La Clan des Tengu

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9382
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

La Clan des Tengu

Message non lu par Koiwai » 02 juin 2009, 19:19

Le Clan des Tengu
Image
La fiche sur Manga-news

Tome 1:

En apparence ordinaire, Shinobu a pourtant été remplacée, dans sa jeunesse et par les soins de son oncle, par une poupée de boue au sein de sa famille, après avoir disparu pour devenir un Tengu, une créature extraordinaire issue du folklore japonais, capable, entre autres, de léviter et de quitter son corps en prenant l'apparence d'un corbeau. Du moins, c'est ce qu'elle devrait être capable de faire, car en réalité, durant la dizaine d'années qu'elle a déjà vécues en tant que Tengu, elle s'est toujours montrée incapable de révéler ses pouvoirs, et est la honte de son maître, un Tengu vieux de plusieurs siècles, nostalgique de l'époque où son espèce n'était pas encore ignorée des humains, et qui rêve de redorer le blason des siens en leur rendant le Japon.
Toutefois, la difficile vie de Shinobu prend une nouvelle tournure quand apparaît en face de son maître un ennemi potentiel: le professeur Takama, oncle de notre héroïne. En effet, celui-ci s'est pris d'affection pour la poupée de boue qui a remplacé Shinobu. Or, il s'avère que la poupée en question n'est plus celle d'origine, et que derrière cette nouvelle copie semble se cacher un être aux mystérieux pouvoirs.
Par ailleurs, une nouvelle protégée du maître, la collégienne Yukina, semble dotée d'un pouvoir pour le moins singulier: elle se montre capable de transmettre la parole de Mr Z, un Tengu légendaire exilé il y a longtemps après avoir tenté de conquérir le monde.

Difficile de résumer ce premier volume du Clan des Tengu, tant le titre est complexe. En effet, plusieurs histoires liées de très près s'y entremêlent, la plus simple étant liée aux mystères entourant l'oncle de Shinobu et sa poupée de boue, et à l'étrange pouvoir de Yukina.
A côté de cela, Iô Kuroda choisit de revisiter ici le mythe des Tengu en les opposant à la réalité de la société humaine, dans laquelle ils vivent en marginaux. Toutefois, à travers des personnages comme le maître de Shinobu, un début de révolte de cette espèce non opprimée mais oubliée semble s'amorcer.
Enfin, le Clan des Tengu démarre également - et surtout - comme étant le récit de l'émancipation de Shinobu. Au départ élève timide incapable de faire parler ses pouvoirs, elle commence, dès ce premier tome, à affirmer son caractère et ses capacités, jusqu'à devenir le symbole d'une jeunesse fougueuse et impertinente, désireuse de se défaire de l'oppression des aînés.

Voici donc une fable fantastique aux multiples facette, dans laquelle Iô Kuroda laisse parler toute son imagination et ses talents de narrateur. Car bien que l'ensemble ne soit pas toujours évident à suivre et pourra souvent paraître déroutant, l'auteur parvient à conserver une certaine logique narrative.
Atypique dans son fond, le titre est également très personnel dans sa forme. Le style du mangaka, à la limite du crayonné, est très appuyé, doté de traits épais et de nombreuses hachures. Les trames sont absentes, et pourtant, l'ensemble est souvent fourni.

Déroutant dans un premier temps, ce premier volume dévoile petit à petit ses qualités et nous présente une histoire aux multiples facettes qui, à défaut d'être totalement passionnante, se révèle unique et assez intrigante pour donner envie de connaître la suite.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9382
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: La Clan des Tengu

Message non lu par Koiwai » 03 juin 2009, 22:45

Tome 2:

Le Maître et le professeur Takama continuent de se concurrencer pour tenter de retrouver en premier Mr Z, le premier pour redorer le blason des Tengu, le deuxième pour sauver sa poupée de Shinobu, qui est en train de dépérir. Leurs recherches les amènent dans la ville balnéaire d'Izu, où abondent les Tengu. Là, la vraie Shinobu continue de servir son maître. Toutefois, elle le fait à sa manière, et sème le trouble sur son passage...

Après un premier tome qui plantait le décor, ce deuxième volume voit le rythme s'accélérer et les différentes intrigues du récit se rejoindre. Ainsi, tandis que la recherche de Mr Z s'achève et laisse découvrir un personnage pour le moins curieux, la révolte des Tengu semble se rapprocher de plus en plus, même si certaines dissensions apparaissent entre certains membres du parti des Tengu.
Shinobu - la vraie -, quant à elle, s'émancipe de plus en plus. Mais bien qu'elle n'obéisse plus aveuglément au Maître, elle continue de le servir. Toutefois, les jalousies de certains de ses pairs la mettent petit à petit dans une situation délicate.
Par ailleurs, la façon dont s'organise le parti des Tengu, et les dissensions et jalousies qui y apparaissent, ont quelque chose d'amusant ou d'inquiétant, dans la manière dont cela semble caricaturer quelque peu les méthodes humaines dans ce domaine. Si bien que Iô Kuroda semble ici se servir des créatures mythiques qu'il met en scène pour refléter la réalité humaine.

Un deuxième volume toujours aussi imaginatif, intrigant et original, plus dynamique que le premier, et qui ne laisse nullement deviner la tournure que vont prendre les évènements.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9382
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: La Clan des Tengu

Message non lu par Koiwai » 07 juin 2009, 22:26

Tome 3:

Mr Z, le Tengu légendaire, est apparu à Shimoto et commence à détruire la ville. Le professeur Takama, lui aussi à Shimoto, tente de retrouver la Shinobu qu'il a créée, mais est bientôt porté disparu au coeur du cataclysme qui s'abat sur la ville. De son côté, la vraie Shinobu souhaite se rapprocher de son frère, mais celui-ci reste indifférent, et la jeune fille/Tengu s'en va pour Hokkaido, où elle mène une vie tranquille d'humaine en compagnie d'un jeune garçon nommé Jun'ichi. C'est alors que Tokyo est à son tour la cible du mégalomane Mr Z, qui semble bien décidé à prendre le pouvoir pour le parti des Tengu. Victimes d'hallucinations, tous les habitants, petit à petit, se retrouvent persuadés qu'ils sont eux aussi des Tengu. Face à ces évènements et à son passé qui la rattrape, Shinobu doit à nouveau faire face à la situation et choisir un camp.

Tandis que la révolte des Tengu, menée par Mr Z, est plus virulente que jamais, l'émancipation de Shinobu continue, et celle-ci se détache complètement de l'autorité de son maître lorsque l'heure est venue pour elle de choisir son camp. Par ailleurs, le volume s'achève sur un nouveau retournement de situation qui laisse présager un dernier volume des plus intéressants.

La véritable richesse de l'oeuvre se situe plus que jamais dans le style de Iô Kuroda, qui fait preuve d'une imagination visuelle et narrative à chaque fois un peu plus débordante. Les originalités du mangaka font du Clan des Tengu un titre assez déconcertant et pas toujours facile à suivre, mais véritablement intéressant.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9382
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: La Clan des Tengu

Message non lu par Koiwai » 08 juin 2009, 22:11

Tome 4:

Shinobu et le professeur Takama ont mis la main sur un tengu originel, qui est bien plus proche des descriptions légendaires que les Tengu du parti qui tentent de prendre le pouvoir. Tentant de cacher l'animal pour qu'il ne tombe pas entre les mains du Maître, notre héroïne est obligée de s'enfuir avec l'animal après la trahison de l'un de ses proches. Se retrouvant à Tokyo, elle découvre une ville désertée par ses habitants et à moitié détruite...

Ce quatrième volume conclut la saga fantastique de Iô Kuroda d'une manière très apocalyptique. Tandis que le Japon est proche de la destruction, les membres du parti des Tengu, menés par le colossal Mr Z, subissent plusieurs menaces, entre les missiles lancés sur leur siège, l'apparition du véritable Tengu originel et les dissensions internes. Au coeur de tout ceci, la vraie Shinobu poursuit sa route et assume ses choix, avant que l'oeuvre de Kuroda ne s'achève sur un final résolument chaotique.

Jusqu'au bout, le titre reste atypique, entre le trait appuyé et très fourni du mangaka, son imagination visuelle de tous les instants, sa narration personnelle et souvent déroutante, et, avant tout, ce scénario qui revisite avec beaucoup d'inventivité le mythe du Tengu.

Un titre qui peut paraître assez difficile d'accès et qui ne plaira pas à tout le monde, mais qui mérite que l'on y jette au moins un oeil.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
EdenA
Messages : 73
Enregistré le : 09 janv. 2008, 19:10

Re: La Clan des Tengu

Message non lu par EdenA » 09 juin 2009, 18:53

Au même titre que les autres œuvres de Iô Kuroda, c'est une série un peu hermétique de prime abord, et qui se révèle intéressante pour peu qu'on s'y plonge. C'est clair que le graphisme est surprenant, et plutôt intéressant, de mon point de vue. Le trait au stylo pinceau donne une profondeur et une épaisseur un peu charbonneuse au récit. Un récit d'ailleurs assez lunaire, comme souvent avec cet auteur, et qui dégage une sacré ambiance.
Alors, bon, clairement, c'est une oeuvre atypique, et beaucoup de gens principalement adeptes des séries mainstreams risquent d'être rebutées ("oooh, c'est mal dessiné", "oooh, il trame même pas ou presque").
Sauf que pour ma part, c'est plutôt ce genre d'auteurs qui dessinent le mieux, qui possèdent un style réellement intéressant et personnel, et qui nous emmènent le mieux dans leurs univers si personnels. Donc, pour les adeptes d'œuvres à contre-courant, je ne saurais que trop vous conseiller cet auteur, à découvrir à mon sens (surtout qu'il y a désormais un certain nombre de ses one-shot, et de ses série courtes publiées de par chez nous. Merci Sakka :)).

Répondre