Le fruit de l'éternité

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9881
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Le fruit de l'éternité

Message non lu par Koiwai » 14 juil. 2011, 18:36

Image
La fiche sur MN


Tome 1:

A l'origine, le Fruit de l'éternité est une série de romans de type light novel écrits par Akira, un jeune auteur prolifique, populaire dans son pays, et déjà vainqueur de quelques prix littéraires. Nous devons cette adaptation en manga à Yuriko Asami, qui signe ici son premier manga.

Rinné vit un amour platonique intense avec Guryû, son jeune professeur de lycée. Un soir, alors qu'il se rend au domicile de Rinné, Guryû est interpelé par une femme qui lui délivre une étrange prophétie: son amoureuse va être assassinée, une cuillère plantée dans l'oeil ! Pour le professeur, la prédiction est vraiment insensée… mais elle finit par se réaliser !
Dans l'appartement de son amie décédée, Il croise une étrange jeune fille, Gankyû Eguriko, "l'arracheuse d'yeux"… Sous le choc, Guryû veut mettre fin à ses jours… mais son amie revient à la vie.
Rinné bénéficie désormais de la vie éternelle… Un mystère qui tient à une pomme légendaire ancrée en elle, fruit de toutes les convoitises.

Doki Doki nous annonce ici un manga à l'ambiance unique et décalée, ce que le synopsis ne manque pas de refléter, nous laissant d'ores et déjà, avant même la lecture, sur une impression que nous allons avoir ici un manga atypique et prometteur. Il faudra malheureusement nuancer les propos...

Le début laisse perplexe. Celui-ci nous présente rapidement deux héros incroyablement caricaturaux: Rinne a tout de la lycéenne naïve, pure et innocente, et c'est bien ce qui fait littéralement craquer Guryû, son jeune professeur et amant, qui a absolument tout pour réussir: beau, intelligent, sportif, doué en tout, et fils d'une riche famille, une situation qui lui permet de faire ce qu'il veut au sein du lycée.
Face à ce duo de héros peu attachant tant il est cliché, on se demande ce qui nous attend... jusqu'à l'arrivée de Gankyû Eguriko, alias Guriko, qui va se faire une joie de balancer sa cuillère dans l'oeil de notre héroïne, puis, après la résurrection de Rinné, va passer dans le camp des gentils, intégrer le lycée, et plus précisément la classe de Guryû et Rinné, en ne manquant pas de menacer d'emblée tout ses nouveaux camarades de mort s'ils l'approchent trop. Dès lors, l'ambiance semble posée: on prend un plaisir sadique à voir la naïve Rinné une cuillère plantée dans l'oeil, puis Guriko menacer tout le monde sans raison. Un humour noir qui confirme que Le Fruit de l'éternité ne semble donc pas avoir usurpé sa "réputation" de titre décalé... De ce fait, la déception ressentie à la lecture de la suite du tome n'en est que plus forte.

En effet, la délicieuse ambiance décalée apportée par Guriko n'est finalement que très temporaire, la suite retombant dans quelque chose de plus banal: la si gentille Rinné va vite s'attacher à Guriko en laquelle elle ne voit pas la mauvaise fille qu'elle prétend être, ce qui se confirmera rapidement. Guriko est loin d'être méchante, mais est simplement devenue ce qu'elle est suite à son passé, que nous découvrons d'ores et déjà par bribes, et qui n'a rien d'original.
Tout en découvrant aussi les origines de la rencontre entre Rinné et Guryû, on retombe donc dans quelque chose de plus banal, d'autant que le fond de l'intrigue ne présente rien, lui non plus, de foncièrement captivant: Rinné a mangé la pomme du jardin d'Eden, et la voici à présent pourchassée par des "Insectes", et Guryû et Guriko devront donc la protéger. Ok. Espérons que la suite développe mieux l'intrigue, ou, mieux encore, soit différente de ce à quoi on s'attend. Difficile de se prononcer pour le moment, mais dans tout les cas, l'introduction de l'histoire est bien maladroite, jauge assez mal ses différents éléments, et est malheureusement bien loin de trouver son équilibre entre la romance entre les deux héros, les éléments fantastiques, l'incursion du religieux à travers la pomme, et cette ambiance décalée censée faire le charme du titre.
Malgré tout, quelques interrogations ne manquent pas de tenir éveillé notre intérêt: qu'est exactement Guriko ? Et cette mystérieuse voyante, qui semble tout sauf sympathique ? A quoi servira exactement l'oeuf que cette dernière a confié à nos héros ? Comment Guryû s'est-il justement retrouvé au bon moment sur le lieu ou Rinné s'apprêtait à se suicider ?
D'autres questions sont également présentes, mais traduisant moins une histoire mystérieuse que des facilités scénaristiques (comment diable, du jour au lendemain, Guriko a-t-elle pu s'inscrire si facilement au lycée ?).

Visuellement, on sent que le Fruit de l'éternité est le premier manga de son auteure: le coup de crayon assez rond et mignon de Yuriko Asami est loin d'être déplaisant, mais ne révèle aucune véritable personnalité. Le tout reste trop propret, le souci du détail n'est pas vraiment là, la mise en scène et le découpage classiques.

Au final, ce premier tome laisse assez circonspect. Yuriko Asami ne parvient pas encore à trouver le bon dosage entre les différents éléments qu'elle met en place, et nous propose un rendu des plus convenus. Le rythme global en pâtit, et ce premier tome, malgré quelques bons passages, surtout au début de l'apparition de Guriko, ne tient pas (pas encore ?) toutes ses promesses. Malgré tout, un potentiel est clairement présent, et on ne demande qu'à être agréablement surpris par la suite.

Du côté de l'édition, Doki Doki nous offre, comme toujours, un travail de bonne facture: impression de qualité, traduction qui tient la route, première page en couleurs.


Tome 2:

Possédant en elle le "fruit de l'éternité", Rinné est devenue la cible des "insectes", mais Guryû et Guriko sont là pour la protéger.
Dans ce tome, nos héros devront faire face au mystérieux voyant du premier volume, et à l'étrange oeuf qu'il leur avait confié et qui éclot enfin...

On se retrouve ici avec un combat riche en rebondissements, face au voyant, qui révèle enfin sa véritable identité, et nous en apprend également plus sur ce que sont les "insecte". C'est donc avec une certaine curiosité que l'on voit la série continuer d'exploiter le sujet religieux du Jardin d'Eden, et l'on a hâte de voir ce que tout ceci va apporter par la suite.

L'affrontement est riche en rebondissements, principalement en ce qui concerne le triangle Rinné/Guriko/Guryû, qui se soude au fil du tome. Naturellement pure et gentille, Rinné a tout de suite accepté Guriko, au point de s'attacher énormément à elle et de la considérer comme une amie. Mais de son côté, Guriko, qui n'a jamais connu de véritable amitié et a passé un millier d'années recluse dans sa solitude, a du mal à se faire à cette idée, d'autant que, loin d'avoir un mauvais fond, elle aimerait s'éloigner de Rinné et de Guryû pour leur éviter tout problème. Comme on s'en doutait fortement, Guriko n'est donc pas une mauvaise fille, loin de là. Mais parviendra-t-elle à accepter cette amitié qui pourrait jouer des tours à notre couple vedette ?
Quant à Guryû et Rinné, leur relation est mise à mal par la toute récente immortalité de la jeune fille: tôt ou tard, la mort de Guryû arrivera sans que Rinné ne vieillisse. De plus, le fait que Rinné soit à présent poursuivie par les "insectes" pourrait bien être fatal à Guryû lors d'un futur combat... Dans ces conditions, les deux amoureux accepteront-ils de rester ensemble malgré tout ?

Autant de questions qui sont au coeur du tome et apportent indéniablement un peu plus de rythme que dans le volume 1. Mais cela ne suffit pas pour remonter considérablement le niveau de la série: les rebondissements sont bien présents, mais restent désespérément prévisibles. Les différents questionnements des personnages connaissent les dénouements que l'on attendait. Rien ne surprend, malheureusement. Pire encore, la narration de Yuriko Asami, sans être mauvaise, reste plate, et insiste tellement sur la naissance de l'amitié entre nos trois héros et sur la puissance de l'amour entre Rinné et Guryû que tous ces éléments laissent couler beaucoup trop de guimauve. Ca en serait presque devenu horripilant, si le fameux esprit décalé qu'est censé avoir la série ne s"était pas fait un peu plus convaincant. En effet, même s'ils restent malheureusement encore trop discrets, l'ambiance décalée et l'humour noir sont ici un peu plus efficaces, que ce soit à travers des dialogues souvent très convenus et parfois sympathiques, ou des situations qui prêtent à sourire, comme lorsque Guriko s'enfonce nonchalamment une cuillère dans l'oeil pour prouver son immortalité, ou qu'elle dégaine de sa réserve attachée autour de sa jambe une cuillère pour se battre.

Visuellement, le trait paraît déjà un peu moins imprécis, mais reste dans les carcans et n'ose pas grand chose. En somme, il est à l'image de la série: pour l'instant, le Fruit de l'éternité n'est en soi pas mauvais, mais pas passionnant non plus. En dehors de quelques bons moments trop courts, la série reste convenue et prévisible sur tous les points. A présent, on attend surtout de voir ce qui nous attend par la suite, et de ce côté-là, difficile de prévoir quoi que ce soit, car l'amitié entre nos trois héros semblent d'ores et déjà soudée, et l'ennemi principal qu'était le voyant n'est déjà plus là, de même que l'oeuf, qui aura eu une utilité toute relative.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9881
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Le fruit de l'éternité

Message non lu par Koiwai » 14 juil. 2011, 18:37

Tome 3:

Tout comme Guriko l'est depuis déjà longtemps, Guryû et Rinné sont devenus immortels grâce aux pouvoirs des fruits de l'éternité, les pommes du jardin d'Eden. Tranquillement, nos trois héros tentent de reprendre une vie normale, mais bientôt, les voici obligés de faire face à une nouvelle menace: tandis qu'un mystérieux tueur s'en prend à de pauvres et innocentes lycéennes brunes du coin, Guriko trouve dans son casier... une lettre d'amour ?! Les deux affaires pourraient-elles être liées d'une manière ou d'une autre ?

D'après les dires de Yuriko Asami dans la postface, ce troisième tome adapte une histoire spéciale de la série de light novels d'Akira sortie sur support CDC. De ce fait, ce volume, à la fin duquel cette histoire spéciale n'est toujours pas bouclée, poursuit la série sans véritable transition avec ce qui se passait dans le deuxième opus, ce qui n'est guère très important étant donné que ce précédent tome terminait une sorte de première partie.

On retrouve donc nos personnages face à un nouveau danger qui se révèlera petit à petit. Dans un premier temps, la mangaka nous invite à suivre en parallèle les deux énigmes que sont les meurtres de lycéennes et la lettre d'amour de Guriko. On ne notera rien de bien original dans cette première moitié de tome, qui reste intéressante principalement grâce au côté décalé de Guriko face à la situation, ne sachant pas ce qu'est une lettre d'amour, et ne comprenant pas comment un garçon pourrait s'intéresser à elle. Finalement, c'est Rinné, toujours aussi fraîche et exagérément naïve, qui se réjouit de cette lettre à la place de Guriko ! Quant à Guryû, dans tout ça, il reste bien transparent.

Finalement, les choses s'emballent petit à petit, à partir du moment où une amie d'enfance de Rinné est, à son tour, retrouvée sauvagement assassinée. Dès lors, les deux intrigues se rejoignent petit à petit tandis que Rinné et Guryû sont définitivement relégués au second plan, et la vérité finit par se profiler petit à petit. L'ensemble est plutôt bien amené mais reste malheureusement assez prévisible, du moins avant une toute dernière page qui éveille volontiers le suspense.

Pour le reste, le trait de la mangaka, agréable, continue de se préciser tout en restant assez quelconque. Un travail graphique somme toute assez convenu, mais qui n'a rien de rebutant. Quant aux notes d'humour, elles restent présentes mais sont encore moins percutantes qu'auparavant. On soulignera toujours les réactions décalées de Guriko.

N'enrichissant que très peu le background autour des personnages principaux et de leur relation si l'on excepte quelques pistes autour d'un certain amour pour Guriko, ce troisième tome se présente comme un thriller fantastique macabre peu original, convenu, mais assez sympathique à suivre, dont on attend encore de voir les tenants et aboutissants dans le prochain tome.


Tome 4:

La fin du troisième volume laissait Eguriko dans une fâcheuse posture, mais comme on pouvait s'y attendre, la jeune fille avait prévu le coup de son ennemi et parvient finalement à s'en sortir. S'en suit la dernière étape de la confrontation, pendant laquelle Eguriko semble déterminée à abattre son ennemi, quitte à sacrifier des vies innocentes. Ainsi, notre héroïne semble réapparaître sous sa face la plus sombre... mais s'il ne s'agissait que d'un piège pour déstabiliser l'ennemi ? Au final, le récit aboutit sur une conclusion convenue, mais qui a néanmoins le mérite de confirmer l'humanisation de Guriko, rendue moins sans-coeur qu'avant grâce à son amitié avec Rinné, et celle, toujours aussi tonitruante et non assumée, avec Guryû. Une humanisation qui passe également par la confirmation des sentiments de Shinobu pour Guriko: désormais, notre héroïne millénaire est plus sociable, et en vient même à plaire.

La suite du récit nous embarque dans une nouvelle aventure: alors que Guryû rend visite à sa princesse Rinné chez elle, il n'y trouve que Guriko. En attendant le retour de Rinné, les deux héros passent le temps en jouant aux jeux vidéo et en se chamaillant. C'est alors que débarque une étrange jeune fille de bonne famille, Hijiri, qui, accompagnée de son chauffeur Naojima, déclare être l'une des nombreuses promises de Guryû. Prenant Guriko pour Rinné, la demoiselle émet fermement le souhait de reprendre Guryû à cette dernière, qu'elle ne juge pas assez noble pour son promis. Mais Hijiri est-elle vraiment là pour reprendre Guryû ?

Cette nouvelle aventure commence assez mollement et de manière peu convaincante tant Hijiri, stéréotype-même de la jeune fille de bonne famille n'ayant aucune considération pour les gens de petit statut, horripile. Puis, rapidement, le lecteur est amené à découvrir sans se poser trop de questions le véritable objectif de Hijiri, et la personne qu'elle aime vraiment. C'est alors que cette dernière et Guriko sont enlevées et que la vérité semble se dévoiler petit à petit autour de choses que l'on devinait à des années-lumière... Mais nos héros et les lecteurs ne sont pas au bout de leurs surprises, puisque quelques rebondissements s'enchaînent, dont certains plus intéressants que d'autres. Toujours est-il que='au final, malgré les détours, la conclusion choisie pour l'histoire reste la plus prévisible de toutes. On regrettera également la mauvaise exploitation du fait que Guriko se retrouve à nouveau face à un ennemi déjà connu. Un état de fait qui manque ici totalement d'impact, si bien que le fait que ce soit cet ennemi-là ou un autre aurait eu le même effet. On peut également noter qu'un nouveau personnage apparaît dans une certaine indifférence, et que Guryû et Rinné restent finalement bien transparents, même si la confiance qu'accorde Guryû à Guriko pour sauver Hijiri témoigne d'un lien bien plus étroit que ne le laissent paraître les deux principaux concernés. Mais ça, on le savait déjà.

Après la fin de cette histoire laissant envisager, à sa toute dernière page, l'arrivée d'un nouvel ennemi, le dernier chapitre du tome se complaît dans une petite histoire à vocation humoristique, assez légère et faisant office de transition. Cela tombe plutôt bien, car l'humour, qui était censé offrir un décalage délicieux dans cette série depuis ses débuts, restait ici bien absent. En attendant la suite.

Ni passionnant ni mauvais, ce quatrième volume est à l'image des trois premiers. Le lecteur suit l'histoire de manière linéaire sans que les différents rebondissements et mystères ne viennent spécialement titiller sa curiosité, et la lecture divertit sans captiver.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9881
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Le fruit de l'éternité

Message non lu par Koiwai » 14 juil. 2011, 18:38

Tome 5:

Le serpent n'est pas mort, mais est affaibli et est revneu à sa forme de petit garçon. Recueilli par une jolie jeune fille de bonne famille, Tatsué, au sein d'un célèbre institut pour filles, il débute une vie nouvelle et étrange pour lui au sein de ce cadre.
Pendant ce temps, Guriko a eu vent qu'il se passe des choses étranges en ce qui concerne des fragments de pommes et des morts de jeunes filles au lycée privé pour jeunes filles "Arianna". Accompagnée de Rinne et de Guryu, elle décide de s'inscrire dans l'institut en question pour y mener son enquête... Quelle n'est pas sa surprise d'y retrouver son vieil ennemi le serpent ! Mais ce dernier est-il la cause des récents drames de l'institut ? Qui se cache derrière cette nouvelle affaire ? Et qui est la jeune Tatsué pour Guryu ?

Cet avant-dernier volume, à nouveau auto-conclusif, met en place une nouvelle enquête sur les fragments de pommes, cette fois-ci dans un institut où les drames se succèdent. Tandis que l'on découvre de nouveaux personnages, l'enquête suit son cours, et tandis que Rinne et Guryu restent complètmeent transparents dans ce volume, Guriko se voit vite voler la vedette par le duo formé de Tatsué et du serpent. Alors que Tatsué fait tout pour résoudre l'enquête, c'est l'évolution du serpent qui accaparera le plus l'attention du lecteur: tourmenté par cette jeune fille qui l'a accueilli à bras ouverts et qui se montre si gentille avec lui, il pourrait bien voir rapidement sa façon de penser et ses sentiments changer...

Ainsi, on suit le volume sans difficulté, intrigué par ce duo, mais malheureusement, tout est loin d'être bon, comme toujours depuis les débuts de cette série. Ainsi, on regrettera ici que le résultat de l'enquête soit aussi prévisible, les principaux évènements et la vérité pouvant être devinés largmeent à l'avance. Quant à la naissance d'un amour entre Tatsué et le serpent, on a finalement du mal à y croire, tant tout ceci évolue rapidement, pour, en plus, aboutir sur un final sentimental assez insipide. De même, le passage du côté des gentils du serpent reste peu crédible tant cela est amené rapidement.

En bref, la recette du fruit de l'éternité ne change pas. Le tout n'est pas foncièrement mauvais, mais reste plombé par des évènements auxquels on a du mal à croire. A présent, on se demande surtout comment le sixième volume pourra conclure l'aventure.


Tome 6:

Après 5 volumes inégaux, voici venir la fin du Fruit de l'éternité. Au vu des précédents volumes, on se demandait comment Yuriko Asami allait bien pouvoir conclure son oeuvre, avant même qu'un véritable fil rouge ne se soit montré, si ce n'est l'évolution relationnelle du trio Guriko/Rinné/Guryû. De ce fait, on attendait un dernier tome assez conséquent, capable de mettre en place sur la longueur une conclusion potable. Et pourtant, ce dernier tome commence de manière affreusement molle, en nous proposant, pendant 70 pages, des petites histoires centrées sur les trips de Shinobu sur Guriko, sur l'amour de Tatsué pour Serpent version adulte, et sur une enquête de Kurukiyo, le flic lolicon. Répétitifs, les deux chapitres sur Shinobu lassent rapidement. Quant aux passages sur Tatsué et Kurukiyo, leur grande brièveté (même pas 20 pages) ne permet aucun développement. Si bien que les 70 premières pages de ce tome possèdent un intérêt proche du néant, et ne font qu'amputer l'éventuelle conclusion d'autant de pages. L'inquiétude quant à la fin de la série monte...

Pour cette fin, Yuriko Asami choisit alors de développer sur environ 120 pages une histoire voyant apparaître une dernière ennemie: Shikabané Kaguya, la seule adversaire ayant réussi à échapper autrefois à Guriko. Alors qu'elle se dispute avec Rinné, Guriko décide d'aller seule à la rencontre de Kaguya, puis demeure introuvable pendant quelques jours. Finalement, Rinné et Guryû la retrouvent allongée dans la rue... amnésique !
La jeune fille est évidemment recueillie par Rinné, mais son amnésie l'a changée du tout au tout, et la redoutable tueuse caractérielle a laissé place à une fragile demoiselle. La situation prête à sourire pour le lecteur, amusé de voir Guriko dans cet état, mais dehors, le danger guette toujours, car Shikabané Kaguya n'est toujours pas morte...
Si les rebondissements de cette ultime partie réservent quelques surprises, on est déçu de constater qu'en aussi peu de pages, Asami n'arrive évidemment pas à développer de manière correcte ce qu'elle raconte. Certains événements, comme la dispute de Guriko et Rinné pour une raison idiote, arrivent trop rapidement et ne convainquent pas du tout (comment diable Guriko peut-elle s'en aller seule pour une malheureuse petite phrase alors qu'elle considère Rinné comme son indéfectible amie ?), et la relation entre nos trois héros, que l'on attendait à un tournant, fait finalement du surplace jusqu'à la fin. Quant à l'ultime ennemie qu'est Kaguya, absolument aucun développement ne lui est accordé, ce qui est d'autant plus dommage qu'elle est une adversaire de longue date de Guriko.

On retiendra, malgré tout, le passage où tous les personnages rencontrés au fil des tomes viennent à la rencontre de Guriko, ce qui prouve que la jeune fille a réussi à se sociabiliser et compte pour plus de personnes qu'elle ne le pense, mais de manière générale, rien ne satisfait dans cette fin, qui ne conclut absolument rien et reste d'ailleurs ouverte. Et au final, le Fruit de l'éternité s'achève dans le désintérêt général, ayant été incapable de développer jusqu'au bout quoi que ce soit, alors même que la série n'est jamais parvenue à réellement décoller.
Image

Répondre