Thermae Romae

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9951
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Thermae Romae

Message non lu par Koiwai » 14 mars 2012, 22:31

Image
La fiche sur le site


Tome 1:

Fort d'environ un million d'exemplaires vendus au Japon à chaque nouveau tome, Thermae Romae débarque en France déjà auréolé d'une belle réputation, d'autant que son auteure, Mari Yamazaki, est invitée au Salon du Livre, et que le récit nous emmène dans un pays pas très loin de chez nous, en Italie... pour un sujet on ne peut plus original !

Ayant effectué plusieurs voyages en Europe, ayant fait ses études en Italie et habitant au Portugal, Mari Yamazaki ne cache pas son intérêt pour certains aspects de la culture occidentale. Parmi ceux-ci, elle montre une grande passion pour la Rome antique et pour l'art des bains. Qu'à cela ne tienne, pourquoi ne pas mélanger ces deux passions ?

Thermae Romae nous plonge à l'époque de l'Empire Romain, dans la première moitié du deuxième siècle de notre ère, en plein règne de l'Empereur Hadrien. Lucius Modestus, un architecte sur le déclin, ne parvient plus à trouver de bonnes idées pour se faire un nom. Un jour que Marcus, son ami, l'emmène aux thermes pour le requinquer, Lucius s'enfonce dans l'eau, se retrouve aspiré par un trou béant, et, quand il sort de l'eau, se retrouve... dans un bain japonais, en 2009 ?!
Déboussolé par cette aventure hors du commun, Lucius découvre ensuite dans les bains de cette civilisation inconnue mais avancée nombre de trouvailles ingénieuses, dont il va s'inspirer pour redorer son blason à son époque...

Avec un tel synopsis, difficile de savoir ce qui va nous attendre à la lecture. Au fil des pages, on découvre alors une oeuvre alliant habilement l'humour et la passion de l'auteure pour les bains et tout ce qui les entoure.

Ce qui frappe donc en premier lieu, c'est le ton adopté par Mari Yamazaki, fait d'un humour que l'on n'attendait pas forcément. Si la facilité avec laquelle Lucius change d'époque laisse dubitatif, on se régale face au choc des cultures, parfaitement orchestré. Effectivement, Lucius ne sait pas où il atterrit, prend les Japonais pour des esclaves aux "visages plats", et enchaîne les répliques décalées dans un cadre qui lui est inconnu. De leur côté, les japonais peuvent rester abasourdis de voir un grand gaillard étranger surgir subitement de l'eau dans des conditions particulièrement loufoques, puis de le voir agir de manière complètement étrange à leur yeux, à l'image du passage où notre cher Romain sort en toge dans la rue ! Mais la grande réussite de l'auteure vient sans doute de la façon qu'elle a de faire s'extasier Lucius devant les ingéniosités qu'il découvre... et qui ne sont rien d'autre que des objets de notre vie quotidienne ! Un pommeau de douche, une baignoire... Le choc des époques est parfaitement orchestré.

Le regard à la fois craintif et émerveillé face à ces objets, Lucius va ensuite les observer attentivement afin de s'en inspirer, histoire de les adapter à sa sauce à son époque. Et c'est ici que l'on ressent bien la passion de Mari Yamazaki pour les bains, celle-ci effectuant des parallèles ingénieux entre les bains japonais et les thermes romains. En filigranes, tout ceci permet à l'auteure de mettre en avant des éléments quotidiens de chaque époque, ainsi nous immisce-t-elle en douceur dans les us et coutumes des bains japonais et romains, tout en dépeignant, en toile de fond, quelques pans de l'histoire romaine, autre grand centre d'intérêt de la mangaka : découverte de l'Empereur Hadrien, et de quelques anecdotes comme son histoire d'amour tragique avec Antinoos, ou encore son caractère plutôt pacifiste puisqu'il préfère voyager et consolider l'intérieur du pays plutôt que de chercher à l'étendre à tout prix. On verra également Lucius l'accompagner lors d'un voyage à Jerusalem.

Ce dernier point nous permet d'aborder le vague fil rouge de l'oeuvre.
Dans les faits, chacun des cinq chapitres de ce tome est construit de manière indépendante, à chaque fois sur le même schéma : une demande particulière est faite à Lucius, celui-ci se retrouve au Japon où ils s'inspire de certains objets, dont il s'inspire, une fois revenu à Rome, pour satisfaire les demandes des clients. On le ressent dès ce premier tome : le schéma des chapitres est redondant, et pourrait rapidement lasser, d'autant que l'on se demande un peu comment fera Mari Yamazaki pour renouveler continuellement les demandes des clients, les bains et les caractéristiques dont s'inspire Lucius. Pour le moment, elle s'en tire très bien de ce côté-là, mais l'interrogation reste.
Pour créer un peu plus de liens entre les différents chapitres, la mangaka met alors en place un élément : l'accroissement de la popularité de Lucius au fil de ses nouvelles idées, une popularité qui grandit tant et si bien qu'il est bientôt contacté par l'Empereur Hadrien en personne. Mais les choses ne s'arrêtent pas là, puisque sa vie professionnelle se met à briller tellement qu'à côté, c'est sa vie de couple qui en pâtit... Affaire à suivre dans le deuxième volume !

Visuellement, le titre se démarque sans difficulté, de par son style très occidentalisé. Imprégnée de culture européenne, Mari Yamazaki offre un coup de crayon à mi-chemin entre manga et bande dessinée occidentale, d'autant que certains personnages, principalement Lucius, semblent clairement inspirés des canons de beauté de l'époque que l'on peut voir à travers gravures et sculptures. A côté, les Japonais, aux traits un peu plus relâchés, offrent un sympathique contraste renforçant le décalage de Lucius à notre époque. Hadrien, quant à lui, possède un physique fidèle à l'original, clairement inspiré des statues à son effigie. Les décors, surtout les bâtiments romains, jouissent d'une minutie très appréciable. A côté de ça, les expressions faciales savent s'adapter quand il le faut aux situations plus cocasses, histoire de mieux faire passer l'humour.

En guise de bonus, on appréciera beaucoup les blablas de Mari Yamazaki entre chaque chapitre : précisions sur son oeuvre, anecdotes personnelles... Un plus non négligeable.

Si la facilité des voyages dans le temps et le schéma redondant des chapitres peut freiner un peu, Thermae Romae possède suffisamment d'atouts pour qu'on se laisse conquérir. L'idée de base et les dessins sont originaux, l'humour est varié, la peinture des deux pays et des époques en toile de fond est intéressante... Voici une curiosité à tester, assurément ! Et si redondance il y a, elle ne devrait pas s'éterniser, la série étant apparemment prévue pour se boucler avec son sixième volume, dont la sortie est déjà planifiée par Casterman pour mars 2013.

Casterman, par ailleurs, a mis les bouchées doubles pour mettre en avant ce qui est clairement sa nouvelle série-phare, avec beaucoup de publicité, la venue de l'auteure en France, et un superbe présentoir en forme de colonne romaine dans les librairies. L'édition en elle-même est de très bonne qualité. Hormis quelques fautes de frappe et une couverture qui se salit facilement, on tombe sur une bonne qualité de papier et d'impression, sur une traduction fluide, et une adaptation réussie avec des onomatopées traduites et bien insérées. Toutefois, certains termes auraient sans doute mérité une petite note.
Image
Image

Avatar du membre
Kuro
Messages : 468
Enregistré le : 26 févr. 2007, 08:36

Re: Thermae Romae

Message non lu par Kuro » 15 mars 2012, 12:30

Une série complement délirante :mrgreen: !! J'adhère !
J'aime beaucoup les traits, c'est détaillé, joli, ça fonctionne à merveille avec le sujet. Qui est super intéressant, de prime abord on pourrait se demander qu'est ce qu'on peut bien raconter sur des bains, mais en fait c'est très chouette, c'est bien traité et pas du tout ennuyeux. Quoique utiliser le même schéma a chaque chapitre c'est un peu redondant, mais ça ne gène pas trop la lecture.
Niveau impression moi j'ai le titre doré du dos du tome 1 qui apparaît sur le dos de couverture, et de l'encre qui a bavé... Donc mauvaise note pour Sakka sur ce coup là, au tome 3 je vérifierai mieux. :evil:
En tout cas c'est une bonne surprise quand même.
Image

sainfoins
Messages : 30
Enregistré le : 04 nov. 2011, 17:51

Re: Thermae Romae

Message non lu par sainfoins » 15 mars 2012, 18:19

Bien moche les dessins. Beurk!!

Edit by Tianjun : Pas de liens vers des sites de scan, merci.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9951
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Thermae Romae

Message non lu par Koiwai » 16 mars 2012, 00:48

Troll fixed.
Image

Avatar du membre
Kuro
Messages : 468
Enregistré le : 26 févr. 2007, 08:36

Re: Thermae Romae

Message non lu par Kuro » 16 mars 2012, 14:04

Quelqu'un pour kicker ce troll ? d'autant que c'est pas la première fois qu'il met des liens vers des scans ( cf messages précédents ).
On dit pas c'est moche, on explique pourquoi on n'aime pas.
Image

Avatar du membre
shun
Messages : 918
Enregistré le : 23 sept. 2004, 21:43

Re: Thermae Romae

Message non lu par shun » 22 mars 2012, 00:08

il est clair que ce titre est original, malgré un côté sympathique, ce dernier souffre de répétition une fois le premier chapitre passé. c'est toujours amené de la même façon avec le même final, seul la "nouveauté" change, décevant.
Groupe facebook de vente manga en Belgique : https://www.facebook.com/groups/1024308 ... 6/?fref=ts

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9951
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Thermae Romae

Message non lu par Koiwai » 23 mars 2012, 00:33

Tome 2:

Au vu des dernières pages du volume 1, on attendait dans ce deuxième opus un développement de la vie de couple de Lucius, de plus en plus mise à mal tandis que notre héros gravit les échelons auprès de Hadrien. Il n'en est finalement rien, Mari Yamazaki préférant conclure les choses rapidement, dès le premier chapitre du tome, en donnant plus dans l'humour qu'autre chose. Mais n'allez pas croire pour autant que l'absence de ce supposé fil rouge d'un moment rend la lecture plus redondante !

En effet, si la vie de couple de Lucius est finalement expédiée (ce qui peut paraître un peu dommage, mais la conclusion de ce court passage est tellement inattendue et délicieuse !), la mangaka continue d'aborder, en filigranes, tout un tas d'autres sujets entretenant habilement un fil conducteur bien présent. Lucius poursuit son parcours auprès de l'Empereur, et ses nouvelles missions sont autant d'occasions de voir se profiler de nouveaux événements, et de nouveaux personnages : ainsi, il sera avant tout question ici de la recherche d'un héritier au trône, les prétendants étant bien présents, et pas tous de la même trempe, l'un étant sage mais encore trop jeune, l'autre préférant courir les jolies filles... C'est également l'occasion pour Mari Yamazaki de faire entrer en scène de nouveaux protagonistes, tel un jeune enfant qui deviendra plus tard l'Empereur Marc Aurèle.

En ce qui concerne les chapitres, qui voient toujours se dérouler à chaque fois une nouvelle mission pour Lucius, ils parviennent fort bien à se renouveler, là où l'on avait peur de voir les choses se répéter rapidement. Mari Yamazaki parvient habilement à varier les situations, et à mettre en avant différentes vertus des bains : moments de convivialité partagée, instants d'amusement pour les enfants, bienfaits pour le corps... Alors que le schéma reste toujours le même (Lucius a une mission qu'il ne sait comment résoudre, se retrouve transporté dans le Japon de 2009, dont il s'inspire pour trouver de nouvelles idées qu'il met en pratique à Rome), la lassitude est absente. D'autant que l'humour, porté par le décalage de notre héros quand il est à notre époque, est toujours aussi présent !

La lecture reste donc un plaisir d'un bout à l'autre. Mieux encore, avec un fond politico-historique qui se précise et des situations encore plus variées, ce deuxième volume surpasse le premier. Quant à la dernière page, elle annonce de nouveaux problèmes pour Lucius, dont la vie risque fort d'être en danger... Gageons que Mari Yamazaki possède là suffisamment de ressources pour ne pas s'essouffler par la suite.
Image

Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4622
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Re: Thermae Romae

Message non lu par Wang Tianjun » 25 mars 2012, 20:32

J'aurais mis le temps pour enfin lire ces deux volumes, mais Thermae est sans conteste l'un de mes premiers gros coups de coeur de de début d'année (avec The Arms Peddler dans un style bien différent).

Encore une fois, c'est typiquement le genre de série au synopsis tellement improbable qu'on se demande comment on va s'y intéresser, et pourtant, ça marche ! D'ailleurs, les extases de Lucius m'ont parfois rappelé du Yakitate Ja-pan, c'est dire ! Mais bon, comme dirait l'autre, "Plus c'est gros, plus ça passe" ! :mrgreen:

Ce qui est assez fort, c'est que cette série peut vraiment ratisser large : elle offre aux lecteurs japonais une vision intéressante de la société romaine dans l'antiquié, et le lecteur occidental trouvera son compte dans la description de l' "art du bain" à la japonaise, même si on aura souvent pu apercevoir de telles séquences dans de nombreux titres (mais la majorité du temps pour des scènes voyeuristes, hélas ^^"). Bref, malgré l'humour omniprésent, on découvre quand même un paquet de trucs sans s'en rendre compte. Je n'ai pas été addict au point de lire les explications de fin de chapitre, mais quand même :)

La redondance des chapitres ne m'a absolument pas gêné, bien au contraire : j'ai même trouvé que cette routine était le "moteur" de la saga. Au moins, on peut à moitié débrancher le cerveau et se laisser porter par le courant comme Lucius, pour se concentrer sur les différents usages du bain. Bref, pour moi, c'est carrément un faux reproche qu'on peut lui faire : la série est écrite pour être "comme ça", et ça marche ! C'est toujours mieux que la plupart des séries humoristiques qui se veulent innovantes au départ et qui, finalement, tournent en rond à leur tour ! :twisted:
Et puis, c'est pas comme si à côté l'histoire stagnait : au contraire, la côte de popularité de Lucius progresse, il peut s'atteler à des chantiers plus importants (sans oublier d'où il vient, et j'ai d'ailleurs trouvé la dernière histoire du second volume très juste à ce propos), même sa vie affective évolue... Sans parler de tout le background sur la vie d'Hadrien et de ses successeurs !

De la légèreté, un fond très solide pour découvrir un tas de choses, et un rythme sans aucun temps mort : c'est juste tout ce que je demande à un manga !! :D
Il manque encore un brin d'émotion, mais ça ne saurait tarder. Et puis, les personnages sont déjà tous très attachants (Lucius en tête, évidemment, avec son côté un brin pataud :) )
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Avatar du membre
hdix
Messages : 1554
Enregistré le : 28 août 2007, 14:46
Localisation : environs de bourg en bresse

Re: Thermae Romae

Message non lu par hdix » 26 mars 2012, 11:40

Vous m'avez fait envie.

tome 1 commandé. vos avis me donnent déjà bien la bave aux lèvres ^^
Image
"SAVOIR PLUTÔT QUE CROIRE"

Avatar du membre
Luciole21
Génie lambda
Messages : 1152
Enregistré le : 17 janv. 2012, 22:26
Localisation : Inconnue

Re: Thermae Romae

Message non lu par Luciole21 » 07 mai 2012, 22:56

Thermae Romae 01 :
Un manga sur les bains romains, voilà une œuvre des plus inattendu, je m'y suis essayé (sans appréhender véritablement, étant donné la réputation dont le manga de Mari Yamazaki jouissait déjà).
Le thème des bains aurait pu n'être qu'un fil conducteur au service d'un intrigue de plus grande envergure, il n'en est rien, mais ça n'est pas un mauvais point pour autant. Le héros, Lucius, se voit propulsé dans le Japon moderne à chaque chapitre, d'où il puise des idées qu'il met à profit une fois revenu à la Rome antique. Le schéma est répétitif, mais se renouvelle très bien pour le moment (en espérant que cela ne devienne pas ennuyeux au fil des volumes) et le partie pris de l'humour est très bien géré, jouant essentiellement sur le comique de situation.
Graphiquement, on voit tout de suite l'influence des statuts romaines, le tout est assez réaliste et nous plonge à la perfection en Italie, près de 2000 ans en arrière.
En définitif, un premier tome prometteur, en espérant que cela ne devienne pas redondant.
Image

Dernier coup de cœur manga : Chiisakobe (Minetaro Mochizuki)
Dernier coup de cœur franco-belge : Septs Nains (Lupano)
Dernier coup de cœur comics : Bone (Jeff Smith)
Dernier coup de cœur roman : La horde du contrevent (Alain Damasio)
Dernier coup de cœur film : Perfect Sense
Dernier coup de cœur jeux vidéo : Portal 2

Platineur débutant : http://www.psthc.fr/profil-psn-Coeluli. ... c7dbc3d294

Répondre