Ikigami

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.

Ikigami :

Trés bon
22
61%
Bon
12
33%
Moyen
0
Aucun vote
Mauvais Trés Mauvais
0
Aucun vote
Connais Pas
2
6%
 
Nombre total de votes : 36

Avatar du membre
Kakunoshin Niitsu
Maître potier
Messages : 548
Enregistré le : 23 sept. 2009, 15:55
Localisation : Aoiya

Re: Ikigami

Message non lu par Kakunoshin Niitsu » 28 juil. 2010, 20:27

C'est le "problème" avec un manga de ce type, les histoires plairont plus ou moins selon la sensibilité du lecteur.Celles de ce dernier volume m'ont un peu déçus...

Concernant Fujimoto son évolution est pour moi bien minime.Ces doutes sur son métier son bien présent mais ils sont souvent balayés dès que sa hiérarchie le soupçonne.A partir de quoi son unique but devient de prouver sa foi et l'implication totale qu'il à dans son job de livreur d'Ikigami.Un peu girouette le gars... Même si évidemment dans le contexte de l'univers de ce manga il doit être bien difficile de sortir du rang.

Par exemple puisque j'imagine que le métier de "livreur de mort" n'est pas offert à tout le monde, il serait plus qu'intéressant de savoir pourquoi Fujimoto à choisi cette voie (sûrement pas par hasard) et de connaître d'avantage ses convictions de l'époque.
Image
Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots.

Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4622
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Re: Ikigami

Message non lu par Wang Tianjun » 28 juil. 2010, 21:28

Je rejoins totalement l'avis de Kakunoshin (décidément... :wink: )

Le tome 6 m'avait particulièrement marqué avec des intrigues qui faisaient vraiment avancer les choses, et j'avais beaucoup d'attentes concernant le septième. Mais je suis plus que resté sur ma faim....
Les deux histoires présentés sont assez insipides et passe-partout, et comme l'a souligné Kaku, il y a un canevas qui commence à revenir trop souvent. Sans parler du pathos bien facile qui ne m'émeut plus dans la série depuis un moment. Faut que ça bouge nomdediou !
Et pendant ce temps là, la trame principale (à supposer qu'il y en ait une :roll: ) est au point mort. L'examen du livreur était vraiment un passage passe-partout qui ne sert pas à grand chose.

C'est d'autant plus frustrant qu'on va maintenant attendre encore plus longtemps pour la suite ! :evil:
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4622
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Re: Ikigami

Message non lu par Wang Tianjun » 30 déc. 2010, 11:11

Mieux vaut tard que jamais, et puis on a le temps d'ici le tome 8...


Ikigami 7

Suite à "l'affaire Kubô", la recherche d'éléments dégénérés au sein même de la mairie se renforce, avec la création d'un "poste de surveillance idéologique". L'agent Fujimoto, qui a côtoyé la psychologue considérée à présent comme une terroriste, devra bientôt passer un examen d'évaluation de ses qualités de porteur d'Ikigami et de son adhésion à la loi de prospérité nationale...

Alors que les choses commençaient enfin à bouger dans les précédents volumes, avec des histoires plus au cœur du problème de l'Ikigami et des personnages révélant leurs intentions, Motorô Mase signe ici un retour très décevant dans une routine ronronnante. Nous y retrouvons comme toujours deux nouvelles histoires de victimes de l'Ikigami. Le premier, Morisawa Takaaki, et un jeune homme passionné de photographie. Dans sa jeunesse, il découvrit auprès d'un gérant d'un atelier de photographie tous les bienfaits du procédé argentique, mais il finit par attiser la colère de son mentor en passant au numérique. Apprenant son sort, il cherchera à se réconcilier, et à sauver cette boutique au chiffre d'affaires déclinant. Le second, Katsunori Tsumura, a mis de côté sa passion pour la danse hip-hop pour se concentrer sur ses études, prenant en un an 25 kilos. Tandis que ses rêves de monter une école de danse s'éloignent devant l'opposition de ses parents, la réception de l'Ikigami sera chez lui un électrochoc.

Deux histoires au final très similaires, où deux jeunes gens, ayant mis entre parenthèse leur passion pour des concessions plus réalistes, essaient de rattraper le temps perdu à la veille de leur dernier souffle. Ces deux récits sentent quelques peu le réchauffé, et n'apportent rien de nouveau dans le monde d'Ikigami que l'on ait déjà vu. Tout y est assez prévisible, et verse dans le pur pathos, sans être toutefois désagréable à suivre. Si ces histoires étaient placées au début du manga, peut-être n'auraient-elles pas laissé une impression aussi décevante. Mais nous en sommes déjà au septième volume, et l'on est en droit d'attendre plus de punch, d'autant que les choses avaient commencé à bouger.

A l'instar du récit, le héros lui-même fait du sur-place, en cachant ses doutes sur le bien-fondé de la loi tout en essayant de se fondre toujours plus dans la masse sans faire de vagues. Ce recul, assez frustrant, n'est pas de bon augure quant à la suite de l'histoire, à moins d'une révolution de masse que l'on ne peut plus qu'espérer. Sans être désastreux en lui-même, ce septième volume est donc particulièrement décevant tant on en attend d'avantage. Cela se veut d'autant plus frustrant lorsque l'on redoute déjà la longue attente des prochaines aventures, la parution française ayant rattrapé l'originale...
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4622
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Re: Ikigami

Message non lu par Wang Tianjun » 25 mars 2011, 18:29

Ikigami 8

Depuis la création du "poste de surveillance idéologique", Fujimoto a l'impression d'être continuellement observé, dans ses activités professionnelles de porteur d'Ikigami comme dans sa vie privée. N'est-ce là qu'une sensation due au stress de son métier se faisant plus pesant, ou y a-t-il de véritables raisons de s'inquiéter ? Mais l'heure n'est pas à la paranoïa, alors que de nouveaux cas se présentent...

Après presque huit mois d'attente, la série Ikigami nous revient avec ce huitième tome, dont la sortie coïncide avec la venue de Motoro Mase au Salon du Livre. Après des évènements très redondants, on pouvait espérer une véritable avancée dans la série, et, hélas, si l'auteur développe quelques pistes nouvelles, force est de constater que le renouveau n'est pas au rendez-vous. Mais avant tout, intéressons-nous aux nouvelles victimes.

Tout d'abord, nous suivrons Masato Kitamura, sortant fraichement de prison pour homicide involontaire. Le jeune homme qui a accidentellement renversé un de ces concitoyens avec sa camionnette, se rachète en proposant une pétition sur la sécurité routière. Il doit cependant faire face à la rancune de Yuki, la fiancée de sa victime, qui n'accepte pas la libération de celui qui a brisé sa vie. La seconde histoire mettra en scène Osamu Degu, possédant un physique repoussant l'ayant handicapé à de nombreuses reprises, tant dans sa vie sentimentale que professionnelle. Le salaryman passera alors le cap de la chirurgie esthétique, modifiant considérablement son allure au prix de multiples opérations couteuses, mais en sera-t-il plus heureux pour autant ? Les retrouvailles inattendues avec son amour de jeunesse pourraient bien lui faire voir les choses autrement... Pour la seconde fois, l'auteur arrive à être redondant au sein d'un même volume ! En effet, dans les deux récits, nous retrouvons deux hommes au passé profondément marqué, et fauchés par l'Ikigami au moment où ils espéraient obtenir une seconde chance avec la vie. Dans les deux cas, une femme gravite autour de leur histoire, qui seront les porteuses du messages qu'ils laisseront après leurs morts.

Et du côté de notre héros, au fait ? Eh bien, peu de choses à l'horizon, outre la question de sa surveillance qui sert de fil rouge entre les deux histoires. Cependant, on ne parvient plus à suivre où veut en venir Fujimoto (et Mase par la même occasion) lorsqu'on le voit hésitant entre ne pas faire de vagues à certains moments, et tenter de fuir ses poursuivants à d'autres. L'univers de la série s'étoffe de quelques informations autour de la situation extérieure au pays, mais pas de quoi susciter de nouvelles intrigues pour l'instant.

Bref, la série continue de fermer plus de portes qu'elle n'en ouvre, avec un héros titubant entre travail accompli et bougonnement intérieurement. Pour la révolte, il faudra encore attendre... bien longtemps ! Ce huitième tome est à l'image de Fujimoto : le contrat est rempli, sans bavures, mais sans passion non plus...
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Avatar du membre
hdix
Messages : 1554
Enregistré le : 28 août 2007, 14:46
Localisation : environs de bourg en bresse

Re: Ikigami

Message non lu par hdix » 11 avr. 2011, 13:56

lecture de ce tome 8 très agréable, pas de mélodramatique trop chargé à mon gout.
Des juste histoires comme je les aime bien (contrairement à certaines précédentes)
Par contre effectivement on avance pas du tout dans la trame de l'histoire. et étant donné le rythme de parution, il risque fort d'y avoir du désintérêt dans l'air.
D'ailleurs à quand le prochaine tome au japon ?
en tout cas j'ai aimé ce tome 8. à dans 1 an pour la suite ^^"
Image
"SAVOIR PLUTÔT QUE CROIRE"

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9827
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Ikigami

Message non lu par Koiwai » 14 juil. 2011, 17:57

Tome 8: Il était temps que je le finisse ! J'avais lu la première histoire de ce tome au moment de la sortie, et je viens de lire la deuxième ce week end, après avoir laissé le volume moisir un bon moment sur ma table de chevet.
Je garde un bon souvenir de la première histoire, qui parvenait à renouveler la situation de la victime en offrant un cas assez inédit. Par contre, j'ai trouvé la deuxième franchement mauvaise, portée par des personnages pas du tout attachants et plutôt neuneus, avec leurs problèmes de complexe physique. Le tout m'a semblé très banal et très mal mené.
Par contre, chose commune aux deux histoires, et pas une bonne chose: j'ai moi aussi ressenti un excès de pathos qui décrédibilise pas mal les personnages, qui sont tellement exagérés dans leurs réactions qu'ils en deviennent irritants... J'étais presque content de les voir souffrir et/ou mourir, y a comme un problème ^^"
Quant au fil rouge, il évolue à peine, comme toujours.
Image

Avatar du membre
Hitsuji
Time Sheep
Messages : 666
Enregistré le : 12 juil. 2011, 18:37
Localisation : Près d'un chat ! :3
Contact :

Re: Ikigami

Message non lu par Hitsuji » 17 juil. 2011, 11:02

Tome 7:
Après le superbe tome précédent, celui-ci se veut plus calme, un peu trop sûrement. En espérant que ce coup de mou ne dure pas, que l'histoire rebondisse dès le tome suivant. Surtout au vu de la qualité des mini-histoire, qui va en baissant (on a compris qu'il y a plein d'artistes, de diverses sortes, dans les rues japonaises, on peut passer à autre chose ?).

Et quand je vois vos avis sur le t.8, ça ne me donne pas spécialement envie de continuer. Dommage...
"on the internet, no one knows you're a cat."
—A cat.

sainfoins
Messages : 30
Enregistré le : 04 nov. 2011, 17:51

Re: Ikigami

Message non lu par sainfoins » 04 nov. 2011, 20:25

Je viens de découvrir cette série récemment. J'ai lu pour le moment les 3 premiers tomes. Je me suis surpris pendant ma lecture à flipper, vraiment flipper, à prendre conscience que je pouvais mourir du jour au lendemain. Franchement, ça m'a foutu la trouille!

Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4622
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Re: Ikigami

Message non lu par Wang Tianjun » 19 janv. 2012, 16:42

Enfin, ça bouuuuge !!!


Ikigami 9

Alors que la commission du bureau idéologique devrait bientôt terminer sa mission, Fujimoto n'en reste pas moins sous pression depuis qu'il a découvert sa mise sous surveillance permanente. Même s'il n'agit jamais de manière suspecte, l'agent porteur de mort éprouve de plus en plus de doutes autour de la loi de l'Ikigami et de ses prétendus bienfaits. La situation préoccupante de son pays, en proie à une guerre imminente, ne fait que le renforcer dans une idée de rébellion... Et il n'est pas le seul !

Enfin, les choses bougent dans Ikigami ! L'immobilisme des précédents tomes, couplé à un rythme de parution erratique, avait fini par épuiser nos derniers espoirs de voir un jour les choses changer, jusqu'à l'annonce il y a quelques mois de la fin programmée de la série. Ce neuvième volume nous confirme en effet que Motoro Mase amorce enfin une conclusion au doux parfum d'une révolte attendue depuis si longtemps !

Pour autant, la narration ne change pas de cap et propose une fois encore deux futurs victimes de l'Ikigami. Mais, contrairement aux histoires précédentes, les deux récits s'intègrent au contexte actuel, en remettant en question la terrible loi pour la prospérité nationale. Ainsi, nous suivrons d'abord le destin de Hitomi Ôba, une infirmière travaillant dans un service de néonatologie, et qui, de par son passé, se sentira profondément impliquée dans l'arrêt de ce système absurde. Cet épisode est également l'occasion de mettre en lumière pour la première fois le système médical, complice de l'inoculation de la fameuse capsule, au travers d'un médecin perclus de remords, alors qu'il faut remonter plus haut pour trouver les véritables coupables. Si certains liens entre les problèmes de l'héroïne et la question de l'Ikigami sont parfois difficiles à établir, cette histoire remonte le niveau général des derniers opus, en mettant adultes et enfants devant l'absurdité explicite de cette doctrine.

Le second destin dépeint est celui de Yoshiki Miike, jeune homme ayant eu l'espoir d'une carrière sportive jusqu'à un accident qui brisa ses rêves, provoqué involontairement par l'un de ses camarades de classe. Or, leurs deux familles semblent liés depuis longtemps par une certaine fatalité... Clairement, cette histoire personnelle n'est pas des plus abouties, jouant sur un désir de vengeance déjà étudiée, un sensationnalisme déplacé et une surenchère de coïncidences ayant pour seules justification "la malchance". Mais la finalité de cette tragique situation est ailleurs. En évoquant les guerres passées par l'aïeul de la victime, Motoro Mase enrichit un contexte géopolitique, déjà évoqué dans le volume précédent, qui devient l'un des fils majeurs de l'intrigue principale. Le contexte extérieur proche d'un conflit ne fait que désarçonner d'avantage les problèmes intérieurs, et l'édifice pourrait bien s'écrouler avec l'éveil des consciences, à l'instar de notre héros de plus en plus désemparé.

Tout n'est pas exempt de défauts dans ces deux nouvelles histoires, pourtant ce neuvième volume offre enfin le souffle de renouveau tant espéré par les lecteurs. Tout ne se fera pas en un jour, mais le mouvement est en marche pour amener vers une conclusion juste et libératrice. A l'instar de ses innombrables victimes, le système n'a plus qu'à compter ses dernières heures d'existence... Tic, tac, tic, tac,...
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Répondre