on n'ose plus espérer la suite tant elle se fait attendre. Ultra Heaven fait partie de celles-ci. Et pourtant, après une attente de plus de deux ans et demi, le troisième opus du plus shooté des manga débarque enfin, prêt à nous replonger dans des délires visuels et des hallucinations toujours plus forts.

Et des hallucinations, il y en aura à la pelle dans ce troisième tome, dans lequel Kab découvre le Drome, un grand complexe dédié à la méditation et aux expériences de l'esprit. Une fois à l'intérieur, il participe à une séance de méditation collective qui voit les pensées des gens se concrétiser. Mais alors que Kab découvre à peine les richesses du Drome, une rixe éclate entre les personnes venant ici pour s'amuser, et les défenseurs d'une ascèse spirituelle radicale appelés Utopistes. Kab ne peut que suivre cela, jusqu'à ce qu'apparaissent les Masters, des êtres si puissants qu'ils ne sont pas censés intervenir au sein du Drome. Le conflit prend de l'envergure, et Kab s'y retrouve mêlé. Mais rapidement, il dévoile une force insoupçonnée...

Ce troisième tome se consacre entièrement au Drome, à la découverte de son fonctionnement et de ses principes par Kai, aux rencontres amies ou ennemies qu'il y fait et aux conflits qui le régissent. Des conflits largement propices à des joutes verbales pendant lesquelles il faudra régulièrement s'accrocher, tant l'auteur part dans le métaphysique. Pour pouvoir suivre au mieux l'ensemble, il convient d'avoir pris soin de relire les deux précédents volumes, ne serait-ce que pour reprendre totalement possession du trip de Keiichi Koike.

A côté de ça, tout laisse penser ici que Kab aura un rôle important à jouer au sein du Drome.

En plus d'un fond qui s'agrandit, s'enrichit en partant loin dans le métaphysique, il faudra toujours compter sur le style graphique impressionnant de l'auteur, usant et abusant d'effets visuels dans le découpage, les plans choisis et, plus simplement, le dessin en lui-même lorsque Koike s'applique à représenter les pensées les plus folles de ses protagonistes. Le coup de crayon est dense, hachuré, bourré de détails, et l'on peut facilement comprendre pourquoi il faut tant de temps à l'auteur pour concevoir un volume.

Non, vous n'êtes pas sous cachets, vous avez simplement lu le troisième tome d'Ultra Heaven. Plus que jamais, Keiichi Koike part dans son trip, et le titre, s'il risque de rebuter beaucoup de monde de par ses débats métaphysiques très denses, continuera de séduire les lecteurs les plus persistants, à la recherche d'une expérience unique en son genre.

A présent, une question apparaît dans nos esprits inquiets: à quand le prochain tome ?
Image

Répondre