Happy!

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.
Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4622
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Re: Happy!

Message non lu par Wang Tianjun » 17 févr. 2011, 21:43

Happy! 6

Alors que tous ses détracteurs pensaient qu'elle allait perdre son talent, Miyuki éblouit tout le monde en étant sur le point de remporter un tournoi amateur ! Sa prestation relance même l'intérêt d'Utako Ohtori envers elle, décidant de l'inscrire au sein de la prestigieuse coupe Cleopatra. Cependant, d'autres menaces entourent la jeune joueuse alors que ses créanciers retrouvent sa piste. Obligée de fuir, Miyuki arrivera-t-elle enfin à sortir de la spirale de ses soucis ?

Sous-titré "A hunch of storm" (un pressentiment de tempête), ce sixième volume de Happy! a l'honneur d'accueillir en couverture la richissime Utako Ohtori, dont le caractère lunatique fera encore des ravages dans ces nouvelles péripéties ! Voyant tour à tour Miyuki comme l'espoir de son club ou bien la source de tous ses maux, la redoutable femme d'affaires aura un rôle déterminant quant à la situation de notre pauvre héroïne, une fois encore bien malmenée. Cela dit, c'est pourtant son fils Keichiro qui aura dans ce tome une progression vraiment magistrale. Au travers d'un flashback, on lui découvre un passé de fils à maman surprotégé et amputé de libre arbitre, au point de ne plus pouvoir rien faire sans l'aval de sa môman. Un retour nécessaire sur une vie... pour mieux la briser ! En effet, le sempai de Miyuki se décide enfin à passer à l'action en relançant sa carrière, pour les beaux yeux de celle qu'il aime. Naoki Urasawa nous prouve que les piliers de sa série peuvent se briser à tout moment, et s'aventure même dans le genre de la comédie sentimentale ! Au triangle Miyuki-Keichiro-Choko, il faut maintenant rajouter Hina, promue à un mariage arrangé avec l'héritier du clan Ohtori... et qui saura user de ses charmes pour le reconquérir !

Pour le reste, nous retrouvons le canevas habituel de la série, ravissant ses adeptes et désolant ses détracteurs. Miyuki subit encore de nombreuses bévues, tant dans sa vie où elle se retrouve une nouvelle fois à la rue, que sur les courts où elle est la cible de rumeurs douteuses et de quolibets. Mais notre héroïne arrive encore à garder espoir en balayant d'un revers tous ses problèmes à la force de sa raquette ! Le tome offre également de nombreux passages très drôles, notamment avec la jeune fratrie de l'héroïne ou grâce à Thunder Ushiyama. Ce dernier jouera d'ailleurs un rôle capital à la fin du volume en proposant à l'héroïne un redoutable ultimatum... rajoutant alors encore une thématique de problème sportif faisant souvent scandale.

Ainsi, en conservant un rythme très équilibré, tant par la variété des scènes que par les nombreux changements d'humeurs, et en bouleversant les rôles établi en offrant une vraie crise chez Keichiro, ce sixième tome d'Happy parvient à sortir de sa routine ronronnante. L'attachement aux personnages n'en est que plus important, et il tarde à présent d'avoir la suite tant l'auteur sait gérer son suspens, même sur une série sportivo-comico-sentimentale ! Balle de break !
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9883
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Happy!

Message non lu par Koiwai » 09 avr. 2011, 21:49

Un tome 6 très sympathique.
La recette reste la même, Miyuki en prend toujours plein la face, mais il y a juste ce qu'il faut d'évolution pour éviter la lassitude, notamment au niveau de la relation Keichiro/Umino, de[spoiler]la révolte du jeune homme[/spoiler], et du caractère de notre héroïne (toujours trop naïve, mais un peu moins gentille).
Et puis Urasawa excelle toujours dans l'art d'exploiter ses nombreux personnages secondaires. Ici, ils sont tous bien présents, de Sakurada à Thunder en passant par Ohtori, Kaku, Hina ou Wanibuchi.
Image

Avatar du membre
Raimaru
Space Cowboy
Messages : 1689
Enregistré le : 16 janv. 2010, 16:37
Localisation : Fensch Vallée

Re: Happy!

Message non lu par Raimaru » 12 avr. 2011, 13:18

Après plusieurs tomes lourds, voire lourdingues, enfin un tome sympatoche \o/
Toute l'excentricité des personnage est canalisée pour donner quelque chose de dynamique. Les personnages évoluent, les sentiments s'amplifient (ou du moins apparaissent plus clairs aux yeux des lecteurs) et ça, c'est intéressant. Car on ne peut pas dire que dans le saint-triptyque de thriller d'Urasawa (Pluto - Monster - 20th), les sentiments amoureux aient été mis en avant.

Reste que les personnages (principaux comme secondaires) sont encore trop braqués sur leur position, ce qui laisse encore une désagréable impression de lourdeur (une Choko infecte, un Thunder qui met toujours Miyuki dans des situations délicates, une Ohtori toujours aussi pète-sec et hautaine, un public à côté de ses pompes, ...).

Seuls Keichirô et Sakurada semblent faire des pas en avant, volontairement (Keichirô) ou sans s'en rendre comptre (Sakurada).

Toutefois, si la série ne lâche pas du leste, elle finira définitivement au bas de mon top Urasawa.

Ça vaut ce que ça vaut... :arrow:
Image

Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4622
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Re: Happy!

Message non lu par Wang Tianjun » 18 sept. 2011, 15:01

Un crash, un tome défectueux, de l'attente.... enfin, je peux remonter ce topic ! :twisted:


Happy! 7

Alors que nous nous apprêtons à vibrer pendant quelques semaines au rythme de Rolland-Garros, il est d'autant plus agréable de voir débarquer un septième volume d'Happy!, offrant une part prépondérante au tennis ! Miyuki a réussi, pour la deuxième fois de sa jeune carrière, à se hisser en finale d'un tournoi, se retrouvant face à Takana, l'une des deux sœurs Nikoyama pour qui elle a servi de "mur" par le passé. Néanmoins, suite à une offre financière conséquente de son entraineur, notre héroïne a accepté de perdre volontairement le match. Sa conscience sportive reprendra-t-elle le pas ? En coulisse, la rumeur du match truqué ne cesse d'enfler...

Ceux qui attendaient de voir dans Happy! un véritable manga sportif ne pourront qu'être très réjouis par la tournure de ce septième volume. Enfin, Miyuki révèle en pleine lumière toute la mesure de son talent, sans faux pas pouvant laisser présager une tricherie, ni d'artifice comme la balle infernale. Rapidement, la détermination de la jeune femme reprend le pas sur les compromis qu'elle a pu accepter. En face, Takana n'est pas une débutante non plus, ce qui offre un affrontement des plus serrés, et bien plus cohérents que les matchs précédents. Ainsi le tennis devient un personnage en lui-même, avec ses aléas et ses incertitudes, comme le découvrira Keichiro de son côté. Seul regret, on aurait aimé qu'Urasawa reste plus souvent sur le court pour nous faire apprécier les échanges, plutôt que de nous donner les résultats au compte-goutte.

Après tout, on peut comprendre l'auteur, tant il se passe des choses hors du court en lui-même ! Comme bien souvent, les nombreux acteurs de la série s'agitent en fonction de l'évolution du match. Cette fois-ci, c'est évidemment Thunder Ushiyama qui joue gros dans cette rencontre, partagé entre la menace que constituerait la trahison de son élève, et l'enthousiasme d'assister à la naissance d'une très grande joueuse. Le moment est alors propice pour ouvrir le passé de l'entraineur sulfureux et de lui offrir des aspects très humains, de quoi forger pour de bon le lien spirituel et la destinée commune entre le maitre et sa disciple.

Si les facilités récurrentes de la série peuvent être regrettables (Choko tirant toujours la couverture vers elle, les yakuzas poussant toujours plus la pression autour de l'héroïne), on appréciera en revanche les nouvelles perspectives de la série, bien plus alléchantes. Un insurmontable défi attend notre héroïne, qui sera sans doute décisif pour toute sa carrière... et pour sa vie. Ainsi, avec ce septième volume, la série Happy! vient de terminer son premier set, et l'entame du second est très réjouissante... mais dans le tennis, rien n'est jamais acquis jusqu'à la balle de match !



Happy ! 8

Après avoir remporté son premier titre professionnel, Miyuki entame maintenant une carrière internationale ! Sous l’impulsion de Thunder Ushiyama, la voilà partie concourir dans quelques tournois aux Etats-Unis. C’est alors qu’au cours d’un entraînement, la jeune japonaise tombe sur Sabrina Nikolic, la numéro 1 mondiale ! Un match amical, mais très engagé, démarre entre les deux joueuses… jusqu’à ce qu’il soit brutalement interrompu par la championne…

Que de patience il aura enfin fallu pour pouvoir enfin profiter pleinement de ce huitième volume d’Happy ! En effet, après de nombreux déboires venant de l’imprimeur, voici enfin un tirage correct disponible chez vos libraires. Aussi, si vous êtes en possession d’un exemplaire défectueux (inversions de pages), il est temps d’aller le remplacer ! Il serait dommage, en effet, de ne pas profiter pleinement du passionnant duel entre Sabrina, joueuse blasée par les sommets, et Miyuki, qui pourrait bien assurer sa relève. Même si l’affrontement tourne court, la montée d’adrénaline ne retombe pas avec les premiers succès de l’héroïne en terre américaine. Hélas, malgré le dépaysement, la rengaine habituelle est toujours au rendez-vous : ce n’est pas encore ici que la côté de popularité de Miyuki augmentera ! Cependant, on se délecte des machinations d’Ushiyama, manipulant son vieil ami Alan pour parvenir à ses fins… Au passage, l’auteur s’autorise quelques parenthèses humoristiques scatologiques, ce qui ne sera pas au goût de tout le monde. Mais la fin justifie les moyens !

Comme bien souvent chez Naoki Urasawa, les personnages secondaires sont à l’honneur : outre l’apparition de nouvelles têtes sympathiques comme Tamayo la groupie, on s’intéressera de près à Keichiro et Sakurada, ayant fait le déplacement pour soutenir leur favorite. L’héritier de la famille Ohtori est admirable par sa droiture, et acquiert une grande maturité au fil du tome en comprenant ses erreurs. Notre yakuza au grand cœur dévoilera quant à lui son affection pour l’héroïne, tout en s’effaçant du triangle amoureux de manière adorable. Ainsi, le parcours de ces indéfectibles soutiens sauve la mise d’une histoire se complaisant parfois à certaines facilités, pour raviver les rancoeurs de Choko ou pour laisser notre pauvre Miyuki progresser dans l’ombre et la discrétion.

A l’impatience se mêle la frustration, tandis que certains échanges sont trop vites écourtés et une avancée scénaristique parfois maladroite. Pourtant, les protagonistes sont si attachants qu’on pardonne aisément ces quelques facilités, d’autant que les perspectives en fin de tome sont autrement plus intéressantes ! Espérons simplement qu’il n’y ait plus de mauvaises surprises au rendez-vous pour les prochains opus… Reprise !
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4622
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Re: Happy!

Message non lu par Wang Tianjun » 20 nov. 2011, 20:15

Happy! 9

Alors que personne ne l'attendait, Miyuki a réussi à franchir les qualifications et à trouver une place à l'US Open ! Son parcours reste néanmoins discret, tandis que le Japon n'a toujours d'yeux que pour Choko Ryugasaki. Mais le célèbre entraineur Alan Carrington se méfie de cette inconnue qui a déjà battu sa championne, et qui la rencontrera de nouveau au troisième tour. Aussi, il se décide d'aller motiver les première adversaires de Miyuki pour qu'elles donnent le meilleur d'elles-mêmes... Combien de tours Miyuki tiendra-t-elle au sein de ce prestigieux tournoi ?

En arrivant à l'US Open, Miyuki rencontre des adversaires d'une toute nouvelle trempe, et chaque match devient pour elle une véritable épreuve. Pourtant, notre jeune héroïne ne se décourage pas et se découvre une marge de progression particulièrement stupéfiante ! Points de coups bas, d'accusations de tricherie ni de techniques spéciales à répétition : Miyuki donne toutes ses tripes, et le tennis reprend ses lettres de noblesses ! Si les premiers succès ne sont pas couronnés d'une soudaine notoriété, on se délecte d'avance de la voir arriver jusqu'aux retrouvailles avec Wendy Palmer... pour un match particulièrement intense !

Mais Happy! est une série qui se joue aussi et surtout dans les coulisses, et les personnages entourant la graine de championne ne seront pas en reste dans ce neuvième volume. A commencer par Thunder Ushiyama, qui révèle quelques félures sous son allure confiante et débonnaire. Sakurada est décidément de plus en plus sympathique dans ses hésitations et sa capacité à rester en retrait, en nous offrant les scènes hors courts les plus marquantes du volume. Enfin, laissons une mention spéciale à John Travolta, auteur de passages particulièrement hilarants ! Loin d'être statique, l'univers des relations dépeint par Urasawa continue d'évoluer, et certains obstacles de la série commencent même à vaciller...

Dans le cadre si prestigieux qu'est Flushing Meadows, ce nouveau tome tient toutes ses promesses en mettant à l'honneur les grandes valeurs sportives. Dans son implacable ascension, Miyuki continue de briller tandis que les rumeurs se taisent, et entraine dans son sillage tous ses amis qui trouvent un nouveau souffle pour la soutenir. Le tout s'accélère jusqu'à un final haletant, que l'on suit assidument jusqu'à la dernière balle... ou presque !
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4622
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Re: Happy!

Message non lu par Wang Tianjun » 23 févr. 2012, 22:05

Happy! 10

Contre toute attente, Miyuki parvient à vaincre Wendy et se hisse jusqu'en quarts de finale ! Cependant cet exploit reste bien discret dans les médias devant une autre affiche autrement plus attendue : Choko Ryugasaki, l'idole des courts, contre Sabrina Nikolic, la championne indétrônable ! Si elle part perdante sur le papier, la perfide star japonaise saura-t-elle jouer de ses ruses pour ne pas se laisser dépasser par notre héroïne ?

Au vu des derniers évènements, ce dixième tome était à la base très riche en promesses, entre l'annonce d'un match palpitant et l'ascension implacable de Miyuki. Et pourtant, Naoki Urasawa parvient à nous emmener vers des terrains totalement inattendus... sans pour autant décevoir ! Certes, l'entame de ce volume pourra laisser perplexe sur certains points, notamment sur la conclusion très abrupte qui sera apporté au tournoi en cours. A ce titre, l'ultime rebondissement fera rouler des yeux devant une facilité scénaristique bien utile pour l'auteur, mais c'est également l'occasion de haïr de plus belle Choko, après avoir suivi sa débâcle attendue quelques pages plus tôt...

Il faudra alors attendre le deuxième "set" pour connaitre des rebondissements meilleurs... Et c'est alors que le récit entame ce qui apparait comme la dernière ligne droite de la saga. Le tout, de la plus belle et incroyable des manières ! Alors que de nouveaux enjeux se mettent en place, le retour au Japon permet avant tout une remise en cause de la quasi-intégralité des personnages !! On retiendra avant tout l'évolution de Sakurada, déjà soulignée dans les tomes précédents, mais qui s'impose ici ni plus ni moins comme l'un des meilleurs seconds rôles créés par Urasawa, toutes séries confondues. Bien des lecteurs se reconnaitront dans son dilemme, dépeint avec une profonde justesse. Keichiro n'est pas en reste, tout comme Kaku qui retrouve une place de choix dans l'intrigue après s'être fait trop longtemps discrète, ou encore Ushiyama qui manifeste des sentiments de désespoir jamais vus encore. Le clou du spectacle sera atteint lorsque Choko elle-même manifestera des sentiments humains derrière sa figure monstrueuse ! La preuve est fait que, bien avant Monster, Urasawa savait déjà traiter avec brio tous ses personnages, et même déjà nous émouvoir avec des épisodes anecdotiques, mais tellement humains et profonds. En bonne comédie dramatique, Happy! nous fait sans cesse passer des larmes au rire, et nous inquiéter pour le sort de ces êtres de papier que l'on semble connaitre depuis toujours.

S'il fallait évaluer ce volume selon la raison, des fautes impardonnables viendraient gâcher la fête, entre l'absence récurrente de reconnaissance pour notre héroïne ou des rebondissements débordants de facilité... Et pourtant, tout cela est balayé par les émotions que nous fait ressentir toute la progression des protagonistes depuis maintenant dix tomes. La grande comédie humaine se joue sous nos yeux, et chacun pourra y retrouver une part de lui-même. Le tout, dans l'optique d'une dernière partie toujours plus palpitante. En avant, Umino !
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4622
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Re: Happy!

Message non lu par Wang Tianjun » 13 mai 2012, 20:35

Happy 11

Suite à une nouvelle manigance de Choko, Kikuko, qui faisait là son grand retour sur les courts, a vu sa blessure ressurgir. Mais, malgré la douleur, la vaillante sportive décide de jouer son match face à l'héritière du clan Ryugasaki. Mais parviendra-t-elle à faire bonne figure et à retenir ses nerfs face à la fourberie son adversaire ?

Après un Us Open riche en émotions et un nouveau point de mire annonçant sans doute la fin de la série, Naoki Urasawa décide de laisser son héroïne progresser loin de nos yeux. En effet, tandis que Miyuki enchaine les tournois, le lecteur n'en connaitra que les résultats, tandis que les personnages secondaires passent plus que jamais au premier plan. On commence donc par Kikuko, qui s'illustre ici d'une bien belle manière, avant de devenir une nouvelle source de problèmes pour notre héroïne. Eh oui, il n'y aura donc jamais assez de poids sur les épaules de Miyuki ! Ces messieurs ne seront pas en reste, en faisant une fois de plus tout leur possible pour aider l'élue de leurs cœurs... Hélas, on regrettera la pertinence de leurs décisions, motivées par l'appât du gain et/ou du ressort scénaristique un peu maladroit, en particulier pour Keichiro.

Malgré ses imperfections et ses maladresse narratives que l'on aura appris à appréhender depuis le temps, la série continue d'avancer avec un rythme plaisant. L'auteur apporte une véritable sincérité dans les sentiments de ses protagonistes et saura à quelques reprises nous émouvoir. Cependant, à d'autres moments, il nous frustrera par des annonces très prometteuses pour un résultat plus décevant que prévu. Mais après tout, cela ne rend les choses plus imprévisibles, et plus savoureuses...

Ainsi va la vie d'Happy ! Avec ce volume où Miyuki sera plus effacée que jamais, Naoki Urasawa fait avancer encore d'un pas ses personnages, faisant parfois naitre quelques imbroglios malheureux. Pourtant, le temps passe encore à une vitesse folle et l'on regrette déjà d'arriver à la dernière page, annonciatrice d'une attente de quatre mois... Courage !
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4622
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Re: Happy!

Message non lu par Wang Tianjun » 27 août 2012, 21:38

Quand Urasawa me déçoit, il y a toujours un Happy! pas très loin pour me rassurer ! :D


Happy ! 12

Sakurada s'est mis dans un sacré pétrin ! Ayant récupéré certaines dettes pour les verser directement sur le compte de Miyuki, sa protégée, le jeune créancier s'est finalement fait repérer par ses supérieurs de la pègre locale. Partageant d'insouciants moments avec Miyuki et sa fratrie, Sakurada est loin de se douter du danger mortel qui plane sur sa tête. Keïchiro, qui a été averti de la situation par le frère de ce dernier, ira-t-il à sa rescousse, alors qu'il l'a aperçu en pleine complicité avec l'amour de sa vie ?

Une fois encore, le tennis passe au second plan dans Happy, tout comme son héroïne dans la première partie du volume. Mais peut-on s'en plaindre ? Certainement pas, tant Urasawa manipule ses personnages secondaires avec brio. Si la menace sur la tête de Sakurada nous inquiétera sur les premières pages, c'est bien Keichiro qui sera le plus intéressant à suivre, tant l'héritier du groupe Ohtori est en pleine pertes de repères. Un avenir compromis, une (fausse?) déception sentimentale... Après avoir brillé d'un petit éclat, la flamme renaissante en son cœur s'éteint à nouveau, laissant le jeune homme propice à la facilité... Les hommes ne sont pas à la fête, puisque de son côté, Sakurada s'éloignera lui aussi de notre héroïne... Mais à quelque chose, malheur est bon, et notre yakuza ira vers une nouvelle situation très intéressante pour la poursuite, voire pour le dénouement de la saga...

Le sport reprend toutefois ses droits à la fin de ce douzième tome, avec une affiche de choc que nous attendions depuis fort longtemps ! Ce sera l'occasion de décompresser avec une Miyuki au meilleur de sa forme, car sublimée par l'enjeu, mais aussi de sourire devant ses amusantes maladresses. Derrière le burlesque et une inéluctable conclusion, la détermination de Miyuki relancera toute la machine de la série de plus belle. A moins qu'un nouveau grain de sable ne s'y glisse...

Il est difficile de dire si cela est du à l'empathie portée à ses adorables protagonistes ou bien à la maestria narrative d'Urasawa, mais toujours est-il qu'Happy! continue de nous émouvoir de plus belle, de nous prendre aux tripes jusqu'à la résignation, avant de nous faire sourire et reprendre espoir de nouveau. Bien que dans un registre très différent, cette série n'a absolument pas à rougir face à ses successeurs restant habituellement les premiers évoqués lorsque l'on parle de l'auteur. Rendons justice à Miyuki la mal-aimée !
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4622
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Re: Happy!

Message non lu par Wang Tianjun » 22 nov. 2012, 16:01

Happy! 13

Après sa victoire face à Miyuki au premier tour de Roland-Garros, Sabrina Nikolic est étrangement en difficulté face à une autre joueuse japonaise. La pétillante Choko Ryugasaki, que l'on n'attendait plus à un tel niveau, réussit en effet à prendre le premier set à l'indétrônable championne ! Cela cacherait-il une nouvelle magouille de sa part ? A moins que Sabrina ait été marquée par les évènements précédents...

Au fil des volumes, Happy! s'est imposé comme un incontournable, et l'on commencera à manquer de superlatifs pour retranscrire notre joie de retrouver une nouvelle fois les aventures de Miyuki. Une Miyuki qui tient plus que jamais un rôle central dans ce volume, tant certains auront déjà compris que la jeune tenniswoman a toutes les chances de créer la surprise lors du tournoi de Wimbledon. Ce dernier ouvre d'ailleurs ses portes à la moitié de ce treizième volume, amorçant donc la dernière manche de l'histoire ! Nous arrivons ainsi au bout du suspense, galvanisés par une nouvelle bombe à retardement autour de Miyuki. Malgré tout, notre héroïne ne se décourage pas (c'est mal la connaître !) et emporte dans son sillage tous ses amis et rivales !

En effet, comme à son habitude, les acteurs de cette pièce seront en pleine effervescence, et certains prendront des décisions radicales pour continuer à avancer dans leur direction, malgré les obstacles qui se dressent devant eux. Urasawa est une nouvelle fois capable de nous captiver pendant quelques minutes sur une seule scène, une seule page, une seule case, tant il y a à comprendre derrière les expression de ses protagonistes. Et tandis que le tennis reprend une place prépondérante dès l'entrée dans l'ultime tournoi, l'auteur n'en oublie pas de dénouer peu à peu chaque intrigue, en remettant notamment les yakuza sur le devant de la scène d'une manière inattendue. Une solution de dénouement facile, ou bien une pression supplémentaire ? L'avenir nous le dira.

On ne le répètera jamais assez : bouder Happy en faveur des autres œuvres d'Urasawa serait une grave erreur. L'auteur arrive à insuffler dans cette histoire à l'apparence anodine un véritable suspens, une vraie profondeur psychologique, un rythme implacable qui insuffle une vie à l'ensemble. Les nombreuses barrières se brisent peu à peu pour qu'enfin, notre championne puisse recueillir les égards qui lui sont dus. Ne la perdez pas du regard !
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Répondre