100% Perfect Girl

Cette rubrique est consacrée à toutes les séries qui ne sont pas issues du Japon mais qui s'apparentent au manga. Vous y retrouverez donc les manwhas (Corée), les manhuas (Chine), mais aussi les séries appartenant au "Global manga" (courant qui regroupe notamment des auteurs français).
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9612
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

100% Perfect Girl

Message non lu par Koiwai » 09 avr. 2012, 18:42

ImageImage
La fiche sur le site


Tome 1:

"Voici le premier tome de la plus belle romance du siècle." Telle est la façon dont les éditions Kwari, sur la quatrième de couverture, nous présentent le premier volet de 100% Perfect Girl, adaptation d'une nouvelle de Haruki Murakami par une auteure jusqu'alors inconnue en France, Wann, dotée d'une carrière pourtant déjà riche d'une quinzaine d'années d'expérience.

100% Perfect Girl, c'est l'histoire d'amour de deux êtres pourtant opposés en tout, que ce soit dans leur statut où leur lieu de vie. Jay est une lycéenne coréenne comme il en existe tant, plutôt jolie sans être une beauté fatale, ni pauvre ni riche... banale, en somme. Pourtant, quand le prince Jart, jeune dirigeant d'un pays lointain, la croise dans la rue lors d'un voyage d'affaires en Corée, il a un déclic : lui qui n'est jamais vraiment tombé amoureux vient de croiser celle qui est pour lui la fille 100% parfaite. Rentré dans son pays, il mettra tout en oeuvre pour la retrouver...

Une fille banale qui tape dans l'oeil d'un beau prince étranger... C'est cliché, très cliché, ça a été vu et revu des milliers de fois, et l'éditeur ne se trompe pas en parlant de Jay comme d'une Cendrillon des temps modernes. Tout fleure bon le déjà vu, et pourtant, ce premier volume a des arguments susceptibles de plaire au public qu'il vise, à commencer par un duo de héros plutôt attachant, sans qu'on ne s'en aperçoive vraiment sur le coup.
Si Jart est un cliché sur pattes du beau gosse étranger, riche et élancé, son caractère maladroit face à son amour pour Jay vient le nuancer. Franc avec lui-même, il possède une personnalité pourtant un peu éloignée des tombeurs à deux sous, alors qu'il est pourtant séduisant et attire évidemment la convoitise des femmes, dont une qui, on le devine, mettra du sel dans sa relation avec Jay. Cette dernière, de son côté, profite déjà d'un petit background efficace, sa mère ne laissant pas de place à ses rêves de Beaux-Arts afin de privilégier la carrière de son grand frère. Meurtrie dans ses rêves par une famille qu'elle ne peut toutefois détester, elle pourrait trouver du réconfort auprès de ce prince apparu soudainement devant elle comme dans un rêve. Mais les choses ne pourront être si faciles, et les sentiments d'abord non réciproques de Jart pour Jay causeront quelques ennuis dans ce premier volet.

Reste que concrètement, il faut bien avouer qu'il ne se passe pourtant pas grand chose, côté rebondissements, puisqu'il faut attendre la toute dernière page pour voir arriver un événement susceptible de faire réellement décoller l'histoire. En attendant de voir ça, Wann propose dans ce premier tome une introduction des personnages, et la lente naissance de leur relation, ponctuée de jeux d'éloignements et de rapprochements, d'interrogations, de petits rebondissements cousus de fil blanc et allant volontiers dans la plus grande facilité (le coup des retrouvailles par hasard sous le panneau, par exemple)... et ce sont ces petites choses qui offrent toute sa spécificité au récit. Rien ne se veut vraiment crédible, tout est romancé à outrance, les deux héros paraissent purs : bien que l'histoire se passe dans notre monde, on nage en plein conte de fées façon Cendrillon.

Visuellement, le coup de crayon de Wann ne possède rien de nouveau ou de très personnel : trait fin capable de s'épaissir quand il le faut, visages surtout portés par les yeux et la bouche, corps masculins élancés... Mais le tout est clair, s'adapte bien au récit.

100% Perfect Girl n'apporte absolument rien de neuf pour l'instant, tout est classique, mais la lecture s'avère efficace dans son genre. Ce premier tome inaugure ce qui se présente surtout comme un conte de fées moderne. La plus belle histoire d'amour de ce début de siècle (n'allons pas trop vite en besogne, nous ne sommes qu'en 2012), clairement pas. La plus romancée, c'est possible. Les amatrices du genre, les fans hardcore de contes de fées et de romances fleur bleue, seront ravies. Quant aux autres, cette oeuvre ne leur est clairement pas adressée.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9612
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: 100% Perfect Girl

Message non lu par Koiwai » 10 avr. 2012, 18:42

Tome 2:

Jart, prince de Roinne, demande la main de Jay, dont il ne peut plus se passer. Mais tout est un peu trop soudain pour Jay, qui ne sait guère ce qu'elle ressent vraiment pour cet inconnu débarqué subitement dans sa vie. Cependant à force de sincérité, ce dernier parviendra à la convaincre. Les deux jeunes gens se promettent en fiançailles, et une nouvelle vie commence alors pour Jay en pays de Roinne, après des adieux tout en finesse, non sans quelques regrets, à son ancienne vie et à sa mère.

Da par la déclaration idyllique de Jart et les débuts de vie de princesse de Jay, 100% Perfect Girl se poursuit d'abord dans son ambiance digne d'un conte de fées. Pourtant, petit à petit, les premières épreuves pointent le bout de leur nez pour le futur couple. Les moments de doutes arrivent pour Jay, qui a du mal à s'adapter à sa nouvelle vie, d'autant que le peuple voit d'un mauvais oeil l'arrivée d'une étrangère inconnue en tant que princesse alors que de nombreuses célébrités convoitaient Jart.
Omniprésence des paparazzi, interdiction de participer à des loisirs du peuple comme des soirées étudiantes : la nouvelle vie de Jay lui paraît rude, elle est sur le point de craquer à quelques reprises, mais des révélations sur le passé et la personnalité de Jart vont arriver au bon moment pour la persuader de persévérer auprès d'un prince plus meurtri qu'il n'y paraît. Ces événements passés assez dramatiques viennent expliquer subtilement la façon de se comporter du prince, extrêmement possessif et protecteur envers sa fiancée.

Le conte de fées moderne se poursuit donc dans ce deuxième volume, qui amène les premiers problèmes tout en apportant de manière plutôt fine des révélations attendues sur Jart. On reste encore sur quelque chose d'assez peu surprenant, enchaînant les clichés propres à ce type de récit, mais joliment construit, surtout en ce qui concerne le passé de Jart et les répercussions que celui-ci a eu sur sa personnalité d'aujourd'hui. Tout est là pour combler les amatrices de romances fleur bleue et idylliques, et au vu de la dernière page, le récit devrait continuer de gagner petit à petit en intensité, avec de nouvelles épreuves de plus en plus graves pour nos héros.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9612
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: 100% Perfect Girl

Message non lu par Koiwai » 24 avr. 2012, 07:56

Tome 3:

Un drame est sur le point de se jouer face à Jay, puisque le canon d'un revolver est pointé vers un homme. Spontanément, la jeune femme s'interpose pour sauver la cible, mais perd connaissance en chutant et est recueillie par celui qu'elle a protégé.
Du côté de Roinne, c'est la panique : on tente de retrouver la princesse Jay, portée disparue depuis cet incident. Les recherches sont faites dans la plus grande discrétion, tandis que le prince Jart, s'il n'en laisse rien paraître devant le peuple, se morfond au point de dépérir petit à petit. Pendant ce temps, Jay se réveille amnésique, face à l'homme qui l'a recueillie : Luigi, chef de la Camorra, mafia italienne, qui tombe rapidement sous le charme de la jeune femme...

Ainsi Wann introduit-elle rapidement, trop rapidement, un nouveau personnage en la personne de Luigi. Trop rapidement, car on a un peu de mal à gober les rebondissements qui lui sont liés au départ : on passera outre le physique d'Apollon du bonhomme, qui n'a rien d'un chef mafieux mais satisfera au moins les amatrices de beaux gosses, pour rester bloqué par l'invraisemblance de la naissance de ses sentiments pour Jay, rapide et à peine mise en avant. La suite du volume ne sera guère plus crédible : comment donc un chef de la mafia peut-il voir sa résidence envahie aussi facilement, en deux temps trois mouvements, par les intrus ?

Jusqu'au bout, Wann fait donc dans la facilité sur tous les plans, et il faudra passer outre cet aspect pour apprécier la lecture. De par ces nombreuses facilités, 100% Perfect Girl reste ancré dans un registre qui se veut peu réaliste, on a ici une sorte de boîte à fantasmes aux allures de conte moderne, où tout est fait dans la facilité pour amener du rêve basique aux lectrices. Et sur ce plan, c'est plutôt réussi : un beau gosse mafieux, un triangle amoureux qui se profile... Que demander de plus ? Des personnages un peu plus approfondis, peut-être ?

Hé bien rassurez-vous, c'est le cas ! En effet, cette situation est une nouvelle occasion de voir à quel point Jay compte pour Jart. Le prince se laisse dépérir en l'absence de sa belle et donne tout pour la retrouver. Mais la cruelle réalité qui s'imposera à ses yeux quand il la retrouvera fera office de nouveau rebondissement. De son côté, Luigi n'est pas en reste, puisque l'on découvre ici sa façon de considérer ses sentiments, via un passé survolé, mais qui reste suffisamment abordé pour bien comprendre la façon dont il a été conditionné pour réagir face à l'amour. Dès lors, on comprend mieux son côté possessif, aussi possessif que celui de Jart, même s'il paraît difficile de tolérer tous ses actes.

Avec l'arrivée d'un triangle amoureux mis en place de manière basique, 100% Perfect Girl s'engage dans une voie vue et revue, mais pas déplaisante pour autant si l'on accepte d'entrer dans le jeu de l'auteure et d'accepter les nombreuses facilités de son récit.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9612
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: 100% Perfect Girl

Message non lu par Koiwai » 30 juin 2012, 19:15

Tome 4 :

Petit à petit, Jay retrouve la mémoire, mais le doute la domine : d'un côté, elle doit beaucoup au beau mafieux Luigi qui l'a sauvée et recueillie, tandis que de l'autre côté, elle se souvient petit à petit d'un Jart à deux doigts de craquer face aux douleurs involontaires que lui inflige celle qu'il aime...

Finalement, le retour total de la mémoire de Jay risque fort de se faire par un événement choquant, montrant une nouvelle fois à quel point Jart aime Jay. Un amour fou, qui confine à une volonté possessive de plus en plus forte, et qui permet d'entrevoir une autre facette du beau prince.

C'est principalement ce que l'on retient de ce tome, car le reste est sans grande surprise et ne sert qu'à préparer la suite, ou alors est malheureusement assez mal amené. Sur ce dernier point, on regrettera la psychologie très lisse de Jay, dont le changement dans ce tome arrive assez soudainement, sans que ses réflexions au sujet de ses sentiments pour Jart ne permettent de rendre ses déclarations fortes et pleinement crédibles.
En parallèle, les choses suivent leur route en préparant une suite qui promet d'être tendue : tandis que Luigi ne peut renoncer à Jay et que de nouveaux personnages apparaissent autour de lui et devraient jouer un rôle de premier choix par la suite, on reste très intrigué par la décision prise par Ben et Kiran.

Quant au cadre de l'oeuvre, il reste dans une ambiance assez féérique et luxueuse et ravira toujours autant les amatrices. Ici, celles-ci pourront notamment se délecter des frasques de la cité monégasque et de la beauté de la ville de Venise.

100% Perfect Girl ravira toujours autant les lectrices recherchant une histoire d'amour digne d'une d'une princesse des temps modernes. Les autres, quant à eux, resteront un brin déçus par le côté très lisse des rebondissements et des personnages. Une lecture agréable sans être transcendante, à réserver avant tout aux fans du genre, qui y trouveront facilement leur compte.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9612
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: 100% Perfect Girl

Message non lu par Koiwai » 30 août 2012, 12:33

Tome 5 :

Jay a recouvré la mémoire, forte de son amour indéfectible pour Jart. Un amour réciproque et plus fort que jamais, si bien que plus rien ne semble pouvoir séparer les deux fiancés. Jart prend alors une décision importante en annonçant vouloir se marier avec Jay.
Tout semble aller pour le mieux, mais dans l'ombre, le mafieux Luigi, qui est bien décidé à récupérer Jay et s'est associé dans ce but à un certain Clarence Iron, prépare un plan diabolique destiné à semer le trouble entre les deux amants...

Le plan est infaillible, Luigi et Clarence jouant de leurs influences pour briser définitivement la confiance que se vouent Jay et Jart. Pendant toute la première partie du volume, nous voyons ce piège parfait et cruel se refermer sur les deux fiancés, et l'on reste happé par la lecture, grâce à une narration fluide, expliquant parfaitement les différentes étapes de ce qui se joue, et amenant de manière logique la chute brutale du couple. Rien ne semble pouvoir sauver les deux fiancés, Wann excelle pour nous faire ressentir cela. Entre l'amour fou et la haine, il n'y a qu'un pas, le doute a vite fait de s'immiscer et de déstabiliser les personnages, et la pauvre Jay en fera les frais...

C'est à ce moment précis que Wann choisit de bousculer une nouvelle fois son récit, en créant un piège dans le piège, Luigi étant doublé par un homme encore plus calculateur que lui : l'énigmatique Clarence, dont les objectifs restent encore sombres, mais se dévoileront dans une deuxième partie de volume impressionnante de maîtrise. L'heure est venue de découvrir le passé cruel et dramatique de ce jeune homme, un passé venant expliquer bien des choses, car il apporte non seulement les raisons poussant Clarence à haïr Jart et à vouloir le briser, mais il lève également le voile sur toute une facette du passé de la famille royale de Roanne, ponctué de faits peu glorieux, notamment autour de la mère de Jart et de son entourage. Le coup de génie de l'auteur vient de la manière dont elle a su préparer le terrain dans les volumes précédents : ici, de nombreux événements auxquels nous avons assisté précédemment se regroupent de manière logique et inattendue, offrant à l'histoire une cohérence jusque là insoupçonnée.

Les différents drames racontés ici sont portés par un coup de crayon qui sait faire ressortir les émotions des personnages (surtout la détresse amoureuse et la haine), et par une narration claire et d'une logique implacable. Alors que 100% Perfect Girl se présentait comme un conte des temps modernes plaisant mais assez classique, ce cinquième tome vient briser de manière magistrale cette impression. Un volume brillant, qui semble bel et bien lancer la série en lui apportant une nouvelle ampleur.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9612
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: 100% Perfect Girl

Message non lu par Koiwai » 22 oct. 2012, 21:26

Tome 6 :

Pour assouvir sa haine, Clarence Iron est bien décidé à plonger Jart dans un désespoir fou en condamnant Jay à une mort certaine. Pourtant,es choses ne se passent pas comme prévu : Luigi puis Jart débarquent, tandis qu'Iron lui-même, déstabilisé par les paroles de Jay, se surprend à lui sauver la vie... pour mieux la faire souffrir après ?

Après l'intensité dramatique du volume 5, le début du tome 6 retombe en partie comme un soufflé, la faute à la rapidité des événements et au manque d'approfondissement d'Iron quant à sa volonté d'aider sa captive à s'en sortir vivante. Pourquoi fait-il si subitement ce volte-face ? On le comprend en filigranes, mais il aurait été préférable de mieux aborder ce point.

Quoi qu'il en soit, Clarence Iron n'a pas dit son dernier et reviendra très vite sur le devant de la scène : alors qu'elle est sauvée, Jay a connu un profond choc psychologique venant ruiner sa carrière de peintre, et menaçant profondément sa relation avec Jart. Bien qu'il soit venu la sauver et ait confirmé ses sentiments pour elle, peut-elle lui pardonner de ne pas lui avoir fait confiance ? De plus en plus, un fossé d'incompréhension se creuse entre les deux amants, à tel point que Jart, dans un accès de colère, finit par lâcher des mots qu'il ne pense pas.

Ici, Wann en profite pour glisser quelques réflexions intéressantes et pas toujours tendres, voire pessimistes, sur l'amour et ses conséquences, tandis qu'un nouveau bouleversement lié à Iron vient de nouveau rythmer le récit. On passe un bon moment de lecture en voyant les rebondissements s'enchaîner, en voyant les tourments des personnages s'extérioriser, en se demandant comment tout ceci va s'impacter sur la relation de Jay et Jart, mais pour en profiter, il faudra passer outre quelques grosses ficelles et facilités. La facilité avec laquelle Clarence retrouve Jay à Londres laisse circonspect, de même que l'aisance avec laquelle ses hommes se sont infiltrés dans l'avion. Quant à Clarence lui-même, la mise en avant de sa façon de considérer Jay reste assez bancale.

S'il est riche en rebondissements et porté par d'intéressantes réflexions, ce sixième tome est donc un peu terni par quelques défauts qui n'empêchent cependant pas de se prendre au jeu et d'avoir envie de connaître la suite.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9612
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: 100% Perfect Girl

Message non lu par Koiwai » 21 avr. 2013, 14:34

Tome 7 :

Les différentes épreuves que subissent Jay et Jart ne font que renforcer leur amour... jusqu'à un marché odieux passé par Jay avec Clarence Iron afin de sauver Jart. Prise au piège par Iron, notre héroïne est contrainte de sacrifier jusqu'à son corps à un kidnappeur qui se laisse aller à ses désirs les plus forts. Au bout du compte, la relation entre Jay et Jart risque de ne plus jamais être la même...

Coup de tonnerre pour Jay et Jart, qui doivent affronter ensemble l'horrible chantage imposé par Iron, dans un début de volume qui détruit littéralement nos héros et leur relation, qui en sera changée en profondeur. Si Wann ose aller assez loin dans son propos, elle évite tout voyeurisme pour mieux se consacrer à ce qui découle de l'acte d'Iron : un éloignement entre Jay et Jart, chacun se sentant sali par la culpabilité, chacun ayant le sentiment d'être à l'origine de la douleur de l'être aimé, mais étant incapable de le dire clairement pour repartir de l'avant.

Il faut avouer que Wann aborde plutôt bien les choses, sa tendance à parfois trop survoler certains éléments étant mise en retrait au profit d'un focus prenant sur l'amour des deux héros, amour tellement intense qu'il en arrive à éclater, chacun souhaitant préserver l'autre de façon maladroite. S'en suivent les maladresses, les non-dits, les reproches, les incompréhensions, qui éloignent petit à petit les deux amants, tandis qu'en parallèle la manhwaga n'oublie pas de revenir aussi sur Iron, lui-même rongé par son acte et par ce qu'il implique, et prenant conscience qu'entre le désir fou et l'amour, il n'y a souvent qu'un pas.

Malgré une mise en scène et une narration toujours un peu brouillonnes et expéditives dès que le récit s'emballe un peu dans l'action, 100% Perfect Girl reste donc sur sa bonne dynamique, Wann développant ici de façon tout à fait convenable l'éclatement d'une relation après un drame que l'on ne souhaite à personne.
Image

Répondre