Blood & Steel

Cette rubrique est consacrée à toutes les séries qui ne sont pas issues du Japon mais qui s'apparentent au manga. Vous y retrouverez donc les manwhas (Corée), les manhuas (Chine), mais aussi les séries appartenant au "Global manga" (courant qui regroupe notamment des auteurs français).
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9191
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Blood & Steel

Message non lu par Koiwai » 01 avr. 2015, 16:59

Image

La fiche sur le site


Tome 1 :

Après le superbe Crystal Sky of Yesterday de Pocket Chocolate, le label Asian District des éditions Kotoji accueille son deuxième titre, inscrit dans un genre très rare en France alors qu'il est omniprésent à Hong kong : le récit d'arts martiaux (ou wuxia), dans la plus pure tradition du genre.

L'oeuvre est basée sur la série de romans d'arts martiaux hongkongaise Sangre y Acero, best-seller dans son pays et conçue par un spécialiste du genre, Jozev, auteur que l'on connaît déjà en France pour le scénario du manhua Claws of Darkness paru chez Soleil. C'est le studio Unicorn, spécialisé dans les projets cross-médias (manhuas, animation, jeux vidéo), qui signe cette adaptation BD sous la direction de Felix IP, directeur artistique du studio qui a plus d'une corde à son arc puisqu'il a aussi produit les long-métrages d'animation internationaux Teenage Mutant Ninja Turtles et Astroboy, et a réalisé la série Zentrix, toute première série TV hongkongaise en CGI.

Autant dire qu'avec Blood & Steel, les éditions Kotoji ont mis la main sur un morceau de choix, une oeuvre portée par la grande expérience d'auteurs qui la mettent totalement à profit en dévoilant un univers prometteur. Les choses commencent pourtant calmement avec un début voyant deux tyrans s'opposer au fil d'un affrontement qui verre victorieux un jeune pratiquant d'arts martiaux issu de la confrérie de la montagne de Qingsheng, une école considérée comme la meilleure du Sichuan (région de Chine). Le jeune combattant, qui sera renommé plus tard Yan Heng par le maître de l'école He Zisheng, vient alors de brillamment réussir son ultime test afin de passer adepte de la confrérie, plus haute distinction que seuls les meilleurs parviennent à obtenir, et qui lui permettront d'être initié aux technique les plus secrètes de l'école par le maître en personne.
Toute cette introduction s'avère habilement menée, car elle permet de mettre en place comme il se doit les principales figures de ce début de série, à commencer par l'imposant maître He Zisheng et son nouveau disciple Yan Heng, dont les prouesses étonnent déjà puisqu'il est devenu le plus jeune adepte de l'histoire de l'école Qingsheng ! Les autres protagonistes de l'école sont pour l'instant un peu plus discrets mais néanmoins bien campés, et dans cet univers très masculin vient poindre une seule femme, pour l'instant discrète elle aussi mais déjà séduisante.
Surtout, les auteurs en profitent encore plus pour présenter clairement le statut de l'école Qingcheng ainsi que son fonctionnement : la hiérarchie, la manière dont sont recrutés et entraînés les hommes (qu'ils soient héritiers directs de l'école, issus de sang noble ou venus de milieux plus modestes), l'entraînement rigoureux...

C'est une entrée en matière efficace, qui permet aussi d'apprécier d'emblée la virtuosité graphique du studio, qui dévoile des dessins d'une richesse exemplaire avec des personnages aux trait marqués et expressifs et un grand soin apporté aux décors, bâtiments et costumes d'époque. Quant au rendu des scènes d'action, il offre une fluidité et une intensité déjà remarquables, d'autant que les techniques utilisées sont parfaitement lisibles et sont ponctuées de précisions textuelles très claires.

Tout est donc bien posé pour un divertissement qui décolle réellement dans la dernière partie du volume, où débarque un ennemi de taille : l'école Wudang, souhaitant démontrer la supériorité de son art par tous les moyens, et qui est prête à décimer les autres écoles qui ne se rangeraient pas sous sa bannière... Ce qui annonce des affrontement très denses pour la suite, d'autant que le maître He Zisheng en personne devrait vite entrer en scène !

Côté édition, Kotoji livre un travail d'excellente facture. Aucune fausse note dans la traduction, de nombreuses notes très utiles et claires pour les termes étroitement liés aux contexte de la série et à l'univers des arts martiaux, une bonne qualité de papier et d'impression... Pour un premier titre dans ce format, bravo !
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9191
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Blood & Steel

Message non lu par Koiwai » 07 avr. 2015, 13:08

Tome 2 :

L'ambitieuse école Wudang, qui souhaite montrer sa supériorité en se proclamant "invincible sous le ciel", s'attaque aux autres écoles, les unes après les autres, et c'est désormais la réputée école Qingcheng qui est sa cible ! Vaincu à plates coutures par Xi Zhaoping de Wudang, le jeune prodige Song Dehai, qui était promis à un brillant avenir, voit son avenir brisé en même temps que son bras. La fureur s'empare alors du maître de Qingcheng, He Zisheng, qui décide d'affronter en duel le numéro 2 de Wudang, Ye Chengyuan ! Le tout, sous l'oeil attentif du nouvel adepte Yan Heng...

Après un premier volume qui faisait surtout office de longue introduction et qui plantait efficacement le décor, le rythme s'accélère dans une première partie de 2ème tome nous offrant un duel dantesque entre He Zisheng, charismatique maître de Qingsheng, et le numéro 2 de Wudang Ye Chengyuan. Malgré quelques légères erreurs de perspective par instants (notamment sur les bras), les dessinateurs du studio Unicorn confirme leurs qualités entrevues dans le volume 1 en nous en mettant plein la vue, l'affrontement étant aussi dense que limpide grâce à un trait très travaillé et fluide. Même s'il se lit très vite, ce long passage est toujours ponctué d'explications techniques très claires sur l'utilisation des épées et sur les mouvements des deux combattants, et l'on reste donc scotché d'un bout à l'autre de ce combat à l'issue incertaine.

Mais c'est bien la conclusion de ce combat et ce qui en découle qui marque le vrai décollage de la série. Avec une scène de massacre terrible qui met en place ce que sera l'objectif de Yan Heng, une intensité dramatique palpable et l'entrée en scène d'un nouvel homme charismatique et aux arts du combat encore différents, Felix IP et ses acolytes finissent de nous immerger efficacement dans ce récit épique qui a désormais tout pour nous passionner.

Sur l'ensemble de ses deux premiers tomes, Blood & Steel s'offre donc une entrée en matière redoutablement efficace, belle, immersive et accrocheuse. Et saluons à nouveau l'excellente édition de Kotoji, entre le papier et l'impression correctes, la traduction très agréable, le résumé très utile en début de tome et les pages bonus sur Jing Lie.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9191
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Blood & Steel

Message non lu par Koiwai » 25 juin 2015, 16:02

Tome 3 :

La confrérie du Qingcheng a été massacrée par les "corbeaux noirs" de Wudang, et le jeune Yan Heng ne doit son salut qu'à Jing Lie, un combat exotique qui pourchasse les disciples de Wudang. L'alliance entre ces deux hommes semble inévitable, car Yan Heng a désormais en lui la même soif d'éliminer le Wudang que Jing Lie... Mais cette soif de vengeance, l'aura-t-il toujours en retrouvant son amie d'enfance Song Li ?
Lorsque nous retrouvons notre jeune héros dans ce tome, l'heure est déjà venue pour lui de prendre des décisions difficile. Entre renoncer aux arts martiaux pour rester avec Song Li ou suivre Jing Lie sur la voie des combats faits de sang et d'acier, le choix sera forcément cruel, car il perdra forcément quelque chose.

Le choix fait, c'est à Chengdou que se poursuit la route de nos héros, car nul doute que le Wudang poursuivra sa conquête du Sichuan en allant attaquer l'école Emei et ses lanciers. Un nouveau cadre se pose alors pour Yan Heng, qui découvre un univers qui lui était inconnu, le "monde des fleuves et des lacs", où brigands, artistes et autres marchands de passage s'entrecroisent et risquent bien de fissurer la naïveté de notre héros. A l'heure où il se doit de devenir plus fort, on le laisse au plus bas...

Au-delà des choix de Yan Heng, le tome se révèle également riche sur bien d'autres points, à commencer par ce qui se passe autour de Jing Lie, combattant décidément charismatique qui nous offre quelques instants de combat toujours aussi bien retranscrits, qu'il s'agisse en fin de tome d'un affrontement technique contre un lancier, ou en début de volume d'un court flashback présentant un duel tout en brutalité et qui permet de faire entrer en scène une nouvelle venue particulièrement belle et intrigante...
Du côté de l'école Wudang, l'occasion nous est donnée d'en cerner un peu mieux la constitution, notamment en ce qui concerne les trois grands groupes qui la composent. Enfin, on reste accroché par le choix de Hou Yingzhi, qui aura sans nul doute d'importantes répercussions plus tard et annonce un éloignement fort entre deux amis qui seront désormais opposés...

En plus des combats intenses et superbement mis en scène, on reste également séduit par les nombreux décors d'époque fins et travaillés, pour un rendu visuel toujours aussi immersif.

Blood & Steel avance à bon rythme et s'offre un troisième volume qui confirme toutes les belles promesses de la série. L'histoire s'enrichit de nouveaux personnages et d'événements qui augurent d'une suite encore plus prenante.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9191
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Blood & Steel

Message non lu par Koiwai » 16 sept. 2015, 16:50

Tome 4 :

Yan Heng s'est mêlé du conflit entre la société Minjiang et la société Mapai, et s'est attiré les foudres de Tong Jing, la chef de Minjiang, en sauvant sans le savoir un assassin, Cai Tianshou, membre de Mapai. Pour laver l'honneur de son école, le jeune homme choisit alors de se rendre seul à la société Mapai pour y rencontrer Cai Tianshou. Sur place, le chef de la société l'accueille comme un bienfaiteur et lui livre une tout autre version des faits, selon laquelle Cai Tianshou ne serait pas coupable... Mais est-ce la vérité ? Yan Heng ne sait pas encore dans quel piège il vient de tomber, mais il va le découvrir très vite...
Pendant ce temps, Jing Lie, après avoir rencontré Sun Wuyue de l'école Emei, s'apprête à retrouver son disciple quand il est attaqué par un visage qu'il ne connaît que trop bien : Koreiran Shimazu, venue du Japon pour laver son honneur. Quelle est sa relation avec Jin Lie ? Nous découvrons l'étonnante vérité assez rapidement, avant que tous deux ne soient contraints de faire équipe pour affronter une dangereuse menace : les assassins de Wudang...

Le quatrième volume de Blood & Steel nous invite à suivre en parallèle les problèmes de Yan Heng et ceux de Jing Lie.
D'un côté, Yan Heng, pensant bien faire, aura l'occasion de voir toute la fourberie des membres de la société Mapai, qui lui tendent un piège dont il risque fort de ne pas se sortir. Mapai, n'hésitant pas à sacrifier des innocents et se rangeant du côté de Wudang, se présente comme un adversaire sournois, et il faudra au moins une intervention inattendue venue de Mijiang pour l'aider...
C'est toutefois du côté de Jing Lie que ça bouge le plus : après avoir découvert la nature de son lien avec la sublime Koreiran Shimazu, le voici obligé de faire équipe avec celle-ci face à plusieurs combattants de Wudang, pour un long combat qui, une nouvelle fois, nous bluffe, que ce soit pour la verve, la limpidité et la force que dégagent les dessins de Felix Ip, pour l'excellente utilisation technique des armes (hachoirs en croissant de lune, épées longues, hallebarde...) et de leurs spécificités offensives et défensives, pour la mise en avant de l'importance de savoir bien utiliser le terrain (ici, les toits, essentiellement), et pour le charisme qu'imposent les différents combattants des deux camps. On reste évidemment séduit par l'alliance de choc et de charme que forment Jin Lie et Koreiran, leur complémentarité étant telle qu'on peine à les croire réellement ennemis. Et quand s'invite à la fête le vénérable et puissant Sun Wuyue avec ses disciples, on finit d'être conquis, car son entrée en scène dans la série ne manque pas d'être remarquée !

Blood & Steel s'offre donc à nouveau une excellente copie, toujours servie dans une qualité d'édition très satisfaisante. Il y a bien quelques petites coquilles d'inattention (oublis de mots, etc), mais elles ne gênent pas la compréhension. La traduction reste très fluide, la qualité d'impression satisfaisante, les pages bonus de présentation des armes très intéressantes...
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9191
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Blood & Steel

Message non lu par Koiwai » 30 janv. 2016, 18:53

Tome 5 :

Pris au piège et emprisonné par le le gang Mapai, Yan Heng ne peut compter que sur la protection de l'intrépide Tong Jing, la fille du chef du gang Minjiang, qui n'hésite pas à s'exposer aux flèches ennemies. Dans cette situation, le jeune combattant laissera-t-il éclater son talent ?
Quant à Jing Lie et Koreiran Shimazu, ils sont désormais épaulés par Sun Wuyan et ses compagnons du Mont Emei pour affronter les "corbeaux de Wudang emmenés par Jiang Yunlan, et rapidement le rapport de force passe de 6 contre 4 à 3 contre 2. Quelle sera l'issue ?

Ces deux combats parallèles s'achèvent finalement assez rapidement dans ce tome, mais n'en restent pas moins intéressants.
D'un côté, l'issue de combat de Yan Heng et Tong Jing est très rapide est a surtout pour intérêt de montrer la force dont est capable le premier, le caractère fort de la deuxième, et l'impact que Yan va avoir sur la jeune fille.
De l'autre côté, on assiste à un affrontement dont personne ne sortira réellement vainqueur, les deux camps ayant déjà perdu de précieux compagnons. Dans cette situation, la mise en avant de Sun Wuyue, qui n'a plus rien à perdre puisque ses compagnons se sont éteints, est efficace, tout autant que l'incapacité de Jing Lie et Koreiran a l'exécuter en même temps que l'ennemi. Quant à Jiang Yunlan, sa situation n'est guère meilleure, et il lui faudra prendre un décision. Sens du sacrifice, mais aussi de l'honneur et de lien fort entre compagnons sont ainsi joliment rendus, tout comme la perspective de futures retrouvailles entre les ennemis...
Mais au bout de ce combat, nombre d'événements sont à retenir : la conquête du Sichuan par Wudang touche à sa fin, et tandis que les ambitions de cette école devraient s'étendre désormais ailleurs, un petit groupe de compagnons se forme fort logiquement du côté de nos héros. Mais il faudra attendre avant de voir ce que ce groupe donnera, car la suite du volume s'intéresse à d'autres choses.

En effet, l'heure est venue pour le lecteur d'être un peu plus immergé au sein de l'école "ennemie", Wudang, à travers l'arrivée de Hou Yinghzi à "l'esplanade des nuage azurés" des Monts Wudang. Nouvel adepte déjà accepté par le maître en second Ye Chenyuan, l'ami d'enfance de Yan Heng va nous permettre de découvrir plusieurs visages de Wudang comme le robuste Gui Danlei, le brutal et effronté Xi Xiaoyan ou le mystérieux et inquiétant troisième maître en second, mais également de mieux cerner le fonctionnement interne de l'école : hiérarchie et loi du plus fort entre maître, maîtres en second et aspirants, possibilité pour n'importe quel membre de l'école de tenter de devenir maître, respect dû à tous les disciple morts, quel que soit la durée de leur séjour au sien de Wudang... C'est clair et très efficace côté présentation, et cela permet de cerner beaucoup mieux l'école Wudang au-delà de la figure "d'ennemie" qu'elle affichait jusque là.

Et la suite du volume reste dans la même optique de lentes avancées des différentes forces et de présentation. Un passage, animé par un combat à mains nues efficace dans la représentation de ses techniques de boxe, permet notamment de faire entrer en scène l'Empereur Zhengde de la dynastie Ming, tout en intrigant quant à certaines ambitions. Quant à la fin du volume, sous couvert de nous emmener sur les pas d'un jeune garçon souhaitant devenir disciple de la confrérie de Huashan, elle marque surtout l'entrée en scène captivante et très remarquée d'un personnage que l'on attendait impatiemment de découvrir, et qui s'affiche avec force sur la couverture du tome. Il est d'ailleurs intéressant de signaler que cette couverture n'est pas celle issue de l'édition simple du tome en vo, mais qu'elle provient d'une version collector du tome. Kotoji, qui a jugé à juste titre cette couverture plus marquante pour l'entrée en scène de ce personnage-clé, a pu nous la proposer !

Au final, hormis en tout début de tome et pour quelques scènes de duel à mains nues, ce tome est moins porté sur l'action, et Felix Ip y bouge surtout avec beaucoup de clarté ses différents pions, tout en amenant de nouveaux personnages et de nouvelles donnes très intéressants.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Répondre