I am a Hero

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.
Avatar du membre
Luciole21
Génie lambda
Messages : 1152
Enregistré le : 17 janv. 2012, 22:26
Localisation : Inconnue

Re: I am a Hero

Message non lu par Luciole21 » 02 déc. 2012, 19:06

Dans Shawn Of the Dead, si les personnages ont des réactions décalées avec la situation, c'est plus à but humoristique, contrairement à Hideo, qui est un personnage complètement en marge du reste du monde ^^
Image

Dernier coup de cœur manga : Chiisakobe (Minetaro Mochizuki)
Dernier coup de cœur franco-belge : Septs Nains (Lupano)
Dernier coup de cœur comics : Bone (Jeff Smith)
Dernier coup de cœur roman : La horde du contrevent (Alain Damasio)
Dernier coup de cœur film : Perfect Sense
Dernier coup de cœur jeux vidéo : Portal 2

Platineur débutant : http://www.psthc.fr/profil-psn-Coeluli. ... c7dbc3d294

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10090
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: I am a Hero

Message non lu par Koiwai » 03 déc. 2012, 00:26

Oui, mais de base les persos de Shawn of the Dead sont tout aussi décalés, complètement à la masse. Mais dans un autre genre.
Dans SotD on a des gros geeks qui ont une portée humoristique, dans IaaH on a un gars asocial qui soulève des problèmes de société. Mais dans les deux cas, on a des personnages marginaux qui vont se révéler et prendre le contrôle de leur vie en voyant débarquer les zombies, je pense que c'est ce que Wang veut souligner :wink:
Image

Avatar du membre
Luciole21
Génie lambda
Messages : 1152
Enregistré le : 17 janv. 2012, 22:26
Localisation : Inconnue

Re: I am a Hero

Message non lu par Luciole21 » 03 déc. 2012, 10:50

Et je suis complètement d'accord ^^ Je tenais simplement à souligner la différence de registre. On sait jamais, si jamais quelqu’un décidait d'aller regarder SoTD après avoir lu ce post, pensant se tourner vers un film dramatique :mrgreen:
Image

Dernier coup de cœur manga : Chiisakobe (Minetaro Mochizuki)
Dernier coup de cœur franco-belge : Septs Nains (Lupano)
Dernier coup de cœur comics : Bone (Jeff Smith)
Dernier coup de cœur roman : La horde du contrevent (Alain Damasio)
Dernier coup de cœur film : Perfect Sense
Dernier coup de cœur jeux vidéo : Portal 2

Platineur débutant : http://www.psthc.fr/profil-psn-Coeluli. ... c7dbc3d294

GreenMushRoom
Messages : 4
Enregistré le : 01 déc. 2012, 21:42

Re: I am a Hero

Message non lu par GreenMushRoom » 03 déc. 2012, 13:42

Donc le fait qu'il y ai jamais de logique dans les décisions qu'il prend ne vous dérange pas ?
Vous trouvez cela marrant ? Personnellement bon une fois c'est drôle.
Mais de la à faire une histoire entière sur toutes une variété de personnage qui ont un grain dans la tête...
ça fait lourd.

Après chacun son avis bien sur, je ne critique pas le manga. Certaine personne peuvent apprécier.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10090
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: I am a Hero

Message non lu par Koiwai » 06 déc. 2012, 16:26

Tome 6 :

Hideo et son nouvel allié se fixent pour objectif d'atteindre le centre commercial de Gotenba, où, d'après des messages laissés sur un forum, un groupe de non-contaminés s'est mis en place. Mais la route promet d'être longue, car les zombies continuent d'affluer sur leur route. Mais les deux hommes ont peut-être en leur possession une solution : Hiromi. La lycéenne, mal en point, contaminée mais encore partiellement lucide, pourrait faire une redoutable arme de protection, malgré les réticences de Hideo pour l'utiliser en tant que telle...

L'événement-choc des dernières pages du tome 5 est confirmé. Après avoir réussi à rendre la jeune Hiromi attachante, Kengo Hanazawa parvient à toucher là où il faut en faisant de la lycéenne un semi-monstre. L'effet est immédiat sur le lecteur, d'autant que l'auteur a toujours ce don pour offrir à ses créatures des physiques glauques, et en profite bien pour donner à la jeune fille des bouilles plus qu'inquiétantes.

C'est donc en compagnie d'une alliée plus totalement humaine que Hideo et son nouveau compagnon d'infortune poursuivent leur route en direction du centre commercial. Dans le fond, pendant une grande partie de ce volume, il n'y a pas d'évolution notable, Kengo Hanazawa privilégiant toujours des avancées assez lentes pour travailler sa mise en scène et ses personnages. Et une nouvelle fois, le pari est réussi : les apparitions de monstres sont ici l'occasion d'appréhender la "nouvelle" Hiromi. Cette fois-ci, pas d'apparitions ultra-détaillées, plan par plan, comme l'auteur les affectionne, mais les coups de génie sont toujours là, et passent notamment par la représentation de la barbarie de la lycéenne, vue comme si elle dépiautait une peluche. L'effet est immédiat, car le décalage ambiant revient tout de suite au galop, et cela nuance beaucoup la lycéenne, qui reste envers et contre tout attachante, malgré son nouveau statut plus totalement humain.
Quant à Hideo, il reste fidèle à lui-même : désireux de prendre son destin en main, mais toujours aussi peu héroïque et pas du tout classe : incapacité à vraiment protéger Hiromi et à imposer son point de vue à son nouveau compagnon, gêne mal placée quand il change la culotte de la lycéenne, feuilletage de magazine au convini alors qu'il y a des choses plus importantes à faire...

Ainsi la lecture reste-t-elle un régal, le mangaka parvenant toujours à bousculer son lecteur grâce à ses personnages et sa mise en scène. Quant à la dernière partie du tome, elle enclenche un nouveau tournant, et amorce une suite intéressante, avec une supposition de première importance dans les dernières pages.
Image

Avatar du membre
Luciole21
Génie lambda
Messages : 1152
Enregistré le : 17 janv. 2012, 22:26
Localisation : Inconnue

Re: I am a Hero

Message non lu par Luciole21 » 07 déc. 2012, 11:28

Volume 6 :
Encore un volume génial, peut-être même mon préféré.
Le personnage d'Hiromi a commencé à subir une « transformation », mais semble apparemment différente des autres zombies, ce qui donnera lieu à quelques moments particulièrement bouleversants, ou le comportement d'Hideo se verra divisée entre humanité et cruauté. On en apprend également plus sur le fonctionnement du virus(?) et les choses avancent réellement, notamment grâce à la découverte d'un camp de réfugié. Le tout est toujours servit par la mise en scène incroyablement efficace et unique de Kengo Hanazawa, vivement la suite !
17/20
Image

Dernier coup de cœur manga : Chiisakobe (Minetaro Mochizuki)
Dernier coup de cœur franco-belge : Septs Nains (Lupano)
Dernier coup de cœur comics : Bone (Jeff Smith)
Dernier coup de cœur roman : La horde du contrevent (Alain Damasio)
Dernier coup de cœur film : Perfect Sense
Dernier coup de cœur jeux vidéo : Portal 2

Platineur débutant : http://www.psthc.fr/profil-psn-Coeluli. ... c7dbc3d294

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10090
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: I am a Hero

Message non lu par Koiwai » 19 avr. 2013, 00:55

Tome 7 :

Alors qu'ils ont rejoint un groupe réfugié sur les toits et qu'ils pensent d'abord avoir trouvé des compagnons, nos héros découvrent une bande dominée par quelques-uns qui, possédant armes et autorité naturelle, font leur loi. Parmi eux, Sango, grand bavard un peu fêlé et qui prend son pied dans la situation actuelle, et Iura, un peu plus posé... et sournois. Mais dans ce petit cadre totalitaire, les plus forts voient leur autorité un tant soit peu menacée par l'apparition de Hideo, qui possède la plus dangereuse des armes, le fusil à chevrotine...

Dans ce septième volume, Kengo Hanazawa fait de l'excellent avec du classique.

Reprenant à son compte le schéma habituel de la prise d'autorité des plus forts sur les autres, le mangaka nous délivre un nouvel exemple d'une société civilisée qui s'est en partie éteinte avec l'arrivée des zombies, et enchaîne les exemples allant dans ce sens de façon percutante : jugement partial et sans préavis qui aboutit sur une mort atroce avec os qui craquent et chair déchiquetée, femmes réduites au rang de jouets sexuels avec l'exemple de Yabu porté par des dialogues rentre-dedans, soumissions totale des moins forts, toute opposition quelle qu'elle soit sévèrement annihilée dans la violence... C'est glauque, malsain, un véritable régal pour qui aime le genre, car Hanazawa n'épargne rien et peut toujours s'appuyer sur ses dessins sombres et poisseux.

C'est dans ce cadre que Hideo a une nouvelle chance de s'imposer en héros, car en plus de posséder le fusil qui lui vaut bien des attentions, il a pour mission de protéger la contaminée Hiromi au sein de cette bande éliminant toute menace sans chercher à comprendre.
Hideo saura-t-il enfin être le héros qu'il convainc tant d'être ? Rien n'est moins sûr, mais par moments ce n'est sans doute pas plus mal, car là où un homme assuré aurait sans doute profité des faveurs de Yabu, lui prouvera que s'il n'a pas autant de couilles que d'autres, il a au moins le mérite d'avoir conservé une humanité.

De fil en aiguille, portées par ces différents éléments, les choses avancent à bon rythme et nous proposent quelques climax bien fichus, notamment autour de Hiromi. Hanazawa nous offre ici un tome plus malsain qu'aucun autre car cette fois-ci ce côté malsain vient plus que jamais des hommes, et le mangaka dévoile une nouvelle fois quelques coups de génie côté mise en scène, comme cette vue à la première personne lors du passage à la boutique.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10090
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: I am a Hero

Message non lu par Koiwai » 05 sept. 2013, 14:23

Tome 8 :

La situation est critique aussi bien sur les toits que dans le centre commercial de Gotemba. D'un côté, un ZQN a réussi à infiltrer les toits et sème la terreur, et Yabu décide alors de s'enfuir en portant sur son dos Hiromi. De l'autre, les ZQN ont été réveillés par les coups de feu et ont pris en chasse les survivants qui s'y trouvent. C'est le chaos, de nombreux survivants tombent, tandis que Hideo, recroquevillé dans son coin, se cache. Mais il ne peut pas rester ainsi indéfiniment, il le sait, se remet en route et ne retrouve vivant que Murai, en compagnie duquel il devra se battre... L'heure serait-elle venu pour lui d'affronter directement ses peurs ?

Divisé, le camp de réfugiés n'en a plus pour longtemps, et c'est cette déchéance que l'auteur nous propose de suivre, avec un parallèle entre la fuite de Yabu d'un côté, et celle de Murai et Hideo de l'autre. C'est évidemment ce dernier qui se révèle le plus intéressant, car il se retrouve plus que jamais acculé par le danger, les contaminés débarquant de partout tandis que Murai et lui tentent de se frayer un chemin hors du centre. Petit à petit, le changement continue de s'immiscer chez Hideo, qui est désormais contraint d'utiliser ce qu'il avait si longtemps préservé : son fusil. Bien sûr, quelques doutes sont encore là et sont autant de petites critiques d'une société, d'une mentalité japonaise trop rigides, et alors que le chaos est partout et que les flics n'existent sans doute plus ou ont d'autres priorités, Hideo se demande alors encore un peu ce que dira la police s'il ne compte pas ses munitions. Mais cette fois-ci, l'action plus que le doute s'emparent de lui, et son fusil sert enfin de façon conséquente, au point que Hideo apparaît encore un petit plus sur la bonne voie pour devenir un héros. Le voila qui dégomme les ZQN à la pelle et avec talent, au point de s'attirer l'admiration de Murai, ce dernier lui offrant même le pouvoir de décision quant à l'organisation de la fuite. Mais Hideo a encore du chemin à faire, et s'il dégomme désormais allègrement les ennemis, il est encore bien incapable d'assumer des choix, et son visage torturé et un peu pleurnichard témoigne d'un doute qui persiste en lui quant à ce qu'il est en train de faire.

Dans une société japonaise démolie où les habitants trop sages et bien ancrés dans le moule ne savent pas encore totalement réagir avec fermeté face à l'imprévu (il suffit de voir comment certains se font bouffer sans réagir), Hideo change donc à nouveau, doucement. Et à part ça, il faut avouer que les choses n'avancent pas très vite, loin de là, et comme souvent dans la série. Mais au moins, on peut profiter pleinement des talents d'un auteur qui se fait plaisir. Le début de tome dans le centre, avec ses zombies qui passent devant une porte ou Hideo qui reste recroquevillé dans un coin, est sombre et glauque, la suite en extérieur avec les salves de ZQN qui débarquent façon jeu de shoot parvient à être oppressante, la fuite de Yabu est rythmée... Et pour porter le tout, Kengo Hanazawa offre toujours ces coups de génie de mise en scène : découpage plan par plan, vue à la première personne sur le fusil quand Hideo dégomme les ZQN, gros plans sur des contaminés peu ragoûtants... C'est prenant, très prenant.

Ainsi ce tome se suit-il de nouveau avec grand plaisir. Concrètement les choses avancent lentement puisque tout le tome est consacré à la fuite, mais les talents de narrateur, de metteur en scène et de dessinateur de Kengo Hanazawa sont toujours là, et l'on ressent bien les avancées psychologique de Hideo, qui est toutefois encore loin d'avoir un statut de vrai héros. Statut qui, dans les dernières pages, pourrait largement plus revenir à un autre personnage... ne serait-ce pas tout simplement ça, être héroïque ?
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10090
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: I am a Hero

Message non lu par Koiwai » 05 déc. 2013, 22:25

Tome 9 :

Le Japon n'est pas le seul pays contaminé. Nous en avons la confirmation avec le début de ce tome, qui nous propulse à Taiwan, où nous allons suivre un nouveau personnage : Kazuya Sada, jeune directeur éditorial qui a camouflé en voyage d'affaires un voyage avec sa maitresse, Kaori, une jeune mangaka paumée. Les premières pages ne laissent aucun doute quant à la tournure que vont prendre les choses, et cela se confirme dès la fin du premier chapitre, qui ne laisse au lecteur aucun doute quant au sort qui attend un personnage...
Ce focus sur un autre personnage permet à Kengo Hanazawa de confirmer la portée internationale du problème des ZQN, via la découverte par notre héros du moment de ce qui se passe dans différents pays comme le Japon et les deux Corée. Le mangaka ouvre également une petite piste énigmatique via le lien qui relie Sada à Hideo. Pour le reste, on se contente de suivre les signes annonciateurs de l'arrivée des ZQN à Taiwan, et dès que le problème est avéré, on se régale en observant quelques exemples de la panique s'emparant des personnages. La course-poursuite de Sada au milieu de la ville et de la population, bien sûr, mais également la façon dont il accepte le prix exorbitant que lui propose le chauffeur de taxi.

Après un tiers du tome, en attendant de connaître plus concrètement les enjeux de ce passage à Taiwan, retour au Japon aux côtés de Hideo, Yabu et Hiromi, qui ignorent toujours que le problème s'étend au-delà de leur région. Poursuivant son voyage avec Yabu qui souhaite soigner Hiromi, Hideo est cette fois-ci le seul homme du groupe, et doit se comporter en tant que tel. Certains signes ne trompent d'ailleurs pas : Yabu avoue clairement compter sur lui. Désormais, c'est à Hideo de s'imposer, et de prendre les décisions. Quand il faut explorer un hôpital ou un supérette, c'est à lui que revient le décision d'aller voir si des zombies s'y cachent. De même, c'est à lui que revient le choix de la route à prendre. Bien sûr, il a encore du chemin à faire pour devenir un héros, ou en tout cas un homme de confiance (est-ce différent d'un héros ?), et les nombreuses remarques de Yabu sont là pour nous le montrer. Mais concrètement, les évolutions visibles dans le tome précédent se concrétisent ici : Hideo prend de plus en plus confiance, semble s'être plutôt bien adapté à la situation, et s'impose au point de parfois paraître charismatique. Il est sur le bon chemin pour enfin devenir un héros.

Le tome est globalement plus calme que ce à quoi on a eu droit dans les quelques précédents tomes, et est même carrément plus posé que le tome 8. Cette fois-ci, peu de zombies à l'horizon, mais l'auteur excelle toujours dès qu'il s'agit de mettre en scène des rencontres glauques. Celle de la fin de volume a d'ailleurs de quoi soulever quelques coeurs, celui de notre personnage principal en tête.

Un peu plus calme, ce tome nous offre une virée à Taiwan pour l'instant assez énigmatique, avant de revenir au Japon sur un Hideo qui continue d'évoluer en bien. Peu d'action, mais pas de coup de mou pour autant, les personnages étant bien campés et la mise en scène de l'auteur restant efficace.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10090
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: I am a Hero

Message non lu par Koiwai » 07 avr. 2014, 14:05

Tome 10 :

Accompagné de Yabu qui aimerait soigner Hiromi, Hideo commence à prendre confiance en lui dès lors que sa camarade d'infortune lui accorde sa confiance. Le tome précédent nous montrer le bonhomme sur une pente ascendante, un peu plus digne de ce qui peut être qualifié de héros, mais encore très maladroit. Pourtant, un nouvel événement est venu le chambouler un peu intérieurement : sa rencontre avec la mère ZQN dans la supérette, qu'il a abattu alors qu'elle semblait vouloir surtout protéger son bébé. Les ZQN sont-ils réellement totalement dépourvus d'humanité ? La question est lancée pour Hideo, qui dès lors retombe dans ses plus grosses maladresses vis-à-vis de Yabu. Une question qui ne fait que croître avec les plongées de plus en plus persistantes dans les visions étranges d'une Hiromi de plus en plus atteinte. Une Hiromi que Yabu et Hideo doivent désormais très vite opérer en ôtant son clou de la tête, car son état apparaît de plus en plus instable...
En s'appuyant toujours sur sa mise en scène soignée ou sur les visions dérangeantes qui se déroulent sous les yeux de Hiromi, Kengo Hanazawa apporte un petit début d'avancée non négligeable sur la nature des ZQN, sans oublier de conserver l'efficacité de son récit, dont l'enjeu principal devient, pour un petit temps, le sauvetage de Hiromi.

Cette étape passée, l'auteur nous emmène alors de façon surprenante vers une tout autre intrigue, où, en reprenant sa recette des messages sur les forums (qui aurait pu casser le rythme si les écrits, variant ente cynisme, décalage et vision dérangeante de la société, n'étaient pas aussi bons, en plus de confirmer plusieurs suppositions évidentes sur les ZQN), il nous dresse le portrait d'un hikikomori lui aussi à l'opposé de ce que devrait être un héros. Enfermé chez lui, n'ayant jamais rien fait de sa vie, envisageant le suicide pendant que sa mère zombifiée rôde dans la maison, il s'interroge sur ce qu'il devrait faire. L'arrivée chez lui d'un étrange groupe contacté sur le net pourrait bien le réveiller de sa torpeur, le pousser à agir pour survivre, même si pour cela il doit commettre un acte terrible en tuant sa propre mère zombifiée. Si Kengo Hanazawa a toujours aimé nous déranger, il offre là l'une des scènes les plus perturbantes de son manga, le regard de la mère étant assez terrible et ne faisant qu'accentuer la question de la possible humanité des ZQN...

Après une première partie de tome convaincante sur le sauvetage de Hiromi, la deuxième partie se lance sur une nouvelle voie intrigante, dont on se demande si elle rejoindra celle de Hideo. Kengo Hanazawa offre toujours des planches et des ambiances réussies, et les nouveaux personnages, dont certains sont très déstabilisants (Kurusu...), laissent suffisamment interrogateur.
Image

Répondre