Play!

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9756
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Play!

Message non lu par Koiwai » 16 oct. 2011, 23:01

Image Image
La fiche sur MN


Tome 1: (chronique de Shinob)

Mêlant Comédie romantique et musique, le premier volume de la série Play! débarque enfin en France, près d'un an après l'annonce de son acquisition par Taïfu Comics. Derrière un titre et une couverture plutôt accrocheurs, le récit nous dévoile le quotidien d'un groupe de musique, qui s'est formé dans des circonstances pour le moins surprenantes... A vous de les découvrir!
Tsuzumi et Kanade, fondatrices d'Angelilly, recherchent activement un guitariste et une chanteuse pour leur groupe. Elles jettent leur dévolu sur Taichi, jeune étudiant fan de metal, et Uta, une lycéenne mignonne mais naïve, voire même carrément nunuche... Après quelques difficultés et un concert qui nous laissera une impression mitigée, le groupe consolide son envie de continuer dans la musique... la naissance du groupe Angelilly est enfin confirmée!

Au delà de la musique, Play! est avant tout un manga qui relate l'histoire d'amour naissante de Taichi et Uta, les véritables stars du récit, qui éclipsent d'ailleurs tous les autres personnages. Ces deux là forment un duo très touchant, créateur de péripéties, et ces dernières s'avèrent souvent plaisantes à suivre, sauf lorsque l'auteur, Hanamizawa Q-Taro, se sent obligé de mettre trois tonnes d'érotisme via la mise en place de plans on ne peut plus suggestifs... C'est un peu dommage, car Play ! recèle suffisamment de qualités pour ne pas avoir à utiliser ce genre de ficelles...

Les dessins, jolis sans être exceptionnels, donnent du caractère au récit et sont plutôt expressifs. L'auteur a le chic pour donner un côté "kawaii" à son héroïne. Néanmoins, on pourra reprocher le trait juvénile de tous les intervenants. On constatera ainsi que Taichi ressemble plus à un élève de maternelle plutôt qu'à un étudiant.
On aura rien à reprocher au travail de Taïfu Comics sur le titre, doté d'une traduction impeccable et d'une impression correcte. on regrette néanmoins l'absence de pages couleurs. On notera également la présence d'une histoire courte à la fin de ce premier tome.
Cette dernière nous fait découvrir un lycéen prêt à devenir le familier
d'un démon. Anecdotique.

Surfant sur la vague moé, Play! a toutes les qualités pour devenir un très bon titre, même s'il est encore un peu tôt pour se forger un avis définitif. Mais ne vous y trompez pas, la musique n'est ici qu'un moyen pour conter les péripéties amusantes d'un groupe d'amis: il ne faut donc pas considérer ce titre comme le successeur de Beck.


Tome 2:

A présent formé et commençant à acquérir de l'expérience, le groupe Angelilly décide de passer une audition pour participer à un festival. Nos héros y retrouvent leurs meilleures ennemie, et vont avoir fort à faire pour se classer en tête du concours, d'autant qu'il leur faut composer une chanson sur le thème de l'amour et qu'aucun d'eux n'est très calé en la matière. Les membres du groupe décident alors de se reposer sur la pureté des écrits d'Uta.

Après un premier volume qui peinait beaucoup à convaincre, on est surpris en bien de voir l'histoire de Play! évoluer réellement, ici autour des premiers pas d'Angelilly sur scène, via le concours devant les amener à participer à un festival. De manière générale, tout reste très classique, les paroles écrites par Uta dégoulinent de guimauve et les étapes de création et de lancement d'un groupe sont survolées et ne s'embarrassent pas vraiment d'un quelconque souci de réalisme (de ce côté-là on est très loin d'un manga comme Beck), mais on reste étonnamment diverti par les quelques petites péripéties attendant ce groupe, via son évolution pendant le concours puis le festival, où l'osmose collective qui s'est créée entre les membres puis les talents et le gain d'expérience de chacun sont mis en avant. Les premiers pas d'Angelilly sont faits et sont d'autant plus sympathiques à suivre que le coup de crayon de Q-Taro Hanamizawa, s'il reste encore parfois trop léger ou inégal, est capable d'offrir des bouilles attachantes à ses personnages, à commencer par une Uta plus mignonne que jamais. Les fans de moe seront plutôt heureux, les autres vomiront face à la guimauve se dégageant de cette héroïne. Dans tous les cas, on ne peut que reconnaître le charme des protagonistes dans leur catégorie.

Malheureusement, à côté de ça, l'aspect tranche de vie de la série reste, lui, moins convaincant. Si le retour à la maison de la grande soeur d'Uta annonce une cohabitation difficile entre celle-ci et Taichi, ce qui se présente d'abord comme une situation houleuse finit rapidement par tourner en rond, la faute à des quiproquos et des maladresses de Taichi très classiques, parfois à la limite de la vulgarité (le coup des serviettes absorbantes est plutôt de mauvais goût). Et du côté de l'évolution de la relation entre Taichi et Uta, si on la ressent parfois et qu'elle semble bel et bien là, il est dommage de voir à chaque fois le fan-service et les réflexions neuneus de notre héros prendre le dessus.

Si Play! reste un divertissement inégal, une amélioration est présente par rapport au premier tome. On oubliera l'humour vaseux propice au fan-service et la relative idiotie des personnages pour trouver un certain plaisir dans l'évolution du groupe et la jolie frimousse d'Uta, qui reste attachante à partir du moment où elle n'ouvre pas la bouche.

Malgré quelques coquilles dans la ponctuation, l'édition de Taifu reste globalement satisfaisante.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9756
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Play!

Message non lu par Koiwai » 24 oct. 2011, 07:51

Tome 3:

Les pérégrinations amoureuses et musicales de Taichi se poursuivent, et cette fois-ci, notre héros et son groupe de filles font ensemble un voyage destiné à renforcer l'harmonie du groupe. Entre les tourments amoureux de notre héros pour Uta et quelques instants fan-service mettant notamment en avant les "formes" de Tsuzumi, Q-taro Hanamizawa profite de ce début de volume pour aborder un peu plus les origines de l'amitié entre cette dernière et Kanade, et met également en valeur les évolutions du groupe, notamment de Taichi l'ex-métalleux.

Après ce court séjour où chacun à l'impression d'avoir gagé en maturité, l'auteur poursuit son récit à bon rythme. Entre le fan-service pas toujours très finaud mais désormais habituel et les pérégrinations amoureuses d'un héros irritant tant il enchaîne les pensées idiotes et est définitivement à la masse de ce côté-là, le groupe poursuit son ascension, évoluant au gré d'une volonté de plus en plus forte de Taichi et Uta de bien s'intégrer, d'une chanteuse prouvant de manière amusante qu'elle peut forcer sa voix et manier une guitare même si cela crée en elle une double personnalité assez mal amenée, ou des rencontres avec une jeune fan de Taichi pour le moins très particulière, que l'auteur prendra plaisir à développer un peu plus dans sa manière de percevoir ce garçon au milieu d'un groupe de filles.

En ce qui concerne la romance pure et dure, il faut bien avouer que l'on est heureux de voir les choses évoluer réellement entre Taichi et Uta, là où l'on ne s'attendait pas à voir le couple se former avant le dernier tome. Voici de quoi booster un peu la série et intriguer quant au dernier volume, d'autant que les événements de fin de tome voient apparaître un nouveau personnage intrigant, se trouvant dans la même situation que Taichi et forçant ce dernier à se remettre en cause tout en faisant naître en lui un sentiment de rivalité.

Exceptés le fan-service toujours aussi mal amené et le caractère de blaireau de Taichi, ce troisième volume confirme les bons points du volume précédent. Même si c'est de manière assez lisse, Q-taro Hanamizawa prend le temps de développer un peu plus Tsuzumi et Kanade, ne perd jamais de vue l'aspect musical en faisant assez bien ressortir les quelques évolutions du groupe, et décoince réellement la romance assez mièvre entre ses deux personnages principaux. Le tout s'enchaîne à bon rythme, et il n'en faut pas plus pour passer un agréable moment.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9756
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Play!

Message non lu par Koiwai » 12 févr. 2012, 18:25

Tome 4:

Tombés amoureux l'un de l'autre, Taichi et Uta entament une relation pour l'instant platonique, tout en poursuivant leur répétitions.
Après un premier chapitre insipide, enchaînant un bon nombre de clichés du fan-service de manière basique, Q-taro Hanamizawa décide de mettre une nouvelle épreuve sur la route de Taichi et Uta : la soeur de cette dernière, qui ne fait toujours pas confiance à notre héros et n'est donc pas décidée à accepter sa relation avec sa frangine. C'est alors l'occasion de voir une Uta moins renfermée que d'habitude, tenant tête à sa soeur et poussant cette dernière dans ses derniers retranchements. Finalement, la soeur d'Uta acceptera cette relation si Angelilly la convainc lors de son prochain concert...

Petit à petit, au fil des pages de ce dernier tome, Play! se dirige vers sa conclusion, le récit étant ponctué de quelques ultimes rebondissements simples, voire simplistes : opposition de la grande soeur d'Uta, joueuse d'un autre groupe cherchant à séparer nos deux tourtereaux pour une histoire de vengeance idiote... Les dernières épreuves se succèdent sans gros bouleversement, se résolvent assez facilement via les évolutions assez faciles des personnages (surtout en ce qui concerne Taichi et son aura pendant les concerts), et ne font qu'entretenir un suspense qui peine à vraiment exister. Le tout jusqu'à une conclusion plus intéressante : les personnages grandissent petit à petit, l'heure est bientôt venue pour eux de décider de leur avenir : le groupe perdurera-t-il ? Si, de ce côté-là aussi, les choses restent abordées de manière très basique, on appréciera que l'auteur ne les occulte pas. L'ambiance plus axée tranche de vie y gagne, et le tout aboutit sur un final assez rapide mais satisfaisant, que ce soit du côté des sentiments ou de la musique.

En somme, que retenir de Play! ? Un petit divertissement inégal, indigeste quand le fan-service et l'aspect neuneu des héros est sur le devant, basique et léger mais plutôt plaisant quand la musique, les sentiments et la tranche de vie prennent le dessus.
Image

Répondre