La saga "Fetishism" de Takumi Adachi

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9756
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

La saga "Fetishism" de Takumi Adachi

Message non lu par Koiwai » 03 avr. 2011, 19:41

Virgin Fetishism
Image
Avec Virgin Fetishism, les éditions Taifu Comics annoncent l'arrivée dans nos contrées de ce qu'ils présentent comme une grande saga composée de plusieurs titres, tous imaginés et dessinés par Takumi Adachi, jusqu'à présent inconnu dans nos contrées. Par ailleurs, l'éditeur a déjà annoncé l'arrivée d'un deuxième one-shot tiré de la saga, Deep Fetishism.

Le volume se compose de plusieurs historiettes. Les trois premières font partie d'une trilogie intitulée "Virgin Fetishism Cherry", et nous proposent des histoires courtes qui ont pour petite particularité de mettre en scène certains personnages, masculins ou féminins, encore vierges. Elles sont suivies de deux nouvelles inédites qui se placent dans la lignée des trois premières. Enfin, les trois derniers chapitres sont consacrés à une histoire un peu plus longue, "Palpitations", conçue en 2004.

Le problème récurrent des recueils de ce type est l'irrégularité des histoires, une irrégularité qui se retrouve pleinement ici. En effet, on ne peut que regretter le manque de consistance de la plupart des histoires courtes, dans lesquelles, faute de longueur, les situations coquines sont parfois amenées de manière très bancale, parfois introduites plus correctement. Dans tous les cas, les personnages, d'une histoire à l'autre, s'avèrent assez variées, puisque l'on y retrouve des protagonistes de statut et d'âge assez différents, que c'est tantôt l'homme qui prend les devants, tantôt la femme.
Malgré tout, on reste plutôt sur notre faim, car, il faut bien l'avouer, les scènes érotiques sont assez inégales. Bien souvent, on pourra apprécier le charme que dégagent les visages, notamment grâce à des yeux travaillés, mais le reste des corps souffre de problèmes de proportion et de quelques problèmes de rigueur un brin handicapants dans un titre où l'aspect charnel est censé être le plus important. Par exemple, on reste un peu déçu par des poitrines qui ressemblent plus à des ballons de baudruche qu'autre chose. Mais surtout, c'est la mise en scène qui nuit le plus. Celle-ci, basique, sans véritable inspiration, ne dégage que peu de charme.

Inégal sur bien des points, Virgin Fetishism est pourtant sauvé par sa dernière histoire, celle en trois chapitres, dans laquelle l'auteur parvient fort bien à développer, dans un nombre de pages lui aussi limité, une petite histoire originale, décalée et amusante portée par un duo de héros plutôt attachants. Cela dit, cette histoire étant la plus ancienne, elle est donc la plus inégale d'un point de vue graphique, même si l'on y observe déjà le talent de l'auteur pour dessiner des visages féminins tout à fait charmants.

Ni bon ni mauvais, Virgin Fetishism propose des histoires qui ont toutes des qualités et des gros défauts, parfois différents. L'auteur possède indéniablement un certain talent, mais il semblerait que celui-ci ne se soit pas encore pleinement révélé, et l'on espère sincèrement qu'il le sera dès le prochain recueil, Deep Fetishism.

Du côté de l'édition, Taifu Comics nous offre un travail assez standard, mais les dialogues idiots dignes de puceaux, que l'on retrouve si souvent dans les titres de ce genre, mais qui sont encore plus marqués ici, risquent fort d'irriter une partie du lectorat.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9756
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: La saga "Fetishism" de Takumi Adachi

Message non lu par Koiwai » 28 nov. 2011, 22:30

Yokujoh Fetishism:
Image

Après l'inégal Virgin Fetishism il y a quelques mois, Takumi Adachi revient en France avec un autre volet de sa saga Fetishism. Après les jeunes pucelles, l'auteur érotique se focalise sur des jeunes femmes ayant pour particularité d'être au premier abord réservées, voire un peu austères ou sévères, puis qui finissent par dévoiler au grand jour leur nature quand un ou plusieurs jeunes hommes leur font face...

On se retrouve donc avec un recueil de 9 récits d'une vingtaine de pages chacun, où l'auteur se fait un plaisir d'enchaîner les situations coquines. Dans le fond, si l'idée de base est intéressante et a de quoi titiller les amateurs de caractères bien spécifiques, dommage que l'idée de base soit exploitée de manière aussi inégale selon les histoires, car là où certaines d'entre elle parviennent à proposer une héroïne réellement charmante et dont le caractère ressort bien, d'autres ont vite fait de se dévoiler et restent finalement peu fidèles au concept que s'était imposé Adachi au départ.

Dans tous les cas, on appréciera la variété des situations : gérante de pension traditionnelle bien sous tous rapports, prof de surf très entreprenante, enseignante de cours de rattrapage surexcitée par ses élèves, patronne très sévère, voisine offrant un joli cadeau à celui qu'elle aime, belle-soeur aux vices cachés... Les caractères divergent assez, mais il est dommage qu'il n'en soit pas de même pour les physiques des demoiselles, certaines se ressemblant énormément d'une histoire à l'autre, que ce soit de visage ou de corps.

En ce qui concerne le coup de crayon en lui-même, l'auteur a fait quelques progrès depuis Virgin Fetishism, dessiné en 2009 là où Yokujoh Fetishism date de 2010. Si l'on a déjà signalé qu'il est dommage de voir les filles se ressembler autant et avoir toutes les mêmes proportions, signalons toutefois le talent de Takumi Adachi pour croquer des jeunes femmes assez élancées, fines, aux longues jambes, amis malgré tout très bien pourvues par la nature. D'ailleurs, les poitrines, si elles manquent encore de naturel, font ici moins "ballons de baudruche" que dans Virgin Fetishism. Enfin, les visages sont toujours aussi jolis, assez fins et séduisants. Quant aux scènes érotiques à proprement parler, elles restent assez basiques dans leur représentations mais sont capables de bien exploiter les particularités des demoiselles, que ce soit par exemple en ce qui concerne la belle gérante de pension en yukata, la prof de surf très séduisante dans sa combinaison, ou encore la miss enchaînant les cosplays coquins en se faisant passer pour une poupée pour satisfaire son otaku de copain.

Par rapport à Virgin Fetishism, il y a du mieux dans ce Yokujoh Fetishism, qui offre un résultat encore très perfectible mais tout à fait honorable. Si la variété et la séduction sont sont plus présentes, Takumi Adachi devrait surtout apprendre à croquer des héroïnes physiquement moins semblables.

Pas de problème particulier à signaler en ce qui concerne l'édition. Impression correcte, traduction dans la lignée de ce qui se fait dans le genre.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9756
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: La saga "Fetishism" de Takumi Adachi

Message non lu par Koiwai » 13 déc. 2011, 15:29

Ladies Fetishism
Image

Après Virgin Fetishism et Yokujoh Fetishism, Takumi Adachi revient avec Ladies Fetishism, en réalité paru au Japon en 2009, soit avant Yokujoh Fetishism.

Contrairement aux deux premiers one-shot, Ladies Fetishism propose une histoire complète, plutôt qu'un succession d'histoires. Même si, dans le fond, le déroulement de ce nouveau one-shot revient exactement au même résultat que pour une recueil de nouvelles.

En effet, on suit ici l'arrivée d'un nouvel employé dans le H.A.R.E.M., un service d'entreprise dédié à certaines demandes des grands de ce monde. Là, notre héros va faire la connaissance de ses 7 collègues, 7 superbes jeunes femmes aux caractères bien distincts. Et s'il ne sait d'abord pas encore pourquoi tout le monde le plaint de s'être retrouvé dans ce service, le jeune homme va vite le comprendre, puisque même si elles ont toutes une personnalité différente, les demoiselles ont un point commun, mais pas n'importe lequel : ce sont toutes des nymphomanes en puissance. Et même s'il tombe vite amoureux de la plus gentille d'entre elles, notre gus va devoir "subir" les envies de chacune d'elle à chaque chapitre.

Le rendu est donc très linéaire, notre héros se faisant plaisir avec une nouvelle fille à chaque chapitre. Les situations sont suffisamment variées (à la piscine, à plusieurs, au bureau...), mais c'est surtout les filles elles-mêmes qui apportent de la variété, puisque l'on retrouve des stéréotypes tous assez différents : de la fille de bonne famille à la sportive, en passant par la directrice à la mine sévère derrière ses lunettes, à la petite énergique puérile, en passant par l'élégante timide, on a droit à un peu tout, et chacun aura sa petite préférée. Physiquement, c'est donc du tout bon côté diversité, du côté des caractère on regrette que l'auteur n'ait pas plus mis en avant les personnalités de ses héroïnes. Et il en est de même pour ce héros dépourvu de la moindre personnalité.
Enfin, ne cherchez pas de prétexte valable pour les parties de jambes en l'air. Même si l'auteur cherche à tirer parti du fond de son histoire (par exemple via une enquête pour le travail), l'oeuvre reste très faible de ce côté-là, et il ne faut pas s'attendre à plus qu'une succession de parties de jambes en l'air.

Visuellement, l'oeuvre datant d'avant Yokujoh Fetishism, on retrouve les mêmes qualités et défauts que pour Virgin Fetishism, à savoir des visages et des corps non dépourvus de charme, mais en partie gâchés par ces fameux seins "ballons de baudruche".

En somme, Ladies Fetishism n'est pas mauvais, mais pas fantastique non plus. Takumi Adachi y propose un contenu correct mais pas transcendants, qui doit surtout à la diversité de ses héroïnes.
Image

Répondre