Guin Saga - Les sept mages

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.
Avatar du membre
Erkael
Entité Démoniaque
Messages : 6381
Enregistré le : 01 juin 2004, 12:45
Localisation : Bordeaux

Guin Saga - Les sept mages

Message non lu par Erkael » 17 mars 2010, 20:46

Image
Auteurs: Kaoru Kirimoto (scénario); Kazuaki Yanagisawa (dessins)
Nombre de tomes au Japon: 3 (série terminée)
Nombre de tomes en France: 1 (série en cours)
Edité chez Milady


Aprés Asuka (désormais Kaze Manga) qui nous offre le plaisir de découvrir l’excellente saga de Guin, c’est au tour de Milady, éditeur peu habitué au manga de nous livrer une nouvelle adaptation de la saga.

Pour être claire, cette adaptation en manga des nombreux romans de la saga est la première à avoir vu le jour au Japon, mais les aléas des transactions la font arriver plus tard en France.
L’histoire se situent donc visiblement après la série de Kaze Manga, Guin est désormais un roi puissant et respecté, mais son royaume souffre d’un mal terrible : la peste noire !
Il est de son devoir de sauver son peuple, il part donc en quête de mages pouvant l’aider.

L’aventure commence à l’entrée d’une ruelle qui conduit à travers diverses dimensions…mais on ne saura jamais ce qui a conduit Guin à cet endroit. Si au départ l’ambiance d’étrangeté est plutôt bien rendue, ou comme expliqué « chaque porte dans cette ruelle est un monde à part entière », très vite on s’y perd ! La faute à une narration bancale où il apparaît bien complexe de remettre les différents éléments abordés par l’auteur dans l’ordre…entre flash-back, ellipses, raccourcis et autres figures choisies par l’auteur, survenant le plus souvent de façon très aléatoire…on s’y perd tout simplement. Alors dans un certain sens, cela renforce la désorientation voulue par la magie de la ruelle…mais cela aurait été bienvenue si cela avait été voulue par l’auteur ; mais à bien y regarder c’est tout simplement le foutoir dans la narration !
En note de fin de volume, l’éditeur nous présente l’auteur (le dessinateur donc, les romans étant déjà écrits), Kazuaki Yanagisawa comme « renommé pour la précision de son dessin et son excellence de matériel complexe »…force est de constater qu’on est bien loin du compte ! D’une part il est loin d’exceller dans l’adaptation d’un roman qui est certes complexe à n’en pas douter. D’autre part, son dessin est tout sauf précis. Il est assez…laid ! Tout simplement. Son trait est grossier, sans personnalité, Guin perd tout son charisme, toute son imposante présence…on dirait un gros chat au regard vide…on est loin de la majesté du Guin de Sawada Hajime, l’auteur de l’adaptation de Kaze.

On lit donc ce premier tome en passant par plusieurs étapes. Après la joie de découvrir (à nouveau) la grande saga de Guin, on est d’abord perplexe, puis terriblement déçu, puis enfin totalement perdu. On en sort blasé !

Concernant l’édition…il y en a des choses à dire également.
Si l’éditeur est spécialisé dans la Fantasy et la SF, ils ne sortent pas trop de leur cadre d’attribution avec Guin Saga…du moins si ils s’en étaient tenus au romans…parce qu’il est clair qu’ils ne sont pas spécialisés pas le manga ! Cela se voit au premier coup d’œil. On se retrouve avec une couverture cartonné comme Glénat nous en proposait au début de l’arrivé des mangas en France. Le travail sur la couverture est une atteinte à l’œuvre originale, coupée en deux, noir d’un coté, jaune de l’autre…avec une tranche d’un rouge du plus mauvais effet… Milady nous fait voyager quinze ans en arrière. Le format hors norme passe encore. Ce petit trip nostalgie est assez malvenue…ils reproduisent à l’identique tout ce qui était reproché aux premiers éditeurs à avoir importé du manga chez nous et qui ne se voit plus (normalement) désormais.

Cette courte série ne fait que trois tomes, donc ce n’est pas une ruine non plus mais à la sortie du premier volume, elle paraît bien dispensable.
On ne peut pas gagner à tous les coups mais on ne peut pas perdre à chaque fois non plus!

Image

Avatar du membre
Erkael
Entité Démoniaque
Messages : 6381
Enregistré le : 01 juin 2004, 12:45
Localisation : Bordeaux

Re: Guin Saga - Les sept mages

Message non lu par Erkael » 17 mars 2010, 20:47

Vu la différence de niveau entre les deux séries, j'ai préféré faire deux topics...
On ne peut pas gagner à tous les coups mais on ne peut pas perdre à chaque fois non plus!

Image

Avatar du membre
GabriHell
Messages : 38
Enregistré le : 08 déc. 2008, 11:12

Re: Guin Saga - Les sept mages

Message non lu par GabriHell » 24 mars 2010, 10:14

Vu que ça se passe après Gui Saga (1er du nom) ça risque pas de spoiler ? Déjà en lisant le début de ta description je sais que Guin ne retrouve pas sa tête et qu'il devient roi ... snif :(

Avatar du membre
Erkael
Entité Démoniaque
Messages : 6381
Enregistré le : 01 juin 2004, 12:45
Localisation : Bordeaux

Re: Guin Saga - Les sept mages

Message non lu par Erkael » 18 avr. 2010, 16:10

Vol 2: Alors que le premier tome était un ratage total, on n’attendait pas grand chose du second, et contre toute attente celui ci s’avère…très mauvais ! (y en t-il seulement certains qui ont cru le contraire ?)

On se doutait bien que le graphisme n’allait pas s’améliorer en l’espace d’un seul tome, et c’est donc sans surprise que l’on retrouve le trait catastrophique de Yanagisawa, ses personnages sont d’une laideur effrayante, mais ce n’est pas encore le pire ! Non ce qui rend la lecture de ce titre vraiment insoutenable c’est la narration !
Tout s’enchaîne n’importe comment, il n’y a aucune transition, des personnages débarquent de n’importe où, font références à d’autres dont nous n’avons jamais entendu parler…c’est fouillis au possible ! C’est bien simple, on suit les errances de Guin sans réellement savoir ce qu’il fait : il part chercher un mage dans la ruelle maudite, mais en cours de route il en cherche un autre. Il apprend de la part d’un illustre inconnu qu’il doit en chercher encore un autre et là il décide…de rentrer ! Il n’y a pas la moindre once de cohérence dans ce qui se passe, les évènements n’ont queue ni tête. Si cela devait sans doute être clairement expliqué dans la nouvelle, ici c’est loin d’être le cas. Et ce qui devait ressembler à une ambiance malsaine (car effectivement la confusion est censé régner, mais de là à ce que le lecteur n’y comprenne rien il y a de la marge) devient simplement un bordel insupportable.
Le plus rageant c’est qu’on se dit qu’entre les mains d’un autre auteur, cette histoire aurait pu être fabuleuse, car outre le potentiel énorme lié à la saga de Guin, la trame semblait prometteuse.

Concernant l’édition, rien de nouveau, c’est toujours aussi « old school » et dépassé. On se demande même si les couleurs de ce tome ne sont pas pire que celles du premier tome (couverture verte et tranche bleu remplacent couverture jaune et tranche rouge) ! Espérons que pour le troisième et dernier (heureusement) on aura une couverture mauve avec une tranche orange pour rester dans le mauvais goût !

Même si vous avez lu le premier, rien ne vous oblige à vous procurer ce second tome !
On ne peut pas gagner à tous les coups mais on ne peut pas perdre à chaque fois non plus!

Image

Avatar du membre
GabriHell
Messages : 38
Enregistré le : 08 déc. 2008, 11:12

Re: Guin Saga - Les sept mages

Message non lu par GabriHell » 19 avr. 2010, 12:44

J'ai même pas fini le premier et je compte pas continuer. Et c'est pas seulement à cause des graphismes. L'histoire est nul et j'accroche pas l'histoire des mondes parallèles.

Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4622
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Re: Guin Saga - Les sept mages

Message non lu par Wang Tianjun » 19 avr. 2010, 13:19

Kazuaki Yanagisawa a réussi à faire pire que Shin Megami Tensei : Kahn, bravo ! :mrgreen:
SMT était encore suffisamment lisible au départ, et malgré les dessins pourris de l'auteur, s'en sortait bien (mais tombant quand même vite dans le n'importe quoi ^^").

Là ça part encore plus dans tous les sens, les héros apparaissent de nulle part, en plein combat par exemple, ce qui fait qu'on oublie ce qui vient de se passer... On sent qu'il s'agit là d'une œuvre de commande pour faire un peu de profit, sans véritable âme..

Concernant l'édition, Erkael a presque tout dit, ça sent l'amateurisme à plein nez. Sur le volume 2, il y a certains textes écrits dans le ciel, sans phylactère, et on voit les retouches grossières qui sont faites sur l'arrière-plan ! A ce niveau-là, on regretterait presque les carrés blancs de Panini ! :twisted:

En fait, "Les Septs Mages", c'est le genre de bouse qu'on peut trouver dans les magasins d'occasion :
"Tiens c'est quoi ce truc ? C'est du Guin Saga ? Dingue j'en ai absolument pas entendu parler...
... Pouah que c'est moche ! Tu m'étonnes que ça ait pas eu un grand succés ! Et c'est quoi cet éditeur inconnu au bataillon ?
Bon sang mais c'est une perle du kitsch, je vais me sentir obligé de le prendre !"
Tout pareil qu'en occase... mais sauf que c'est du neuf ! :P

L'avantage de la série est qu'elle ne fait que 3 tomes et qu'elle sort très très vite... mais vivement que Milady se recentre et sortent les romans !
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Avatar du membre
Erkael
Entité Démoniaque
Messages : 6381
Enregistré le : 01 juin 2004, 12:45
Localisation : Bordeaux

Re: Guin Saga - Les sept mages

Message non lu par Erkael » 18 mai 2010, 14:25

Vol 3: Voila déjà le troisième et dernier volume de cette courte série…et j’ai Presque envie de rajouter : heureusement !

Depuis le début ce titre est une catastrophe, donc bien évidemment ce dernier tome était loin d’être attendu, pourtant contre toute attente, il se lit plutôt bien. Non qu’il s’agisse d’une lecture absolument réjouissante, cependant force est de constater qu’à l’approche de la conclusion l’auteur arrive à clarifier son récit, et à se centrer sur l’essentiel.
Pour commencer, c’est tout bête, mais enfin on identifie les sept mages qui donnent son titre au manga ! Mais surtout, le fait que la fin de l’histoire ne se déroule que dans un lieu unique empêche l’éparpillement qui rendait les tomes précédents tellement brouillons. Enfin, et c’est là la grosse surprise, le scénario prend ici tout son sens, et avec un peu de recul on se dit que l’histoire semblait vraiment intéressante…malheureusement elle n’a pas été confiée à l’auteur qu’il fallait ! Il ressort une ambiance vraiment malsaine de ce tome, rappelant presque le sabbat de Berserk, et ça mine de rien, cela insuffle une véritable identité, en donnant un véritable ton à la série…mais trop tard !

Concernant le dessin pas de miracle cependant, tout ne pas s’améliorer, il ne faut pas trop en demander non plus. Cela reste assez laid.

Par contre, ce qui s’améliore c’est l’édition de Milady ! Si le format et la couverture eux demeurent inchangés (et à la limite heureusement, dans un soucis de cohérence), au moins les couleurs ont été bien choisies ! Ce noir correspond tout à fait à l’ambiance sombre que l’on trouve dans ce tome. Mais pourquoi avoir choisi jaune, bleu et vert pour les deux premiers tomes ? Pourquoi ?!?

C’en est presque triste, ce tome est plutôt intéressant malheureusement, comment apprécier une bonne conclusion quand ce qui a précédé à été une catastrophe ? Preuve qu’une bonne histoire peut être réduite à néant par un auteur sans talent !
On ne peut pas gagner à tous les coups mais on ne peut pas perdre à chaque fois non plus!

Image

Répondre