La Tour Fantôme

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9486
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: La Tour Fantôme

Message non lu par Koiwai » 19 nov. 2015, 14:24

Tome 9 :

Taïchi a beau avoir déniché le trésor de la tour et s'être débarrassé de l'horloge de la mort, il lui reste une dernière chose à faire : retrouver Tetsuo, partie en compagnie de Dokuro Marube qui a trouvé les bonnes paroles pour la faire venir dans ses filets. En effet, un échange de cerveau sous l'égide de Tesla devrait permettre à la jeune femme d'enfin devenir un homme, et à Marube d'atteindre son objectif. Mais avant que l'irréparable n'ait lieu, Taïchi a encore des choses à dire à Tetsuo, et c'est en compagnie de Satoko et de Yagobei et en luttant contre le temps qu'il se met en quête du repaire de Marube, une réplique de la Tour de Londres. Mais le lieu est bien gardé par les protégés de Marube ayant subi les expérimentations de Tesla... Taïchi parviendra-t-il à retrouver et raisonner Tetsuo et Marube ?

Les dernières réponses arrivent dans ce final où Taro Nogizaka reste maître de son récit, présentant avec force et immersion les derniers éléments énigmatiques, notamment autour de Marube et du rôle de la mère défunte de Satoko dans l'affaire. Rythmé, le récit se permet quelques moments d'action aussi étranges que sympathiques portés par les expériences de Tesla, et quelques rebondissements exploitant certains personnages secondaires comme Q et Harada, pour un résultat qui se lit tout seul et amène clairement un dernier focus assez intense et tendu autour du trio Taïchi/Tetsuo/Marube. Tetsuo frôle son rêve de devenir concrètement un homme, aux côtés d'un Marube plus inquiétant et fascinant que jamais dans ses désirs de jeunesse et dans son amour passionné pour sa défunte Onatsu qui le confine presque à la folie. Mais au final, que souhaite réellement Tetsuo ? En dehors du corps, n'est-elle pas déjà un homme ? Taïchi, qui nous montre mieux que jamais tout son gain de caractère et de persévérance, saura-t-il trouver les mots justes pour retrouver le Tetsuo qu'il a connu ? Et pourra-t-il seulement passer outre son apparence féminine plus séduisante que jamais ?

Ce final mouvementé conclut tout dans une ambiance plus décadente que jamais, mais Nogizaka sait mettre en avant les comportements de ses héros via une petite réflexion sur l'acceptation de ce qu'on est et sur le besoin de voir au-delà des apparences. Il reste un petit soupçon de trop peu quant aux derniers chapitres un brin expéditifs, mais l'auteur, non sans malice en offrant des clins d'oeil aux oeuvres de Kuroiwa et de Ranpo qui l'ont inspiré, ne déçoit pas.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Répondre