Go ! Go ! Heaven !

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9757
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Go ! Go ! Heaven !

Message non lu par Koiwai » 05 mai 2010, 00:51

Go ! Go ! Heaven !
Image
La fiche sur Manga-news


Tome 1:

Julia, Aya, Himiko et Michaelle sont 4 jeunes femmes qui ne se connaissent pas, mais qui finissent par se trouver à cause de leur envie commune: lasses d'une vie qui ne les satisfait pas, elles aspirent toutes les quatre au suicide. Sur une idée de Julia, elles mettent alors un plan en place: créer un groupe de rock, et se suicider sur scène. Le destin en décidera-t-il autrement ?

Les différentes étapes de quatre jeunes filles voulant se suicider sur scène: voilà bien un point de départ intriguant et sombre à souhait. Et sombre, le fond l'est bel et bien, mais pas de la manière dont on aurait pu le croire avant de lire ce premier tome: ici, les auteurs nous proposent une critique acerbe d'un aspect peu attachant de la société japonaise.
Cela commence évidemment par le thème principal, le suicide, qui, en lui-même, met déjà mal à l'aise le lecteur. S'en suit alors un étalage, à travers nos quatre héroïnes, de différentes raisons pouvant pousser les gens dans cet ultime retranchement: persécution scolaire si forte qu'elle peut, bien des années plus tard, continuer de hanter une personne au point que celle-ci reste cloîtrée chez elle sans jamais plus parler, harcèlement sexuel au travail, perversités en tout genre dans son entourage, maladie incurable... autant d'éléments évoqués au fil du volume.
Mais ce n'est pas tout: à cela vient s'ajouter un public se fichant royalement des prestations musicales des demoiselles et ne souhaitant que du sensationnel, attendant impatiemment de voir un suicide en live. On a déjà pu voir cela dans d'autres manga sans que ce soit franchement abordé, nous laissant de ce fait assez intrigués par ce côté inquiétant de la société japonaise: l'envie de sensationnel, d'inhabituel, le plus morbide puisse-t-il être. Go ! Go ! Heaven l'aborde de plein fouet.
Et les choses se font encore plus horribles lorsque fait son apparition un producteur bien décidé à exploiter au maximum ce groupe de suicidaires à la popularité grandissante pour faire marcher son propre business, sans jamais avoir la moindre considération pour les personnes en elles-mêmes.
D'autres points font brièvement leur apparition, à l'instar du malaise qu'il peut y avoir dans l'entourage des héroïnes. Cela se ressent particulièrement lors du passage où la mère de Michaelle fond en larmes à cause de l'absence totale de communication de sa fille.
A travers tout ceci, c'est la société japonaise elle-même qui est donc mise en cause, à travers tout l'individualisme et le manque d'égard envers autrui dont elle peut faire preuve.
Au passage, notons que la musique n'est ici qu'un prétexte à la critique: nous n'aurons jamais de scènes proprement musicales.

Avec ce premier tome, le fond de Go ! Go ! Heaven ! s'annonce incroyablement riche et intéressant dans les thèmes abordés. Il est donc d'autant plus dommage que tout le reste peine autant à suivre.
A force de vouloir aborder un nombre important de tares de la société nippone en un nombre de pages limité, le récit s'éparpille, la narration éclate petit à petit et rend l'ensemble assez poussif, et au final, on se rend compte que bien des thèmes abordés dans cette histoire de suicide sont survolés.
Quant aux héroïnes, on s'attache de manière très inégale à elles. Si la renfermée Michaelle est rapidement attachante, et que la prestance de Himiko rend celle-ci intéressante, le côté très cruche d'Aya agace rapidement. Quant à Julia, elle se profile rapidement comme le personnage le plus nuancé, intéressant et mystérieux: bien qu'elle soit à l'origine du groupe, il faudra attendre un bon moment avant de découvrir ce qui la pousse à vouloir se suicider, et si, dans un premier temps, son caractère la rend assez antipathique, on s'attache finalement à elle au fur et à mesure qu'elle se dévoile. On notera qu'à partir de leur rencontre, les quatre demoiselles vont nouer des liens entre elles qui, comme on pouvait s'y attendre, vont peu à peu leur redonner un certain goût à la vie qui vient contredire leur envie de suicide. Malheureusement, le tout reste traité de manière trop caricaturale, et les personnalités respectives des quatre héroïnes en font de véritables stéréotypes.
Visuellement, on a quelque chose situé à mi-chemin entre shôjo et seinen. Le trait reste classique et manque régulièrement d'expressivité, et apparaît d'autant plus inégal que le découpage n'est jamais vraiment inspiré et est même parfois assez brouillon. Cependant, on peut considérer que le manque de sentiments des dessins reflète bien le manque de sentiments de la société décrite ici.

Avec ce premier volume, on sent que les auteurs offrent quelque chose de sincère, mais de nombreux défauts viennent contrebalancer considérablement l'excellence du fond.

Au niveau de l'édition, le travail des éditions Kana est catastrophique en ce qui concerne la qualité d'impression, l'encre bavant tellement qu'il n'est pas rare de voir les bulles d'une page décalquées sur la page voisine. L'adaptation graphique, sans être mauvaise, manque parfois de clarté, et le lettrage reste assez basique. Par contre, pas grand chose à reprocher au niveau de la traduction en elle-même.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9757
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Go ! Go ! Heaven !

Message non lu par Koiwai » 16 août 2010, 15:20

Tome 2:

L'aventure de la "Bande des Suicidaires" se poursuit. Julia, Aya, Michaelle et Himiko commencent sérieusement à se faire connaître, et Martin, leur manager, en profite pour exploiter au maximum cette popularité tout en faisant échouer à chaque fois les tentatives de suicide des quatre jeunes femmes.

Ainsi, la recette de Go ! Go ! Heaven ne change pas, et tandis que le manager du groupe continue son business sans le moindre état d'âme, on continue de découvrir les souffrances de nos quatre héroïnes. Que ce soit Michaelle qui doit à présent vivre avec le suicide d'une fan, Himiko qui avoue sa relation incestueuse avec son père, Aya qui continue de vivre naïvement un amour difficile pour son patron dont on se demande s'il l'exploite ou non, et Julia qui cherche à tout prix à cacher aux autres sa maladie incurable, chacune des quatre demoiselles voit sa situation évoluer ou stagner parallèlement à la carrière mouvementée du jeune groupe, tandis que les liens qu'elle tissent entre elles les éloignent petit à petit de leur objectif initial, à savoir le suicide. La critique de la société reste toujours là, mais toujours aussi éparpillée, et toujours aussi superficielle, si bien que l'on a un peu l'impression que rien n'évolue vraiment dans ce deuxième tome, qui paraît construit sur les mêmes bases que le premier, ce qui se révèle un peu problématique quand on sait que la série est destinée à s'achever au prochain opus.

Fort heureusement, le personnage de Julia et les convictions qu'elle affiche se font de plus en plus intéressantes, et l'on comprend facilement que la jeune femme, se condamnant elle-même car ne pouvant renoncer à son amour pour la chanson, sera au coeur du dernier tome, et sera probablement l'élément-clé quant à l'avenir des trois autres membres. Au beau milieu de ce tome peu passionnant et dans lequel le fond stagne, voilà bien l'une des seules choses nous donnant envie de connaître rapidement la conclusion de l'histoire.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9757
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Go ! Go ! Heaven !

Message non lu par Koiwai » 08 oct. 2010, 18:26

Tome 3:

Alors que la Ligue de Prévention du Suicide a ironiquement choisi une de leurs chansons pour leur campagne, la Bande des Suicidaires est bien décidée à donner son dernier concert au Budôkan, menée par une Julia déterminée à en finir avec la vie, même si elle doit pour cela emmener dans la mort tous les fans présents... Mais Aya, Michaelle et Himiko ont-elles seulement encore envie de mourir ?

La fin de Go ! Go ! Heaven ! arrive avec ce troisième tome, les dernières péripéties de la bande des Suicidaires ont lieu, et avec elles, les derniers instants d'exploitation de leur flamboyant mais court succès. Car une nouvelle fois, tout est bon pour exploiter au maximum ce filon en or qu'est le groupe, que ce soit à travers des campagnes, des produits dérivés ou le lancement de rumeurs dans des magazines à ragots...
Ainsi, une nouvelle fois, de nombreux éléments de notre société capitaliste en prennent pour leur grade, mais comme toujours, les auteurs s'éparpillent sur trop de sujets pour parvenir à nous offrir un message vraiment fort. Cela est d'autant plus problématique lorsque le sujet de base du manga qu'est le suicide en pâtit lui-même. On attendait, à travers le personnage de Julia, une fin forte et osée pour le manga, et malheureusement, il n'en est finalement rien. La conclusion est facile, convenue, manque de panache, et les dernières évolutions de nos héroïnes, qui ont retrouvé goût à la vie, sont trop rapides et trop survolées pour faire passer quoi que ce soit.

Voici une conclusion malheureusement sans saveur, pour une série à la sincérité certaine, mais qui se sera trop éparpillée sur différentes critiques de la société qu'elle aura survolées, et aura été incapable de faire passer un vrai message sur le suicide, un sujet pourtant sensible, surtout au pays du soleil levant.
Image

Répondre