Bonne nuit Punpun

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9714
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Bonne nuit Punpun

Message non lu par Koiwai » 02 févr. 2012, 21:41

Image
La fiche sur le site


En attendant la chronique de Jojo, je me permets de créer le topic, pour parler de mes premières impressions à chaud sur le tome 1.


En bon fan de la première heure d'Inio Asano, Bonne nuit Punpun était l'une des séries que j'attendais le plus en France. L'idée de suivre l'auteur sur une première série longue était séduisante, et ce que j'en avais vu dans les tomes vo m'avait déjà conquis. Même sans comprendre les textes, ce qui frappait déjà au feuilletage des tomes vo, c'était ce contraste total entre un univers extrêmement réaliste, porté par des décors très détaillés, et Punpun, un trait, un rond pour l'oeil, une vague forme de volatile. Une idée qui m'avait d'emblée séduit, montrant toujours plus la façon qu'a Asano de s'affranchir des limites du manga classique pour aborder un sujet simple d'une manière nouvelle.

C'est donc plus intrigué que jamais, pressé de voir comment Asano allait exploiter ça, que je me suis plongé dans la lecture du premier volume de Bonne nuit Punpun.
Un sujet simple, donc, mais pas tant que ça. L'histoire d'une vie, et une vie n'est jamais simple. Cette vie, c'est donc celle de Punpun, qu'Asano a pour ambition de développer de son enfance jusqu'à son arrivée dans l'âge adulte. Cet âge de jeune adulte qu'Asano a déjà tant de fois mis en avant dans ses précédentes séries, via ses personnages un peu paumés, à la situation pas toujours sûre, à l'image de ce qui fait bien souvent notre monde d'aujourd'hui.
Cette fois-ci, Asano prend donc pour point de départ un héros enfant, et destiné à évoluer sur la longueur. Un projet très ambitieux, qu'on ne voit finalement que rarement dans le manga, étrangement. Un projet qui sera mené d'une manière tout sauf banale.

Et qu'on se le dise, ce Bonne nuit Punpun risque, dans un premier temps, d'en dérouter certains, y compris certains fans d'Asano, ce qui est déjà le cas pour certaines personnes de mon entourage que j'avais converties à Asano, mais qui n'étaient pas forcément habituées à lire des manga aussi "perchés" que Punpun. Avoir une espèce de piaf simpliste en guise de héros les ayant déstabilisés, sur le coup. Moi-même, qui adore justement les lectures déstabilisantes, je me suis posé quelques questions au départ. Pas seulement sur le physique de Punpun, que je connaissais déjà, mais, de manière générale, sur le ton du manga. Plus précisément, sur le parti-pris d'Asano de pousser à l'extrême le comportement de ses personnages adultes. Ainsi a-ton, par exemple, un prof pétant un câble tout seul, un prof principal et le directeur de l'école jouant à cache-cache de manière assez extrême, un avocat avec un bouille pour le moins sérieusement atteinte, ou une femme membre d'une secte qui a elle aussi tendance à partir en vrille.

Et c'est bien pour ça qu'après quelques doutes, je me suis régalé à la lecture, en m'amusant à décripter les différents partis-pris d'Asano. Pousser à l'extrême les caractères des adultes ne fait que mieux ressortir l'incompréhension de l'enfant Punpun face à ceux-ci.
Le physique simple de Punpun, quant à lui, a eu plusieurs impacts sur moi:
D'une, il permet de créer un personnage tout à fait unique, dans une vie pourtant banale, et ça, c'est fort. On a un gamin tout ce qu'il y a de plus classique dans le fond, qui découvre l'amour, le sexe, qui joue, qui connaît des hauts et des bas, s'interroge comme tout le monde, fait des promesses d'enfant... mais en lui offrant un physique tout sauf banal, Asano fait parfaitement ressortir l'unicité d'une vie pourtant simple. Et par-là même, l'unicité de chacun de nous.
De deux, le physique simpliste de Punpun dégage une candeur infinie, qui a tout de celle d'un gamin découvrant la vie. Une candeur qui se voit d'emblée via les couvertures immaculées. Une candeur qui est donc renforcée par l'aspect extrême des adultes, mais aussi par le fait que Punpun ne s'exprime jamais de manière directe, souvent par des signes genre tremblements du trait (Asano, ou comment offrir à un trait et un rond une impressionnante palette d'émotions), tout au plus via des dialogues d'un narrateur externe. Un principe que l'on retrouve dans les contes, notamment, ce qui a pour effet d'apparenter fortement le personnage de Punpun à un personnage de conte, un personnage enfantin. Sa candeur n'en est que mieux mise en valeur.
De trois, je ne peux m'empêcher de voir dans sa vague forme de volatile le symbole d'un personnage un peu paumé, qui s'envolerait bien loin des tracas quotidiens qu'il ne souligne pas mais dont il n'est pas dupe, ou qui se laisserait porter au gré du vent sans savoir où poser exactement ses pieds. Comme beaucoup d'ados et de jeunes adultes. Cette sorte de symbole me paraît d'autant plus forte via la promesse qu'il fait à la petite Aiko, de s'envoler un jour loin avec elle.

Sur ce, j'en viens au fond. Car si la forme est infiniment intéressante, le fond annonce lui aussi quelque chose de très bon, même si, uniquement à la lecture du tome 1, je reste encore un peu sur ma faim. Reste que les pistes sont déjà nombreuses, et l'on voit donc Punpun découvrir la vie, l'amour via la jolie Aiko (qu'elle est choupi, bon dieu, avec sa dent en moins et sa bouille d'ange *____*), le sexe avec sa première masturbation et les soirées aves ses amis, mais aussi l'impitoyable monde des adultes, dont la folie ressort parfaitement grâce à ce que j'ai souligné avant : dureté familiale entre un père et une mère qui ne s'entendent plus, dureté de l'enseignement avec un prof trop extrême et des supérieurs qui semblent peu impliqués, dureté de ce qui fait notre monde au quotidien, avec les sectes, la mort, le suicide, la précarité (la famille de Punpun volant en éclats...)... Mine de rien, l'univers de Bonne nuit Punpun est loin d'être joyeux, et si l'on a parfois envie de rire face à certaines situations ou certaines réactions d'adultes, c'est un rire jaune qui domine, une sorte de malaise qui s'installe. Une sensation étrange, que je n'arrive pas à définir. Une sensation unique, que seule Asano est capable de créer. On retrouve déjà dans ce prmeier volume pléthore d'éléments chers à Asano, l'auteur les mettant en avant de manière inédite, donc. Mais il en manque encore. J'ai le sentiment qu'il ne s'agit encore que d'un volume d'introduction pour certains sujets. Mais le terrain est prêt, et j'ai hâte de lire le deuxième tome.

En somme, avec un seul tome, Bonne nuit Punpun s'impose d'ores et déjà comme une lecture unique en son genre, et comme une oeuvre de grande envergure, à ce jour la plus ambitieuse d'Asano. Et quand on sait qu'il déclare lui-même que le jour où il mettra fin à cette série il aura l'impression de se tuer, on peut se dire que cette série sera réellement l'oeuvre d'une vie, dans tous les sens du terme.
Maintenant, j'espère que les non-habitués à des oeuvres trop "perchées" sauront passer le cap et voir toute la richesse que pourrait nous apporter cette série, si elle confirme, et nul doute qu'elle confirmera. Egalement un grand bravo à Kana qui essaie vraiment de pousser au maximum la série, preuve qu'ils y croient et, surtout, qu'ils y tiennent.

Allez, un petit 16/20, en attendant de voir le fond trouver pleinement ses marques.
Image

Avatar du membre
Kimi_
The Jelly
Messages : 1525
Enregistré le : 14 juil. 2011, 19:45
Localisation : Parti titiller les photons entre la Voie Lactée et Andromède.
Contact :

Re: Bonne nuit Punpun

Message non lu par Kimi_ » 03 févr. 2012, 11:06

Ton analyse confirme mon futur achat Koiwai. ;) Aimant beaucoup les oeuvres d'Asano et Solanin étant l'une de mes oeuvres phares de ma collec', j'attends beaucoup d'Oyasumi Punpun. :)
Super Metroid

The operation was completed successfully. Clear time : 01:50.

Your rate for collecting items is 100%. See you next Mission.
[/b]
Image

Avatar du membre
Kit
Messages : 56
Enregistré le : 10 févr. 2011, 21:38

Re: Bonne nuit Punpun

Message non lu par Kit » 04 févr. 2012, 21:05

Bonsoir :

Je viens tout juste d'achever la lecture des deux premiers tomes de Bonne nuit Punpun, rapide impression à chaud...

Je ne suis pas un habitué des œuvres d'Asano, la seule autre que j'ai lu est la Fin du monde avant le lever du jour. Première constatation, ce qui m'a attiré en premier lieu est la couverture, tout comme cela avait été le cas avec la Fin du monde et cette vue de soleil couchant sur la ville très réaliste. Je me suis immédiatement dit que ces couleurs vives feront merveilles dans ma mangathèque et puis Asano était un nom que je connaissais. Peut-être parce que je ne suis pas habitué du travail et des thèmes de l'auteur, j'ai vu beaucoup moins de choses que Koiwai au cours de ma lecture. Peut-être également parce que ma dernière lecture était un peu lourde - le premier tome de l'histoire des 3 Adolf - et que je cherchais donc simplement à me laisser porter par une lecture un peu plus rafraîchissante sans me prendre la tête pour me divertir pendant le week-end. Que pensez alors du premier tome ? Une lecture par moment un peu étrange, surprenante et malgré les thèmes abordés, j'ai sourie voir rie à plus d'une reprise. Le design particulier du personnage de Punpun ne m'a pas dérangé - il me faisait penser à un shadok - et j'ai retrouvé avec plaisir le dessin d'Asano. Sans trop réfléchir j'ai suivi le quotidien du petit Punpun avec ses joies, peines et questionnements. Les adultes sont tous un peu fou, le père violant envers sa femme semble pourtant aimer sincèrement son fils contrairement à sa mère, un dieu se ballade au fil des pages et personne n'est tout à fait sain dans l'entourage de Punpun, on s'y perd avec lui et nos codes pourraient même en être bouleversés.

C'est pourtant une impression globalement rafraîchissante que me laissa ce premier tome alors que le deuxième m'a lui, beaucoup plus égaré. Pour le dire simplement, il était moins drôle, un peu plus pesant par les évènements et questionnements de Punpun. La couleur de la couverture du tome est toujours aussi sympa avec une photo des pyramides et du sphinx de Guizeh au derrière, clin d’œil amusant pour l'étudiant en égyptologie que je suis. Anecdote qui met en avant un de mes principal soucis avec ce tome : qu'est-ce que cela vient faire ici ? À plusieurs reprises je n'ai pas compris ce qui se passait dans l'histoire : qu'est ce que cela vient faire ici ? Pourquoi maintenant ? Bref je me suis un peu perdu et ait cette impression de ne pas toujours tout suivre. Certains éléments de l'intrigue me laisse perplexe, ne me semble pas exploité jusqu'au bout comme par exemple la relation entre Seki et son père, un peu développée mais où je ne trouve pas de conclusion satisfaisante. Bref, un sentiment d'insatisfaction à la fin de ce second tome où je n'ai pas toujours tout compris même si graphiquement cela reste vraiment beau et agréable.

À suivre donc pour voir ce que cela donnera par la suite :wink:
Image

Avatar du membre
Hitsuji
Time Sheep
Messages : 666
Enregistré le : 12 juil. 2011, 18:37
Localisation : Près d'un chat ! :3
Contact :

Re: Bonne nuit Punpun

Message non lu par Hitsuji » 05 févr. 2012, 11:04

J'ai adoré ces deux premiers tomes mais ça va être difficile d'exprimer clairement mon ressenti, tellement ce manga est rempli de trucs bizarre.

Outre l'aspect inhabituel de Punpun, Asano démarre une histoire classique, narrant simplement le quotidien d'un enfant comme les autres. Enfin... Presque. Déjà, Punpun est d'une timidité excessive, et son univers est dirigé par un Dieu à la coupe afro que seul lui peut appeler. En dehors de ça, il faut également noter que mis à part sa famille, tous les adultes sont étranges et agissent de manière incompréhensible, même si tout cela semble convenir aux évènements (un dirlo qui joue à cache-cache quand Punpun cherche lui aussi à se cacher, un avocat au sourire dérangé quand la situation semble plus que dramatique, un prof qui s’énerve plus que de raison...).
J'aime beaucoup aussi le regard de l'oncle, dessiné de manière plus réaliste que lorsqu'il s'emporte. C'est marrant, comme détail.

D'un autre côté, AÏko est juste trop mimi, et son histoire compliqué et pleine d'incompréhension et de malentendus avec Punpun n'en devient que plus dramatique avec les tomes. (Les deux doubles-pages du tome 2 sont magnifiques. *o*)

Le seul défaut que je vois, ce serait justement cette impression de fourre-tout bordélique, dans lequel l'auteur verse tout ce qu'il a envie de mettre (les visions (?) de Shimizu en sont un bon exemple, ou l'homme qui apparaît dans l'usine, dont on entendra plus jamais parler).

J'attends le tome 3 pour voir où va nous emmener Asano par la suite...
"on the internet, no one knows you're a cat."
—A cat.

Avatar du membre
Alehas
Messages : 30
Enregistré le : 19 mars 2011, 12:47

Re: Bonne nuit Punpun

Message non lu par Alehas » 07 févr. 2012, 09:44

Je ne pense pas que Punpun soit réelement timide, c'est surtout cet aspect de parler indirectement via des sortes de citations qui donne cette impression.
En vérité, Punpun s'exprime correctement, mais nous on a la vision intérieure de Punpun, son apparence d'oiseau.

De plus, nous ne sommes pour l'instant qu'à l'arc de son enfance, il ne faut pas oublier qu'on le verra durant une longue période de sa vie ^^ On a le temps de le voir évoluer (et je sais déjà que ce sera le cas)
The Art Of Inio Asano

Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9714
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Bonne nuit Punpun

Message non lu par Koiwai » 07 févr. 2012, 11:44

Alehas a écrit :Je ne pense pas que Punpun soit réelement timide, c'est surtout cet aspect de parler indirectement via des sortes de citations qui donne cette impression.
En vérité, Punpun s'exprime correctement, mais nous on a la vision intérieure de Punpun, son apparence d'oiseau.
Je n'ai, moi non plus, pas l'impression d'une timidité maladive. Il y a bien le passage où [spoiler]il ment sur ses rêves d'avenir et s'enfuit[/spoiler], mais quel enfant n'a pas réagi ou eu envie de réagir de la même manière face à une telle situation ? A côté de ça, preuve qu'il n'est pas forcément timide, [spoiler]il se déclare super vite à Aiko (mais quel enfant résisterait à une gamine aussi choupi ? *____*)[/spoiler], sans honte et peur, d'ailleurs, avec la sincérité et la candeur d'un gosse qui découvre l'amour et n'a pas encore de jugement dessus. Enfin, le coup du dieu afro, je vois plutôt ça comme un exemple de la crédulité enfantine de Punpun, qui s'imagine ce dieu dont lui a tant parlé son oncle.

En passant, j'ai bien l'impression que la perte de candeur de Punpun va être un grand axe de la série. Son idée candide de l'amour risque d'être vite détruite, comme l'est déjà un peu sa vision du dieu dès le tome 1 quand il surprend les dires de son oncle avec la mère d'Aiko.
Image

Avatar du membre
jojo81
The Doctor
Messages : 1170
Enregistré le : 19 févr. 2010, 23:17
Localisation : Albi
Contact :

Re: Bonne nuit Punpun

Message non lu par jojo81 » 09 févr. 2012, 23:27

Je veux redevenir un enfant et tomber amoureux d'Aiko *___*

Tome 1:

Habitué aux histoires courtes, Inio Asano est de nouveau publié aux éditions Kana avec Bonne nuit Punpun, son premier manga s'inscrivant dans la durée.

Bonne nuit Punpun est l'histoire d'une vie comme tant d'autres, celle de Punpun, un jeune écolier japonais. En peu de temps sa vie se retrouve bouleversée. Il fait tout d'abord la rencontre d'Aiko, une nouvelle élève de sa classe pour qui il a le coup de foudre. Peu de temps après, suite à une violente dispute, Punpun est séparé de ses parents. Sa mère est envoyée à l’hôpital tandis que son père se retrouve vraisemblablement en prison. C'est son oncle Yuichi qui va alors l'élever.

Le premier fait marquant quand on ouvre Bonne nuit Punpun est que Punpun, au même titre que le reste de sa famille, est représenté sous la forme d'un petit poussin qui pourrait s'apparenter à un dessin d'enfant. C'est d'autant plus flagrant que cette représentation pose un fort contraste avec le reste du manga dont le réalisme est poussé à son paroxysme. C'est avec audace qu'Inio Asano s'affranchit des codes graphiques du manga pour nous présenter un héros sous forme de cartoon. Le fait que Punpun n'ait pas de physique particulier pousse le lecteur à s'identifier au personnage. En effet, de cette manière on peut facilement se mettre à la place du personnage. Ceci étant consolidé par le fait que l'on voit le monde à travers les yeux de Punpun. On peut y voir la volonté de l'auteur de créer un protagoniste à travers lequel chaque lecteur peut se voir tout en le rendant unique, différent des autres. A lui seul, ce contraste savamment orchestré tend à rendre la lecture de Bonne nuit Punpun comme une expérience unique. Mais la particularité du manga ne se limite pas à cela.
Pour en revenir au physique de Punpun, on notera qu'il s'inscrit dans la veine du «kawaii». C'est à dire qu'il s'agit d'un protagoniste mignon, et qui peut facilement faire office de mascotte. C'est donc là un argument commercial, puisque, au Japon, Punpun a été décliné en divers goodies.

Comme je l'ai dit précédemment, on suit le manga sous le regard innocent du jeune Punpun. Ainsi, sans qu'il ne prononce le moindre mot, nous allons tout savoir du petit garçon. On va découvrir le premier amour de Punpun, sa première masturbation, ses rêves d'avenir et les doutes qui vont avec, son incompréhension sur le monde qui l'entoure avec en ligne de mire la situation de ses parents, ses prières,... Punpun est un enfant, et comme tout enfant il est candide. Malgré tout, sa naïveté sera vite ébranlée devant la rudesse du monde qui l'entoure. Car oui, Inio Asano n'est pas tendre avec la société. Entre les violences conjugales, une secte, le chômage, la maladie, un homme qui assassine toute sa famille, la vie de Punpun est loin d'être rose. En plus de cela, ses rêves d'avenir avec l'adorable Aiko ne cessent de s'effondrer. Entre amour, peur et déception, Aiko fait naître des sentiments nouveaux chez Punpun.

Une autre force du récit réside en ses personnages secondaires. Ceux qui connaissent les œuvres précédentes de l'auteur le savent bien: Inio Asano est capable de donner de l'importance à un personnage, voire même de le rendre attachant, en l'espace de très peu de pages. Avec Bonne nuit Punpun, le jeune mangaka nous prouve une nouvelle fois son talent. Car oui, si l'on suit le manga selon le regard de Punpun, il n'est pas seul, il est entouré. Il faut avant tout commencer par les parents du Punpun. Un père violent, qui bat sa femme, mais que Punpun admire au point de vouloir devenir joueur de base-ball pour lui faire plaisir. Sa mère, elle, se place en victime. Pour autant Punpun ne lui montre pas beaucoup d'affection. Il réagit tel l'enfant qu'il est et ne supporte pas les ordres qu'elle lui donne: faire les devoirs, prendre son bain, ranger sa chambre. A côté de ses parents, il y a aussi Yuichi, son oncle au chômage. Il représente un modèle pour Punpun, pourtant il est loin d'être dans une situation enviable. C'est un homme égoïste qui n'arrive pas à s'intégrer dans la société. Le personnage semble être très intéressant, et espérons que l'auteur creuse sa personnalité dans les tomes à venir.
Punpun est un enfant, et il est bien évidemment entouré de personnes de son âge. Au plus proche de Punpun, il y a Aiko, la fille qu'il aime innocemment. Il veut la protéger, ne pas la décevoir, et c'est de cela qu'à justement besoin cette dernière. En effet, la vie est loin d'être facile pour l'adorable fillette. Cette dernière vit dans une secte, et rêve de s'en éloigner. Elle place toute sa confiance en Punpun, et le voit comme son sauveur. Le jeune personnage principal fera tout pour l'aider, pour être avec elle, mais il va apprendre que la vie est faite de rebondissements et de déceptions. Tout ne se passe pas forcément comme on le voudrait...
Comme tout enfant, Punpun a une bande de copains avec qui il va faire les 400 coups. Entre feuilleter un magazine pour adulte et partir à la chasse au trésor, le jeune enfant n'aura pas le temps de s'ennuyer. Parmi ses amis se distingue Seki, un enfant très mature qui s'impose comme le leader de la bande. Le petit Shimizu se fait lui aussi remarquer. Le jeune garçon vit dans ses rêves, il croit dur comme fer que ses dessins sont réels. Son air rêveur contraste avec le caractère de Seki qui se veut plus ancré dans le réel.
Punpun est ainsi entouré d'une jolie brochette de personnages secondaires et il forge son caractère par rapport à eux. Les acteurs du manga arrivent donc à se démarquer par leur personnalité, et ont une importance fondamentale sur le déroulement de celui-ci.

Même en laissant de côté le physique particulier de Punpun, le fait qu'il ne dise pas un mot ainsi que ses réactions cartoonesques, le manga s'inscrit dans une tonalité décalée. Inio Asano pousse à l'extrême le caractère des adultes. Du professeur qui fait une crise de nerfs aux directeurs qui jouent à cache-cache en passant par la mère d'Aiko dont la folie dépasse l'entendement et bien d'autres, les réactions des adultes suscitent l'incompréhension chez le lecteur. Inio Asano exagère volontairement leurs caractères afin de mieux faire ressortir le faussé qui sépare les enfants, dont Punpun fait partie, des adultes.
Le côté décalé du manga ne s'arrête pas là. Inio Asano nous entraîne dans plusieurs délires lors de ce premier tome. Le plus récurent est la présence de Dieu. Quand Punpun prie ou se pose des questions, il apparaît sous la forme d'un homme nu portant des lunettes et coiffé d'une coupe affro. Malgré ses apparitions, il n'est jamais d'une grande aide pour Punpun. Il le pousse à aller de l'avant, mais il ne peut jamais rien faire de concret pour lui. A travers cela, Inio Asano transcrit son idée de la religion. Pour autant il n'oublie pas que Punpun est un jeune personnage naïf, et qu'il croit ce qu'on lui dit de croire. Attendons donc de voir ce que ce thème donnera dans le futur, quand Punpun pourra se faire une opinion personnelle.

La patte graphique d'Inio Asano est reconnaissable d'entre mille. Outre le design de Punpun et sa famille, les dessins sont très soignés, très propres. Les personnages, présentés de manière réaliste, ont tous un petit quelque chose qui fait qu'on arrive à les distinguer. En plus de cela, leurs traits de caractère sont visibles sur leur visage. Ainsi, bien que nombreux, on ne se perd pas entre les différents protagonistes. Les décors quant à eux sont dans un style photo-réaliste. Même en connaissant déjà le travail de l'auteur grâce à ses œuvres précédentes, on ne peut s'empêcher d'être sous le charme de certaines scènes. Comme dit précédemment, ce réalisme contraste avec l'aspect cartoon de Punpun. Mais pas seulement. Inio Asano n'a pas peur de s'affranchir des conventions et nous entraîne dans des délires graphiques au détour de certaines cases.

Du côté de l'édition, le travail fournit par Kana est de très bonne facture. La couverture en relief, fidèle à la version japonaise, fait particulièrement plaisir à voir. Au niveau de la traduction, on peut reprocher quelques rares tournures de phrases qui sonnent faux. Mais dans l'ensemble, le travail du traducteur est d'une bonne qualité.

Avec ce premier tome, Bonne nuit Punpun s'impose comme une lecture unique, loin de la production mainstream du manga. Inio Asano nous parle de la vie, la vraie. Et pour ce faire il use de nombreuses métaphores et nous propose un récit au second degré. Ce contraste, associé à la particularité graphique du manga, font de Bonne nuit Punpun une œuvre avant-gardiste. Malgré tout, pour pouvoir profiter pleinement du manga, il ne faut pas se contenter de lire. Il faut chercher à comprendre aussi. La lecture de Bonne nuit Punpun peut vite devenir déroutante, et laisser de marbre un lecteur ne cherchant pas un manga décalé. Bonne nuit Punpun n'est donc pas forcément la meilleure œuvre pour commencer à lire Inio Asano, mieux vaut se lancer dans un récit moins extravagant tel que Solanin. Mais cela n'entache en rien la qualité de l'œuvre.
Nostroblog: des copains et du goût !
Image
Don't turn your back. Don't look away. And don't blink.
Image

Avatar du membre
Kimi_
The Jelly
Messages : 1525
Enregistré le : 14 juil. 2011, 19:45
Localisation : Parti titiller les photons entre la Voie Lactée et Andromède.
Contact :

Re: Bonne nuit Punpun

Message non lu par Kimi_ » 10 févr. 2012, 18:04

jojo81 a écrit :Je veux redevenir un enfant et tomber amoureux d'Aiko *___*
Il ne faut pas confondre fiction et réalité Jojo. ;P Sinon ta chronique est très complète, elle confirme mon futur achat. :)
Super Metroid

The operation was completed successfully. Clear time : 01:50.

Your rate for collecting items is 100%. See you next Mission.
[/b]
Image

Avatar du membre
jojo81
The Doctor
Messages : 1170
Enregistré le : 19 févr. 2010, 23:17
Localisation : Albi
Contact :

Re: Bonne nuit Punpun

Message non lu par jojo81 » 10 févr. 2012, 18:07

T'as raison, jamais je ne pourrais redevenir un enfant, je vais me "contenter" de Meiko :D
Nostroblog: des copains et du goût !
Image
Don't turn your back. Don't look away. And don't blink.
Image

Avatar du membre
Kimi_
The Jelly
Messages : 1525
Enregistré le : 14 juil. 2011, 19:45
Localisation : Parti titiller les photons entre la Voie Lactée et Andromède.
Contact :

Re: Bonne nuit Punpun

Message non lu par Kimi_ » 10 févr. 2012, 18:11

En parlant de Meiko, il faut que je me relise Solanin/m'achète le Champ de l'arc en ciel ainsi que le Quartier de la lumière pour me ré-imprégner de l'univers d'Asano avant de commencer Oyasumi Punpun. :)
Super Metroid

The operation was completed successfully. Clear time : 01:50.

Your rate for collecting items is 100%. See you next Mission.
[/b]
Image

Répondre