Dreamseekers

Cette rubrique est consacrée à toutes les séries qui ne sont pas issues du Japon mais qui s'apparentent au manga. Vous y retrouverez donc les manwhas (Corée), les manhuas (Chine), mais aussi les séries appartenant au "Global manga" (courant qui regroupe notamment des auteurs français).
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9798
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Dreamseekers

Message non lu par Koiwai » 02 janv. 2010, 23:26

Dreamseekers
Image Image
La fiche sur Manga-news


Tome 1:

Avec Dreamseekers, les éditions Paquet nous proposent une oeuvre française d'inspiration manga en 3 tomes qui, derrière ses aspects pas forcément engageants, s'avère être finalement des plus plaisants, en tout cas en ce qui concerne ce premier volume.

Trem est un jeune homme comme les autres, qui, un jour, se retrouve dans le monde étrange de Témaris, dans lequel les rêves deviennent réalité et où les gens peuvent matérialiser leurs pensées pour modifier l'univers qui les entoure. Mais pour Trem, les choses sont plus compliquées, puisque curieusement, ses pensées et ses rêves sont instables, et que l'armée grise semble entretenir pour lui un bien sombre but: en faire une véritable arme onirique.

Avec ce premier tome, l'auteur Otram plante rapidement le décor, puisque Trem se retrouve très vite à Témaris. Le récit ne traîne pas, et au bout de ce volume, les principales caractéristiques ainsi que les principaux camps opposés et enjeux de ce monde onirique sont présentés, et l'on découvre petit à petit que Trem aura un rôle important à y jouer.

Le scénario en lui-même, entre luttes entre différents camps dans un monde imaginaire, n'apparaît pas foncièrement original, mais est doté d'une narration fluide qui le rend assez intéressant et prenant, bien que les personnages en eux-mêmes manquent un peu de charisme.

Visuellement, le titre oscille entre le bon et le moins bon. Tout d'abord, on sent qu'Otram a particulièrement travaillé l'ambiance générale de son oeuvre: les décors sont souvent présents, parfois détaillés, parfois un peu moins, mais toujours propices à la création d'un univers personnel et plaisant, qui oscille sans cesse entre le rêve et le cauchemar, comme le montrent les variations entre des cases nous laissant apercevoir des paysages enchanteurs et paisibles, et, au contraire, d'autres pullulant de monstres en tous genres aux designs très variés, dont le style de certains rappelle ce que nous offre Kentaro Miura dans Berserk (mais la comparaison s'arrête là), manga que Otram avoue avoir parmi ses préférés dans sa présentation en début de tome.
Là où le bât blesse un peu plus, c'est au niveau des dessins des personnages: bien qu'ils soient loin de manquer d'expressivité, ceux-ci s'avèrent inégaux, passant d'un coup de crayon réussi à un autre plus pauvre, plus figé, et pourvu d'erreurs de proportion.

Globalement, ce premier volume plante bien le décor. Sans être excellent, ce tome est une bonne surprise, dotée de qualités indéniables mais aussi de quelques inégalités. Néanmoins, le plaisir de lecture est là et on a envie de connaître la suite.

Globalement, l'édition de Paquet est satisfaisante. On appréciera particulièrement le fait d'avoir ici un grand format pour seulement 6,95€.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9798
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Dreamseekers

Message non lu par Koiwai » 03 janv. 2010, 16:39

Tome 2:

Trem a échappé au contrôle des légions grises et erre désormais dans Témaris en compagnie de Nilxt, une jeune femme charmante dotée d'un caractère bien trempé, et qui ne cache pas son aversion pour les Gris. De ce fait, le duo qu'elle forme avec notre héros est propice à l'apparition de scènes tendues et/ou amusantes.
Mais à travers cette errance, Trem comprend que le monde de Témaris n'est pas aussi idyllique qu'il n'y paraît. Ainsi, en plus de l'armée lancée à sa poursuite, de nombreux autres dangers se présentent face à Trem et Nilxt, comme des rêves fous ou des rencontres avec des personnages qui semblent cacher leurs véritables desseins.
A travers tout ceci, l'auteur français Otram continue de laisser parler son imagination (le bestiaire est très varié, les situations hétéroclites, l'univers reste cohérent et toujours farfelu et inventif) en n'oubliant pas de développer le fond de son univers, mais si cet aspect va droit à l'essentiel et paraît assez basique. Par ailleurs, l'histoire en elle-même et la tournure des évènements paraissent eux aussi toujours aussi peu originaux et basiques, mais l'essentiel est là: de nouveaux personnages entrent en scène et restent encore mystérieux, certains protagonistes sont légèrement approfondis (on en apprend notamment plus sur le commandant Ida et sur le véritable objectif de Trejal), et d'autres, comme Dom, Niakov, Olminta et Zeus, sont cantonnés dans un rôle spécifique qui ne demande qu'à être plus exploité.
Seul hic: on se demande un peu comment l'auteur va pouvoir boucler tout ceci en n'omettant pas certaines choses dans le troisième tome, qui sera le dernier.
En attendant, malgré une histoire dans son fond peu originale, l'univers qu'a créé Otram est toujours aussi plaisant, et ce deuxième opus, comme son aîné, parvient à divertir sans grande difficulté.
Image

Avatar du membre
né un11septembre
Messages : 2939
Enregistré le : 06 août 2006, 12:38
Localisation : Quelque part en Belgique civilisée

Re: Dreamseekers

Message non lu par né un11septembre » 09 janv. 2010, 11:25

on avait suivi l'avancement du projet avec l'auteur lui-même: viewtopic.php?f=5&t=3156&p=50729#p50729
puis il nous avait gratifié de la visualisation de ses planches en noir et blanc et je trouvais son travail graphique interessant sur les décors mais les personnages mal définis et empatés.
Paquet continue à offrir des produits à l'aspect manga mais qui n'en sont pas vraiment (usagi yojimbo > un comics; dreamseekers > un franco-belge d'inspiration manga;...). que va t il en être de la rentabilité reelle d'une série aussi mal exposée sur un marché si concurrenciel.

c'est toujours dommage de voir des auteurs qui n'ont pas le temps de maturer leur style ramer chez des éditeurs souvent inexistants sur les tables des libraires. il est bien temps que de vrais libraires bd passionnés et érudits fassent leur travail pour faire vivre la releve de la bd. en attendant et vu la defection des libraires d'aujourd'hui, il faut bien des chroniqueurs courageux comme Koiwai pour defricher le terrain.
Image

Répondre