Gui

Cette rubrique est consacrée à toutes les séries qui ne sont pas issues du Japon mais qui s'apparentent au manga. Vous y retrouverez donc les manwhas (Corée), les manhuas (Chine), mais aussi les séries appartenant au "Global manga" (courant qui regroupe notamment des auteurs français).
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9790
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Gui

Message non lu par Koiwai » 19 févr. 2011, 14:08

Gui
Image
La fiche sur Manga-news


Tome 1:

Accompagné de The Breaker, Gui vient inaugurer l'installation du nouvel éditeur Booken Manga au sein du marché souvent délicat du manhwa. Ce titre, terminé en Corée en 5 tomes, marque le retour de deux artistes déjà connus en France, puisque l'on y retrouve au scénario Orebalgum, scénariste de Cafe Occult, et au dessin Kim Oh-Young, dessinateur apprécié de Banya et High School.

Dans une Corée médiévale, le dénommé Mousang, un Murim (guerrier), pourchasse pour les abattre les uns après les autres les membres d'un groupe appelé les "Ihmé Mang Liang", armé d'une épée d'exception d'un certain Eong-Sa. Dans quel but le jeune homme poursuit-il cette quête ? On l'ignore encore. Mais ce que l'on sait, c'est que le traqueur est lui-même traqué: de mystérieux individus semblant issus de différents bord, de simples assassins à des membres du gouvernement en passant par une énigmatique organisation, l'observent dans l'ombre ou se mettent à l'attaquer...

C'est ainsi que se déroule le premier volume de Gui, une manhwa qui ne semble pas voué à faire dans la dentelle. Dès ce premier tome, ça tranche à tout va, l'impact visuel des scènes d'action étant rendu impeccable par le coup de crayon de Kim-Oh Young, encore plus abouti que sur une titre comme Banya, où son talent était déjà largement perceptible. Fin, précis, dynamique, le tout dégage une beauté et une puissance encore renforcé par l'expressivité des visages emprunt de furie des personnages, et par des plans et un découpage souvent bien choisis. La plupart des personnages, bien que classiques (à l'image de ce héros sombre, ténébreux, énigmatique et déterminé, cachant régulièrement son regard de tueur sous sa frange, ou des méchants bandits voulant profiter de la frêle jeune fille), se font facilement charismatiques. Ajoutons à cela des fonds souvent présents et réussis, et Gui se présente d'emblée comme une prouesse visuelle.

En ce qui concerne le scénario, bien malin est celui qui pourra dire où les auteurs vont nous emmener, car pour le moment, la déferlante de personnages et des mystères les entourant (qui est exactement Mousang ? Pourquoi poursuit-il cette quête meurtrière ? Pourquoi est-il lui-même traqué ? Que sont les "Ihmé Mang Liang" ? Quels objectifs entretiennent les sbires de l'Empereur, le Parti du Soleil, celui de la Lune ?) n'est aucunement contrebalancée par la moindre information concrète. Il faudra donc sans doute attendre le deuxième volume pour pouvoir se forger un véritable avis sur l'histoire, qui ne devrait pas tarder à s'éclaircir, notamment avec l'apparition, dès la fin de ce premier tome, d'une charmante mais non moins redoutable jeune femme qui deviendra probablement une compagne de route pour Mousang.

Toutefois, là où la lecture pourrait s'avérer un peu pénible pour certains lecteurs, c'est au niveau de la déferlante de noms et de termes typiquement coréens. Beaucoup de personnages et de groupes apparaissent ou sont évoqués dès ce premier tome, si bien qu'il faudra fournir un petit effort pour bien se repérer dans tout ceci. Fort heureusement, des notes de traduction sont là pour expliquer la plupart des termes spécifiques, ce qui facilite la tâche.

En attendant de voir l'histoire, pour l'instant totalement énigmatique, s'éclaircir, ce premier tome de Gui séduit très facilement, porté par la verve graphique de Kim Young-Oh. La lecture devient facilement prenante, et l'on a hâte de voir si la bonne impression va se confirmer avec les tomes suivants.

Pour l'un de leurs deux premiers titres, les éditions Booken Manga n'ont pas fait les choses à moitié. La couverture au vernis sélectif renferme un travail très satisfaisant, doté d'une qualité d'impression excellente, d'une traduction fluide, de notes de traduction vraiment bienvenue et de quatre très belles premières pages en couleurs. Pour couronner le tout, le lecteur pourra refermer le volume sur un dessin de Kim Oh-Young, dédicacé et dessiné exclusivement pour les lecteur français. Le genre de petite initiative qui ne paie pas de mine et qui fait pourtant vraiment plaisir.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9790
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Gui

Message non lu par Koiwai » 14 juil. 2011, 16:23

Tome 2:

La quête du guerrier Mousang se poursuit. Suivant de près la jeune fille rencontrée dans le volume précédent, il continue de traquer les Ihmé Mang Liang, pourvu de sa redoutable épée. De nouveaux ennemis se présentent face à lui, dont un redoutable colosse, un barbare obsédé par les peaux humaines... Mais le pire reste à venir: Mousang est toujours traqué par différents organismes, qui finissent par le rattraper dans un village où il préfère garder son identité pour lui, puisque les adorateurs des Ihmé Mang Liang y sont nombreux...

Après deux reports successifs, le deuxième volume de Gui débarque enfin, et c'est avec plaisir que l'on retrouve l'univers brutal de cette série toujours parfaitement portée par les dessins bruts et très travaillés de Young-Oh Kim, qui offre à nouveau ici un résultat visuel très nerveux et violent. Les scènes d'action, portée par un découpage très dynamique et l'aspect furieux que dégagent les protagonistes, sont toujours un régal.

Du côté de l'histoire, comme on pouvait s'y attendre, certains voiles commencent à se lever, notamment sur l'objectif nourri par la dirigeante du Palais du Soleil, mais également par certains autres ennemis dominés par leur soif de pouvoir.
Malgré tout, l'ensemble reste encore assez mystérieux. Les révélations n'arrivent qu'au compte-goutte et continuent donc d'entretenir un certain mystère, notamment autour du passé de Mousang, de son tatouage "Gui" et du mystérieux Chiwoo, qui est au coeur de sa quête.

Aussi divertissant que le premier tome, ce deuxième volume de Gui doit plus à l'efficacité de ses scènes d'action furieuses qu'à son histoire qui, si elle se dévoile doucement, reste encore assez énigmatique et ne semble pas destinée à proposer quoi que ce soit de très original. Pour le moment, la série se contente d'être un divertissement diablement efficace, et c'est bien là tout ce qu'on lui demande.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9790
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Gui

Message non lu par Koiwai » 16 août 2011, 13:24

Tome 3:

Le premier volume n'était qu'une introduction totalement énigmatique, et le deuxième tome commençait à peine à dévoiler au compte-gouttes quelques réponses quant aux enjeux de l'oeuvre. Avec ce troisième opus, on commence réellement à y voir plus clair. La série étant courte, heureusement.

Ainsi, les pièces du puzzle disséminées depuis le début de la série s'imbriquent de plus en plus, et les ambitions des différents personnages, des différentes forces en lice, se révèlent sous nos yeux.
Le voile se lève sur l'objectif poursuivi par la dirigeante du Palais du Soleil, tandis que le chéon-je, qui n'a pas que des amis pour plusieurs raisons, se retrouve en grand danger, un traquenard se refermant peu à peu sur lui. Et pendant que plusieurs personnages secondaires voient eux aussi leurs objectif se dévoiler, se concrétiser ou être mis à mal, les informations sont complétées par les révélations dramatiques sur le passé de Yeo Sanhoa, passé fait de trahisons et de coups durs. Et pour compléter le tableau, un nouveau personnage bourré de prestance fait son apparition et vient agrandir le jeu d'oppositions qui se met en place entre les différents partis.

Au coeur de ces différentes quêtes vengeresses ou de pouvoir, notre héros, Mousang, poursuit sa traque, sans savoir qu'il n'est que le jouet des ambitions de puissances plus haut placées. Par ailleurs, le héros sombre et brutal laisse un peu plus la place ici à une petite part d'humanité, notamment via l'inquiétude qu'il peut montrer pour Yeo Sanhoa.

Fort de tout ceci, Gui prend un peu plus d'ampleur et en vient à proposer une histoire réellement intéressante, parvenant ainsi à se démarquer de la simple série bourrine que l'on avait peur de trouver. Pour autant, le nombre assez important de personnages et de forces est susceptible de semer la confusion chez le lecteur, qui aura parfois bien du mal à se rappeler précisément qui est qui, d'autant plus que certains protagonistes se ressemblent assez physiquement. Dès lors, une relecture pourrait s'avérer utile.

Pour le reste, le coup de crayon intense et fluide de Young-Oh Kim est toujours un régal pour les yeux, le tout dégageant une grande densité ainsi qu'un dynamisme de chaque instant. L'aura de mystère est toujours là, de même que la brutalité. Un divertissement efficace, qui commence enfin à décoller.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9790
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Gui

Message non lu par Koiwai » 13 déc. 2011, 14:47

Tome 4:

Une nouvelle rencontre arrive face à Mousang, et pas des moindres. Et si notre héros ne prend pas connaissance tout de suite de son identité, une chose est sûre : dans l'immédiat, elle n'a rien d'amical et va bien le faire comprendre en tentant par la force de rallier Mousang à sa cause. S'en suit alors un combat brutal, toujours porté par la densité du coup de crayon de Young-Oh Kim, mais qui a un arrière-goût de facilité tant il arrive soudainement. Quoi qu'il en soit, ce nouveau combat est également l'occasion pour Mousang de se frotter à un ennemi rendu redoutable pour une raison particulière, raison qui va le rapprocher encore un peu plus de son objectif...

Pendant ce temps, les choses bougent de toutes parts dans ce volume, qui voit chaque camp agir en direction de son but. Le rythme est soutenu, les choses bougent, et de nouvelles révélations sont présentes et viennent éclaircir certains points, principalement au sujet d'Eon-Sa et de Chiwoo.
Clairement, il se passe de nombreuses choses importantes dans cet avant-dernier volume, mais il est réellement dommage de constater que la narration ne suit pas toujours, balançant rapidement certaines informations importantes, sans préparer le terrain. Du coup, comme dans chaque volume de la série, le lecteur pas suffisamment attentif pourrait rapidement se retrouver perdu entre les nombreux personnages, parfois très peu mis en avant alors que très importants, et leurs objectifs.

Quoi qu'il en soit, les choses suivent leur cours, et la fin de cet avant-dernier volume annonce déjà la couleur du tome 5, puisque tous les personnages semblent destinés à se retrouver en un même lieu pour la confrontation finale... On se dit volontiers "tout ça pour ça ?", mais ne boudons pas trop notre plaisir : on reste sur du divertissement certes un peu bancal, mais suffisamment efficace.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9790
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Gui

Message non lu par Koiwai » 15 déc. 2011, 18:36

Tome 5:

L'heure de la dernière ligne droite est arrivée : portés par les plans de Cheon-Ho, tous les principaux acteurs de la série se rejoignent en un seul et même lieu. De Mousang à Chiwoo et passant par Cheon-Ho ou Eon-Sa, tous sont là, prêts à découvrir le fin mot de l'histoire, et à en découdre s'il le faut. Et au coeur de tout ceci, le véritable ennemi pourrait bien ne pas être celui que l'on croyait...

L'heure est donc venue de découvrir toute la vérité sur les tenants et aboutissants de l'intrigue. Les enjeux sont grands, et après avoir multiplié des pistes pas toujours évidentes à suivre notamment à cause du nombre de personnages et d'une narration pas toujours fluide, les auteurs réussissent le petit tour de force de tout regrouper ici, dévoilant ainsi les derniers mystères liés à certains personnages, mais également le passé de certains et leurs réelles ambitions, autour d'une seule et même destinée au sein de laquelle tous ont un rôle à jouer.

Portée par le coup de crayon dense et furieux de Young-Oh Kim et par une narration intense, le récit est parfois toujours un peu brouillon dès qu'il s'agit de différencier certains personnages, mais riche en tension et ne laisse aucune place aux temps morts. Ainsi, la lecture est ici un vrai régal, et l'on se dit que ça valait le coup de s'accrocher lors des passages les plus fouillis des tomes précédents, tant ce dernier tome, malgré quelques passages trop rapides sur certains points, prend le temps de nous offrir une vraie fin, les toutes dernières pages nous montrant d'ailleurs ce que chacun est devenu.

Parfois trop rapide, trop fouillis, Gui relève la tête dans ce dernier volume et prouve qu'il a définitivement tout d'un bon petit divertissement. Là où l'on prenait peur en voyant le récit partir un peu dans tous les sens, cet ultime opus parvient à tout regrouper.

Finalement, la principale déception vient de l'édition de Booken, aussi étonnant que cela puisse paraître, tant le jeune éditeur nous avait habitué à du très bon travail. Ici, on reste sur quelque chose de très correct, le papier et l'impression restant de qualité, mais on ne peut qu'être un peu déçu par de nombreux coquille orthographiques ou grammaticales : verbes conjugués au mauvais temps, inversions et oublis de lettres... N'oublions pas non plus quelques bulles coupées, et le texte avec.
Image

Répondre