Me and the devil blues: la vie de Robert Johnson

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.
Avatar du membre
né un11septembre
Messages : 2939
Enregistré le : 06 août 2006, 12:38
Localisation : Quelque part en Belgique civilisée

Me and the devil blues: la vie de Robert Johnson

Message non lu par né un11septembre » 03 sept. 2008, 15:58

ME AND THE DEVIL BLUES

ImageImage

scénariste/ dessinateur: Akira Hiramoto
Editeur VF: Kana (Big Kana)
Editeur VO: Kodansha
1er date parution vo: 2004
Prépublication: Afternoon
Nbre de volumes VO: 4 (en cours)
Me and the devil blues raconte de façon libre la vie de Robert Leroy Johnson, un des plus grands et des plus mystérieux guitariste de blues qu'ait connu le monde.
Le titre tiré d'une des 29 chansons qu'il a enregistrées avant sa mort prématurée est aussi ce qui a fait toute sa légende.
L'auteur, Akira Hiramoto, place le musicien au coeur de sa légende faustienne et sur le chemin de grandes figures de l'époque (tel Clyde Barrows dans le premier tome)
Image
Biographie de Robert Leroy Johnson:
Robert Leroy Johnson (né le 8 mai 1911 [date supposée, baptisé Robert Spencer (du nom du beau-père qui l'éleve)] - mort le 16 Août 1938)
RJ vit dans différente villes cotonnières autour de Memphis jusqu'a son adolescence. Il présente déjà un gout pour la musique et s'essayer à la guimbarde puis à l'harmonica (qui continue de faire partie de certains morceaux).
fin des années 20, il se met à jouer de la guitare en s'accompagnant de son harmonica. La musique est sa passion mais il ne pense pas à en faire une carrière et se voit épouser une jeune fille du nom de Virginia avec laquelle il compte vivre comme fermier à la recolte du coton.
En 1931, ridiculisé par Son House, un grand musicien de blues, il quitte Robinsonville pour retrouver son père naturel. On sait il se perfectionne auprés de Ike Zinnerman et épouse Calletta Craft en secret mais pas grand chose de plus jusqu'en 1933.

Quand il revient à Robinsonville, il a dépassé en talent la plupart des bluesmen de la région, y compris Son House qui n'a plus qu'à s'incliner devant la virtuosité de Robert Johnson. De ces spectaculaires progrès naissent la légende de RJ. Il entretient lui-même la croyance que si l'on joue un morceau une nuit au croisement de 2 routes, le diable en personne offre au musicien un pacte faustien, son âme contre le talent absolu.
Image
Rassuré sur ses capacités, il s'installe à Helena, une ville bien mieux établie pour commencer carrière. Mais il continue à tourner sur les routes en se produisant au hasard de ses rencontres. il auditionne pour enregister des disques et ce sont 2 séances, l'une à San-antonio en novembre 1936, l'autre à Dallas en juin 1937, les seules preuves de sa maitrise, qui le font passé à la posterité. A l'époque, ses morceaux ont du succés, mais il n'et pas rappelé par sa maison de disques pour d'autres sessions d'enregistrement.
Il meurt mysterieusement à 27 ans. Personne ne connait la cause exacte de son décès.
Il laisse une 12aine de 78 tours originaux ainsi que de nombreuses compiles et reprises par tout les musiciens les plus illustres du blues, rock, pop,...
une liste est disponible sur rateyourmusic.com: http://rateyourmusic.com/artist/robert_johnson
et l'intégralité de ses morceaux est téléchargeable sur http://morethings.com/music/robert_johnson/

Parmi le nombre des admirateurs de Johnson, Eric Clapton lui consacre l'entièreté de son album: me and Mr Johnson en 2004.
Image
Un film de Walter Hill intitulé crossroad avec ralph "karaté kid" Macchio reutilise la légende sur le pacte avec le diable en 1986. (j'ai le souvenir de l'avoir vu mais je ne me souviens pas si ce film était trés mauvais ou juste pas interessant)
Image
Une légende qui continue à faire parler d'elle:
Il était pour moi assez inconcevable qu'un mangaka, 70 ans après la mort d'un bluesman noir americain parmi les plus marquants de l'histoire de la musique, soit capable de retranscrire la vie et la situation sociale des petites villes cotonnières et pauvres du Mississipi.
Ce manga m'a prouvé le contraire.

Si, pour les fins du récit, Robert Johnson, RJ, aurait bien vendu son âme au diable au croisement des routes, en pleine nuit, jouant de sa guitare un unique morceau, contre le talent que l'on lui a reconnu, le reste est authentique.

Quand il croise pour la première fois Son House, un très talentueux guitariste de blues, celui-ci l'humilie et le ramène plus bas que terre tellement le jeu de guitare d'RJ est calamiteux. Il l'incite même a abandonner la guitare pour l'harmonica. Mais quand ils se croisent à nouveau, Virginia, la femme d'RJ est morte en couche et lui est devenu un guitariste hors-pair qui a dépassé de loin Son House.

Le dessin est sobre et retranscrit parfaitement la pauvreté et la moiteur des juke joint, ces clubs où l'on boit et on joue le blues au début des années 30. Les dialogues ont l'accent du vrai, les personnages pratiquement tous afro-américains n'ont jamais été mieux décrits dans une perception précise de leur vie quotidienne. Le vaudou, croyance encore répandue à l'époque, plane sur le manga et on est toujours au bord du surnaturel mais jamais de façon explicite. Le diable n'est pas le mal absolu et est à coup sûr moins à redouter que l'homme blanc dans ces contrées. Les scènes musicales sont particulièrement réussies et donnent envie d'accompagner sa lecture de la musique de Robert Leroy Johnson pour un voyage que ne renieraient pas la pléthore de musiciens qui ont repris ses airs (led zep, les stones, Clapton et cream, white stripes,...).

Une expérience unique a vivre sans aucune réserve sur le genre. Je ne peux que vous le recommander bien plus chaudement que la moitié des mangas que j'ai lus ces dernières années (et j'en ai lu des kyrielles depuis 1991).

Lisez-le ou brûlez en enfer :twisted:
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9909
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Me and the devil blues: la vie de Robert Johnson

Message non lu par Koiwai » 03 sept. 2008, 16:45

né un11septembre a écrit : Lisez-le ou brûlez en enfer :twisted:
Pour faire simple: pareil :twisted:

Il semble que l'on soit là face à l'une des meilleures nouveautés de 2008, ou au moins l'une des plus atypiques.
Que dire... ça commence vraiment très bien. L'ambiance noire américaine des 30s est parfaitement retranscrite, les passages musicaux tout bonnement hallucinants, le tout grâce aux dessins, parfois un peu relachés mais très souvent précis et profonds, et qui collent toujours parfaitement à l'histoire. Une histoire très intriguante, et qui promet de nous apprendre quelques trucs. La rencontre que fait RJ en fin de tome promet déjà un second volume assez énorme. A voir, mais pour l'instant, c'est vraiment une très très très bonne surprise.

Belle présentation Néun ^^
Image

Avatar du membre
ElfHelm
Messages : 22
Enregistré le : 30 sept. 2008, 16:16
Localisation : loin de là, près d'ici

Re: Me and the devil blues: la vie de Robert Johnson

Message non lu par ElfHelm » 30 sept. 2008, 16:37

Koiwai a écrit :
né un11septembre a écrit : Lisez-le ou brûlez en enfer :twisted:
Pour faire simple: pareil :twisted:

Il semble que l'on soit là face à l'une des meilleures nouveautés de 2008, ou au moins l'une des plus atypiques.
Que dire... ça commence vraiment très bien. L'ambiance noire américaine des 30s est parfaitement retranscrite, les passages musicaux tout bonnement hallucinants, le tout grâce aux dessins, parfois un peu relachés mais très souvent précis et profonds, et qui collent toujours parfaitement à l'histoire. Une histoire très intriguante, et qui promet de nous apprendre quelques trucs. La rencontre que fait RJ en fin de tome promet déjà un second volume assez énorme. A voir, mais pour l'instant, c'est vraiment une très bonne surprise.

Belle présentation Néun ^^
Tout pareil que le message que Koiwai ( meme si je l'ai un peu modifié...)
Je suis l'andouille, qui fait l'imbécile...avoir l'air con peut etre utile, l'etre vraiment serait plus facile !!

Avatar du membre
Floo D Ace
Messages : 3810
Enregistré le : 25 sept. 2004, 19:56
Localisation : Strasbourg

Re: Me and the devil blues: la vie de Robert Johnson

Message non lu par Floo D Ace » 30 oct. 2008, 15:08

Vol.1 : En voila un manga que j'attendais depuis longtemps, un manga que j'avais découvert via les scans (lu les 3 premiers chapitres) et qui avait vivement suscité mon intérêt. Déja un univers que j'affectionne beaucoup celui du blues et de la musique "afro-américaine" que j'adore par dessus tout, évidemment que RJ ne m'est pas inconnu et c'est aussi pour ça que le manga avait attiré mon attention. RJ grand blues man, de son époque peut être méconnu à l'heure actuelle un peu oublié sauf des connaisseurs. Cela dit c'est un artiste qui a vu ces chanson reprise ou inspirer des grand nom de la chanson Jimi Hendrix (je suis sur), les Rolling Stones (il me semble) et d'autres que j'ai oublié. Au passage les personnages de Son House & Ike (Zinnerman je crois) on vraiment existé eux aussi, Son House qui à exactement le même rôle qu'on lui connait dans le manga, et qui voulait pousser RJ faire l'harmonica plutôt que la guitare et Ike a été le mentor de RJ. Un ami aussi fan de ce genre de musique et qui lui à continué les scan, m'as dit que le manga reste assez semblable à sa vrai vie dans l'ensemble, donc je reste confiant pour la suite que je vais adorer. Vraiment un trés trés trés trés bon manga, à posséder dans sa mangathéque OBLIGATOIREMENT. Pour moi c'est LA sortie seinen de 2oo8 !!!!


Au passage pour ceux que ça intéresse, un épisode semblable à l'histoire dans la série Supernatural (par contre je pourrais pas vous dire quel épisode je crois que c'est dans la saison 2 le titre doit étre en rapport avec CrossRoad quelque chose comme ça).

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9909
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Me and the devil blues: la vie de Robert Johnson

Message non lu par Koiwai » 31 oct. 2008, 15:31

Tome 2:

Je ne sais vraiment pas quoi penser de ce tome...

L'auteur met vraiment le blues de côté dans ce tome, ce qui est assez surprenant, pour nous proposer un truc plus axé "aventure policière" (avec Clyde) tout en développant un peu plus les problèmes de l'époque (les problèmes raciaux, la Prohibition, etc...)... Au lieu de dire "développer", j'aurais plutôt dû dire "survoler", car il faut bien avouer que ça reste assez superficiel...
Le côté fantastique va trop loin à mon goût, j'ai trouvé [spoiler]le truc avec la main à 10 doigts[/spoiler] plus ridicule qu'autre chose et peu inspiré.
L'ambiance de l'époque reste bien retranscrite, mais le dessin m'a moins séduit, je l'ai trouvé encore plus inégal que durant le tome 1... Mais d'un autre côté, ça donne un certain cachet à la série...

Ca, c'est ce que je me suis dit durant la lecture. Mais avec le recul, je trouve que ça reste assez intéressant.

En tout cas, il est clair qu'après un tome 1 excellent, ce tome 2 surprend... en bien ou en mal, je ne saurais toujours pas le dire...
Ce qui est sûr, c'est que je n'attends vraiment plus la suite avec la même impatience qu'à la fin du tome 1... mais plutôt avec la curiosité de voir quelle direction l'auteur va donner à son oeuvre... et aussi pas mal de crainte de voir ce titre devenir définitivement bancal...
J'espère vraiment que les tomes suivants n'iront pas dans la même direction que ce tome 2... pendant lequel je me suis quand même vaguement ennuyé...
Image

Jnv
Messages : 18
Enregistré le : 04 août 2007, 00:19
Localisation : Rennes

Re: Me and the devil blues: la vie de Robert Johnson

Message non lu par Jnv » 03 nov. 2008, 00:32

Marrant, mais moi ce tome 2 m'a encore plus emballé que le premier, qui m'avait déja scotché !

Le surnaturel ne m'a pas specialement géné, et augmente encore le coté 'diabolique' du personnage. Et la mise en scène est absolument géniale. Ce tome lorgne vraiment du coté du thriller, ce qui n'est pas pour me déplaire.

Bref, tout cela fait passer ce manga dans la catégorie 'must absolu' !

Avatar du membre
Floo D Ace
Messages : 3810
Enregistré le : 25 sept. 2004, 19:56
Localisation : Strasbourg

Re: Me and the devil blues: la vie de Robert Johnson

Message non lu par Floo D Ace » 20 nov. 2008, 21:16

Vol.2 : Concernant ce deuxième tome j'avoue que j'ai un peu le même avis que Koiwai. A savoir que l'auteur délaisse pas mal le coté "blues" du manga, et ce concentre sur Clyde (qui devient quasiment le personnage principal du manga) ainsi que sur les problèmes que l'on connait à cette époque (quand on est noir). Par contre le fait de la main à dix doigts, je trouve que sa renforce le coté surnaturel et maléfique de son pacte et donc apporte beaucoup au récit. D'ailleurs vu ce qu'il ce passe en fin de tome avec le petit Tobby, j'attends le troisième tome avec impatience afin de savoir la suite.

HAXIO
Messages : 37
Enregistré le : 04 juil. 2008, 14:52

Re: Me and the devil blues: la vie de Robert Johnson

Message non lu par HAXIO » 20 nov. 2008, 21:52

Même constat après la lecture de ces deux premier Tome :shock:

UN MUST !!!

TOME 01 15/20
TOME 02 18/20

Franchement l'histoire prends une tournure qui me plait beaucoup et on devrait avoir affaire à un manga très prenant par la suite.
Et vu comment fini le tome 2 le tome 3 devrait être grandiose !!!

Je ne sais pas comment il va se sortir de ce merdier mais entre Clyde et le diable il risque d'y avoir pas mal de dégat pour le sortir de la ou il est tombé ^^

[spoiler]J'avais peur que le scénario soit sans surprise et bien au fur et à mesure de la lecture je me rends compte que je me suis bien trompé... Ne serait ce que l'histoire qui lui est raconté dans le salon comme quoi si il va à la croisé de chemins il peut y vendre son âme plus devenir bluesman, et bien le fait que ce soit sa femme et son gosse qui soit les victimes et non lui apportent encore plus de dramaturgie au récit. Et pleins d'autre détails me fond dire que l'on a affaire ici à un manga non conventionnel tout comme le cas des membres du KKK qui cherchent à coincer les "délinquants" de l'alcool, je ne m'y attendais pas. Et surtout l'environnement des Etat-Unis des année 20-30 pendant la prohibition change radicalement de l'univers que l'on cotoit généralement dans les mangas. L'auteur à l'air super bien renseigné sur le sujet pour notre plus grand plaisir.[/spoiler]

VIVEMENT LE TOME 03 PREVU POUR LE 05 DECEMBRE 2008 !!!

Image

Seul bémol, l'encre sur la tranche c'est pas terrible... On s'en fout partout ^^

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9909
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Me and the devil blues: la vie de Robert Johnson

Message non lu par Koiwai » 06 déc. 2008, 00:01

Tome 3:

Le tome 2 m'avait assez déçu, car s'éloignant pas mal du thème de base. Ce troisième volume continue dans la même direction... et pourtant, j'ai pris beaucoup de plaisir à le suivre.
Si l'on excepte cette histoire de [spoiler]main à dix doigts[/spoiler] (qui passe toujours aussi mal pour moi, bien que ce soit bien exploité par l'auteur) et du personnage de Ike, le thème de la musique est absent de ce tome.
Le mangaka préfère continuer à développer l'ambiance de l'époque et l'univers, à la fois malsain et mystique, qu'il a mis en place depuis le début.
Et là, c'est vraiment très très bon. Le design général retranscrit à merveille l'ambiance noire américaine des années 30, tout en apportant un aspect résolument surnaturel, aspect renforcé à merveille par un découpage bien choisi, des plans inspirés, des jeux d'ombre et de lumière bluffants, un souci du détail omniprésent, un graphisme qui parfois se déforme légèrement pour rendre le tout plus glauque... Visuellement, il y a vraiment un truc, quelque chose qui prend aux tripes du début à la fin. Beaucoup de passages m'ont marqué, à commencer par tout le passage où [spoiler]Clyde visite la maison de McDonald en pleine nuit[/spoiler] (passage qui peut se vanter d'être l'un des seuls, tous manga confondus, à avoir réussi à m'angoisser), ou tout simplement quelques pages en vrac.
Visuellement, je trouve donc ça exceptionnel sur tous les points.
Par contre, au niveau du scénario, je reste toujours perplexe, mais un peu moins que pour le tome 2. Il y a clairement quelque chose de captivant dans la tournure que prend le manga, une ambiance unique, un univers fort bien développé et des personnages intéressants. Mais voilà, je regrette que l'aspect musical ne soit pas plus présent, et pour l'instant, j'ai le sentiment que si l'auteur avait pris des individus inconnus à la place de personnes ayant vraiment existé (RJ, Clyde, Ike...), ça serait revenu au même. A voir par la suite. Mais dans tous les cas, ce volume m'a vraiment absorbé.
Image

Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4622
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Re: Me and the devil blues: la vie de Robert Johnson

Message non lu par Wang Tianjun » 17 avr. 2009, 09:08

Diantre, encore une série dont je n'ai point parlé !!! Je mérite d'être flagellé !


La première fois que j'ai entendu parler de la légende de Robert Leroy Johnson (alais RJ), c'est dans 20th century boys, où il en est fait mention au début d'un chapître.
[spoiler]C'est d'ailleurs celui qui pose un indice quant à un éventuel retour de Kenji ![/spoiler]
Quand j'ai appris la sortie d'un manga biographique sur le personnage, j'ai évidemment été intrigué, puis j'ai vu la première critique donnée par néun sur le site et me suis empressé d'acheter le tome 1... une vraie claque.

Il faut rappeler qu'à la base, le style manga (du moins à partir de Tezuka) s'inspire largement du cinéma, de par son découpage de plans, les lignes de vitesse, les gros plans.. qui dynamisent l'action. Me & the Devil Blues rend honneur à ces codes qui peuvent être masquées aujourd'hui. Chaque planche est une merveille, premièrement dans le trait des personnages, qui changent considérablement au gré de leurs émotions (souvent tourmentées) : le trait s'épaissit, les visages se crispent, les jeux d'ombres et lumière en rajoutent... le découpage des cases fait souvent preuve d'une très grande originalité lui aussi, et on ne peut décrocher de l'intensité du récit. Au final, on passe par l'éventail de toutes les émotions, et on ressent comme une sorte de malaise, mais un très bon malaise (si c'est possible) lorsqu'on referme le tome. On vit littéralement avec les personnages, on ressent l'univers décrit, ce côté poussiéreux, glauque, malsain... sans jamais tomber dans le dégout.

Alors qu'on aurait pu s'attendre à suivre la carrière musicale de RJ, l'auteur nous amène beaucoup plus loin, et fait une peinture de l'Amérique des années 30, avec la discrimination envers les Noirs, la prohibition,... en y rajoutant une pointe de fantastique, faisant nager le lecteur entre réalité et mystique. Bien plus qu'un simple manga, un chef d'oeuvre au-delà de tous les genres. Un dernier détail original, les pages sont colorées sur leur tranche, d'une part, c'est fort original, mais en plus, l'encre de couleur (bleu,rouge, vert, violet) a tendance à vous pourrir les doigts lors de la lecture, comme si la magie de ce manga en émergeait pour s'emparer de nous ! Aucune hésitation à avoir, faites un pacte avec le démon du blues et laissez vous posséder par cette série grandiose.

et donc le tome 4
RJ et Clyde arrive à fuir cette ville de tarés dirigée d'une pogne de fer par le terrible MacDonald. Une chasse à l'homme s'engage alors. Encore une fois, on est au coeur des émotions des deux fuyards, qui malgré leurs désaccords, doivent s'associer pour fuir la meute à leur trousses. A côté, la saison 2 de Prison Break passe pour un gentil pique-nique champêtre. En fin de tome, on peut espérer pour la suite un retour du Blues dans le récit... mais il va falloir prendre son mal en patience :(
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Répondre