Tigre

Cette rubrique est consacrée à toutes les séries qui ne sont pas issues du Japon mais qui s'apparentent au manga. Vous y retrouverez donc les manwhas (Corée), les manhuas (Chine), mais aussi les séries appartenant au "Global manga" (courant qui regroupe notamment des auteurs français).
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9827
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Tigre

Message non lu par Koiwai » 12 mars 2012, 15:03

Image
La fiche sur le site


Tome 1:

Disparu en 2005 à seulement 42 ans, Ahn Soo-Gil laisse derrière lui une carrière assez brève mais non moins riche, entièrement consacrée, pendant une quinzaine d'années, à sa passion pour les tigres. Un peu plus de six ans après son décès, les éditions Clair de Lune nous invitent à découvrir une bande dessinée considérée comme l'une des oeuvres phares de l'auteur, sobrement nommée Tigre.

L'histoire prend place à une époque où les tigres étaient encore nombreux. Un imposant tigre règne en roi sur son territoire, et quelque part sur celui-ci, une tigresse met au monde sa progéniture, deux bébés qui ont tout à découvrir sous les yeux bienveillants de leur mère. Mais si l'un des deux s'impose rapidement comme un futur redoutable prédateur, l'autre sera victime d'un monde sauvage et hostile, où le danger est partout. Sur ces bases, Ahn Soo-Gil nous invite tout simplement à suivre l'évolution d'une petite bande de tigres sur le territoire du roi, où les bébés grandissent sans être sûrs d'arriver à l'âge adulte, où la mère s'efforce de protéger ses petits avec plus ou moins de réussite, et où le roi assure sa bienveillante domination, bientôt mise à mal par l'arrivée d'un intrus, un tigre blanc qui va semer le chaos sur le territoire et va se dresser comme l'élément perturbateur fil rouge de l'histoire.

S'écoulant comme une fresque, le récit n'omet rien des principales caractéristiques de ces imposants félins : importance du territoire, de la protection de la descendance, mais si un petit disparaît, pas question pour autant de se lamenter indéfiniment. Le tigre, majestueux, est représenté dans toute sa splendeur et sa sauvagerie, via des planches bourrées de détails, transpirant la passion de l'auteur.
Pourtant, une originalité vient se mêler au tout : la volonté de l'auteur d'humaniser les félins qu'il met en scène : en plus des bulles les faisant parler entre eux (par ailleurs, les tigres sont les seuls animaux du récit qui dialoguent), ceux-ci bénéficient de dessins les humanisant beaucoup à plusieurs reprises. Ainsi les voit-on parfois pleurer, parfois arborer des têtes effrayées... Les animaux de Ahn Soo-Gil se veulent ici très expressifs.

Bourré de détails, fruit d'une minutie certaine, le coup de crayon de l'auteur fait fort bien honneur aux tigres, mais souffre néanmoins de quelques défauts : un trait parfois trop figé, un découpage peu lisible dans les scènes plus vives, des perspectives offrant parfois des proportions bizarres ou des contours pas très nets aux animaux... Pourtant, on fait assez facilement fi de ces quelques problèmes, tant l'oeuvre transpire la passion de l'auteur pour son sujet. Bien différent de ce que l'on a l'habitude de voir dans le manhwa, Tigre est un récit à tester pour n'importe quel curieux, ou pour les amoureux d'animaux et d'une nature sauvage.

Du côté de l'édition, les éditions Clair de Lune nous prouvent qu'elles peuvent effectuer un travail d'orfèvre : grand format, pages couleurs, traduction convenable, excellente qualité d'impression sur du papier glacé épais, reliure assez luxueuse... Voici assurément une belle édition.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9827
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Tigre

Message non lu par Koiwai » 15 juil. 2012, 17:02

Tome 2 :

Un tigre blanc balafré est arrivé sur le domaine du Roi, où il est bien décidé à s'imposer. Impuissant, le jeune tigre que nous suivons depuis le début ne peut qu'assister à la mort de sa mère, et aux derniers instants de son père. Chassé de la terre de ses ancêtres, il fugue vers le nord, grandissant au gré des épreuves qui se présentent face à lui, et qui seront autant d'événements qui le renforceront afin de prendre un jour sa revanche sur le tigre blanc...

Dans Tigre 2, la nature est plus hostile que jamais, et fera tomber, les unes après les autres, les épreuves sur le jeune tigre. Chasse au cerf, face à face avec des ours... le regretté Ahn Soo-Gil prouve une nouvelle fois sa passion pour l'univers qu'il dépeint, et dont il fait parfaitement ressortir toute la majestuosité et la sauvagerie, notamment via le sens maternel des animaux rencontrés, ou les boucheries sanglantes perpétrées par le féroce tigre blanc.
Ici, le récit s'avère fort linéaire, puisqu'une grande partie de ce deuxième et dernier tome n'est guère consacrée qu'à la lutte pour la survie du jeune tigre au fil d'épreuves qui ne cesseront de le faire grandir, et il faut bien avouer que l'on attendait un peu plus qu'une simple quête vengeresse mûrissant au fil des épreuves imposées par la nature. On aurait aimé, par exemple, un travail un peu plus conséquent sur les à-côtés de ces épreuves : ici, on se contente de suivre des étapes qui s'enchaînent l'une après l'autre, sur un ton qui finit par être routinier. Mais malgré tout, l'essentiel passe : la nature sauvage permet au jeune tigre de gagner des forces et de s'imposer pour enfin faire face au tigre blanc dans un final convenu mais bien tourné, si l'on excepte toutefois la longueur d'un dernier duel rendu assez poussif par une mise en scène pas très fluide et trop rigide.

Visuellement, on retrouve les qualités et les défauts du premier tome : dans la peinture des tigres, on sent réellement qu'Ahn Soo-Gil a observé pendant des années ces majestueux félins, tant le trait se veut détaillé. Toutefois, cela ne l'empêche pas de commettre régulièrement des erreurs de proportion offrant parfois aux animaux des physiques assez improbables. Plus encore que pour les tigres, c'est le cas pour les autres animaux, loups comme ours. De même, l'humanisation voulue par l'auteur est un parti-pris intéressante, mais offre parfois aux tigres des expressions assez laides. Et en allant dans le détail, le tigre blanc est parfois tellement blanchi qu'on a l'impression d'avoir affaire à un fantôme de tigre...

En somme, ce deuxième et ultime opus de Tigre est dans la lignée du premier. Loin d'être parfait, le récit témoigne néanmoins de la passion de son auteur pour les tigres et constitue une lecture intéressante et prenante.

Du côté de l'édition, le temps d'attente assez long entre le tome 1 et le tome 2 se voit justifié par une édition toujours aussi satisfaisante.
Image

Répondre