Nozokiana

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9228
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Nozokiana

Message non lu par Koiwai » 09 janv. 2014, 15:05

Tome 7 :

Doucement, Tatsu se rapproche de Madoka Watari, jeune étudiante douce et réservée, tellement maladroite avec les hommes qu'elle est encore vierge à 22 ans. Après un début de tome où Emiru les pousse un peu plus dans les bras l'un de l'autre pour satisfaire ses jeux pervers, Tatsu emmène Madoka chez lui un samedi... Mais il est désormais décidé à ne plus s'occuper du jeu coquin imposé par sa voisine ! Alors que l'orage gronde dehors, les deux amants s'entrelacent sans la moindre gêne. Mais là où Tatsu pense avoir obtenu une victoire sur Emiru, il va être bien surpris en retrouvant ensuite sa voisine. Celle-ci a brièvement perdu son habituelle mine neutre et manipulatrice, au profit d'un visage qui ne trompe pas quant à ses ses sentiments...

Après un début de nouvel arc un peu plan-plan, les choses redécollent un peu plus dans ce septième volume, qui concrétise la naissance d'une nouvelle relation pour Tatsu, avec Madoka, une jeune femme que l'on apprend à découvrir avec un certain plaisir, car elle se révèle assez différente d'une fille comme Yuri : plus introvertie, maladroite, inexpérimentée en matière de sexe... Elle apparaît foncièrement gentille et idéale, d'autant que malgré son inexpérience, elle cache plus d'un talent pour tenter de satisfaire sexuellement Tatsu !

Mais le principal intérêt est encore ailleurs : si Madoka est un nouveau personnage plutôt attachant et est bien mise en place, on retient surtout le changement de comportement d'Emiru, le changement de Tatsu vis-à-vis du jeu d'espionnage se répercutant sur elle de façon étonnante... Pour la première fois, vous verrez une Emiru un peu plus émotive, plus faible, plus sentimentale, semblant enfin être entièrement sincère dans ce qu'elle ressent. Et cela va évidemment se répercuter sur Tatsu, qui, comme toujours, va devoir s'interroger en profondeur sur le comportement de sa voisine... au risque de craquer.

Suivant globalement le schéma qui s'était installé lors des débuts de la relation Tatsu/Yuri, ce tome, pendant une bonne partie, ne change pas la recette mais introduit bien Madoka, avant de surprendre enfin un peu avec les changements visibles chez une Emiru plus délicieuse que jamais, plus faible mais encore difficile à cerner totalement. Des changements qui devraient trouver rapidement des rebondissements plus concrets, au vu de la dernière page.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9228
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Nozokiana

Message non lu par Koiwai » 17 avr. 2014, 15:06

Tome 8 :

Perturbé par les récentes déclarations d'Emiru, Tatsuhiko tente néanmoins de garder ses distances avec elle, pour mieux poursuivre sa nouvelle relation avec la pure Madoka, avec laquelle il préfère fricoter chez elle, loin du regard de sa voisine... Mais à force de ne jamais aller chez lui et suite aux remarques de son amie Rie Ueda, Madoka est obligée de se demander si Tatsuhiko ne lui serait pas infidèle...
Tout au long du volume, nous pouvons profiter du renforcement de la liaison entre Tatsuhiko et Madoka, cette dernière cachant plus d'un tour dans son sac. Elle a beau être plus pure que la plupart des autres filles, Tatsuhiko va vite se rendre compte qu'elle peut elle aussi être très coquine, et qu'elle possède elle aussi quelques fantasmes. Quant au soupçon d'infidélité initié par Rie, ce n'est qu'une brève étape de plus dans le renforcement de ce couple de plus en plus attachant, et aussi de plus en plus complice lors de scènes d'amour croquées avec toujours autant de légèreté par l'auteur.

Mais parallèlement à ce renforcement amoureux, un autre problème vient perturber la vie déjà pas toujours évidente à gérer de Tatsuhiko : une menace venant de Mochizuki, qui découvre le trou dans le mur ! Face à cet "ami" bien décidé à profiter lui aussi de ce petit jeu, Tatsuhiko a peur d'un chantage qui pourrait aboutir sur la révélation aux yeux de tous, y compris de Madoka, de la situation qu'il entretient avec Emiru. Aussi lui et sa chère voisine acceptent-ils de laisser le blond profiter de l'appartement de notre héros pendant 3 jours...
Bien qu'il file le bel amour avec Madoka, Tatsu ne peut que s'inquiéter de voir ses plus proches amis et son amour découvrir la vérité, ce qui pourrait les blesser, mais il angoisse surtout à l'idée d'exposer Emiru aux yeux d'un homme autrement plus rentre-dedans que lui... La situation est très bien tournée, car en plus de confirmer que Tatsu n'est pas totalement hermétique envers sa voisine pour laquelle il a vraiment peur, elle permet aussi de mieux entrevoir les raisons faisant qu'Emiru n'accepte que Tatsu pour son petit jeu, Mochizuki ayant un comportement amplement différent de celui de notre héros... Et si dans un premier temps le problème de la découverte du trou est finalement assez vite résolu grâce à un plan assez amusant de Tatsu, la menace qui se profile derrière s'annonce pire encore, risquant d'impliquer le plus proche ami de Tatsu, jusqu'à éclater dans une fin de volume qui n'annonce rien de bon pour nos héros... Aussi coquine que manipulatrice, la menace Rie Ueda se présente déjà comme la plus dangereuse depuis le début de la série.

Une relation Tatsu-Madoka qui évolue de très belle manière puisque les deux amoureux se découvrent de plus en plus, des personnages dévoilant un peu plus leur côté retors, et une menace qui se renforce en faisant de plus en plus monter le suspense... Le secret de Tatsu et Emiru commence à s'effriter, la tension est là, et l'envie de lire au plus vite la suite est bien présente !
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9228
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Nozokiana

Message non lu par Koiwai » 14 août 2014, 17:34

Tome 9 :

Face à Mochizuki, le secret que Tatsuhiko et d'Emiru était sur le point de s'effriter. Avec l'entrée dans la danse de Rie Ueda, il menace de totalement exploser. Face à cette jeune femme qui aime particulièrement jouer avec les secrets des autres, Tatsuhiko hésite sur le choix à faire. Il souhaite préserver la gentille Madoka de tout ça... Mais Emiru, elle, a déjà prix sa décision : face aux demandes perverses de Rie, elle n'hésite pas à s'exécuter afin de préserver son petit jeu avec son voisin. Une petite entourloupe de plus qui permettra à Emiru de protéger à nouveau le secret , pas si sûr. Car rien, absolument rien ne va se passer comme prévu.

Difficile de parler de ce volume sans en dire un peu trop, donc allons à l'essentiel. La menace Rie Ueda, aussi dangereuse qu'imprévisible, est clairement celle qui posera le plus de problèmes à nos héros. Entre une Emiru qui serait prête à tout pour protéger le secret, et un Tatsuhiko qui souhaite avant tout préserver sa chère Madoka, l'ambiance est tendue quant à ce qu'il faut faire face à Rie, jeune femme imprévisible... Mais que cache réellement cet aspect imprévisible, cette soif de découvrir les secrets des autres, ce caractère retors ? Cela, c'est Mochizuki qui l'apprendra à nos deux héros... et c'est encore un autre personnage qui en fera principalement les frais : Yoneyama, amoureux de Rie.
Tandis que la tension est de plus en plus forte, Wakoh Honna utilise un jeu qui commence à s'effriter pour dévoiler le véritable fond de ses protagonistes. La sorte de détresse de Mochizuki vis-à-vis de son amie d'enfance et partenaire sexuelle est vite passée en revue, et les tourments de Rie liés à son passés sont un peu vite remis au second plan. par contre, on appréciera beaucoup le focus sur Yoneyama, qui fait passer rapidement l'essentiel sur le coeur en or du meilleur ami de Tatsuhiko.
Mais c'est évidemment la fin de volume qui laisse cloué sur place. Entre Tatsuhiko et Emiru, les choses ne pourront plus être comme avant. Tatsuhiko sait qu'il doit au plus vite mettre fin à tout ceci s'il veut protéger Madoka, et il se retrouve alors face une Emiru étonnamment compréhensive, plus gentille, plus douce. La jeune femme a bien conscience que tout est sur le point de prendre fin, et elle commence alors à se révéler beaucoup plus, à dévoiler pourquoi elle a choisi de faire ce jeu avec Tatsu. Et dans ces conditions, il devient difficile pour notre héros de ne pas se laisser porter par l'ambiance teintée de mélancolie et par la sincérité qui transparaît chez sa voisine, si longtemps restée énigmatique et difficile à cerner. Dans cette ambiance, tous deux se laissent aller, l'émotion prenant le pas sur le simple matage. Le petit trou dans le mur prend encore une autre signification dans l'une des scènes les plus intenses de la série.

Pour autant, tout est-il bel et bien fini ? Rien n'est moins sûr. Entre une Rie imprévisible et une Madoka prête à tout dans son amour fou, l'auteur nous offre une fin de volume haletante et tendue, où se dévoile toujours plus une Emiru plus incroyable que jamais dans son abnégation et dans sa façon bien à elle de préserver Tatsuhiko.

Wakoh Honna nous offre là un tome passionnant, qui, de la tension à l'émotion en passant par la colère et l'érotisme, même à merveille de nombreux sentiments parfois contradictoires. Le secret de Tatsu et d'Emiru vole en éclats en emportant tout le monde sur son passage.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9228
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Nozokiana

Message non lu par Koiwai » 16 oct. 2014, 23:02

Tome 10 :

Le secret de Tatsu et d'Emiru est désormais connu, et les petits jeux de voyeurisme ont désormais pris fin de la plus brutale des manières, Madoka s'en étant pris violemment à Emiru qui a tout encaissé pour sauver la relation de Tatsuhiko. Mais le jeune homme le vit mal. Madoka est certes toujours avec lui, mais elle en fait désormais des tonnes pour s'approprier Tatsu et se venger indirectement d'Emiru, et notre héros a beaucoup de mal à faire une croix sur sa voisine et à ignorer ce qu'elle endure seule sans rien laisser paraître...
Wakoh Honna expose plutôt bien une relation qui ne peut que doucement s'effriter, car les incertitudes régnent dans le couple formé par Tatsu et Madoka, d'autant qu'une troisième donne pointe doucement le bout de son nez en la personne de Seiji.

C'est toutefois un tout autre aspect qui est sur le devant de la scène dans ce volume, celui-ci marquant l'arrivée d'un nouveau personnage important : Tsugumi, jeune femme qui dit être la grande soeur d'Emiru... Mais si c'est réellement le cas, pourquoi donc Emiru semble-t-elle si effrayée par elle ? Que cache cette nouvelle venue au regard aussi sombre que sournois ? Au fil d'une rencontre qui tourne vite au cauchemar pour un Tatsu complètement manipulé, certaines facettes du passé d'Emiru s'entrevoient enfin. Rien n'est encore clairement dit, l'auteur entretenant plus ou moins bien le suspense en n'évoquant qu'à demi-mot un drame où Emiru semble avoir eu le premier rôle, drame qui a sans doute conditionné son caractère si particulier. On devine sans problème certains éléments, mais d'autres ont une part de mystère savamment conservée afin de clairement donner envie de lire la suite, d'autant que tout ça enclenche une nouvelle vitesse dans la relation entre Tatsu et Emiru. Wakoh Honna dépeint toujours aussi bien les tourments intérieurs de son héros en se focalisant toujours sur ses pensées et sur ce qu'il ressent face à Emiru, et Emiru reste fascinante dans sa façon de percer un peu plus sa coquille tout en continuant pourtant de tout prendre sur elle. Les scènes érotiques, elles, sont toujours aussi bien calées et s'avèrent toujours aussi utiles, en étant un réel témoin de ce que ressentent les protagonistes. A ce titre, le pas franchi par Emiru vers la fin de volume est aussi révélateur que des mots, de me^me que la façon dont Tatsu prend soin de la jeune femme un peu plus tôt...

Nozokiana poursuit sur sa très bonne lancée en nous offrant à nouveau un tome riche et intense, où les tourments des personnages sont toujours bien exposés et où Emiru, personnage complexe, intrigue plus que jamais. D'autant que les dernières pages sont un nouveau témoin de l'excellent sens du rebondissement de l'auteur.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9228
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Nozokiana

Message non lu par Koiwai » 08 janv. 2015, 23:45

Tome 11 :

Une semaine avant la remise des diplômes, Tatsuhiko n'a plus aucune nouvelle d'Emiru, et finit par comprendre qu'elle a disparu sans laisser de traces en voyant qu'elle a pris soin de reboucher le trou dans le mur. Inquiet, il ne peut s'empêcher de vouloir la retrouver, au point de chercher à pénétrer dans son appartement. Grâce à l'aide de Makiko qui est aussi inquiète que lui, il parvient à entrer dans la petite pièce, et ce qu'il y découvre va le marquer en profondeur : une lettre, laissée dans le trou par Emiru, où la jeune femme, en guise d'adieu, lui dévoile tout ce qu'elle a pu ressentir pendant ces longs mois de jeu...

Le volume 10 s'achevait de manière forte avec l'annonce de la disparition d'Emiru, et ce onzième volume débute sans faire retomber la tension, avec l'inquiétude de Tatsu et la découverte de cette lettre chargée d'émotion, où Emiru se dévoile plus que jamais. L'impact sur Tatsu est immédiat, il comprend enfin tout ce qu'Emiru représente pour lui, cerne mieux ce que le trou dans le mur représentait réellement autant pour lui que pour sa voisine, prend totalement conscience de ses sentiments réels, et est bien décidé à les assumer en retrouvant la belle et en l'amenant à la cérémonie des diplômes.
Mais avant ça, d'autres épreuves l'attendent... Ces épreuves, elles sont issues d'un passé vieux d'un an ou de seulement quelques jours, et prennent la forme des femmes que notre héros a fréquentées. Il retrouve son premier amour d'étudiant avec une petite pointe d'émotion, puis doit enfin se confronter à Madoka et être sincère avec elle. Pour avancer vers Emiru, il doit d'abord regarder en arrière, pas pour dire adieu au passé, mais pour l'assumer, quitte à devoir se montrer cruel. Néanmoins, dans un cas comme dans l'autre, une pointe d'optimisme transparaît, pour l'une à travers les ambitions d'avenir, pour l'autre via le personnage de Seiji.

Les choses définitivement tirées sur les filles du passé, Tatsu, aidé par une Makiko qui doit elle aussi faire le point, peut se mettre en quête d'Emiru. La chance le lance sur la piste de Saki, une ancienne connaissance de sa voisine, nouvelle demoiselle étonnamment attachante dans son genre, malgré son goût immodéré pour le sexe. Wakoh Honna en profite en parallèle pour confirmer certaines choses que l'on devinait au sujet du passé d'Emiru, mais au vu des dernières pages du tome qui sont joliment écrites de façon à accentuer le suspense, c'est bien dans le prochain volume que tout devrait être réellement révélé...

Entre les retours au bon moment et la rencontre un peu chanceuse avec Saki, les événements s'enchaînent de façon un peu simple et linéaire, mais au moins le rythme et la tension ne faiblissent aucunement, et surtout ce très vague défaut est largement contrebalancé par le travail d'introspection sur Tatsu, toujours aussi saisissant. Comme toujours, on est totalement pris dans les interrogations, les doutes et les remises en question de notre héros, qui prend conscience de certaines choses, se considère parfois lâche, et s'offre une nouvelle détermination pour retrouver Emiru. En prime, les scènes érotiques sont toujours aussi savantes, en étant à chaque fois représentatives des émotions des personnages, que ce soit l'incontrôlable et inconsolable Madoka face à Tatsu, où notre héros plus déterminé que jamais face à Saki.

Plus que deux tomes pour Nozokiana, et tout nous promet une dernière ligne droite dense et de haute volée !
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9228
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Nozokiana

Message non lu par Koiwai » 19 mai 2015, 12:57

Tome 12 :

Lancé à la recherche d'Emiru qui a disparu sans laisser de traces, Tatsuhiko retrouve sa trace auprès de Saki, une ancienne amie du lycée avec laquelle la jeune femme a repris contact. Après discussion, Saki, si elle n'est pas encore disposée à dire à Tatsu où est Emiru, accepte néanmoins de lui dévoiler son douloureux passé , en le mettant toutefois en garde... Après avoir appris les plus terribles vérités sur l'adolescence d'Emiru, notre héros sera-t-il encore capable de l'aimer ?

Après un onzième volume qui préparait avec beaucoup de talent le terrain, l'heure est donc venue d'enfin découvrir les événements qui ont fait d'Emiru ce qu'elle est, au fil d'un flashback présentant l'adolescence tourmentée de la demoiselle au sein d'une famille difficile, entre une belle-mère qui la déteste et un père qui préfère ignorer la situation. Les seuls soutiens de l'adolescente : Tsugumi, alors promise à son frère, et Tomoya, son grand frère affectueux et protecteur avec lequel elle a promis qu'ils seraient plus proches qu'un frère et une soeur...

Ce retour en arrière, il faut bien l'avouer, n'est pas exempt de défauts : il croque les révélations de façon un peu artificielle, entre un certain manque d'originalité, des personnages aux caractères assez clichés et de grosses ficelles narratives (encore une série victime d'un flashback au narrateur omniscient : que ce soit Saki ou Emiru, toutes deux racontent certains événements auxquels elles n'ont pas assisté). Et pourtant, le tout fonctionne du tonnerre, car Wakoh Honna trouve le bon équilibre, n'étire pas ses révélations, va à l'essentiel en distillant juste ce qu'il faut de choc et d'émotion sans en faire trop... et, surtout, parvient habilement à expliquer l'évolution qu'a connue Emiru à cette époque. Tout en sachant surprendre un peu, car il faut dire qu'au vu des quelques bribes d'informations que l'on avait eues auparavant sur la relation d'Emiru avec son frère, on s'attendait à ce que celle-ci soit plus houleuse et que le problème vienne réellement d'Emiru, or ce n'est pas vraiment le cas.

C'est donc avec plaisir qu'on découvre une Emiru à des années-lumière de la fille renfermée et énigmatique qu'elle est devenue. Alors âgée de 17 ans, elle montre une joie de vivre et une curiosité qui en font une jeune fille adorable, y compris pour Tsugumi, avec laquelle elle s'entendait à merveille à l'époque, et surtout avec Tomoya, son plus grand soutien au sein d'une famille difficile, grand frère qu'elle adule. Joviale et plutôt innocente en apparence, notre Emiru n'en reste pas moins curieuse de tout et notamment du sexe, et c'est sur ces bases que l'auteur amène vite et bien les événements qui feront changer la demoiselle. Comment est né son intérêt pour le voyeurisme ? Quelle terrible découverte a fait qu'elle a soudainement perdu sa vision joviale et naïve des choses ? Tomoya est-il totalement le grand frère parfait ?

"Quand j'observe la nature, je me dis toujours que c'est en cachant des choses que nous autres, êtes humains, nous rendons la vie impossible."

Soudainement, les seuls facteurs de bonheur d'Emiru ont disparu. Un simple trou dans un mur a eu raison de sa confiance aveugle et de tout ce en quoi elle croyait. Elle qui pensait avoir tissé des liens sincères a découvert qu'il y a toujours un mur séparant les gens, un mur qui les empêche de laisser parler leur vraie personnalité. Qu'il est difficile de réellement connaître l'autre...

Et pourtant, c'est à travers un autre trou dans un autre mur qu'elle a enfin découvert un homme qui ne se voile pas, qui a toujours agi sincèrement et en qui l'on peut faire confiance. Tandis que la flashback s'achève à la moitié du tome et que l'on appréciera toute la symbolique que l'auteur a su glisser dans sa série autour du mur et du trou, on assiste à des retrouvailles fortes où chacun des deux concernés semble enfin apte à assumer ce qu'il ressent et à briser son masque. Tout est prêt pour le final, pour un dernier face-à-face qui promet d'être particulièrement intense dans l'ultime volume.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9228
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Nozokiana

Message non lu par Koiwai » 07 mars 2016, 19:40

Tome 13 :

Depuis sa disparition, Tatsuhiko a enfin compris que la seule femme dans son coeur est Emiru Ikuno, sa chère voisine qui a transformé sa vie. Après avoir découvert le passé qui a conditionné la jeune femme, il finit par la retrouver, et tous deux s'avouent enfin leurs sentiments avant de dévoiler plus que jamais leur corps l'un à l'autre. L'heure de s'unir est venue pour eux, mais l'acte sera bien plus délicat que prévu, car toutes les épreuves qu'ils ont traversées ensemble ont laissé des traces...

L'acte si longtemps attendu entre les deux principaux personnage de Nozokiana prend alors la tournure d'une véritable mise à nu, autant de corps que d'âme, car pour faire le point sur leur parcours ensemble et se comprendre entièrement, les deux amoureux devront se dévoiler totalement. C'est tout le sujet de ce dernier volume rondement mené, où les deux jeunes adultes, à travers leur première véritable acte ensemble, revisiteront tout ce qui a fait leurs tourments passés et leur passé commun, afin de mieux faire le point sur ce qu'ils sont devenus et sur ce qu'ils sont l'un pour l'autre, et ainsi se tourner vers l'avenir qui devrait les attendre.

En cela, cette ultime scène de coucherie, même si elle pourra paraître par instants un peu longuette, s'avère très bien menée, tant elle cristallise tout ce que peuvent ressentir ces deux héros qui se présentent enfin l'un face à l'autre sans fard, sans la moindre tromperie, et de façon quasiment fusionnelle, le tout restant évidemment croqué avec charme, coquinerie et sensualité sur le plan visuel.

Après cela, la toute fin prend une voie très classique du genre à base de vraie fausse séparation pour évoluer et sur laquelle on n'en dira pas plus, mais en y ajoutant le bon petit point sur ce que sont devenus chacun des principaux visages de la série, on obtient une conclusion à la hauteur des espérances : très belle et achevant avec succès le parcours de ces jeunes adultes qui vont nous manquer.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Répondre