Sun-Ken Rock

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.

Z'en pensez quoi ?

Sun-Ken roxe !
22
73%
Sun-Ken bon !
7
23%
Sun-ben bof...
1
3%
Sous-Ken crotte !
0
Aucun vote
Sun-que quoi ?
0
Aucun vote
 
Nombre total de votes : 30

Otaku62
Messages : 1256
Enregistré le : 01 mars 2009, 14:48

Re: Sun-Ken Rock

Message non lu par Otaku62 » 30 juin 2009, 10:41

il est vrai que je suis d'accord avec les commentaires cités pour ce volume 5.Le tome 6 annonce effectivement beaucoup de baston(trop?)...espérons que cela ne se déroule pas comme dans le tome 3 qui m'avait laissé un arrière goût tellement il s'était achevé vite au niveau de la prise de la tour...
Reste tout de même un dessin de très bonnes qualité tout comme l'édition de doki doki...

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9600
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Sun-Ken Rock

Message non lu par Koiwai » 17 sept. 2009, 18:28

Tome 6:

Entraînés à son insu dans une lutte entre un casino et un géant industriel, Ken et sa bande ont décidé de se rebeller en faisant main basse sur le casino en question. Pour cela, les membres du gang doivent faire face à la véritable armée du casino, pendant que Ken part affronter le mafieux qui le dirige. Mais avant d'atteindre le chef, notre héros doit venir à bout de ses cinq lieutenants. Ce volume voit Ken affronter les quatre premiers lieutenants les uns après les autres.

Décevant. C'est le terme qui convient parfaitement à l'avancée de ce volume, extrêmement linéaire, Ken devant affronter à tour de rôle chacun des lieutenants se présentant sur son passage.
Pour le reste, les combats en eux-mêmes sont rendus prenants par un coup de crayon toujours aussi précis, détaillé et dynamique, faisant parfaitement ressortir toute la violence et la puissance des personnages. De plus, Boichi ne s'arrête pas à de la simple baston, puisqu'il développe les différentes raisons qui poussent chacun des lieutenants à obéir à leur chef. Devant trouver des réponses à leurs arguments tout en les combattant, Ken en vient donc à se forger ses propres idées sur certains points et se rapproche de plus en plus d'un véritable boss.
Cependant, un gros bémol vient entacher la seconde moitié du volume: le troisième lieutenant est une jeune et jolie demoiselle souhaitant tuer Ken en lui procurant du plaisir. Pourquoi pas. Après tout, on connaît à présent le goût qu'a Boichi pour les scènes érotiques. Mais le problème est que celle ici présente s'étale sur 80 pages, et ce genre de passage utilisé à outrance a tendance à devenir fade et lourd, d'autant que les scènes à rallonge utilisées ici n'apportent aucune utilité au récit. Et quand l'auteur nous apprend dans son petit mot qu'il souhaite développer encore plus l'aspect érotique de son manga, on peut craindre le pire pour la suite. A voir.

Un peu affaibli par sa linéarité et ce passage érotique qui aurait été sympathique s'il avait été plus court, ce sixième volume reste malgré tout très plaisant à lire grâce à ses scènes d'action furieuse toujours aussi convaincante et le fait que Ken se rapproche de plus en plus d'un véritable boss.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9600
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Sun-Ken Rock

Message non lu par Koiwai » 01 déc. 2009, 02:31

Tome 7:

Si l'on excepte les dernières pages, ce septième volume est entièrement axé sur la fin de la lutte de Ken dans le casino, et voit donc notre héros confronté au redoutable Yong-Bae, qui, à son tour, questionne Ken sur ses motivations. Tout au long de ce combat très long dans lequel viennent par la suite s'immiscer le boss du casino, mais également Marin, envoyé en renfort par Tae-Soo, on n'a pas le temps de s'ennuyer tant l'ensemble est une nouvelle fois rendu très dynamique et violent par les dessins précis, détaillés et expressifs ainsi que le découpage fluide et percutant de Boichi. L'adversaire est très coriace, et à chaque fois qu'il semble défait, la détermination de Ken fait qu'il se relève plus fort. Par ailleurs, notre héros, au coeur de tout ceci, affirme à nouveau ses principes et a à chaque fois un peu plus l'étoffe d'un chef de gang. La petite mise en avant du personnage de Marin, si souvent en retrait depuis le début de la série, est également sympathique. Enfin, le personnage de Yong-Bae est lui-même plutôt intéressant.

Après ce combat qui propulse Ken au rang de plus puissant boss de Corée, c'est avec intérêt, mais sans réelle surprise, que le lecteur découvre que le mystérieux Tae-Soo est loin d'être étranger à tout ce qui vient de se dérouler... L'occasion pour Boichi de revenir sur le passé et du personnage ainsi que les motivations qui avaient à l'origine poussé ce dernier à choisir Ken comme boss.

Enfin, les dernières pages de ce tome nous annoncent le retour attendu d'un personnage dans les premiers volumes de la série, et qui semble avoir suivi son propre chemin depuis.

Bourré d'action, ce septième volume conclut bien la partie sur le casino, voit Ken prendre encore du galon, révèle pas mal de choses sur Tae-Soo et nous annonce une suite intéressante. L'ensemble prend bien et se révèle toujours aussi divertissant.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9600
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Sun-Ken Rock

Message non lu par Koiwai » 09 mars 2010, 23:45

Tome 8:

Après l'assez intense arc du casino, il semblerait que Boichi ait cru bon de détendre un peu l'atmosphère de sa série. Ce huitième volume s'ouvre donc sur 3 chapitres n'ayant pas d'autre intérêt que de faire sourire le lecteur en usant de son désormais habituel humour gras et en mettant ses héroïnes dans des situations pour le moins équivoques.
Sur ce dernier point, l'auteur va encore plus loin que d'habitude dans un premier chapitre nous expliquant comment la jolie Kae-Lyn s'est retrouvée entièrement nue, le corps complètement recouvert de diverses sauces... Hem, pourquoi pas.
Le deuxième chapitre marque le retour de Yumin, qui doit retrouver Ken pour un rendez-vous qui va vite partir en vrille. Moins poussé que dans le chapitre précédent, l'aspect sexy est toujours là, avec notamment une Yumin se retrouvant dans un costume de...maid. L'humour est également là. On notera tout de même, au détour d'une page, que Yumin ne semble pas si désintéressée que ça par Ken, attendant patiemment une nouvelle déclaration de notre héros.
Dans le troisième chapitre, on dit quasiment au revoir aux jeunes filles sexys et à l'humour, pour suivre notre héros lors d'un voyage effectué avec les autres membres de son goshiwon. Face à une bande de loubards, il préfère faire profil bas devant les autres pour ne pas révéler son identité, quitte à passer pour une lavette, mais ne tardera pas à faire parler les poings une fois que ceux-ci seront éloignés.

Après ces trois chapitres, soit un total de 90 pages durant lesquelles les lecteurs friands de l'humour et de l'aspect sexy du manga de Boichi seront comblés, et les autres désespérés, les choses sérieuses reprennent... Sérieuses, vraiment ? Pas tout à fait...
Suite aux ambitions de Tae-Soo qui souhaite obtenir le soutien d'un grand parrain de la mafia italienne, Ken et sa bande partent à la rencontre de ce dernier en Italie. Là-bas, pendant que Tae-Soo parlemente avec le parrain, ils font la connaissance de Benito Armani, un de ses sbires, un jeune garçon particulièrement bien membré (si si, ça a plus ou moins son importance), dragueur invétéré, se surnommant lui-même "l'étalon italien" (Boichi, fan de Stallone ?). Alors que tout le monde semble persuadé que Tae-Soo est le chef du gang, Benito, lui, distingue en Ken l'aura du véritable boss, et décide d'enquêter à ce sujet. Et quand il se mettra à draguer ouvertement Kae-Lyn, mais aussi Yumin en voyage en Italie, la réaction violente de Ken confirmera sa première impression.
En dehors de la négociation entre Tae-Soo et le parrain, on se demande bien où Boichi veut en venir, l'auteur se contentant à nouveau d'enchaîner passages d'humour pas fin pour un sou (souvent basé sur la taille de l'engin de Benito, par exemple, pour vos donner une idée...) et jeunes femmes sexys dans des positions compromettantes, jusqu'à ce qu'on arrive dans les dernières pages du volume, qui voit la bande de Ken s'agrandir d'un nouveau membre, et laisse le lecteur sur une note un peu plus sombre en ce qui concerne la mission que le parrain confie à Benito.

Visuellement, le trait de l'auteur est toujours aussi bon, que ce soit pour dépeindre des scènes d'action puissantes, des protagonistes aux expressions et aux déformations amusantes, des personnages féminins sexys à souhait, et des décors plaisants (les reproductions des différents monuments et villes d'Italie sont très convaincants).

Un huitième volume dans le fond beaucoup moins bon que d'habitude, mais qui plaira malgré tout aux fans du style de Boichi, de son humour particulier, de ses demoiselles sexys, et de son coup de crayon toujours aussi saisissant.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9600
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Sun-Ken Rock

Message non lu par Koiwai » 07 sept. 2010, 14:11

Tome 9:

Ken est devenu le boss de l'un des plus puissants gangs de la Corée. Mais notre héros est fatigué de devoir cacher la vérité à Yumin, la femme qu'il aime et pour laquelle il est venu en Corée. Aussi, décide-t-il de... démissionner ?! En effet, Ken a l'opportunité de devenir le road manager de Sun, une célèbre idol star de la chanson. Ken pense avoir enfin trouvé un bon travail paisible... mais ce qu'il ignore, c'est que la compagnie dans laquelle il s'est engagé fait partie de son gang... et donc, que le tout lui appartient !

Avec ce neuvième tome, Boichi se fait encore plaisir en explorant une nouvelle voie: celle du monde impitoyable du show business et de la chanson. On suit donc le nouveau job de Ken, qui, après un heureux hasard, se retrouve road manager de la jolie Sun. Un travail qui, contrairement à ce qu'il pensait, est loin d'être de tout repos, entre des nuits très courtes, et des supérieurs tyranniques, parfois réellement détestables car profitant sans vergogne des idols. Mais dans le monde du show business, la hiérarchie se doit d'être strictement respectée pour éviter tout problème, et c'est un Ken obligé de se plier aux règles que nous retrouvons ici.

Avec ce tome, Boichi dresse donc un portrait acerbe du milieu du show business, entre des supérieurs évacuant leur pression sur leurs employés, d'autres encore n'ayant aucune considération pour les rêves et les talents des jeunes filles et cherchant simplement à faire du fric, et d'autres encore allant jusqu'à profiter du corps de ces demoiselles sous prétexte qu'elles doivent être prêtes à tout si elles veulent réaliser leur rêve... Face à ces diverses situations dont certaines que Ken ignore encore, on se demande comment notre héros, désireux de protéger avant tout les rêves des jeunes filles, réagira par la suite.

Ici, malgré quelques notes d'humour toujours présentes mais plus en retrait, Boichi n'est pas tendre, et son coup de crayon non plus. Le volume est vendu sous plastique, et l'on comprend facilement pourquoi: l'auteur n'est jamais allé aussi loin dans l'érotisme depuis le début de sa série. Quand cela sert l'histoire, ça peut être pertinent en plus de flatter les yeux des lecteurs, d'accord. Quand il s'agit juste d'en remettre une couche, comme c'est le cas avec une Sun cherchant du réconfort à sa solitude en s'exhibant devant notre héros, cela devient vite plus indigeste, encore plus quand c'est mal amené, et c'est le cas ici.

L'auteur ne trahit donc pas son style, et le pousse même encore plus loin: au beau milieu de cette critique sans véritable finesse mais assez jouissive dans son genre du show business, le goût pour l'érotisme est toujours là, de même que l'intérêt de Boichi pour la cuisine. Le problème reste que le mélange est assez mal dosé.

Une autre question nous titille, une question que l'on a déjà eu l'occasion de se poser à quelques reprises auparavant: où Boichi va-t-il nous emmener dans la suite de son manga ? Quand on voit ici à quel point l'oeuvre dévie de son sujet mafieux de base, on se pose de plus en plus la question.

Avec ce tome, on sent que Boichi se fait à nouveau plaisir en abordant les thèmes qu'il a envie d'aborder, ici le show business, et en mettant toujours en scène, parfois de manière trop poussée, les éléments qu'il apprécie tant, comme l'érotisme et la cuisine. Le lecteur appréciant plus le style de l'auteur que la logique du fond de son histoire mafieuse resteront comblés, et les autres s'interrogeront sur la capacité qu'a le mangaka à faire partir son oeuvre dans tous les sens.
Image

Coco Felken
Messages : 92
Enregistré le : 31 août 2010, 13:07

Re: Sun-Ken Rock

Message non lu par Coco Felken » 08 sept. 2010, 19:42

Très clairement le plus mauvais tome de la série jusqu'à présent pour moi. La pseudo-critique du milieu du showbiz (on voit d'ailleurs qu'il faut un énorme talent pour faire ressentir la musique par le dessin, chose qu'arrivent à faire harold Sakuishi ou Tomoko Ninomiya mais pas Boichi...) est largement éclipsée par un nombre de scènes de sexe assez conséquent dans la seconde moitié du volume, notamment cette fameuse double scène avec Ken et Sun dans le monte-charge pendant que le producteur "monte" une starlette dans les cuisines... D'ailleurs, lorsqu'on la voit crier "je vais jouir" ou "oh oui c'est bon", on dépasse allègrement le cadre du cliché. Bref, un tome que je n'ai vraiment pas aimé et qui ne me donne même plus envie de lire la suite, chose que je ferai quand même puisque je pense que Ken va distribuer les mandales dans le tome 10.

Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4622
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Re: Sun-Ken Rock

Message non lu par Wang Tianjun » 13 janv. 2011, 08:22

Tome 10 : malheureusement, il est clairement dans la lignée du tome précédent, et justifie pleinement son emballage plastique... Boichi devrait renommer son manga "Sun Ken Fock"...
[spoiler]Même en découvrant la vérité sur le droit de cuissage, Ken ne se révolte pas, ou alors très peu, avec des phrases du genre "Arrêtez ça, c'est pas très très bien !". Wahou... :roll:
La suite prend même des tournures de mauvais hentai (quoique j'ai du lire des hentai avec un meilleur scénario) :
"Ah le petit Ken trouve que c'est mal d'abuser des jeunes filles ? Mettons-le dans des situations où il sera obligé de craquer !".... Et là, tout y passe... :shock:[/spoiler]

D'ailleurs, "Space Chief Caisar" est presque aussi navrant dans son genre...
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9600
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Sun-Ken Rock

Message non lu par Koiwai » 16 janv. 2011, 14:09

Tome 10:

Après un neuvième tome en demi-teinte et qui laissait envisager le pire pour la suite de la série, Boichi nous sert ici ce qui est, de loin, le plus mauvais tome du manga depuis ses débuts.

Les quatre demoiselles destinées à former le nouveau groupe d'idols sont choisies, et Ken peut enfin commencer son travail de road manager auprès d'elles. Mais alors qu'il se montre plein d'enthousiasme, quelle n'est pas sa surprise de découvrir que son supérieur et le directeur abusent des jeunes filles désireuses par-dessus tout devenir des stars, même si elles doivent pour cela abandonner tout honneur ! Une situation que Ken supporte mal, si bien qu'il en oublie tout respect de la hiérarchie du show business, et somme aux deux hommes d'arrêter leurs agissements...

On se dit dans ce début de volume, que Boichi va aborder un peu plus en profondeur le sujet qu'il a instauré dans le tome précédent, et finalement, il n'en est rien, puisque la révolte de Ken se limite à quelques dialogues idiots ("Abuser du rêve d'une jeune fille, c'est immonde. Ne recommence plus !"), et à une petite castagne montrant que le directeur s'avère être un crack dans le domaine. Ok.

Dès lors, on espère voir quelque chose de plus abouti par la suite, et les choses semblent bien se présenter lorsque Ken débute son travail à proprement parler auprès du nouveau groupe d'idols, avec doutes et séances d'entraînements rudes à la clé. Finalement, on déchante bien vite tant la suite ne s'avère être qu'une énorme farce, à partir du moment où vient s'en mêler le supérieur de Ken. Désireux de se venger de l'humiliation qu'il a connue en début de tome et d'ébranler la bonne morale de notre héros, il organise un voyage au Japon pendant lequel il fera tout pour provoquer la faute morale de Ken. Ainsi, on se retrouve avec une deuxième moitié de volume ridicule, pendant laquelle Ken va être sans cesse mis à rude épreuve face à ces quatre demoiselles bien moins farouches qu'il n'y paraît. Que ce soit parce que l'une d'entre elles vient s'immiscer dans son lit ou que deux autres commencent à se tripoter sur la plage pendant une séance photos, Ken se verra à plusieurs reprises embarrassé, tandis que le lecteur restera affligé par ce qu'il voit. Des scènes érotiques poussées (une fellation par-ci, une scène lesbienne par-là, un peu de tendance SM pour clore le tout...) irréalistes tant les quatre jeunes filles se jettent littéralement dans les bras de notre héros sans la moindre fierté... C'est simple, on a l'impression d'être dans un mauvais hentai. Et si l'on aurait pu apprécier l'agréable travail visuel de Boichi dans un manga de ce genre, on a bien du mal à y trouver un intérêt ici.

Où est passé le manga de mafieux ? L'intrigue prometteuse des débuts ? La bonne baston ? Petit à petit, Boichi perd le fil de son scénario de base, perd également les éléments qui en faisaient le charme, ou, pour certains, les pousse dans des extrémités indigestes. Au final, Sun-Ken Rock part de plus en plus en vrille, et ne plaira guère plus qu'aux amateurs de l'érotisme apporté par l'auteur, tandis que les autres resteront désespérés par une telle déroute. Le pire étant que rien ne laisse vraiment présager un retour en force de la série...
Image

Otaku62
Messages : 1256
Enregistré le : 01 mars 2009, 14:48

Re: Sun-Ken Rock

Message non lu par Otaku62 » 16 janv. 2011, 15:31

volume 10: Le manga flirte de plus en plus avec le Hentaï. On sent que l'auteur aime le genre et surtout aime en parsemer dans son histoire. Une histoire que l'on sent mis en parenthèse mais qu'on sent qu'elle ne tardera pas à revenir en force notamment lors du passage de Ken au Japon qui lui rappelle de mauvais souvenirs. Bref, mon côté obsédé apprécie encore la lecture de ce titre et reste distrayant. Et ma foi, c'est ce qu'on demande à la lecture d'un manga...

Coco Felken
Messages : 92
Enregistré le : 31 août 2010, 13:07

Re: Sun-Ken Rock

Message non lu par Coco Felken » 19 janv. 2011, 17:17

Bizarre mais je n'ai pas réussi à acheter le tome... Et je vois que j'ai bien fait apparemment. C'est quand même désespérant quand on voit ce dont l'auteur a été capable précédemment. Une série dont j'arrête l'achat, et un one-shot que je n'achèterai pas. Cool pour mon porte-monnaie. :wink:

Répondre