Tokyo Ghoul

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9901
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Tokyo Ghoul

Message non lu par Koiwai » 28 août 2013, 15:56

Image

La fiche sur le site


Tome 1 :

Marre des zombies ? Ca tombe bien, les éditions Glénat ont pensé à vous, en nous amenant en France une série s'intéressant à un autre type de mort-vivant, les goules, dévoreurs d'humains se fondant parmi ceux-ci. La série en question, Tokyo Ghoul, et les première oeuvre de son auteur Sui Ishida, et paraît toujours dans les pages du célèbre Young Jump, magazine seinen généralement orienté young, mais pas que, puisqu'on y a trouvé aussi bien du titre très mâture comme L'affaire Sugaya ou Sidooh, que des seinen plutôt dédiés aux ados tels Liar Game ou le manga dont il est question aujourd'hui.

Tokyo Ghoul prend place dans la capitale japonaise, où le jeune étudiant Ken Kaneki, 18 ans, mène une vie tout à fait classique aux côtés de son ami d'enfance Hide. Ensemble, les deux garçons suivent leurs cours, matent les filles... D'ailleurs, Ken en a repéré une très jolie dans un café où ils ont l'habitude d'aller. Un petit coup de foudre, mais le garçon, depuis toujours renfermé et préférant se réfugier dans ses lectures, n'ose pas vraiment l'aborder, au contraire de son meilleur ami, beaucoup plus extraverti. Mais de fil en aiguille, voici que le destin pousse Ken vers celle qu'il aime, celle-ci ayant la même passion que lui pour la lecture.
Bref, tout semble se passer tout à fait normalement dans cette ville. Pourtant, il y a un problème : les goules. Ces monstres cannibales peuplent les nuits tokyoïtes, se fondent parmi les humains pour mieux les dévorer une fois que ces derniers sont à leur portée. Des cadavres sont constamment retrouvés, et si Ken flippe un peu, il ne se sent pas spécialement concerné. Pourtant, sa vie va bientôt être changée à jamais par sa rencontre avec l'une d'elles. Mortellement blessé, il est sauvé d ejustesse par la greffe des organes de son agresseur, dont l'identité de goule était ignorée.
Quelques semaines après son opération, Ken peut sortir. Il tente de reprendre une vie normale, mais il se sent très vite différent. Son sens de l'odorat est désormais décuplé, et la majorité des odeurs lui donnent envie de vomir, en particulier celle de tous les plats qu'il adorait encore il y a quelques semaines. Pire, il se sent de plus en plus attiré par les émanations que dégagent ses congénères humains... La vérité ne tarde pas à apparaître sous ses yeux : son opération l'a transformé, et Ken est devenu un hybride, mi-humain, mi-goule...

Pour l'heure, le premier tome se limite à une introduction assez mouvementée, où l'enfer de Ken en fait que commencer, s'agrandissant petit à petit. Car désormais, il n'est plus totalement humain, et ses relations avec ses congénères ne seront plus les mêmes. Car son physique change un peu dès que ses pulsions de goule font surface, et maintenant qu'il a des envies de goules il croquerait bien quelques humains, mais afin de ne pas perdre totalement l'humanité qui lui reste il se retient envers et contre tout, quitte à souffrir de martyre puisqu'il ne peut plus rien manger d'autre sans avoir de nausées. Pire, c'est son meilleur ami Hide qu'il met aussi en danger. Celui qui a toujours été là pour lui, mais qu'il est bien décidé à ne pas croquer et à protéger des autres goules. La souffrance est là, l'auteur s'applique à la mettre constamment en avant via les tortures intérieures et physiques que s'inflige Ken, partagé entre l'humain et la goule... à tel point qu'il se demande s'il a encore sa place quelque part, lui qui n'est plus totalement humain et pas totalement goule. Les dernières pages du tome pourraient alors lui ouvrir une sorte d'issue de secours, lui faisant prendre conscience de son unicité tout en l'invitant à découvrir plus en profondeur l'univers des goules, visiblement loin de se limiter à de simples mangeurs de chair humaine...

Nous promettant une immersion aux côtés d'un humain qui ne l'est plus totalement, Tokyo Ghoul séduit en ceci qu'il nous offre une vision un peu différente, un point de vue qui n'est plus uniquement humain, et qui s'étire aussi à celui des goules, auxquelles Ken va peu à peu être obligé de se mêler, même s'il aurait préféré que rien de tout ceci ne lui arrive.
Notre héros découvre alors que des goules, il en côtoyait déjà, mais qu'elles étaient bien cachées parmi les humains et ne se révèlent que la nuit. Le jeune homme fait déjà des rencontres décisives et délicates, qui le mettent face à certaines vérités vérités approfondissant ces créatures de la nuit, comme le système de partage des territoires, pour l'instant juste évoqué. Et également, le jeune verra déjà que des goules, il en existe différentes sortes. Il y a les sadiques ne voyant les humains que comme du bétail et n'aimant rien de plus que de voir leurs proies humaines apeurées avant de se faire bouffer. Mais à côté, il y en a aussi qui sont un peu plus raisonnées, et peuvent comprendre la situation dans laquelle se trouve Ken, voire peuvent l'aider.

Indéniablement, il y a donc du potentiel dès ce premier tome, Sui Ishida mettant en place un univers intéressant et un héros qui n'a sans doute pas fini de se torturer. Toutefois, tout n'est que mis en place pour l'instant, et il faut dire que le rythme aurait peut-être gagné à être un peu plus vif, car il y a certaines choses sur lesquelles l'auteur a tendance à trop s'étirer, à commencer par les tortures intérieures de Ken, que l'on cerne vite et qui s'étirent alors un peu trop ensuite pour ne plus amener grand chose, ou les premiers face à face du jeune garçon avec des goules, toutes très prévisibles (dès les apparitions des personnages, on se doute vite de qui est goule...). Si l'univers se met bien en place, Sui Ishida n'évite pas une tonne de petits clichés pour parvenir à cette mise en place.

Egalement, et on pourrait décevoir un peu certains lecteurs, car là où l'on aurait pu s'attendre à une ambiance très sombre et malsaine, Sui Ishida reste finalement très sage. Globalement, le trait reste propre, le look goule de Ken, avec son oeil différent, n'a rien de dérangeant, les petites scènes d'action et de souffrance se veulent plus stylisées mais sont un peu trop illisibles et manquent de violence, les courts passages gores restent très légers, et les scènes qui auraient pu mettre réellement mal à l'aise (en tête des scènes de goules dévorant des humains) sont en grande partie occultées. On a certes un travail graphique globalement très plaisant avec un trait assez maîtrisé, mais si vous espériez quelque chose de réellement très malsain dans l'ambiance et d'un peu gore, vous risquez d'être déçu par ce rendu un peu édulcoré, qui a toutefois le mérite de rendre l'oeuvre accessible à un plus grand monde (et de ce fait, la catégorisation du titre en shônen dans son édition française n'apparaît pas mal choisie).

Globalement, on a donc un premier volume de bonne facture, qui met en place un univers intéressant et lance déjà quelques pistes autour des goules et de l'aspect hybride de Ken. Mais cela se fait sur les bases d'une introduction un peu longuette, prévisible et globalement trop sage sur pas mal de points. On attend donc de l'ensemble qu'il décolle bel et bien.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9901
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Tokyo Ghoul

Message non lu par Koiwai » 13 juil. 2014, 14:19

Tome 5 :

Je suis un peu déçu par la fin de l'arc du Gourmet, car j'ai la sensation que le fameux Gourmet n'a pas apporté grand chose, si ce n'est la confirmation de ce qu'on savait déjà : les goules peuvent décidément être très différentes les unes des autres. Dans cette fin d'arc, l'action domine un peu plus et ne m'a pas captivé, la faute à un manque de dynamisme. Par contre, niveau ambiance les dessins de l'auteur continuent de faire des merveilles !
Mais ce que je regrette le plus, c'est que l'action occulte pas mal le travail sur les personnages, qui restent un peu trop creux. Il y a quand même une tentative d'approfondissement intéressante autour de Nishiki et Kimi, mais ça reste limité.

La suite du tome s'avère plus intéressante à mes yeux, avec une bonne transition et la mise en place d'un nouvel arc qui n'oublient pas les grands axes de la série. Par contre, je sens que le nouveau personnage qui apparaît en fin de tome va me gonfler.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9901
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Tokyo Ghoul

Message non lu par Koiwai » 27 juil. 2014, 11:12

Tome 6 :

Comme je le pensais, le nouveau personnage qui s'affiche sur la couverture m'insupporte. Sa façon de parler et ses mimiques de pseudo-psychopathe ne me touchent pas du tout. Idem pour pour le frère de Toka, qui je trouve gonflant dans sa manie de prendre des poses vaguement dark. Et même si j'aime bien l'autre nouveau, Banjô, il est lui aussi très artificiel dans son caractère. C'est l'une des principales choses que j'ai à reprocher à la série jusque là : la plupart des personnages m'agacent, ils ont tous un caractère un peu trop cliché et poussé au ridicule, y compris Ken et sa naïveté parfois trop poussée, ou même Toka (bien que je l'aime beaucoup).

Reste que ce tome se place sûrement comme une petite charnière, car il entame en grandes pompes un nouvel arc qui devrait beaucoup faire bouger les choses. On a pas mal d'informations, notamment sur les différents types de Kagune ainsi que leurs forces et faiblesses (comme le dit Rukia05, ça fait un peu Pokémon :3). Là dessus, c'est très classique, un peu superficiel mais présenté assez efficacement, même si je regrette que ce soit expliqué en bloc et de façon assez insistante/répétitive, ce qui rend le passage un peu lourd). Le fonctionnement du groupe Aogiri est lui aussi bien présenté, de façon plus limpide, et cela amène pas mal de nouvelles interrogations, et de vrais gros problèmes à venir avec une menace plus sérieuse que jamais, comme le laissent deviner la fin de tome assez dramatique et la dernière page. Sui Ishida entretient ausis très bien le mystère autour du docteur qui a soigné Ken et, surtout, autour de Yoshimura, le patron de l'Antique semblant décidément cacher bien des choses.

Par contre, je trouve que la série pèche encore sur certains points : les petites scènes d'action qui sont très brouillonnes (heureusement que le coup de crayon est là pour compenser en entretenant l'ambiance pure), et un déroulement parfois beaucoup trop prévisible et basé sur des très grosses ficelles, je pense ici à toute la dernière partie sur l'évasion, dont on sait d'avance comment elle va finir, encore plus avec des trucs comme [spoiler]le fait que les personnages pensent à ce qu'ils feront une fois libres, juste avant de se faire intercepter et charcuter pour certains, énorme ficelle larmoyante qui me touche rarement).[/spoiler]

En relisant mon message, je me rends compte que je suis très critique, mais c'est surtout sur des petits détails qui, accumulés, ruinent légèrement mon plaisir de lecture ^^ Mais qu'on ne s'y trompe pas, j'ai aimé la lecture de ce tome, qui apporte beaucoup de choses. J'aimerais juste que Sui Ishida parvienne enfin à gommer les nombreux petits défauts qui, à mes yeux, empêchent la série d'être vraiment très bonne.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9901
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Tokyo Ghoul

Message non lu par Koiwai » 06 sept. 2014, 18:44

Très bon tome 7 !

Pourtant, le début de tome ne m'emballait pas. Le climax de fin du tome 6 retombe comme un soufflé, et l'arrivée de Shu dans l'équipe est à mes yeux un peu nawak.

De même, la fin de tome m'a un peu gonflé, toujours à cause du petit blondinet sociopathe que je trouve ridicule car too much.

Par contre, entre les deux, waouh !! L'auteur balance du lourd niveau ambiance. La scène de torture est incroyablement malsaine alors qu'elle ne montre pas tant que ça ce qui se passe. Je trouve l'auteur très talentueux dans sa manière d'offrir une ambiance très réussie, glauque et dérangeante, sans tomber dans le gratuit. Exemple parfait : [spoiler]la mort de la mère et de son fils[/spoiler], horrible sans être trash, et qui a sur Ken un impact capital.

Et ce qui résulte de cette torture, à savoir l'évolution psychologique de Ken et son rapport à Lize, est vraiment brillant dans son écriture.

Bref, on sent que la série franchit un petit cap avec l'évolution de Ken. Ca devient très bon, bien que je trouve le trait de l'auteur toujours aussi bordélique dans les scènes d'action (les dessins en eux-mêmes sont parfaits pour l'ambiance, mais côté combats c'est pas génial).
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9901
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Tokyo Ghoul

Message non lu par Koiwai » 12 sept. 2014, 10:18

Heiji annonce la fin de la série au Japon pour la semaine prochaine, au total il devrait y avoir 14 tomes. Hé ben ça, je le voyais pas du tout venir :shock:

La série cartonne de plus en plus au Japon, surtout avec la diffusion de l'anime actuellement, et vu comment l'auteur enrichit constamment son univers je m'attendais à ce que ça dure encore un petit moment.
Du coup, je me demande si la fin sera à la hauteur. Finalement on vient d'atteindre la moitié de la parution en France, et je commence seulement maintenant à trouver que la série décolle vraiment :? Ca laisse 7 tomes à l'auteur pour bien développer son truc, j'espère que ce sera le cas.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9901
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Tokyo Ghoul

Message non lu par Koiwai » 10 avr. 2015, 11:54

Tome 10 :
Un début de tome un peu longuet, mais une suite qui dépote bien. La recherche du Dr Kano s'accélère et offre une immersion totale grâce aux dessins immersifs et assez inquiétants de l'auteur, et la dernière ligne droite du volume offre de nouvelles avancées importantes ainsi que quelques gros climax et quelques révélations un peu prévisibles mais bien fichues. Vivement la suite !
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9901
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Tokyo Ghoul

Message non lu par Koiwai » 24 mai 2015, 11:57

Je continue mon monologue sur Tokyo Ghoul :3


Tome 11 :

Une fin de combat dans le labo du Dr Kano toujours un peu confuse dans l'action-même, mais réellement intense avec la folie qui s'est emparée de Ken, ses retrouvailles avec Amon et la mise en avant de certains personnages au fil de l'action, notamment Shinohara, Jûzo, Kuro et Shiro.

C'est avec un fort sentiment de culpabilité de Ken que les choses redeviennent ensuite plus calmes, mais notre héros a vu ce qu'il pensait acquis s'effondrer suite à la révélation sur le lien entre Yoshimura et Aogiri. Il semble enfin prêt à recueillir diverses informations sur Yoshimura, Yomo et les autres membres de l'Antique, ce qui devrait visiblement occuper l'essentiel du prochain volume. Mais avant ça, un petit passage tranche de vie entre Ken et Hinami égaie un tout petit peu les choses mais ne s'arrête pas à ça, ca rnul doute que l'écrivain Sen Takatsuki aura un rôle important plus tard...

A côté, Sui Ishida continue également de s'intéresser aux autres personnages. Le petit moment en tête à tête d'AMon et d'Akira en fin de tome permet à nouveau de revenir sur le sentiment de culpabilité d'Amon suite à la mort de Mado, sur son intérêt pour Ken et sur la facette cachée d'une Akira beaucoup plus faible et touchante qu'on pourrait le croire.

Après 11 tomes, Tokyo Ghoul reste vraiment une très bonne lecture. Le côté instable du héros est plutôt original, les deux camps opposés que sont les goules et le CCG sont tous deux bien nuancés (aucun des deux camps n'apparaît totalement gentil ou totalement méchant, chacun des deux comporte des membres fiables, peu dignes de confiance ou inquiétants), le récit se poursuit en sachant entretenir le mystère et en apportant à nouveau de nouvelles donnes (Sen Takatsuki notamment), et Sui Ishida semble savoir où il va.
Image

Avatar du membre
Takato
Tueur à gages
Messages : 1907
Enregistré le : 17 janv. 2009, 13:19

Re: Tokyo Ghoul

Message non lu par Takato » 28 juin 2015, 18:30

Tome 8 :

La bataille dans le repère d’Aogiri bat son plein et son dénouement est proche. D’un côté, Toka est confrontée à son propre frère, Ayato, goule aux pouvoirs surpuissants. Mais quel passé a pu séparer deux frères et sœurs qui, pourtant, vivaient une existence paisible auprès de leur père ? Toka semble alors en position d’infériorité mais heureusement pour elle, Ken est à sa recherche pour la tirer de ce mauvais pas.

En parallèle, les inspecteurs du CCG se livrent à une bataille ardente. Face à eux se dresse la goule que l’on surnomme « la Chouette », un ennemi des inspecteurs qui n’avait pas donné signe de vie depuis des années… Mais les quinques du CCG seront-il assez robustes face à un tel adversaire ?
L’arc Aogiri trouve sa conclusion dans ses pages avec un volume dans la droite lignée du précédent, c’est-à-dire dantesque et laissant la belle part à l’action. La construction de ce tome est alors logique puisqu’elle nous place sur plusieurs fronts, chacun d’eux impactant l’histoire de Tokyo Ghoul à sa manière.

Le cœur du volume est évidemment l’affrontement attendu contre Ayato que l’on présente depuis quelques chapitres déjà comme « le » bad guy voué à poser problèmes aux héros de par sa puissance. Ça ne manque pas puisqu’il est l’adversaire phare de ce tome et qu’on attendait depuis le précédent volume sa rencontre avec Ken. Mais avant d’en arriver là, l’auteur préfère mettre au clair la relation qui lie Toka à son petit-frère et ceci lors de leur affrontement. Procédé classique s’il en est, le flashback trouve néanmoins une certaine justesse dans son insertion dans la bataille qui a lieu alors que les coups pleuvent et que la jeune goule est en pleine introspection. Voilà néanmoins de quoi nous attacher un peu plus au personnage mais aussi de cerner davantage Ayato qui restait jusqu’à présent très mystérieux.

Vient ensuite la confrontation tant attendue, celle entre le protagoniste de l’histoire qui a officiellement muté depuis le tome précédent, et l’adversaire que nous venons de décrire. Et quelle confrontation… D’abord, c’est le doute qui ronge le lecteur puisque la montée en puissance de Ken est assez précipitée et ce dernier parvient à éclipser aisément des personnages dont il n’arrivait pas à la cheville il y a peu. On peut ainsi se sentir agacer par cette facilité narrative, et ce bien que la mutation du héros est été l’un des coups de maître de l’opus précédent de par son traitement et sa mise en scène. Mais au-delà de ça, on jubile devant le génie du dessin et de la mise en forme du combat. Graphiquement, Tokyo Ghoul a toujours été un titre à forte personnalité visuelle mais la série franchit encore un cap sur l’affrontement entre Ken et Ayato. Le tout est impressionnant à l’œil et surtout parfaitement maîtrisé : l’action se lit parfaitement et l’auteur, bien que proposant un très dense, ne nous noie pas dans une avalanche de détails. Des combats de cet acabit, on ne peut qu’en redemander.

Le dernier axe de ce tome est celui de l’affrontement entre le CCG et la « Chouette », un fait qui permettait au tome 8 de se terminer sur un cliffhanger. De ce côté, le récit insiste davantage sur les capacités des agents afin de ne pas les placer en position d’infériorité face aux goules. Les personnages présents ne sont pas ceux auxquels on s’est le plus attaché, mis à part l’inspecteur Amon, et c’est donc davantage le mystère autour de l’ennemi qui nous tient en haleine, énigme dont pour laquelle le lecteur pourra aisément développer quelques hypothèses en lisant le volume attentivement… Tokyo Ghoul conserve alors une part de suspense et concernant le scénario, on se doute que Sui Ishida n’a pas fini de nous étonner.

Voici donc un tome assez riche, autant visuellement que scénaristiquement. D’un côté, le combat contre Ayato fait ses prouesses : Développement du contexte familial des deux frères et sœurs, mise en avant de l’évolution de Ken, combat époustouflant… Tandis que l’affrontement du CCG insiste davantage sur les éléments de fonds du scénario qui pourraient prendre plus d’ampleur lors des opus à venir. Il y a ainsi énormément à dire de cet opus et de la série en général, c’est d’excellents moments que l’on envisage donc dans les prochains tomes.
Image
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9901
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Tokyo Ghoul

Message non lu par Koiwai » 10 juil. 2015, 11:17

Tome 12 :

Un bon paquet d'informations (surtout autour de Yoshimura et Yomo, ce qui vient expliquer pas mal de choses) et quelques jolis focus sur les personnages (sur Tôka, entre autres) anime ce tome qui souffre touteofis de quelques coups de mou et nous laisse un peu trop dans l'attente concernant Takatsuki.

On reste dans un univers bien fichu, qui continue de dévoiler à petites doses son background.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9901
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Tokyo Ghoul

Message non lu par Koiwai » 13 oct. 2015, 11:38

Tome 13 :
Le tome était cool pour les focus sur certains personnages (Juzo, Nishiki, Yomo et Toka...) et pour la volonté d'offrir un background nuancé autant côté CCG que côté goules. Mais niveau action c'est toujours pas ça, entre le trait bordélique et l'accumulation de persos secondaires dont on se fout un peu parce qu'ils sortent un peu de nulle part juste pour se bastonner. Et Shu semble destiné à rester un personnage chiant et tête à claques jusqu'au bout.
Image

Répondre