Sun-Ken Rock

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.

Z'en pensez quoi ?

Sun-Ken roxe !
22
73%
Sun-Ken bon !
7
23%
Sun-ben bof...
1
3%
Sous-Ken crotte !
0
Aucun vote
Sun-que quoi ?
0
Aucun vote
 
Nombre total de votes : 30

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9600
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Sun-Ken Rock

Message non lu par Koiwai » 12 mars 2013, 01:17

Tome 16 :

Allant contre les recommandations du fidèle Tae-Soo, Ken, accompagné de ses alliés encore en état de combattre, décide d'attaquer le repaire de Kim Ban Phuong et son groupe d'assassins, à la solde du Hakuryû-kai qui se cache derrière tous les récents problèmes. Après avoir bien préparé le terrain pendant la première moitié du tome 15 (la deuxième moitié de ce même tome ayant évidemment été effacée des mémoires collectives), Boichi ne nous laisse plus aucun doute : place au retour de l'action, de la vraie, de celle restée trop longtemps absente de la série !

Le schéma est on ne peut plus classique : une fois à l'intérieur du repaire, chacun de nos héros affrontera un ennemi, et dans ce tome, place aux combats du duo La Pioche/Benito contre les diaboliques frères de Mongolie, et de Ken contre Mister Engine, un bibendum qui se prend pour un super-héros et ne ressent pas la douleur...

Mise en scène efficace et digne d'un bon film d'action (même si quelques légers raccourcis sont de nouveau de la partie mais sont moins nombreux et moins embêtants), effets de vitesse saisissants pour les coups que s'envoient les personnages, trait précis et d'une grande richesse, décors présents quand il le faut, personnages expressifs dont on ressent toute la rage : visuellement, on a ici du Boichi des grands jours !
Quant aux duels eux-mêmes, ils sont classiques dans l'exploitation des personnages, mais néanmoins globalement convenables. Bien qu'assez cliché dans son côté sûr de lui et sa capacité à ne pas ressentir la douleur, Mister Engine reste un adversaire impressionnant, qui donnera un peu de fil à retordre à Ken, ce dernier lui offrant au bout du compte une petite leçon de vie. Quant au duo La Pioche/Benito, il est sympathique : toujours un peu idiot et gaffeur sur les bords, La Pioche apportera quelques nouvelles notes d'humour, perdues entre quelques élans de classe dans la façon qu'il a de toujours se relever pour se battre fidèlement au nom de la Sun-Ken Rock Team. Quant à Benito, il offre ici son premier vrai combat au sein de la team, et l'heure est alors venue pour lui de se confronter à ses propres faiblesses, à sa tendance à se débiner dès que le danger est là et que la peur se fait trop sentir... L'étalon italien parviendra-t-il à surpasser ses craintes ?

Au final, les deux combats de ce tome, que l'on suit en parallèle, sont de facture classique, mais restent redoutablement efficaces, car on y retrouve la baston intense et bourrée de rage made in Boichi.

C'est d'autant plus plaisant que cette fois-ci les errances de l'auteur via des spin-off douteux se font attendre plus longtemps : ici, vous aurez bien un tome complet de Sun-Ken Rock, de près de 170 pages, auquel vient ensuite s'ajouter l'un de ces plaisirs coupables et douteux de l'auteur. Et cette fois-ci, il s'agira d'un deuxième chapitre d'une trentaine de pages "SKR Gaiden" sur Yumin, où la belle fliquette devra s'infiltrer dans un restaurant pas très scrupuleux. Au programme : cuisine (l'une des passions de Boichi, on le sait déjà), trafic de drogue, humour, tablier sans rien en dessous, culottes, pelotages et fessées... Tout un concept, qui ravira les uns et laissera circonspects les autres, qui s'interrogeront quant à la capacité qu'a l'auteur à humilier de façon douteuse son héroïne...
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9600
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Sun-Ken Rock

Message non lu par Koiwai » 02 juil. 2013, 18:44

Tome 17 :

La Sun-Ken Rock Team s'est rendue dans l'immeuble délabré où se terre la bande de Kim Ban Phuong, qui, soutenue par le Hakuryû-kai, retient Yumin. Une bataille de longue haleine a démarré entre les deux camps, et Ken et ses compagnons remportent les premiers combats, au prix de gros efforts et de quelques remises en question. Tandis que La Pioche et Benito reçoivent une aide inattendue pour mettre un point final à leur affrontement contre les deux frères, c'est désormais au tour de Kae-Lyn et du directeur du casino de passer à l'action.

Si l'action est bien là, elle est toutefois moins présente que ce à quoi on pouvait s'attendre pendant toute la premières partie du volume. La fin de l'affrontement de La Pioche et Benito, tout comme les combats de Kae-Lyn et du directeur du casino, vont à l'essentiel, à base de quelques coups puissants mis en scène de façon assez classique mais efficace.
A vrai dire, ces scènes d'action se voient plutôt raccourcies, ponctuées de quelques notes d'humour coquin en ce qui concerne le duel de Kae-Lyn, et surtout entrecoupées de petites réflexions intéressantes sur l'étouffement que provoque la bulle immobilière sur la société coréenne et sur le sens de l'honneur de la Sun-Ken Rock Team, prête à pardonner à ses ennemis qui ne sont finalement que des victimes de la société parmi d'autres. Ca reste plutôt classique, mais assez bien mené.

C'est donc surtout la dernière ligne droite de ce volume qui bluffera le lecteur : en effet, Boichi y offre un important bouleversement, que l'on savait inévitable et qui annonce du très lourd pour la suite au vu des toutes dernières pages, tandis que le duel tant attendu éclate et captive, puisqu'il a été bien préparé et est sublimé par un Boichi au meilleur de sa forme. L'auteur retrouve ce découpage et cette mise en scène inspirés que l'on aime tant chez lui, entre un trait qui dégage beaucoup de puissance, des vues très stylisées au coeur de l'action, des alternances entre gros plans sur l'action et vues plus lointaines sur l'immeuble pris dans la neige, de la sueur, des visages qui souffrent physiquement et psychologiquement. On a tout simplement hâte de découvrir la suite.

Un tome globalement de bonne facture, surtout pour sa dernière partie dantesque, qui atteint un point culminant et offre un impressionnant climax dans ses dernières pages.
Image

Avatar du membre
magishi
Messages : 25
Enregistré le : 17 juil. 2013, 16:24

Re: Sun-Ken Rock

Message non lu par magishi » 22 août 2013, 16:39

En complétant certaines de mes séries j'ai eu en cadeau le tome 1. Je vous dirais si j'accroche lorsque je l'aurai lu 8)
Image

"Parier sur une probabilité proche de zero peut s'averer judicieux."

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9600
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Sun-Ken Rock

Message non lu par Koiwai » 01 oct. 2013, 01:04

Tome 18 :

Ken et Kim Ban Phuong sont enfin face à face, engageant un duel de longue haleine, au coeur de l'immeuble délabré. Alors qu'il mène une lutte acharnée contre son ennemi, le boss de la Sun-Ken Rock Team ne sait pas encore que sa chère Yumin a découvert la terrible vérité sur son identité. Sortant de la cellule où elle était prisonnière, la belle fliquette part à la recherche de son ravisseur et de l'homme qui lui a si longtemps caché son identité. Elle est armée, et elle n'est pas contente...

La fin du tome 17 ayant annoncé une suite dantesque, c'est avec énormément d'attentes que l'on replonge au coeur de Sun-Ken Rock, en espérant des étincelles aussi bien du côté de Ken et Kim qui s'affrontent, que de Yumin qui passe enfin à l'action. Il faudra toutefois calmer un peu ses ardeurs à la lecture.

Graphiquement, il n'y a toujours pas grand chose à reprocher à Boichi, qui offre un trait ultra-dense, très dynamique, avec plusieurs angles de vue bien trouvés, où l'on ressent pleinement les coups donnés, où la rage des combattants se ressent pleinement... au risque, toutefois, de faire un peu trop dans le too much, à l'image d'un début de tome un peu bordélique avec ces chutes vertigineuses et pas très crédibles de nos héros, et de certaines poses qui, certes, en jettent, mais en font franchement trop. On pense surtout au moment où Kim semble enfin dévoiler toute sa puissance.

Ce n'est toutefois pas là-dessus que le volume pourrait laisser certains lecteurs le plus circonspects, mais plutôt dans la teneur de certains rebondissements que l'on attendait vraiment au tournant, et qui font finalement l'effet d'un petit pétard mouillé. Reprenant sa petite critique de l'Etat entamée dans les débuts de la série, à l'époque où Kim était apparu, Boichi n'en fait finalement pas grand chose. De même, dans son schéma redondant en plusieurs "rounds", le duel entre Ken et Kim tend à s'étirer beaucoup, pour pas grand chose. Et, surtout, alors qu'on attendait Yumin au tournant tant elle paraissait en colère, on reste sur sa faim face au comportement de la jolie policière, qui passe certes à l'action (avec bon nombre d'angles de vue douteux sur sa personne, certains aimeront et d'autres non tant l'auteur en rajoute), mais montre une réaction loin de ce que l'on imaginait dès lors qu'elle retrouve Ken. On s'attendait à quelque chose de très dense sur ce point, on a finalement quelque chose de très facile, qui ne tient pas ses promesses.

Si l'on suit donc toujours la série avec plaisir tant Boichi est capable de choses impressionnantes sur le plan visuel, les rebondissements du tome laissent un arrière-goût amer, celui des promesses pas totalement tenues. Et face à ces enjeux qui n'en sont finalement pas (Yumin, elle est où ta colère contre Ken ?), il y a risque de se lasser un peu devant un duel qui fait volontairement dans le too much, dans le grand spectacle, au risque de s'étirer un peu trop.

En fin de tome, vous aurez droit au dernier chapitre de SKR Gaiden centré sur Yumin, où cette fois-ci la fliquette devra démanteler un trafic de drogue dans une base de la Marine. Au programme, des Marines pervers, des filles peu vêtues qui se font humilier de diverses manières au point de se pisser dessus, et des lecteurs qui, au choix, s'amuseront devant ce petit récit fan-service décomplexé et assumé, ou resteront atterrés par tant de mauvais goût.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9600
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Sun-Ken Rock

Message non lu par Koiwai » 04 févr. 2014, 15:55

Tome 19 :

Au coeur de l'immeuble qui a pris feu, Ken est toujours confronté à Kim ban Phuong. Mal en point, le boss de la Sun-Ken Rock team finit par reprendre le dessus, poussé par encouragements de Yumin qui a découvert sa véritable identité. Ce long combat approche de sa fin, mais il faudra encore attendre un gros tiers du volume avant de le voir s'achever. Un gros tiers pendant lequel Boichi enchaîne les grossses mandales données par des corps aux abdos saillants, où la mise en scène s'applique bien plus à styliser les coups qu'à offrir un découpage fluide. Boichi se contente de pages qui en mettent plein la vue, et c'est déjà pas si mal, d'autant que niveau ambiance, l'auteur assure, en faisant monter la tension autour de l'immeuble en feu (certaines vue sur celui-ci sont vraiment impressionnantes), mais aussi et surtout autour du passé de Kim et de la confrontation de valeurs qu'il oppose à Ken... Les poings finiront-ils par ouvrir les yeux à Kim sur la mauvaise route qu'il a prise ?

Mais à peine ce long et intense combat est-il achevé qu'un problème plus dangereux encore fait irruption : l'équipe d'élite de Hakuryû-kai est arrivée sur les lieux, avec la mission d'éliminer les deux camps. Et Yumin risque fort d'être surprise par l'identité des assaillants... Dans les faits, cette ironie du sort ne sert pas à grand chose, si ce n'est à accentuer encore la portée dramatique du combat, et à offrir un peu de fan-service sous-jacent avec de jolis popotins en combinaison, comme Boichi les aime tant. Dans tous les cas, la tension est là, et Boichi a cette fois-ci le mérite de ne pas tirer en longueur ce nouvel affrontement, en se reposant principalement sur quelques coups qui, comme toujours, en mettent plein la vue, sont un peu too much, et peuvent être plus violents que jamais avec des morts qui ne font pas semblant.

Forcément, avec autant d'intensité et une portée dramatique bien présente, le final tragique qui arrive en fin de tome marque les esprits et prend un sens particulier. L'heure de régler les comptes de Hakuryû-kai semble approcher à grands pas, pour ce qui devrait être vraisemblablement la dernière ligne droite de la série.

S'il aura été un peu trop long et souvent too much, l'arc de Kim Ban Phuong prend son sens dans une conclusion intense et dramatique, qui prépare très bien les choses pour une suite qu'on espère tout aussi intense. On tient là du bon Sun-Ken Rock.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9600
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Sun-Ken Rock

Message non lu par Koiwai » 05 août 2014, 16:37

Tome 20 :

Quel était réellement l'objectif de Kim Ban Phuong ? Pourquoi s'est-il sacrifié pour Ken ? Tae-Soo a sans doute des éléments de réponse à donner à Ken, pour lui faire comprendre certaines choses. Ainsi, dans le début de ce tome qui vient achever l'arc Kim, Boichi en profite pour peaufiner un peu plus son intéressante réflexion sur son pays et son passé... avant de nous offrir l'un de ces interludes dont il a le secret.
Kae-Lyn bien décidée à se faire son bossounet à l'occasion d'un entraînement militaire improbable, Do-Heun et La Pioche qui partent pour le Japon à la recherche d'une parle rare en matière de cuisine, Benito qui se retrouve avec une adolescente sexy sur les bras alors qu'il découvre tout juste ses possibles penchants homosexuels... Un programme mêlant un peu tout ce que Boichi adore : la bouffe, l'érotisme poussé, et l'humour potache pas finaud pour un sou. Cocktail qui, comme, toujours, séduira les amateurs des frasques les plus ubuesques de l'auteur, et laissera les autres lecteurs un brin atterrés. Dans tous les cas, il fallait bien ça pour décompresser un peu après l'intense et dramatique arc Kim. Et l'on note qu'avec l'apparition de Nami, protégée de Benito, Boichi n'oublie pas totalement de mettre en place certains nouveaux éléments pour la suite de son scénario.

Scénario qui repart de plus belle dans la suite du volume, où la Sun-Ken Rock Team s'apprête à affronter sa plus terrible crise, et peut-être sa dernière, car cette fois-ci, le problème viendra de l'intérieur de la bande. Suite à la mort de son parrain, Benito est soudainement rappelé en Italie pour devenir le nouveau Don, et s'offre des adieux déchirants avec Ken, laissant sous sa protection la jeune fille qu'il a recueillie. Quant à La Pioche et Kae-Lyn, ils se font plus discrets. C'est dans cette ambiance délicate que Do-Heun, le plus fidèle sbire de Ken, tente de faire comprendre à son boss que l'heure est grave : Tae-Soo se fait plus distant, met en place des projets de plus en plus dangereux pour arriver à ses fins... Mais Ken n'en avait-il pas déjà conscience ? Le plus mystérieux de tous les personnages de la série se dévoile enfin un peu plus, l'atmosphère se fait très pesante, le sérieux le plus complet gagne autant Ken que Tae-Soo, et cela nous promet une suite intense, où les (anciens ?) alliés risquent fort de s'entre-déchirer, tandis qu'en parallèle se profilent d'autres menaces : celle d'un journaliste très curieux, et du Hakuryû-kai.

Après quelques transitions potaches, Boichi ouvre tranquillement et avec tension l'ultime arc de sa série, et la suite devrait faire très mal.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9600
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Sun-Ken Rock

Message non lu par Koiwai » 05 nov. 2014, 23:25

Tome 21 :

Petit à petit, Ken a été évincé de sa place de boss par Park Tae-Soo, dont les agissements restent aussi énigmatiques qu'inquiétants, puisqu'ils semblent précipiter petit à petit le pays vers sa perte. Alors que les lieutenants de Ken semblent le lâcher les uns après les autres, que recherche exactement Tae-Soo ?

Cela, nous allons principalement l'entrevoir à travers l'enquête menée par Kotani, bien décidé à prouver qu'il est un véritable journaliste en allant enquêter directement auprès des membres de la Sun-Ken Rock Team. Soyons francs, la façon dont le bonhomme mène son enquête repose sur de bonnes grosses facilités, entre la façon dont Nami accepte de l'aider, l'arrivée brève d'un collègue qui fait juste office de bouche-trou pour apporter quelques infos importantes, et notre gus qui se rend directement en face de Tae-Soo sans trop se poser de questions. Pourtant, le résultat est intéressant, car il permet assez rapidement de cerner ce que recherche exactement Tae-Soo... mais la voie qu'il a prise pour ça, risquant de plonger le pays dans le chaos, est-elle la bonne ? Au vu de la chute qui le guette, on devine très vite que non, mais au-delà de ça on retient surtout deux autres choses. Premièrement, l'indéfectible amitié de Tae-Soo pour Ken, qu'il tente soigneusement de camoufler derrière ses agissements laissant penser le contraire. Deuxièmement, la poursuite par Boichi de ses interrogations sur l'Etat et sur ce qu'il doit être. Ces interrogations, présentes depuis le début de la série, témoignent d'une certaine logique de l'auteur qui n'en a jamais totalement oublié l'existence, mais avouons quand même que ses réflexions manquent de profondeur et restent très basiques.

Pendant ce temps, Ken et les autres sont assez discrets dans ce tome. Il faut tout de même noter le beau focus sur Marin, le plus discret des hauts placés de la Sun-Ken Rock Team, qui livre ici de façon touchante son ressenti vis-à-vis de Ken puis sa fidélité à toute épreuve envers Tae-Soo. Mais les autres sont aux abonnés absents, malgré un acte de La Pioche intéressant (notamment, car un peu inattendu venant de lui), mais beaucoup trop rapide. On attend alors la suite, qui, avec les brèves et déchirantes retrouvailles Ken/Tae-Soo et l'annonce du retour de Hakuryû-kai, promet un arc final intense.

Dans les faits, on a encore, en quelque sorte, un tome de transition, un peu maladroit dans son déroulement et dans les idées que l'auteur veut y distiller, plus convaincant dans le portrait de la déchéance et du sacrifice de Park Tae-Soo. Tout n'est pas satisfaisant, mais la lecture reste clairement plaisante et annonce une dernière ligne droite dantesque.
Image

Avatar du membre
cicipouce
Messages : 44
Enregistré le : 22 mai 2009, 04:06
Localisation : Martinique
Contact :

Re: Sun-Ken Rock

Message non lu par cicipouce » 25 févr. 2015, 14:52

Comparé au tome 20 (WTFF ?!) ce tome est clairement très bon ... C'est vrai que certains passages étaient maladroits mais je pense que c'était volontaire parce que les personnages avaient l'air complètement perdus dans leurs problèmes !!

L'attente pour le tome 22 va être écrasante surtout que la sortie vient d'être repoussée au 27/05/2014.
.(¯`•¸·´¯) * ƇιƇιǷѻμƇε *(¯`·¸•´¯).

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9600
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Sun-Ken Rock

Message non lu par Koiwai » 16 juin 2015, 16:47

Tome 22 :

Tae-Soo est désormais derrière les barreaux, ses autres compagnons se sont écartés, et à l'approche de l'arrivée du Hakuryû-kai en Corée, c'est seul que Ken s'apprête à affronter le gigantesque gang, afin de briser son emprise sur l'Etat. Mais sera-t-il réellement seul ? Il va vite se rendre compte qu'il pourra compter sur l'aide de celle qu'il a toujours convoitée, toujours aimée, et pour laquelle il est venu en Corée...

Il faut avouer qu'on attendait cela depuis longtemps, et l'heure est enfin venue. Après avoir évolué au fil des tomes, bien que régulièrement trop mise de côté par Boichi, la relation entre Ken et Yumin a enfin droit au premier plan au travers d'une scène importante sur laquelle on évitera de trop en dire. Signalons juste son intensité certaine, où l'auteur se fait un plaisir de varier un peu les ambiances en y mêlant une certaine brutalité mais aussi une dose de sensibilité, voire une note de poésie à travers les pensées de Ken. Et si cet aspect un brin poétique n'est clairement pas très finaud, il traduit de façon assez forte ce que peut ressentir notre héros. On pourrait également reprocher à l'auteur de rallonger un peu la sauce, d'être un peu trop voyeuriste (mais on sait qu'il aime ça) et d'enchaîner un peu trop facilement les fantasmes (la lingerie fine, le cadre de l'église... et bien d'autres choses), mais le fait est que cette fois-ci, contrairement aux errances que l'auteur nous a parfois sorties par le passé (alala, les idols...), on a ici une scène riche de sens et concrétisant l'un des fils rouges de la série de façon marquante et intense.

Mais cela est loin d'être le seul intérêt du tome : après un début de volume où l'on retrouve le goût de l'auteur pour l'humour crétin et obsédé (ce qui fait du bien après le très sérieux tome 21) et pour la gastronomie, on a évidemment droit à une toute fin qui enclenche à nouveau la vitesse supérieure et qui s'offre déjà quelques brefs bons moments de mise en scène. Et l'on reste aussi intrigué par le rôle que joueront certains personnages, en tête Benito et le journaliste Kotani. Ce dernier gagne d'ailleurs clairement intérêt grâce à ses convictions de journaliste, et est également l'occasion d'aborder le cas d'un certain mangaka coréen qui a vu s'effondrer le milieu du manhwa dans son pays. Difficile de ne pas y voir une anecdote de Boichi sur son propre parcours, énième preuve que le mangaka donne décidément beaucoup de lui-même dans cette série.

Entre l'humour débridé, l'érotisme puissant et riche de sens et le retour de l'action sérieuse, on a donc un tome équilibré et plaisant, véritable démarrage de l'arc final de la série.
Image

Avatar du membre
cicipouce
Messages : 44
Enregistré le : 22 mai 2009, 04:06
Localisation : Martinique
Contact :

Re: Sun-Ken Rock

Message non lu par cicipouce » 29 juin 2015, 13:13

Je ne peut qu'être d'accord avec Koiwai ...

Je ne m'attendais pas du tout à la partie "câlin" dans ce tome, mais c'était très réussi xD ...

On attend le dernier arc avec impatience mais il va nous en falloir parce que je ne pense pas que nous auront de nouveaux tomes avant l'année prochaine :cry: et encore je suis optimiste !!

Par contre s'il pouvait nous faire des tomes un peu plus épais le BOICHI on ne dirait pas non ... le tome 22 est anorexique !!
.(¯`•¸·´¯) * ƇιƇιǷѻμƇε *(¯`·¸•´¯).

Répondre