Megami l'hotaku

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9758
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Megami l'hotaku

Message non lu par Koiwai » 05 oct. 2011, 09:16

Image
La fiche sur MN


Tome 1:

Alala, quel plus beau fantasme pour les otakus qu'une jolie otakette ? Curieusement, aucun manga érotique sorti en France n'avait encore pris cette piste comme élément principal, mais le tir est rectifié par Saigado. Avec cette idée de base et un auteur qui n'a plus à faire ses preuves (tout du moins graphiquement) depuis Ma Tutrice et les Loisirs d'Anna (qui restent tous deux dans le haut du panier des séries du genre publiées dans nos contrées), on est en droit de porter beaucoup d'espoir sur Megami l'hotaku (paie ton jeu de mots !). Oui, mais...

Une nouvelle vie commence pour la jeune Megami, 20 ans, nouvelle étudiante à Tokyo. Mais avant toute chose, elle doit à tout prix se trouver un endroit où loger. Ni une ni deux, elle se retrouve en colocation avec Natsumi, un jeune garçon pour le moins très particulier, dont l'appétit sexuel n'a d'égal que le nombre de ses conquêtes. Que va-t-il arriver à notre héroïne... Suspens ! (ou pas)

Dès les première pages, Megami l'hotaku rentre dans le vif du sujet, sans mauvais jeu de mots. Avec une héroïne qui, aussitôt la première page tournée, passe son temps à se masturber en s'imaginant en train de coucher avec son personnage fictif préféré, le ton est donné, et quand débarque Natsumi, on comprend qu'il ne faudra pas attendre la moindre trace de scénario. Saigado ne change donc pas sa recette: zéro histoire, et du sexe dans tous les sens. Ceux qui ne recherchent rien d'autre seront ravis, d'autant que le coup de crayon de l'auteur n'a rien perdu de ses charmes, avec un trait plutôt précis, très charnel et offrant des formes vertigineuses à son héroïne. On y regrettera juste l'aspect assez lisse du corps de la belle, et une légère froideur au niveau des visages par moments.

Pourtant, difficile d'être pleinement convaincu par ce tome 1, la faute à plusieurs choses.
Les originalités du personnage de Megami sont là. En soi, la grande taille de la demoiselle est intéressante, de même que son statut d'otaku. Mais malheureusement, on se rend compte très vite que cela n'a aucune importance dans l'oeuvre car Saigado ne met jamais vraiment en avant les caractéristiques de Megami, sauf au début, où l'on peut entrevoir ses passions pour un personnage fictif, ou avoir quelques brefs aperçus de son passé pas toujours joyeux, où elle était rejetée notamment à cause de sa taille. Mais la suite ne revient jamais vraiment là-dessus, et Megami ne conserve de l'aspect otaku que son physique très cliché de brune à lunettes. En somme, qu'elle soit otaku ou pas, ça ne change rien.
L'autre point négatif est l'aspect extrêmement répétitif des scènes érotiques. Les trois quarts du temps, on a droit à des ébats entre Megami et un Natsumi qui apparaît un peu n'importe quand et n'importe où pour gâter la belle. Pas d'autres filles, et peu d'autres garçons. Cela n'aurait pas dérangé si Saigado parvenait à renouveler les scènes, mais ce n'est pas le cas. Sans cesse, on retrouve les mêmes positions dans les mêmes angles, la mise en scène n'est pas spécialement inspirée, et la lassitude vient finalement assez rapidement.

S'il reste agréable à parcourir, ce premier tome ne parvient pas à tenir ses promesses, restant trop lisse, répétitif et ne parvenant jamais à faire ressortir la personnalité de l'héroïne qui était censée offrir son originalité à l'oeuvre. Reste le coup de crayon sympathique de Saigado, et quelques clins d'oeil amusants, comme le fait d'entrapercevoir au détour d'une page l'héroïne des Loisirs d'Anna. Dommage que l'auteur se contente d'enchaîner les scènes érotiques sans inventivité.

Côté édition, on a droit à une traduction classique du genre, qui enchaîne les poncifs sans le moindre naturel. L'impression et de qualité correcte.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9758
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Megami l'hotaku

Message non lu par Koiwai » 17 oct. 2011, 11:31

Tome 2:

Après un premier volume répétitif, sans grande originalité et exploitant très peu son sujet (non, pas le sexe, là vous serez servis, mais l'otakisme), ce deuxième tome de Megami l'hotaku réserve quelques moments bien plus appréciables, principalement parce que le statut d'otaku de Megami y est plus mis en avant.
Réalisation d'un manga porno pour une convention, premiers pas de notre héroïne vers le monde pro, besoin de trouver des inspirations en vivant les expériences de ses oeuvres... Les situations mettant en avant l'otakisme de la belle sont plus nombreuses, Saigado mêlant plus ou moins habilement l'évolution professionnelle de la demoiselle à ses pérégrinations sexuelles, elles aussi plus variées, du même coup: cosplay érotique, expérience en pleine nature pour les besoins du manga, arrivée de nouveaux partenaires... Ce que l'on attendait en vain dans le premier tome se trouve ici.

Pour autant, difficile d'être pleinement satisfait par des scènes de sexe souvent mal amenées (le statut de nympho de Megami n'excuse pas tout) et qui, visuellement parlant, se ressemblent finalement encore et toujours: mêmes positions, même partenaire (le fait que seule Megami soit mise en scène tend à lasser) alors que d'autres auraient pu mieux l'être (notamment la gardienne qui n'est finalement là quasiment que pour quelques notes d'humour). Le trait charnel et tout en rondeur de Saigado continuera de ravir les amateurs de formes, mais globalement, dommage qu'il manque ce renouvellement.

Après une conclusion assez expéditive, l'heure du bilan arrive pour cette courte série érotique, qui reste globalement correcte mais sans plus. Le thème de l'otakisme qui était destiné à faire l'originalité de l'oeuvre reste peu exploité malgré sa plus forte présence dans ce tome 2, les scènes de sexe sont souvent mal amenées et se ressemblent beaucoup à quelques exceptions près, et seule l'expérience de Saigado dans le domaine fait de Megami l'hotaku un titre érotique acceptable.
Image

Répondre