Mon vieux

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9714
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Mon vieux

Message non lu par Koiwai » 14 oct. 2010, 18:55

Mon vieux
Image
La fiche sur Manga-news


Tome 1:

Depuis la parution d'Un drôle de père, les éditions Akata/Delcourt n'ont eu de cesse de publier des titres fortement orientés sur la famille. Ce mois d'octobre ne déroge pas à la règle en voyant sortir deux nouvelles oeuvres sur ce thème: Plus forte que le sabre de l'incontournable Hiroshi Hirata, et Mon vieux, oeuvre en trois volumes signée Tsuru Moriyama, auteur dont nous avons déjà pu apprécier le talent et l'engagement dans l'excellent one-shot Un bol plein de bonheur, publié dans nos contrées en début d'année. Et après la mère, le mangaka s'intéresse ici à la figure du père.

Takeshi Kumada vient de purger une peine de 16 ans de prison suite au massacre pur et simple de yakuza qui s'en étaient pris à sa famille. Une fois sortie, cette montagne de muscles ne pense qu'à une seule chose: rentrer chez lui, retrouver sa femme, ses enfants, et reprendre leur éducation, où la dérive guette.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'appellation de "coup de poing" que l'éditeur donne à ce titre n'est pas usurpée: pendant presque 200 pages, Tsuru Moriyama ne cherchera aucunement à faire dans la dentelle. Mon vieux est violent, Kumada n'hésitant pas à massacrer quiconque s'en prend à sa famille, et il ne faudra donc pas s'étonner, par exemple, de voir un yakuza décapité à coups de pelle ou un autre passer par la fenêtre. On peut se poser des questions face à cette violence crue et très exagérée, mais au final, elle ne fait que renforcer la force du message de l'auteur sur l'importance du père de famille, de l'éducation de ses enfants, et de l'exemple de force et de virilité qu'il doit montrer.

Car s'il y a quelque chose à retenir de l'oeuvre, c'est bien ce message, mis en exergue par ce héros atypique. Kumada est violent, renfermé, macho, mais cache au fond de lui un profond amour pour sa femme et ses enfants, amour qu'il n'extériorise qu'en les protégeant comme il le peut, c'est à dire avec fermeté. Le plus parfait exemple de cet amour est ce sacrifice de 16 ans de sa vie, ces 16 années de prison écopées pour avoir protégé les siens. L'imposant "vieux" est très loin d'être parfait, mais affiche d'inébranlables convictions proches de l'esprit du bushido qui le rendent, derrière son air bourru et son physique peu attrayant, profondément touchant et charismatique. Un charisme qui ne cesse de s'accentuer au fil de la lecture, lorsque Kumada reprend en main l'éducation de ses enfants d'une main de fer, quand se dévoilent les évènements l'ayant conduit en prison, ou, mieux encore, lorsque nous est montrée brièvement son enfance dominée par un mauvais père qui le maltraitait, lui et sa mère. Ce dernier point est peut-être le plus fort, tant il nous fait comprendre la force des convictions de Kumada, désireux de ne pas faire subir à sa famille ce que son père lui-même faisait, de ne pas commettre les mêmes erreurs que ce paternel indigne.

Visuellement, si l'on a déjà évoqué la surenchère de violence de Tsuru Moriyama, il faut également signaler que l'excès passe aussi à travers le trait des personnages. Loin des beaux héros aseptisés que l'on voit absolument partout, les personnages de Moriyama sont physiquement exagérément laids (il suffira de regarder la couverture de ce premier tome pour s'en convaincre), et les scènes de vie que l'auteur nous montre ne sont guère plus appétissantes, à l'image du passage ou l'on voit Kumada manger très goulument. Et pourtant, c'est cet aspect visuel qui fait entièrement ressortir le réalisme du fond. Le milieu social de la famille de Kumada est très populaire, cette famille n'a pas forcément les moyens de s'embellir, ou, en tout cas, les parents y sont avant tout plus préoccupés par la protection des leurs que par quelques artifices secondaires. Pour les deux parents de Mon vieux, et avec plus de force pour le père, seule la famille compte. Le coup de crayon met parfaitement en avant cela, car l'une des principales forces de Tsuru Moriyama est probablement de réussir, derrière ce style pas forcément accrocheur au premier abord, à faire passer un message d'une rare humanité porté par un héros à des années-lumière des beaux gosses de base, un héros avant tout fort de ses convictions et de ses principes.

Les éditions Akata/Delcourt nous offrent ici une édition standard. Bonne traduction, impression correcte, onomatopées traduites et globalement bien intégrées. On signalera, en fin de volume, une postface dans laquelle l'éditeur explique les raisons qui l'ont poussé à publier ce titre. Et si chacun pensera ce qu'il veut de cette postface qui peut paraître un peu exagérée, on ne peut que saluer, à l'heure où la plupart des éditeurs se sont lancés dans la course au nouveau shôjo à beaux gosses à succès ou au nouveau blockbuster shônen de baston, la démarche de l'éditeur, fidèle depuis des années aux mêmes convictions, aux mêmes engagements. Et malgré son style peu accrocheur et exagéré, à l'heure où ne cessent de fleurir des manga plus aseptisés les uns que les autres, voir débarquer un titre tel que Mon vieux fait réellement du bien.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9714
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Mon vieux

Message non lu par Koiwai » 01 déc. 2010, 17:32

Tome 2:

Ce deuxième tome continue de dresser le portrait de Takeshi Kumada, se père de famille marginal revenant parmi les siens après plusieurs années de prison. Ici, tandis qu'ont lieu des scènes de vie quotidienne comme celle du bain, l'occasion nous est donnée de découvrir d'autres facettes du passé de ce héros pas comme les autres, notamment sa douloureuse enfance auprès de sa mère chérissante et de son père violent et alcoolique, et sa rencontre une vingtaine d'années auparavant avec celle qui deviendra sa femme. Autant d'éléments venant enrichir le portrait de Kumada, venant expliquer en partie pourquoi il est devenu ce qu'il est aujourd'hui.

Ces retours en arrière ne manquent pas de rendre cet homme rustre toujours plus attachant de par les valeurs qu'il affiche, et l'on devine qu'il cache en lui une tendresse pour les siens bien plus profonde qu'il n'y paraît, ce qui se ressent d'autant plus fortement lors des quelques pages où il se remémore brièvement des scènes du passé, de l'époque où ses enfants étaient encore petits, avant qu'il ne se retrouve en prison.

Une petite tension dramatique fait également son apparition, puisqu'il semblerait que Kumada soit atteint d'un mal qui ne lui laisse plus que quelque temps à vivre...

Tous ces éléments parviennent sans mal à rendre ce père bourré d'honneur, cet homme né à une époque qui ne lui correspond pas, intéressant, touchant et charismatique, mais il faudra toujours faire avec le style du mangaka Tsuru Moriyama, qui ne plaira pas à tout le monde, tant l'auteur fait dans l'exagération, la surenchère, l'extrême à chaque instant. Certains passages, même pour un amateur du style, font vraiment "too much" et cèdent à une certaine facilité, notamment en ce qui concerne le retour sur la rencontre dans la violence entre Kumada et sa femme. En ce qui concerne ce même passage, signalons que le fait que ces deux personnages avaient déjà exactement la même tête 20 ans auparavant a de quoi décontenancer un peu.

Mon Vieux reste un récit atypique, dont on aimera ou pas le style. Dans tous les cas, le fond de l'intrigue est beau.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9714
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Mon vieux

Message non lu par Koiwai » 10 févr. 2011, 01:45

Tome 3:

Après ses seize années passées en prison pour avoir protégé les siens, Takeshi Kumada est revenu comme une tempête au sein de sa famille, qui, en un rien de temps, s'en est retrouvée complètement changée. Le fils affiche désormais la volonté de devenir aussi fort et droit que son père. Mais la fille doit encore faire face à un sérieux problème: le yakuza auquel elle est mariée appelle ses compagnons à la rescousse pour terrasser notre "vieux".

C'est à nouveau à travers un sens de l'honneur et du sacrifice dignes de l'esprit du bushido que notre héros cherchera à nouveau à protéger les siens, ici en faisant revenir le yakuza à une façon d'être beaucoup plus droite. Loin de faire dans la violence gratuite, Takeshi cherchera simplement la meilleure solution pour rendre heureuse sa fille.

On aurait pu critiquer l'aspect fortement exagéré de certaines scènes, notamment l'acte insensé de notre héros face aux yakuza pour sauver son beau-fils, si le tout ne mettait pas ausis bien en avant tout l'amour du "vieux" pour sa famille. Derrière son physique d'ours bourru aux méthodes franches et peu orthodoxes ne se cache rien d'autre qu'un homme prêt à tout pour protéger les siens, et après des scènes de violence inouïe ou, au contraire, des passages plus posés en famille, passages qui ne sont nourris que par la réunion heureuse de la famille autour de petits évènements comme un feu d'artifice, c'est avec un profond respect et un attachement pour le "vieux" que l'on quitte cette histoire portée par un personnage fort de ses principes et de son attachement familial.

Faisant allègrement dans la surenchère, Mon Vieux est un manga qui ne plaira clairement pas à tout le monde, mais qui, de par son héros fort et son magnifique message, est à tester.
Image

Répondre