Space ship EE

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.
Avatar du membre
ShadO
Dreamer in the rain
Messages : 944
Enregistré le : 19 avr. 2009, 18:10
Localisation : Bruxelles

Space ship EE

Message non lu par ShadO » 04 août 2010, 10:23

Space ship EE
Image
La fiche sur Manga-news

Noshi Hyoda est une jeune femme de 23 ans. Elle travaille dans un bureau austère qu'elle n'aime pas, entourée de collègues qu'elle n'apprécie pas davantage. La seule chose qui la rende un peu plus joyeuse c'est aller jouer dans un salle d'arcade, pratique dans laquelle elle excelle et qu'elle considère comme étant son seul talent. Son rêve ultime ? Pouvoir s'acheter un vaisseau spatial individuel et partir dans les étoiles, laissant de côté cette vie sans intérêt. Jusque là il ne s'agit malheureusement que d'un objectif très lointain. Mais alors qu'elle pique une crise de jalousie en croyant son compagnon dans les bras d'une autre, elle perd les pédales, vole une navette, et va se perdre dans l'immensité de l'univers.

Pour l'instant les choses vont plutot bien. Mais c'était sans compter sur le fait que ses réserves d'oxygène tombent à sec. Néanmoins, alors que tout espoir semblait perdu, la voila secourue et transportée dans un gigantesque vaisseau spatial. Là, elle va faire de nombreuses rencontres et devenir une combattante inter-galactique ! Autrement dit, voila une nouvelle bizarrerie qui promet sortie tout droit de la collection Made In !

Aya Takano livre ici un récit très personnel puisqu'emprunt de sa propre expérience professionnelle qu'elle a connu avant de devenir mangaka. Le problème est que, si la jeune femme possède un imaginaire débordant et un style bien à elle, tout cela reste malheureusement un peu trop hermétique au lecteur que pour pouvoir profiter pleinement de l'histoire qu'elle développe et s'en imprégner entièrement.

Pourtant le propos traité est intéressant, bien que pas forcément très original, à savoir le mal-être de quelqu'un qui entre dans la vie active en allant travailler dans une industrie avec tout ce que cela entraine. On ressent d'ailleurs énormément de fraicheur qui se dégage du titre, et Noshi fait preuve dans un premier temps de beaucoup d'impétuosité propre à la jeunesse de son âge. Rapidement cependant on change complètement de registre pour se diriger vers une histoire laissant la place au rêve et à la science-fiction. Les espoirs d'évasion de notre héroine se concrétisant et nous emmenant dans un monde particulièrement étrange et difficile d'accès.

De nombreux personnages font alors leur apparition, certains inédits, d'autres que l'on ne pensait plus revoir. L'auteur tente de mettre au point un univers cohérent et bien décrit, comme le montre le nombre impressionnant de pages explicatives à la fin du livre, mais ne parvient jamais à nous faire totalement entrer dedans. Et c'est probablement en grande partie dû à l'aspect graphique sur lequel on reviendra par la suite. En outre, on ne sait finalement pas vraiment vers où tout cela est censé nous mener. On part dans l'espace, on fait la connaissance d'entités qui veulent rebâtir l'univers, on repasse sur Terre dans un futur très lointain, mais l'on reste perplexe et mitigé quant au but final de tout cela. L'auteur explique ses raisons dans la postface du récit, mais cela ne nous convainc pas davantage. Des bonnes idées sont présentes, la manière de les traiter est originale au possible, mais le mélange des deux ne parvient pas à donner quelque chose de suffisamment consistant que pour parvenir à nous passionner. A trop vouloir piocher des thèmes à droite à gauche trop différents les uns des autres, le meli-melo que cela forme se montre plutôt indigeste et, surtout, on a le sentiment qu'aucun n'est entièrement approfondi.

Qui plus est les dessins n'aident pas non plus à nous rapprocher de ce Spaceship EE. Le style très simple et déformé n'est pas sans rappeler celui d'Hisae Iwaoka, auteur notamment de la Cité Saturne, mais en beaucoup, beaucoup plus extrême. Afin de vous donner une petite idée de la chose, dites-vous déjà que le bord des cases est tracé à la main, à la manière d'un enfant pas forcement très appliqué. Voir même, pas du tout concerné par les évènements. Dès lors, même pour les plus ouverts, il est très difficile d'apprécier l'aspect graphique qui se dégage et il joue clairement en la défaveur de l'ensemble. Dommage car les premières pages, en couleur, laissaient entrevoir quelque chose de nettement plus intéressant. Et il va de même pour l'apparence du vaisseau EE, ou encore de la Terre futuriste. Mais, encore une fois, la simplicité et l'inésthétisme du trait ne permettent pas d'en profiter comme il se devrait.

L'édition de Kana est par contre de très bonne facture. Couverture de qualité et, comme mentionné plus haut, pages couleurs et nombreuses informations complémentaires présentes respectivement en début et fin de volume. Rien à redire non plus concernant l'impression ou la traduction.

Finalement, on ressort pensif et interrogateur de cette lecture. Clairement elle aurait pu être très agréable et enrichissante, mais l'on en vient à se dire que l'histoire mise en place par Aya Takano est probablement un peu trop absconse et intime. Ne parvenant jamais à réellement toucher le lecteur, elle n'est pas non plus aidée par un graphisme, n'ayons pas peur des mots, franchement atroce. Tout n'est pas à jeter, loin de là, mais, en définitive, l'on reste sur notre faim.
Image
Image

Répondre