Entre ciel et terre

Cette rubrique est consacrée à toutes les séries qui ne sont pas issues du Japon mais qui s'apparentent au manga. Vous y retrouverez donc les manwhas (Corée), les manhuas (Chine), mais aussi les séries appartenant au "Global manga" (courant qui regroupe notamment des auteurs français).
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9882
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Entre ciel et terre

Message non lu par Koiwai » 02 mai 2014, 09:19

Image

La fiche sur le site


Tome 1 :

Alors que la Balade de Yaya est toujours en cours aux éditions Fei, Golo Zhao revient chez Cambourakis avec sa dernière oeuvre en date : Entre Ciel et Terre, une série mêlant drame et fantastique qui devrait compter 3 tomes au total.

Dans la Chine ancienne, Petite Huit est une fillette qui n'a pas grand chose pour être heureuse. Semblant attirer le malheur autour d'elle, elle est la cible des médisances de tout son village et des moqueries des autres enfants. Ses seules consolations sont une grand-mère et une mère aimantes... mais lorsque cette dernière meurt, la voici encore plus écartée par les autres, et elle n'a plus que sa grand-mère... et Ming, un adolescent du village qui se soucie beaucoup d'elle, la prend sous son aile et devient son ami. Le jeune garçon fait très attention à elle, la défend quand elle est prise à partie par les villageois et surtout par les enfants, et un attachement profond se crée entre les deux jeunes gens. Mais petite Huit garde les yeux constamment rivés vers le souvenir de sa mère, vers le ciel où celle qui l'a mise au monde est devenue une étoile, et elle rêve d'aller la rejoindre, là-haut... jusqu'au jour où, sous l'impulsion des enfants qui se sont toujours moqués d'elle, elle grimpe jusqu'en haut du plus grand arbre de la forêt dans l'espoir de pouvoir toucher le ciel... et n'en redescend jamais plus. Seules ses chaussures sont retrouvées en haut de l'arbre, la fillette semble bel et bien avoir rejoint sa mère de façon inexplicable, laissant derrière elle une grand-mère dont Ming a promis qu'il s'occuperait si un malheur arrivait.
Les années passent. La grand-mère de Petite Huit est morte à son tour et Ming a quitté son village natal pour devenir marchand dans les villages du sud... mais il reste hanté par le souvenir de sa jeune amie soudainement et inexplicablement disparue. C'est alors qu'apparaissent dans son entourage plusieurs personnages étranges. Un prêtre taoïste qui lui a prédit un destin fait de rencontres et des séparations cruelles. D'autres taoïstes aux objectifs apparemment différents dont l'une pourchasse les créatures fabuleuses. Un officier de police qui poursuit l'enquête sur le disparition de Petite Huit quelques années auparavant. Et, surtout, une étrange princesse-sangsue à l'apparence humaine qui est sortie de terre pour s'installer chez notre héros...

Les histoires autour de l'enfance abandonnée semblent être une grande source d'inspiration pour Golo Zhao : après avoir mis en image le sort de la petite Yaya, fillette qui a perdu de vue ses parents pendant la guerre, l'auteur met à nouveau en scène le parcours triste d'une gamine séparée de ce qu'elle a de plus cher, cette fois-ci à cause de la mort. Dans une première moitié de tome aussi mélancolique qu'envoûtante, où il enchaîne planches nocturnes poétiques et focus sur Petite Huit et Ming, Golo Zhao parvient à merveille à faire ressortir la beauté et la pureté du lien qui se crée entre ses deux jeunes héros tourmentés par les affres de la vie, ainsi que l'obsession de la fillette pour le ciel nocturne, où elle pense constamment pouvoir retrouver sa mère défunte, qui serait devenue une étoile... jusqu'à ce que le drame frappe à nouveau et ne vienne hanter Ming pendant des années.

La deuxième partie du tome prend alors une tout autre tournure, encore assez difficile à appréhender, car elle pose surtout autour de Ming plusieurs personnages, sans encore totalement les lier entre eux. Tandis que les taoïstes agissent en parallèle et que l'arrivée de l'officier de police entretient le mystère autour de la disparition de Petite Huit, pour l'instant on retient surtout l'apparition de la créature fabuleuse ayant pris forme humaine pour s'installer chez Ming, avec un objectif qui se dévoile peu à peu. Une relation un peu particulière s'installe entre elle et Ming, relation mêlant une certaine bienveillance à une petite forme de menace dont nous n'avons pas encore tous les tenants aboutissants.

Dans tous les cas, le mystère est bien là, autour du destin promis à Ming par l'un des prêtres taoïstes, du rôle des autres taoïstes et de la créature fantastique, et de l'énigme de la disparition de Petite Huit (il y a bien les pages 86-87 qui laissent supposer une piste terrible, mais rien de concret pour l'instant). On a hâte de voir comment l'auteur va faire se rejoindre tout ceci.

Visuellement, après nous avoir conquis en couleur sur la Balade de Yaya, Golo Zhao montre des qualités tout aussi remarquables en noir et blanc, avec des planches constamment portées par des décors omniprésent,que ceux-ci soient nocturne,s intérieurs ou extérieurs. La première moitié est portée par de superbes vues sur le ciel, l'obsession de Petite Huit calme de jour ou de nuit, tandis que la deuxième partie se focalise plus sur les dessins de la terre, là d'où est sortie la "colocataire" de Ming, avec notamment un superbe travail sur les feuillages. Les visages assez ronds, mignons et très expressifs de l'auteur, souvent portés par une forme de mélancolie, finissent d'apporter une ambiance assez contrastée.

Avec une première moitié de tome superbe et une deuxième moitié qui pose pas mal d'éléments, ce premier volume ne semble encore être qu'une grand mise en place, mais la façon dont Golo Zhao narre les choses, mais en avant le ciel et la terre et se réapproprie certains légendes de la Chine ancienne fascine et donne irrémédiablement envie de connaître la suite. L'édition proposée par Cambourakis est irréprochable, entre le papier légèrement cartonné, l'excellent qualités d'impression et la traduction non moins plaisante.
Image

Coco Felken
Messages : 92
Enregistré le : 31 août 2010, 13:07

Re: Entre ciel et terre

Message non lu par Coco Felken » 28 mai 2014, 12:33

Rien de bizarre pour toi concernant les textes dans les bulles ? J'ai eu plusieurs fois l'impression que ceux-ci étaient inversés, rendant les dialogues très étranges... J'ai eu cette impression 5/6 fois durant les 80 premières pages. Rien de tel de ton côté ?

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9882
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Entre ciel et terre

Message non lu par Koiwai » 28 mai 2014, 13:20

De mémoire, rien ne m'a choqué. Je feuilletterai à nouveau le tome quand j'aurai le temps.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9882
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Entre ciel et terre

Message non lu par Koiwai » 17 oct. 2014, 07:30

Tome 2 :

Au sein du village où il s'est installé, Ming a fait la connaissance de Petite Yan, une étrange jeune fille-sangsue sortie de terre pour sauver son peuple. Le jeune homme souhaite l'aider dans cette tâche, mais il ne sait pas tout ce que cela va impliquer. Les villageois voient d'un mauvais oeil la présence de ces deux "étrangers" chez eux, et leurs actes bizarres sont annonciateurs d'une lutte entre eux et les taoïstes. Dans ce petit hameau de montagne qui sera bientôt le théâtre de drames cruels, quel sort et quelles vérités attendent Ming et petite Yan ?

Après l'arrivée de Petite Yan, l'heure est venue de découvrir la naissance de sa relation pas comme les autres avec Ming. Une relation où chacun des deux êtres, pourtant humain et non-humaine, montrent l'un envers l'autre une protection et une bienveillance mutuelles qui laisse deviner des sentiments forts... mais dont l'issue risque fort d'être cruelle. Toujours hanté par la mort de son amie d'enfance Petite Huit, Ming est également poursuivi par un sbire de la justice et ne sait exactement que faire pour mettre fin à la série d'événements funestes qui semblent joncher sa vie. Petite Yan lui offrira peut-être une forme de rédemption, à condition qu'elle parvienne à faire fi de ses émotions étonnamment humaines pour accomplir sa mission : sauver sa tribu menacée d'extinction par des créatures monstrueuses...

On découvre avec force les tourments propres à ces deux personnages liés par des sentiments dont l'issue ne peut qu'être dramatique. Le tiraillement entre la mission de Ming et ce qu'elle ressent sont justement dosés et rendent la créature infiniment plus humaine que les villageois eux-mêmes, perdus dans des rites les rendant malhonnêtes et égoïstes. Quant aux révélations des taoïstes sur qui est Ming et sur la raison faisant que tous ces événements lui arrivent, ils ancrent toujours plus le récit dans les anciennes légendes taoïste de la Chine médiévale.

Le résultat est fascinant, car Golo Zhao sait compter son histoire en alternant douceur, mélancolie, tristesse et infinie cruauté. Il faut aussi dire qu'il peut toujours compter sur ses dessins riches et précis, aux visages ronds, aux expressions variées et aux paysages immersifs. Les dernières pages précipitent les choses de façon tragique, et l'on se demande comment cette oeuvre assez unique en son genre se terminera.
Image

Répondre