Freezing

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9789
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Freezing

Message non lu par Koiwai » 12 mai 2010, 19:15

Freezing
Image
La fiche sur Manga-news


Tome 1:

Avec Freezing, les éditions Doki Doki nous proposent de découvrir l'un des tout derniers scénarii en date de Lim Dall Young, qui nous a déjà offert les histoires de Kurokami, Aflame Inferno, Unbalance x Unbalance ou encore la Légende de Maian. Pour cette série, on retrouve aux dessins Kim Kwang Hyun, qui a déjà travaillé avec lui sur Aflame Inferno.

Un jour, les Nova, des êtres venus d'une autre dimension, ont débarqué sur Terre, mettant ainsi en péril l'humanité. Pour les contrer, l'académie Genetics s'est mise en place. Son but: former les Pandora, de nouvelles combattantes d'un nouveau genre, chacune étant aidée d'un ou de plusieurs Limiters, binômes masculins plus jeunes qu'elles chargés de les épauler. L'histoire commence lorsque Kazuya, notre jeune héros de 15 ans, débarque dans l'académie pour devenir Limiter. Et à peine arrivé, il se précipite sur une certaine Satellizer, la demoiselle la plus féroce du campus, en qui il croit reconnaître sa grande soeur morte au champ d'honneur.

Avec ce premier tome, les auteurs nous proposent une nouvelle série centrée sur le thème d'une invasion extra-terrestre... Le principal problème étant qu'il ne sera quasiment jamais question de cela dans ce volume, qui introduit... pas grand chose, à vrai dire, si ce n'est une avalanche de combats sans queue ni tête entre demoiselles aux formes plus que généreuses. Car c'est bien de cela dont il s'agit ici: si vous voulez un scénario, passez votre chemin, car dès ce premier opus, Freezing part se ranger dans la même catégorie qu'un Ikkitousen ou autre Battle Club: pendant 200 pages, des jeunes guerrières aux formes défiant les lois de la gravité se mettent très violemment sur la gueule en faisant voler quelques morceaux de vêtements et en s'humiliant gentiment.

Mais là où Freezing fait fort, c'est en réussissant à faire pire, à tout hasard, qu'Ikkitousen, qui tentait vainement, malgré tout, de nous offrir un semblant de scénario à peu près cohérent. Ici, dès la page 7, un combat entre Satellizer et une autre fille à gros bonnet s'engage sans que l'on sache vraiment pourquoi. Puis un autre. Et encore un autre. La raison, on la comprendra au fil du tome: Satellizer El Bridget (un nom plus ridicule, tu meurs), à cause de son caractère très violent et de son non-respect permanent des règles établies au sein de l'académie, s'attire petit à petit les foudres de toutes ses camarades apprenties Pandora. Et point: c'est ici la seule raison qui nous donne droit à ces combats entre collègues. Par ailleurs, quoi de mieux, avant d'aller défoncer de l'alien, que de se défoncer entre collègues se battant à la base pour la même cause ? Niveau cohérence du scénario (si l'on peut appeler cela comme ça), on repassera.

Mais ne soyons pas trop mauvaise langue: ce premier tome de Freezing plaira malgré tout aux amateurs du genre, notamment grâce à une Satellizer qui se dévoilera (psychologiquement parlant, cette fois... si on peut parler ici de psychologie) un peu plus au contact de Kazuya (le héros, rappelons-le). Naïf et impulsif, il se jette dans les bras de Satellizer, en qui il voit sa soeur, dès qu'il la rencontre, ce qui ne manquera pas de déstabiliser la demoiselle, surprise, qui ne s'était jamais laissée toucher par quiconque auparavant. A partir de là, la jeune fille, si violente, si sadique, si froide envers tout le monde, n'aura de cesse de rougir et de se montrer plus ou moins timide et déstabilisée face à Kazuya. Comme c'est mignon. Sans oublier que Kazuya, bien entendu, souhaite à tout prix devenir le Limiter de Satellizer... Y parviendra-t-il ? Quel suspense ! Au final, on peut dire que Satellizer incarne un peu le stéréotype de la fille forte et froide en apparence, mais quand même un brin touchante et féminine intérieurement. Le principal problème étant que les auteurs dépeignent cet aspect de la demoiselle sans la moindre subtilité.

Pour en revenir aux rouages de l'intrigue en elle-même, on n'a rien de bien folichon pour l'instant. L'idée de l'invasion extra-terrestre et d'une académie formant des binômes de combattants n'a rien de novateur. Quant aux capacités et à la manière de se battre des Pandora et des Limiters, on n'aura que des informations extrêmement basiques à ce sujet, en tout cas pour le moment. Par exemple, on apprendra que Pandora et Limiter couplent leurs forces par un processus de synchronisation... Cela ne vous rappelle-t-il rien ? A tout hasard... Kurokami ? Qu'on se le dise, on a connu Lim Dall Young plus inspiré. Signalons également que l'académie suit des règles se basant sur celles de l'armée: les moins gradées et les plus jeunes doivent vouer un respect sans failles à leurs supérieures/aînées, sous peine de représailles. Là non plus, rien de très neuf ou même de très subtil.

D'un point de vue visuel, on ne pourra pas enlever à Kim Kwang Hyun les qualités de son coup de crayon: le trait en lui-même est maîtrisé, expressif, plutôt dynamique et assez précis, et les amateurs de formes exagérées seront aux anges. Mais le bât blesse au niveau de la narration et du découpage, qui amènent les choses un peu n'importe comment et font assez mal ressortir toute la tension qu'auraient pu avoir les combats.

Après les excellents Broken Blade et 7 milliards d'aiguilles, et un The Sacred Blacksmith qui doit encore confirmer, cette quatrième nouveauté de 2010 des éditions Doki-Doki semble être celle qu'il ne fallait pas. Avec son scénario basique à la limite de l'inexistant, ce premier tome de Freezing ne comblera que les amateurs de fan-service et de combats violents entre gros bonnets.

Du côté de l'édition, Doki Doki nous offre, comme souvent, un travail très satisfaisant, avec quatre premières pages en couleurs qui vous donneront facilement le ton du manga, et une traduction, un lettrage et une adaptation graphique convaincants.
Image

zxr24rs
Messages : 5
Enregistré le : 15 mai 2010, 17:52
Localisation : Dordogne

Re: Freezing

Message non lu par zxr24rs » 15 mai 2010, 17:59

Je me demande si cette série sera quand même pas trop un plagiat des précédentes (Aflame Inferno, etc) . J'adore le chara-design mais a voir pour le scenario j'attends quelques avis avant de me lancer .
Image

Sorrow
Messages : 1270
Enregistré le : 14 janv. 2008, 22:28
Localisation : Entre deux mondes

Re: Freezing

Message non lu par Sorrow » 15 mai 2010, 20:13

zxr24rs a écrit :Je me demande si cette série sera quand même pas trop un plagiat des précédentes (Aflame Inferno, etc) .
Hum, un auteur qui se plagie lui-même, une situation intéressante et inédite...
"Les bons livres sont une ancre pour ton bateau dans le port de la vie. Même si une grande vague arrive, ton bateau ne sera pas emporté. Tu pourras mettre les voiles quand tu auras accumulé suffisamment de forces et de connaissances."
"Et moi aussi j'ai un rêve stupide qui me tient à coeur. Il est temps de me bouger pour le réaliser."
"Don't Think, Feel!"

zxr24rs
Messages : 5
Enregistré le : 15 mai 2010, 17:52
Localisation : Dordogne

Re: Freezing

Message non lu par zxr24rs » 16 mai 2010, 19:35

Sorrow a écrit :
zxr24rs a écrit :Je me demande si cette série sera quand même pas trop un plagiat des précédentes (Aflame Inferno, etc) .
Hum, un auteur qui se plagie lui-même, une situation intéressante et inédite...
oui enfin tu as compris ce que je voulais dire ... on prends le même système et on change juste le fond ... au lieu d'une guerre sainte, c'est une guerre de seins ... :P
Image

Avatar du membre
shun
Messages : 918
Enregistré le : 23 sept. 2004, 21:43

Re: Freezing

Message non lu par shun » 22 mai 2010, 11:19

Groupe facebook de vente manga en Belgique : https://www.facebook.com/groups/1024308 ... 6/?fref=ts

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9789
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Freezing

Message non lu par Koiwai » 30 juil. 2010, 17:40

Tome 2:

A cause de son non respect des règles de l'académie, Satellizer est prise à parti par Ingrid Bernstein, une troisième année bien décidée à donner une véritable leçon à la Reine Intouchable. Très vite, Satellizer, face à l'expérience d'Ingrid, est complètement dépassée. C'est alors que Kazuya fait son apparition en plein milieu du combat, prêt à tout pour sauver celle dont il toujours aussi décidé à devenir le Limiter...
Très vite, au cours d'un combat pourvu de la plus basique des violences, le jeune garçon dévoile des talents impressionnants quant au Freezing, alors même que Satellizer refuse toujours d'en faire son Limiter... Comme on pouvait s'en douter, notre héros renferme donc des pouvoirs invraisemblables, qui se révèlent de manière inexplicable quand Satellizer est en danger. De ce côté là, aucune originalité, tant cet état de fait était prévisible dès le début du manga.
Le combat suit donc son cours, violent et prévisible, et c'est alors que se dévoile au cours d'un flashback les raisons poussant Ingrid à être si stricte au sujet des règles. Et si ce retour en arrière est, lui aussi, loin de posséder une originalité folle, on ne pourra lui enlever la grande intensité avec lequel il est narré, si bien que l'ensemble se suit sans mal, et pourrait presque émouvoir de par les convictions inébranlables affichées par la nommée Marine. De plus, ce flashback constitue la première vision que peut se faire le lecteur des combats contre les Nova. Bien que tout ceci reste artificiel, on appréciera tout de même de voir enfin l'un de ces affrontements, censés être au coeur même du manga.
Après cela, retour dans le présent, pour une conclusion prévisible de ce combat, qui voit Ingrid évoluer de manière logique, et qui a pour conséquence de rapprocher considérablement Kazuya de Satellizer, mais aussi d'éveiller encore un peu plus la curiosité de certaines troisième année, qui semblent toujours aussi décidées à surveiller de près la Reine Intouchable... Est-ce que cela augure du bon pour la suite ? Ca reste à voir...

Si ce long combat contre Ingrid et les conclusions et évolutions qu'il apporte sont à même de satisfaire les amateurs de combats violents et de filles plantureuses, pour peu qu'ils ne recherchent aucune originalité, on reste plus dubitatifs face aux deux derniers chapitres, qui voient apparaître une nouvelle demoiselle, une jeune fille venue de loin, s'exprimant de manière ridicule, ne comprenant absolument rien au mode de vie en ville mais ne perdant aucunement son optimisme pour autant, dotée d'une impressionnante aptitude à la baston, et recherchant "humblement" le garçon qui saura partager avec elle un mystérieux lien (on a peur d'avoir déjà deviné de qui il s'agira...) . En voyant cette nouvelle venue, impossible de ne pas penser à Kuro, l'héroïne de Kurokami, autre série de l'auteur... en plus horripilante. Espérons qu'elle évoluera rapidement. Quoiqu'il en soit, après le coup de la synchronisation, on a à nouveau l'impression que Lim Dall Young s'auto-plagie, ce qui ne fait que confirmer l'impressionnant manque d'imagination de l'auteur sur cette série.

Pour le reste, on a à nouveau droit au fan-service - moins présent que dans le tome 1 - typique de ce genre de série où violence et gros bonnets s'enchaînent, qui comblera les amateurs et rebutera les autres.

Un peu meilleur que le catastrophique premier tome, ce deuxième volume doit beaucoup au très basique et prévisible mais intense combat contre Ingrid qui apporte son petit lot d'évènements, mais se voit plombé par deux derniers chapitres ridicules.

Après deux tomes, Freezing, dépourvu de la moindre originalité et encore beaucoup trop basique au niveau de son background, ne ravira que les fans du genre.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9789
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Freezing

Message non lu par Koiwai » 19 sept. 2010, 15:40

Tome 3:

Pendant que Satellizer l'attend dans sa chambre, Kazuya est pris dans un affrontement l'obligeant à se battre contre des voyous, en compagnie de quelques Pandora venues prêter main forte, et d'une mystérieuse tibétaine nommée Lana... S'énervant lorsque les voyous s'en prennent à Kaho, Kazuya dévoile à nouveau d'incroyables pouvoirs. Mais ne maîtrisant pas encore complètement le freezing, le jeune garçon perd vite connaissance pendant que le combat prend fin, puis est emmené à l'infirmerie. Après ces évènements, la jolie Lana a désormais une certitude: elle qui est venue de son lointain Tibet pour intégrer Genetics et trouver l'homme de sa vie, semble en effet l'avoir déjà trouvé pendant ce combat, et il s'agit évidemment de Kazuya !

Ce troisième volume commence fort, avec l'intégration au sein de Genetics d'une Lana qui aura vite fait de montrer ses talents au combat lors d'un premier duel d'entraînement contre Ganessa. Mais parallèlement à cela, un autre combat se dessine: la conquête de Kazuya ! De ce fait, le face à face entre Lana et Satellizer semble évidemment inévitable, et aura bel et bien lieu dans la deuxième moitié de tome, bien aidé par des troisième année qui n'hésitent pas à manipuler Lana avec toujours pour objectif de remettre Satellizer à sa place...

On a donc un volume à nouveau riche en action, entre la fin de la rixe contre les voyous, le premier affrontement de Lana contre Ganessa, le duel sanglant entre cette même Lana et Satellizer, et le début d'un combat de ces deux dernières contre deux des meilleurs éléments des troisième année. Un peu mieux mis en scène qu'auparavant, ces combats se font plus intenses, d'autant que le fan-service mal intégré se fait plus discret (que les fans se rassurent, ils auront toujours des plans bien choisis pour flatter leurs yeux), et, surtout, que l'utilisation et l'assez bonne exploitation (bien qu'encore basique) par les Pandora de leur "volt weapons", attaques spéciales apparemment uniques pour chacune d'entre elles, apporte un peu plus de saveur. Tous ces affrontements sont également l'occasion de voir toute la puissance de Lana, par ailleurs un peu moins horripilante que ne le laissait présager la fin du volume précédent, mais aussi de revoir la verve au combat de Satellizer, bien décidée à conserver Kazuya pour elle, un Kazuya auquel elle ne semble définitivement pas indifférente. Mais malgré tout, malgré leur puissance indiscutable, Satellizer et Lana semblent faire bien pâle figure en fin de tome, pendant un début de combat contre les troisième année qui donne un tant soit peu envie de connaître la suite.
Un autre point important de ce tome concerne les précisions apportées sur l'incroyable force de Kazuya, qui semble pouvoir s'expliquer à travers un critère "génétique" (sa soeur, Kazuha, était elle-même l'élite de l'élite des combattantes), et sur la nature des capacités des Pandora (à travers un jargon technique assez indigeste car catapulté le temps de quelques pages, mais passons). Toutes ces explications restent très basiques, mais ont le mérite d'exister. C'est déjà ça.
Enfin, des précisions sont apportées sur la famille de Satellizer, ce qui vient directement apporter un peu plus de background en ce qui concerne les hautes instances gérant l'académie Genetics. On espère bien que cela se révèle important par la suite.

Il y a donc à nouveau du mieux avec ce troisième volume de Freezing, mais le tout est encore loin d'être pleinement convaincant.
Le principal problème concerne l'histoire, dont tous les rebondissements ont été, jusqu'à présent, extrêmement prévisibles. La grande puissance de Kazuya se confirme, le problème étant qu'on devinait cet état de fait dès le début. Cela dit, difficile de faire original sur ce point. Comme prévu, Satellizer se montre de plus en plus sensible envers notre héros en refusant toujours partiellement de le montrer. Mais ce qui marque surtout dans ce tome, c'est le fait que l'on avait prévu dès son apparition tous les évènements concernant Lana: le fait qu'elle jette son dévolu sur Kazuya, le combat contre Satellizer qui s'en suit pour le conquérir, l'exploitation de sa naïveté de petite nouvelle par les troisième année, sa force certaine... Rien, absolument rien, ne surprend.
L'autre problème concerne la trame de fond, parfois évoquée, concrètement encore inexistante ! En effet, l'académie Genetics est censée former des guerrières se battant contre les extraterrestres envahisseurs nommés Nova. Or, après trois volumes, la seule idée que nous avons pu nous faire de ces affrontements contre les Nova est apparue pendant le flashback du deuxième tome, ce qui reste somme toute très maigre. Dans ce troisième volume, les Nova ne sont même jamais évoqués, et l'on ne sait encore absolument rien sur eux: que sont-ils exactement ? Qu'est-ce qui les a amenés sur Terre ? A quelle échelle exactement représentent-ils une menace ? Quel est l'état de la planète depuis qu'ils ont débarqué ? On espère avoir bientôt des réponses, même basiques, à ces questions, car pour le moment, à part des combats au sein de l'académie entre des jeunes filles se battant à l'origine pour la même cause, des explications sommaires sur tout ce qui régit l'académie, et des informations prévisibles sur les caractéristiques des différents personnages, on n'a pas grand chose à se mettre sous la dent.

Petit à petit, Freezing continue de s'améliorer, mais le tout reste encore assez creux scénaristiquement, et la série reste à réserver aux amateurs de baston entre demoiselles en forme(s), qui devraient y trouver leur compte.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9789
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Freezing

Message non lu par Koiwai » 14 nov. 2010, 20:45

Tome 4:

Kazuya est intervenu pour mettre fin à l'affrontement entre Satellizer et Lana, cette dernière ayant été manipulée par la troisième année Athia. Mais c'est le moment que choisissent Aneth et Cleo, les numéro 4 et 5 des troisième année, pour entrer dans la bataille. Et tandis que Kazuya est écarté, deux face à face s'engagent, l'un opposant Satellizer à Aneth, et l'autre mettant Lana face à Cleo...

Ce quatrième tome commence sur les chapeaux de roue, puisqu'il reprend fort logiquement la suite de ces deux combats... qui prendront fin 130 pages plus loin ! 130 pages pendant lesquelles on saluera la prestation graphique de Kim Kwang Hyun, de plus en plus convaincantes: l'ensemble est violent , les plans bien choisis, les impacts des coups se ressentent pleinement sur les visages des protagonistes...De plus, les combattantes ont le mérite de réfléchir sur leurs techniques de combat et celles de leurs adversaires, ce qui apporte un peu plus d'intérêt à l'ensemble. Sur ces points-là, Freezing continue de progresser, et les amateurs du genre seront sans doute satisfaits. Seul bémol, toujours cette utilisation d'un jargon pseudo-technique en ce qui concerne les capacités des Pandora, une idée qui aurait pu apporter beaucoup au titre si les auteurs avaient pris le temps de les amener au fur et à mesure, au lieu de jeter régulièrement, le temps de deux ou trois pages, un amas de nouveaux termes dont la moitié nous passe finalement au-dessus. Ces incursions maladroites ont, en plus, tendance à casser un peu le rythme du combat.

Malheureusement, ce rythme globalement soutenu du tome ne suffit pas à y masquer les lacunes dans les autres domaines, à commencer par la longueur exagérée du combat qui a lieu ici pour, finalement, pas grand chose. Pendant les deux tiers du volume, nous assisterons aux plus gros clichés du genre, avec nos deux héroïnes qui vont tout d'abord en pâtir face à leurs adversaires, mais parviendront à se relever en rassemblant toute leur détermination, avant que la même situation ne se produise pour Aneth et Cleo. Rebondissements qui ne convainquent guère tant Lim Dall Young enfonce ici son récit dans le convenu et la surenchère, ce qui se confirme à la vue d'une Satellizer qui, tout en se relevant, dévoile rapidement une puissance toujours plus grande. Cet état de fait, cliché au possible, parvient néanmoins à soulever deux éléments de première importance, puisqu'en plus de laisser entrevoir chez notre héroïne une force mystérieuse sur laquelle on attend d'en savoir plus, il nous apprend les raisons poussant Satellizer à ne plus vouloir courber l'échine devant personne, à travers un retour sur l'une des faces dramatiques de son enfance, enfance qui a grandement conditionné son état d'esprit. Toutefois, ne vous attendez pas à un passé très original, car de ce côté-là non plus, Lim Dall Young ne cherche pas à faire dans l'originalité. Quoi qu'il en soit, il n'en faut pas forcément plus à ce flashback pour nuancer Satellizer. Il est toutefois regrettable, au vu de la longueur du combat, qu'il s'agisse ici des seuls éléments du tome venant enrichir vraiment le background du scénario.
Quant à Lana, à l'image de Satellizer, elle se relève aussi pendant le combat... sans que les auteurs ne cherchent à justifier cet état de fait. La jolie tibétaine était mise K.O. par Cleo, et se relève finalement comme si de rien n'était pour revenir se battre... Ah.

Finalement, alors que ce combat plutôt réussi d'un point de vue visuel, mais rempli de clichés et qui aurait sans doute pu être écourté au vu de son contenu, est sur le point de continuer encore, il est interrompu par l'arrivée de Shiffon, la présidente des délégués, qui part ensuite retrouver Elisabeth pour lui expliquer le fond de sa pensée quant aux noises que les troisième année cherchent sans cesse à Satellizer. Un passage qui ne révèle pas grand chose, mais qui semble marquer un futur "stand-by" des querelles entre Satellizer et les troisième année... Peut-être une occasion pour Lim Dall Young, par la suite, d'aborder enfin un peu plus en détails la lutte contre les Nova qui est censée être au coeur du récit et qui a été transparente jusqu'à présent ? Espérons-le.

Enfin, en guise de petite pause, le dernier chapitre du tome voit Satellizer et Kazuya participer à un concours du plus gros mangeur, auquel s'invitent aussi Ganessa et Arthur. Une petite pause bienvenue, dont l'aspect amusant s'appuie sur des éléments éculés, mais qui, mine de rien, resserre encore un peu plus la relation entre nos deux héros.

Plombé par un combat qui s'éternise sans que cela soit nécessaire et par un dernier tiers assez banal même si pas désagréable, ce quatrième tome, par rapport au précédent, refait un petit bon en arrière, et ce malgré le lever de rideau sur l'enfance de Satellizer et le rythme soutenu de l'ensemble. Quoi qu'il en soit, la fin du tome laisse penser que la machine Freezing pourrait enfin se lancer totalement dès le prochain volume. Affaire à suivre.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9789
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Freezing

Message non lu par Koiwai » 13 févr. 2011, 21:29

Tome 5. Mais... mais la série deviendrait-elle donc intéressante ? o_O

Dans la première partie de ce cinquième tome, exit West Genetics, Satellizer, Kazuya et les autres. Les auteurs nous propulsent à East Genetics. Cathy y est l'une des Pandora les plus en vue, ce qui s'explique par ses dons très prometteurs, qui pourraient en faire la digne successeur d'Aoi Kazuha, et donc la plus brillante Pandora de sa génération. Mais voilà, Cathy ne nourrit absolument pas l'ambition de devenir la meilleure Pandora. Bien au contraire, elle ne rêve plus que d'une vie simple en compagnie de son Limiteur, qui lui a déclaré ses sentiments il y a peu. Mais le destin de Pandora de la jeune fille va vite la rattraper et se faire beaucoup plus dramatique que prévu, lorsque vont apparaître à East Genetics quatre Nova particulièrement puissants, signant le début du dixième Nova Clash...

Ca y est ! Après quatre tomes peu convaincants, Freezing entre enfin de plein fouet dans son sujet ! L'heure du dixième Nova Clash arrive en surprenant tout le monde, d'autant que les quatre ennemis vont révéler des atouts redoutables. On appréciera ici de voir, au coeur de l'action, les auteurs continuer de développer de manière un peu plus convaincante qu'auparavant les caractéristiques des Pandora, puisque nous apprenons ici qu'il en existe plusieurs sortes, chacune ayant un rôle bien précis à jouer face aux adversaires.

Mais ce qui emporte réellement le lecteur dans ce tome, c'est la déferlante d'action non-stop pendant 200 pages. La première moitié du tome permet de bien mettre en avant toute la tension du combat et la force des Nova, grâce, notamment, au destin tragique qui attend Cathy, pourtant considérée comme l'une des actuelles Pandoras les plus prometteuses, tandis que la suite du récit revient à West Genetics, à son tour attaquée. Les Nova y révèlent totalement leurs atouts en opposant nos héroïnes Pandoras à celles qui étaient il y a encore très peu de temps leurs alliées.
Le combat fait rage, celles qui passaient leur temps à se créper le chignon dans les premiers tomes doivent à présent se serrer les coudes face aux véritables ennemis pour les empêcher d'atteindre leur objectif, et l'on retrouve donc de nombreuses têtes charismatiques rencontrées auparavant, de Ganessa à Athia en passant par Elizabeth, preuve que, si les opus précédents s'étiraient beaucoup trop dans l'inintéressant, ils ont tout de même permis de mettre en place de nombreux protagonistes que l'on est heureux de retrouver dans un contexte plus sérieux.
On appréciera énormément la facilité avec laquelle les auteurs parviennent à rendre intense le combat. Le coup de crayon de Kim Kwang Hyun est plus fluide, l'épaisseur du trait, l'expressivité des personnages et les nombreux impacts des coups font fort bien ressortir toute la difficulté du combat, si bien que la mission semble tout simplement impossible pour nos héros. D'autant que les morts et blessés graves sont légion du côté des héros, et que l'on sent que les auteurs seraient prêts, à n'importe quel moment, à faire disparaître des personnages plus importants. Pour le prmeier vrai combat de la série, les auteurs placent déjà la barre très haut en ce qui concerne la difficulté, l'intensité et la brutalité.

On commençait à ne plus y croire, et pourtant, ça y est ! Après quatre premiers volumes poussifs, Freezing entre enfin dans le vif du sujet et le fait bien. Les amateurs de baston seront ici conquis par une déferlante d'action non-stop, et l'on se surprend enfin à attendre la suite avec intérêt.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9789
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Freezing

Message non lu par Koiwai » 14 juil. 2011, 17:51

Tome 6:

La situation est grave à l'académie Genetics, où l'ennemi a réussi à pénétrer et est sur le point de récupérer son objectif. Mais pour cela, les Nova n'ont pas attaqué l'académie eux-mêmes, et ont préféré prendre possession de plusieurs Pandora, qui se sont alors retournées contre leurs consoeurs !
La bataille fait rage, chaotique et sanglante, et nombre de jeunes filles tombent au combat. De toutes parts, la situation semble désespérée. C'est alors qu'apparaît Elizabeth, la numéro 2 des troisième année, qui déclare avoir trouvé un point faible chez les ennemies. L'espoir naît à nouveau chez nos héroïnes, et la bataille prend une nouvelle tournure.

La dernière page du cinquième tome laissait entrevoir une prise d'importance d'Elizabeth, ce qui se confirme ici. Ayant trouvé le point faible de ses camarades manipulées par les Nova, la demoiselle engage un combat rythmé par des coups percutants et une violence de chaque instant.
Quant à Satellizer, Kazuya et Ganessa, ils se retrouvent face à la redoutable Cathy, qui semble bien partie pour terrasser complètement la belle blonde. C'est alors que Ganessa commet un acte complètement fou, qui va réveiller en Satellizer un trop-plein de fureur...

Difficile de s'ennuyer pendant la lecture de ce volume, qui confirme pleinement le décollage de la série aperçu dans le tome précédent. Ici, nous avons à nouveau droit à une déferlante d'action qui ne pourra que plaire aux amateurs du genre, tant le tout est mené sans le moindre temps mort. Grâce à un coup de crayon épais, ultra-dynamique, violent et qui ne recule devant aucun effet gore tels des bras qui volent, la brutalité totale de ce qui se joue ressort parfaitement, et la tension est à son comble, d'autant que certains rebondissements surprenants sont là pour l'accentuer encore un peu plus. On constate que le dessinateur Kim Kwang Hyun a à présent bien trouvé ses marques et est capable de proposer un rendu saisissant, même si certaines phases manquent encore de lisibilité, ce qui est notamment le cas, curieusement, de certaines double-pages.

Pour autant, le grand mérite des auteurs est de ne pas se contenter de proposer simplement de l'action bête et méchante, tout aussi bien conçue celle-ci soit-elle, puisque certains personnages continuent d'être développés au coeur même du combat.
Alors que l'affrontement entre Satellizer et Cathy fait rage, nous continuons de découvrir plus en détails l'enfance de cette dernière, auprès d'un père tyrannique qui n'envisage pour sa fille que le brillant destin de Pandora qui lui est tout tracé, même si celle-ci nourrit en vain d'autres rêves.
Et c'est également l'acte fou de Ganessa qui attire l'attention, montre la droiture de cette dernière et enclenche un tournant dans sa relation avec Satellizer, qui, petit, brise la coquille qu'elle avait créée autour d'elle.
Quant à Kazuya, sa volonté de stopper Satellizer dans sa folie furieuse montre bien tout l'impact qu'il a désormais sur la jolie blonde.

Finalement, lorsque le combat prend fin, on a le sentiment que Freezing a enfin montré son véritable potentiel. Dès que l'action bat son plein pour les bonnes raisons, la série décolle et propose un divertissement extrêmement brutal et très efficace.

Quant à la fin du volume, elle part sur d'autres considérations. Ainsi, tandis qu'un bal organisé en l'honneur des Pandora permet une consolidation des liens entre certains personnages et un petit zeste de fan-service pas déplaisant, les hautes instances de Genetics s'interrogent sur les meilleures mesures à prendre face aux assauts de plus en plus rapprochés des Nova et nourrissent de nouveaux projets pour Satellizer, qui a montré lors de la bataille des capacités défiant toute logique. C'est avec intérêt que l'on attend de voir sur quoi tout ceci va aboutir.
Image

Répondre