Suicide Island

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.
Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4622
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Suicide Island

Message non lu par Wang Tianjun » 29 nov. 2011, 20:41

"Nous bénéficions évidemment tous du droit de vivre, mais aussi... du devoir de vivre."

Image


SUICIDE ISLAND

Fiche technique :
  • Auteur : Kouji Mori
  • VO : Edité chez Hakusensha, en cours depuis 2009, six tomes
  • VF : Edité chez Kazé Manga, en cours depuis novembre 2011, un tome
  • Fiche du titre sur le site


Tome 1
En quelques années, la société japonaise a constaté une augmentation effrayante du nombre de tentatives de suicides. Touchant principalement les adolescents, ce fléau est devenu également un problème économique, au vu des frais engendrés par le rétablissement physique et mental des individus ayant essayé d'en finir avec la vie. Ainsi, le gouvernement a décidé de mettre en place un décret secret, consistant à se débarrasser des récidivistes purement et simplement. Reconnus comme décédés aux yeux du pays, ces jeunes gens désespérés sont exilés sur une île, surnommée "L'île du suicide". Dans cette zone de non-droit, chacun sera libre de mettre un terme à son existence, ou au contraire de renouer avec la vie.

Annoncé de manière évènementielle au Salon du Livre 2011, Suicide Island est le nouveau thriller social de Kazé Manga, faisant écho à des titres comme Ikigami, Freesia ou, dans une moindre mesure, Bokurano ou Gunslinger Girl. Tronc commun de ces seinen, la question de la valeur de la vie prédomine la série Kouji Mori, mais à une échelle moindre que l'œuvre de Motoro Masé. En effet, si les jeunes exilés de l'île découvrent la réalité de la mort, dans une première scène très explicite, l'impact sur la société sera forcément moindre, puisque cette dernière n'est pas encore au courant du processus mis en place par l'Etat. Le mangaka nous propose avant tout une plongée dans la psyché de ces jeunes gens laissés pour compte, sans compromis ni détournements.

Cette plongée s'effectue par le regard de Sei, se réveillant au côté de ses semblables et qui servira de narrateur tout au long du tome, en exprimant explicitement ses pensées au lecteur. Parler d'un rôle de héros serait difficile, tant le jeune homme s'efface devant des personnalités beaucoup plus tranchées menant le groupe. Son passé restera également assez flou, voire attendu, mais la volonté de l'auteur n'est sans doute pas dans le sensationnalisme des révélations. D'ailleurs, aucun mystère n'est à noter non plus dans l'univers, et la progression des personnages se veut d'une platitude extrême. Recherche d'un abri, de nourriture, organisation de la survie... les évènements s'enchainent sans grande passion. Le rythme ronronnant des quelques péripéties pourraient rebuter certains lecteurs, même si le fond de la série n'est pas là.

Kouji Mori joue avant tout sur le paradoxe de ces tranches de "vie", menées par des jeunes gens qui y ont pourtant renoncé. Chacun suit sa route, certains suivent le groupe de peur de se faire remarquer, d'autres jouent au contraire s'affirment en meneur ou jouent les fatalistes. Mais tous ont au-dessus de leur tête une épée de Damoclès qui pourrait les pousser à tout moment à franchir le pas vers la mort. Se sachant libres de tout contrôle, et donc de toute morale, quelques-uns mènent leurs dernières heures dans la débauche et la violence, offrant parfois quelques scènes difficiles à appréhender. Le désespoir de ces âmes perdues habite les pages, et la morosité ambiante pourrait bien atteindre le lecteur. Cependant, avec ce point de vue au premier degré, le manga attise plus nos émotions que notre réflexion, et malgré les nombreux questionnements de Sei, on peine parfois à comprendre où la série veut en venir.

La morosité est également graphique : Kouji Mouri nous délivre une narration trop calme et un panel d'émotions pas assez variés. On pourra également être rebuté par le style général des différents personnages, aux visages étirés en hauteur et aux traits froids. L'ambiance reste très neutres, même au niveaux des décors assez anecdotiques bien que travaillés. Qui dit île déserte ne dit pas forcément dépaysement ! Du côté de l'édition, rien à signaler : Kazé Manga nous offre une qualité dans la lignée des autres titres de son label seinen, avec papier et encrage de qualité.

Avec un sujet aussi délicat que le suicide, Kouji Mori marche sur des braises, et Suicide Island démarre avec beaucoup de prudence; trop, peut-être, malgré un synopsis déroutant à la Ikigami et un démarrage suffisamment choquant pour intriguer le lecteur. Peu à peu, le rythme lancinant et sans remous berce le lecteur pour l'amener à découvrir ces jeunes gens oubliés de leur monde et à partager leur désarroi. Faute de personnages charismatiques et de véritable intrigue, le volume se suit sans grande passion, et n'amène pas la réflexion que devrait imposer une telle thématique. Pourtant, la lecture arrive à son terme sans que l'on ne décroche, et laissant encore le doute sur le choix final de ses protagonistes. Laissons-leur encore le bénéfice du doute pour quelques temps encore...
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9722
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Suicide Island

Message non lu par Koiwai » 26 févr. 2012, 13:28

Tome 2:

Le tome 1, s'embarquant plus sur un truc de survie basique que sur ce que j'espérais trouver, ne m'avait pas convaincu. Le début du tome 2 continue d'aborder le suicide de manière superficielle, surtout dans les premiers chapitres qui m'ont endormi et passent trop vite au-dessus du passé de Sei. Reste que la suite m'a déjà plus intéressé, notre héros tête à claque se réveillant pour décider d'atteindre un objectif : aller chasser la biche.

D'un côté, c'est intéressant : celui qui voulait se suicider fait à présent tout pour survivre, et en arrive à devoir tuer une créature qui le fascine, non seulement par sa beauté, mais aussi par sa force de vie, sa volonté d'échapper à la mort, pour vivre sans autre but que celui de vivre. Tout ça fait beaucoup cogiter notre héros, ses doutes et interrogations sur ce qu'il est en train de faire étant très prenantes, d'autant que la narration, qui se fait en trois temps (un narrateur extérieur, un narrateur qui n'est autre que Sei exprimant ses pensées, et les dialogues de notre héros) a un je ne sais quoi d'immersif.
Mais d'un autre côté, que c'est long ! La traque m'a paru durer une éternité, d'autant que les interrogations de Sei ont, au bout d'un moment, tendance à tourner en rond.

Sinon, le récit est également intéressant quand il se la joue "manuel de survie". On sent une belle documentation de la part de Kouji Mori, mais malheureusement, les informations données restent trop superficielles (par exemple, Sei se nourrit à un moment de fougère pour se réhydrater. Pour que l'info soit crédible, il aurait fallu préciser, notamment, qu'il existe de nombreuses sortes de fougères, et que toutes sont loin d'être comestibles. 'fin, je cherche la petite bête, mais ça m'a agacé ^^"). Sur ce point, Suicide Islande ne vaut pas un dixième de l'excellent Survivant de Takao Saito. Mais de toute façon, je ne pense pas que ce soit le but recherché.

La fin du tome, quant à elle, enchaîne sur une nouvelle rencontre amenant en dernière page un petit rebondissement qui pourrait amener du piquant. Je ne sais pas quoi penser de cette dernière page, qui pourrait dynamiser le récit, mais en même temps l'éloigner de son sujet de base et le faire définitivement tomber dans le classicisme. On verra bien.

Graphiquement, j'ai toujours autant de mal avec les corps disproportionnés. Par contre, y a du bon dans les décors et les animaux (les biches sont vraiment belles, l'auteur parvient réellement à en dégager quelque chose).
Image

Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4622
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Re: Suicide Island

Message non lu par Wang Tianjun » 22 mars 2012, 21:12

Suicide Island 2

Alors que les conditions de vie se font rudes, les jeunes exilés sur l'île du Suicide commencent à déplorer la mort de certains de leurs compagnons. Pire, l'hiver approchant, la pêche, source principale de nourriture, sera bientôt impossible à pratiquer... Se lançant un défi personnel, Sei décide de s'isoler du reste du groupe, pour partir, seul, à la chasse au cerf. Mais les connaissances qu'il a pu conserver de ses livres seront-elles si évidentes à mettre en pratique ?

Après un démarrage plutôt maladroit, Suicide Island redresse la barre de fort belle manière dans ce second volet autrement plus introspectif. S'écartant du reste de ses compagnons, notre narrateur, Sei, endosse vraiment le rôle d'un protagoniste fort, là où le premier opus manquait encore de développement. Au fil du volume, le jeune homme se livrera dans une profonde introspection, permettant de découvrir quelques pans de son passé, et de suivre ses hésitations dans son implacable traque au gibier. Ce pistage, très long, se veut plutôt didactique, bien que l'on puisse s'étonner que Sei ait conservé autant de détails de ses lectures passées. Cette lenteur assumée fait néanmoins monter une certaine tension surprenante, captivant le lecteur jusqu'à la dernière flèche lancée.

Plus que la chasse, c'est bien un combat contre lui-même que livre Sei. La traque, débutée de manière plus instinctive que raisonnée, le pousse dans ses derniers retranchements et, bien sur, à relativiser sur la valeur de la vie. Pourquoi lui, qui n'aspire qu'à mourir, aurait le droit d'ôter la vie d'un être qui ne demande qu'à vivre ? La pureté et la beauté de la nature rompt avec les questionnements existentiels de notre héros, pour offrir des réponses pleines de sens. D'ailleurs, notons la qualité graphique de la description des environnements et des animaux, là où le design des humains pâtit de son déséquilibre avec des visages toujours très longilignes. (Kouji Mori aurait-il quelques affinités avec le style de Leiji Matsumoto ?)

Malgré quelques moments de relâchement, ce second tome se dévore d'un bout à l'autre et parvient à nous captiver sur une intrigue pourtant très simple. C'est là tout ce qu'il fallait pour enfin trouver de la profondeur à Sei et s'attacher à ses errements. Et la problématique principale, dans tout ça ? La fin du volume semble s'orienter vers de nouvelles pistes plutôt énigmatiques, bien que classiques dans le genre de la survie en huis clos. A suivre, donc...
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4622
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Re: Suicide Island

Message non lu par Wang Tianjun » 14 juin 2012, 20:47

Suicide Island 3

Après avoir réussi la traque de son premier gibier, Sei rencontre un homme vivant en ermite sur l'île. Ce dernier lui apprend qu'avant de devenir l'Ile des suicidés, ce lieu avait un autre endroit tout aussi peu accueilant : l'Ile sans lois, ou furent envoyés les criminels ne pouvant être exécutés... Quel regard nouveau portera Sei sur cet enfer insulaire ?

Après un démarrage timide, Suicide Island nous surprit lors de son second tome, et semble confirmer le tir avec celui-ci. Si les révélations apportées par le récent cliffhanger apportent un peu de piment, le récit se concentrera à nouveau sur la chasse, avec la mise en avant de Ikiru, petit compagnon à quatre pattes de notre jeune survivant. Entre séquences didactiques et moments plus tendres, une complicité sincère nait entre le chiot et son maitre, et amène le lecteur vers d'autres thématiques insolites.

La progression de notre protagoniste est d'autant plus importante qu'elle l'installe durablement dans le groupe qu'il finira par retrouver. En tant qu'unique , il devient la principale source de nourriture et se permet de s'imposer d'avantage, prenant une carrure de héros plus solide. Et cela tombe plutôt bien, lorsque la position de leader semble à pourvoir ! En effet, de son côté Ryô prendra une décision qui changera l'ordre de choses... ce sera d'ailleurs l'occasion d'en savoir d'avantage sur ce personnage au charisme saisissant, et aux blessures profondément masquées sous son assurance.

Finalement, le récit semble avoir trouvé ses marques. Entre un aspect "guide de survie" et histoire à rebondissements, Suicide Island n'oublie pas de développer ses personnages pour leur trouver une identité de plus en plus palpable. Derrière les artifices de la société, la reconstruction passe par les choses les plus simples et les plus essentielles. Mais il reste encore à savoir vers quoi le récit compte nous mener au final...
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

sentex
Messages : 133
Enregistré le : 16 sept. 2009, 18:22

Re: Suicide Island

Message non lu par sentex » 12 juil. 2012, 10:39

Après un debut en demi-teinte pour moi je commence vraiment a apprécier ce manga.
par contre a la fin du tome 3 un truc que je ne comprend pas :
[spoiler]Ryo et la fille sont mort aussi ou pas? un des mec meurt mais eux on les voie allonger mais on en dit pas plus.[/spoiler]
Image
Top 5 manga: One Piece -->> Naruto -->> Death note -->> Saint seiya -->> Fullmetal Alchemist
Top 5 personnage: Shaka de la vierge -->> Zolf J. Kimblee-->> Barbe Blanche -->> Zaraki Kenpachi -->> Monochi Zabuza

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9722
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Suicide Island

Message non lu par Koiwai » 13 juil. 2014, 13:35

Tome 9:

Une nouvelle fois, Kouji Mori donne l'impression de passer la vitesse supérieure dans l'affrontement contre le groupe de Sawada, avant de faire retomber un peu les choses. néanmoins, c'est toujours l'occasion d'approfondir les personnages, et cette fois-ci j'ai beaucoup aimé le travail effectué sur Nao et Reiko et sur leur passé, très convaincant et soulevant des questions très intéressantes, par exemple sur la place de la prostitution. Mais je retiens surtout la question soulevée à la toute dernière page.

Cette série gagne encore et toujours en qualité. Ca fait un peu du surplace dans l'intrigue sur Sawada, mais l'auteur en profite toujours aussi bien pour soulever des questions pertinentes.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9722
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Suicide Island

Message non lu par Koiwai » 28 sept. 2014, 18:58

Tome 10 :

La guéguerre contre le groupe de Sawada et Kai continue de faire du surplace, chaque possible bouleversement revenant à un statu quo, à tel point que ça pourrait devenir réellement gonflant si Kouji Mori ne continuait pas de si bien travailler ses personnages (ici, notamment, les tourments de Ryû qui ne sait comment endosser son nouveau rôle de chef, au risque de briser la petite démocratie instaurée, mais aussi la relation Sei/Live qui fait un pas), d'offrir de bons petits trucs de survie (l'andouille m'a donné envie de goûter du serpent) et de soulever de nombreuses thématiques très intéressantes (le droit de juger de la vie ou de la mort d'autrui, l'importance de la satisfaction et des bonheurs simples... Du très classique, mais bien narré).

Et pour ne pas changer une recette qui gagne, on a à nouveau un bon petit cliffhanger en fin de tome. Mais cette fois, j'epsère quand même que le conflit contre Sawada va enfin évoluer ^^""
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9722
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Suicide Island

Message non lu par Koiwai » 10 avr. 2015, 12:00

Tome 12 :

Les "rebondissements" autour de l'affrontement contre Sawada commencent vraiment à me décevoir, surtout dans une fin de tome ultra prévisible, expéditive et assez mal mise en scène. De même, les chapitres sur Minoru et Nao m'ont semble trop superficiels et n'amènent rien de neuf, surotut concernant Nao.

Par contre, tout le reste continue d'être très bon. La nouvelle vie de Sei et Life leur permet de passer un cap dans leur relation, et leur lien confirmant leur nouvelle envie de vivre est très bien exposé. J'ai également aimé les petites interrogations sur qui reste/qui part en cas de possibilité de quitter l'île, car ça confirme habilement que chacun a su évoluer depuis son arrivée sur l'île.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9722
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Suicide Island

Message non lu par Koiwai » 13 oct. 2015, 11:39

Tome 13 :
Tranches de survie avec nouvelles informations (sur la chasse au requin, les plantes médicinales) d'un côté, nouveaux drames de l'autre, pour un tome qui m'a donné une impression de routine. Cela dit, la dernière partie du volume, avec le drame, pousse les personnages à changer de mentalité face à la menace Sawada qui ne les laissera jamais tranquilles tant qu'il sera là. Reste à voir si cela amènera ENFIN de vraies avancées dans ce confit qui dure et s'étire depuis beaucoup trop longtemps.
Image

Répondre