City Hall

Cette rubrique est consacrée à toutes les séries qui ne sont pas issues du Japon mais qui s'apparentent au manga. Vous y retrouverez donc les manwhas (Corée), les manhuas (Chine), mais aussi les séries appartenant au "Global manga" (courant qui regroupe notamment des auteurs français).
Avatar du membre
Erkael
Entité Démoniaque
Messages : 6308
Enregistré le : 01 juin 2004, 12:45
Localisation : Bordeaux

City Hall

Message non lu par Erkael » 19 janv. 2014, 23:51

Image
Auteurs: LAPEYRE Guillaume (dessins) / GUERIN Rémi (scénario)
Edité chez Ankama


Ankama poursuit sur sa lancée en mettant en avant des auteurs Français assez peu connus des lecteurs de mangas, avec cette volonté de démontrer que les bons titres ne sont pas réservés aux Japonais !

City Hall est donc l’association de deux auteurs de talent que sont Guillaume Lapayre aux dessins et Remi Guerin au scénario. Une association plus que prometteuse au vu de ce premier tome plus que séduisant !

Nous sommes dans un monde intemporel où les reliques du passé côtoient les instruments futuristes. Nous sommes en Angleterre plus précisément. Un crime est commis, le ministre des finances est assassiné de bien étrange façon… Alors que le papier, instrument magique donnant vie à ce qui est écrit dessus avait normalement disparu, un criminel se sert de cette étrange pouvoir pour commettre ses meurtres. Seul un écrivain de génie peut s’opposer à lui : Jules Verne !

Nous avons un pitch de départ vraiment très original et terriblement séduisant ! Accordé tant de pouvoir au papier et donc à l’écriture est un joli clin d’œil de la part d’auteurs. La magie des mots prend ici tout son sens.
L’idée de départ est à la base excellente, cela change de ce à quoi nous sommes habitués, mais introduire tous ces personnages historiques est sans doute la véritable idée géniale du titre ! Quoi de plus normal après tout quand le titre est basé sur le pouvoir des mots que de mettre des auteurs en personnages principaux ? Mais encore fallait il penser (ou avoir le courage, on ne parlera pas de prétention ici) de choisir des figures aussi emblématiques que celles ci : Jules Verne et Arthur Conan Doyle !
Le titre fourmille donc de références, et celle ci vont piocher un peu partout, à l’image de l’univers intemporel du titre, on retrouve des personnages anachroniques qui n’auraient jamais du se croiser ! Parmi les présents on peut notamment citer en plus des héros : Elliot Ness, Al Capone, Malcolm X ou encore Amelia Earhart, l’aviatrice ayant contribuée à l’égalité des femmes. Tout ce beau monde réunis pour une histoire féerique et enchanteresse.

L’univers de la série est vraiment à part et unique ! Outre les multiples anachronismes, la multiplication des références de personnages célèbres, on trouve une ambiance saisissante et vraiment envoûtante. Faire du papier et des mots apposés dessus une arme de destruction massive est une superbe illustration de l’adage disant que « la plume est plus forte que l ‘épée ». On pourrait presque y voir un message symbolique.
Et pour couronner le tout, et encore pour donner de l’importance à la force des mots, le tome est rempli de citations d’auteurs célèbres, de belles citations illustrant plus ou moins bien les évènements du volume ou en tout cas justement cette puissance du verbe !

Nous avons donc de l’action, des personnages intéressants et travaillés, une intrigue prenante, un background original et un univers séduisant…rien à redire pour ce premier tome qui nous agrippe dés ses premières pages pour ne plus nous lâcher !

Le dessin est très beau et, fait rare quand il s’agit d’auteur Français, il pourrait parfaitement passer pour un trait Japonais. N’importe qui lisant cette série sans savoir qui en sont les auteurs pourraient s’y méprendre. Non pas que les Japonais aient plus de talent, mais c’est important de le souligner pour faire taire les mauvaises langues qui se ferment à tous ce qui n’est pas Japonais !
Le seul défaut venant du fait que le titre soit Français…le rythme de parution ! Les contraintes éditoriales n’étant pas les mêmes, le second tome ne nous arrivera qu’assez tardivement par rapport aux autres titres. Mais la qualité vaut bien un peu de patience !

Une excellente surprise que ce premier tome qui saura plaire au plus grand nombre sans soucis !
On ne peut pas gagner à tous les coups mais on ne peut pas perdre à chaque fois non plus!

Image

Avatar du membre
Erkael
Entité Démoniaque
Messages : 6308
Enregistré le : 01 juin 2004, 12:45
Localisation : Bordeaux

Re: City Hall

Message non lu par Erkael » 19 janv. 2014, 23:54

Vol 2: Après un magnifique premier tome qui avait surpris et séduit, inutile de dire que ce second volume était très attendu ! S’il ne déçoit pas, car la recette opère toujours merveilleusement bien, il s’avère malgré tout moins passionnant, moins surprenant. Autant le premier donnait l’impression que tout allait très vite, insufflant un rythme endiablé, autant on a l’impression que celui-ci avance peu malgré tout ce qui s’y passe !

Nos héros continuent leur enquête mais celle ci piétine, et la tache n’est pas facilitée par la police qui leur met des bâtons dans les roues ! Le coupable officielle est le père de Jules Verne, fait que ce dernier refuse d’accepter ; avec ses camarades il va donc lutter contre l’énigmatique criminel mais également contre la police !

On retrouve les mêmes ingrédients, et la même magie. L’importance donnée aux mots et à son pouvoir est toujours mis au premier plan, pouvoir hautement symbolique et participant à une mise en abyme puisque ce sont des auteurs célèbres qui vont lutter contre ce pouvoir en l’utilisant eux mêmes.
Entre chaque chapitre on retrouve des citations qui viennent alimenter ce symbole du pouvoir des mots, ces citations de personnalités célèbres, allant de Freud à Roosevelt en passant par Stephen King ont toutes le mêmes thème : le pouvoir des mots et de l’écriture, arme plus puissante que l’épée !
Et pour appuyer encore tout ça, quoi de mieux que d’intégrer de nouveaux personnages liés à cette époque bénie des grands romans classiques de l’Angleterre Victorienne ? Et c’est d’ailleurs un des autres éléments qui fait le charme de la série… Donc après tous les personnages introduits dans le premier tome, on s’attendait forcément à en trouver d’autres tout aussi connu et tout aussi détournés de leurs modèles. Dans ce second tome on retrouve donc Mary Shelley, la très célèbre auteur du non moins célèbre « Frankenstein », mais on retrouve aussi, et c’est plus surprenant, donc plus intéressant encore, le célèbre magicien Houdini qui demeure un magicien dans le titre.
Il est intéressant de s’attarder sur la vision de ces personnages qu’en ont les auteurs du titre, il est amusant de les voir jouer avec ces légendes, des les faire s’opposer, de jouer avec leurs personnalités…

S’il est vrai que ce second tome s’avère moins passionnant que le premier, cela ne veut pas dire pour autant qu’il n’est pas de haut niveau ! On savoure ce volume en se prenant pour Sherlock Holmes, en tentant de deviner l’identité du terrible Black Fowl que nous ignorons toujours.
On attend donc le troisième et dernier tome avec une grande impatience, en regrettant déjà qu’il s’agisse justement du dernier !
On ne peut pas gagner à tous les coups mais on ne peut pas perdre à chaque fois non plus!

Image

Avatar du membre
Erkael
Entité Démoniaque
Messages : 6308
Enregistré le : 01 juin 2004, 12:45
Localisation : Bordeaux

Re: City Hall

Message non lu par Erkael » 19 janv. 2014, 23:54

Vol 3: Après deux premiers tomes tout simplement excellents nous étions impatient de découvrir ce troisième tome, venant boucler le premier cycle de cette saga que nous espérons encore longue ! Et c’est avec grand plaisir que nous constatons qu’il s’avère aussi passionnant que les deux précédents.

Nous reprenons en plein milieu de l’action, les personnages sont séparés et Black Fowl fait régner la terreur. Arthur et Jules doivent se dépêcher de mener à bien leur mission, pour cela ils seront aidés par un jeune journaliste ayant découvert bien des choses…

Tout va très vite dans ce tome, les choses se précipitent, à tel point qu’on est parfois un peu perdu tant certains évènements apparaissent un peu brouillon, notamment certaines scènes d’actions qui sont malheureusement confuses, ce qui il faut bien l’avouer nuie un peu à l’ensemble…mais c’est bien là le seul défaut ! Tout le reste est du pur plaisir.
Les personnages inspirés d’individus ayant réellement existés sont un peu la marque de fabrique du titre mais on pouvait penser que maintenant que l’intrigue était bien installé, les auteurs n’auraient plus l’opportunité d’en introduire de nouveaux…c’était les sous estimer, et on n’a jamais été aussi content de se tromper !
Les nouveaux venus sont au nombre de deux : on trouve dans le désordre H. P. Lovecraft, personnage sombre et antipathique inspiré de l’exceptionnel nouvelliste ayant créé une mythologie, rien que ça. Ici il ira même jusqu’à invoquer Cthulhu sa mythique créature innommable. On trouve également l’écrivain et journaliste George Orwell.
On trouve également de nombreuses autres références tel que Gustave Eiffel, Pierre Jules Hetzel (connu sous le nom de plume de P.J. Stahl, auteur notamment des « Quatre filles du docteur March ») et d’autres encore. Mais les références ne s’arrêtent pas à des personnages mais à des œuvres au sens large. On découvre une série de véhicules tel qu’un vaisseau de Star Wars, la Doloréane de « Retour vers le futur », ou encore la célèbre voiture de « Ghostbusters »…que des films cultes ! A cela s’ajoute le costume et le jet pack de « The rocketeer » ! Clairement de quoi satisfaire tous les geeks que nous sommes !

On retrouve bien sur les citations d’auteurs célèbres, mais elles évoluent, elles ne portent plus sur la magie et l’importance des mots, elles collent exactement au chapitre qui suit, reflète l’ambiance qui va suivre…

Mais si l’intérêt du titre se limitait à ses références, il serait bien plus réduit. Les références c’est une chose, la solidité du scénario et de l’intrigue, des personnages travaillés et charismatiques, des retournements de situations qui maintiennent notre curiosité jusqu’à la dernière page…c’est autre chose ! Et tout ça nous l’avons !

Il faudra attendre les toutes dernières pages pour découvrir l’identité de Black Fowl, et la surprise sera grande. La révélation finale est digne des plus grands romans ou des plus grands films, un choc qui bouleversera les lecteurs !
Mais ce qui fait le plus d’effet (et le plus plaisir) sont les dernières pages, présentées comme des pages bonus, qui ouvrent un nouveau cycle…City Hall s’étendra sur plus de trois volumes et ça c’est la meilleure nouvelle qu’on ait eu depuis longtemps !

City Hall prouve qu’on peut lire un titre fun et bourré d’action tout en laissant une place importante à la culture littéraire, et rien que pour ça, ce titre est exceptionnel.
Un titre bluffant de sa première à sa dernière page, clairement une réussite sur toute la ligne !
On ne peut pas gagner à tous les coups mais on ne peut pas perdre à chaque fois non plus!

Image

Avatar du membre
Erkael
Entité Démoniaque
Messages : 6308
Enregistré le : 01 juin 2004, 12:45
Localisation : Bordeaux

Re: City Hall

Message non lu par Erkael » 19 janv. 2014, 23:55

Vol 4: Après une longue attente, voilà enfin le quatrième tome de cette somptueuse série qui a su ravir tous les lecteurs qui s’y sont essayés. L’attente fut longue donc mais amplement récompensée par un tome une nouvelle fois d’une grande qualité !

Black Fowl a enfin été emprisonné mais il refuse de parler à qui que ce soit mis à part à Pierre Verne, le père de Jules. Mais lors de l’entretien, le criminel copie l’identité de Pierre…Deux personnes identiques sont désormais enfermés et il apparaît impossible de distinguer le vrai du faux… La reine Victoria II décide alors sommairement d’une double exécution ! Cette terrible annonce sort Jules de sa torpeur, encore sous le coup de la révélation qui a accompagnée l’arrestation de Black Fowl, et pousse Amelia à rester encore avec nos compagnons alors qu’elle s’apprêter à rentrer aux Etats Unis. Le temps presse pour Arthur, Jules et Amélia qui devront faire la lumière sur cette affaire avant l’exécution.

Quel plaisir de retrouver ce titre pour de nouvelles aventures après une première phase absolument passionnante, et déjà cette seconde phase commence très fort. Ceux qui ont lu le troisième tome (grandement conseillé tout de même pour profiter pleinement du nouveau volume) retrouveront en introduction ce qui avait servi de mise en bouche bonus en conclusion de ce même tome… On redécouvre le coup sournois de Black Fowl sans en apprendre plus sur lui, mais cette fois, nous n’en restons pas là et entamons une nouvelle enquête qui s’annonce au moins aussi périlleuse que la première !

On retrouve donc notre trio de héros, sans Houdini qui a périt dans le tome précédent, mais d’autres sont encore là et ne semble pas encore décidés à en rester là tel que Joseph Bell ou Mary Sheiley.
Après une bonne grosse moitié d’introduction à cette nouvelle enquête, après avoir planté le décor, nos héros prennent la décision de se rendre à Paris ! On quitte donc Londres pour découvrir la version des auteurs de la ville des lumières, une version qui nos promet son lot de surprises et son lot de nouveaux personnages ! A peine arrivé, Nikola Tesla est mentionné, mais qui dit Paris dit référence Française évidente : et les premiers à rentrer en scène ne sont autre que Victor Hugo et Arsène Lupin ! Qui demander de mieux ? Autant on pouvait attendre le second, autant le premier est une petite surprise bien plaisante ; et il nous tarde déjà de découvrir ce que les auteurs réservent à ces personnalités dont la réputation n’est plus à faire.
Et bien évidemment, un tome de City Hall ne serait pas City Hall sans ses multiples références à des univers variés : ici Doctor Who, Eurodisney et j’en passe. Rien que le fait de les chercher rajoute encore plus de saveur à la lecture !
Bien entendu on retrouve les citations qui viennent faire référence au contenu du chapitre, petit plus non négligeable qui atteste qu’on peut être un geek et être cultivé !

En fin de tome on trouve également en bonus quelques pages de cross over avec le « Visiteur du futur », phénomène web série Français qui a pris des proportions incroyables. Encore un clin d’œil à tous les lecteurs geeks…qui sont nombreux !

En un mot comme en cent, un volume de qualité égale avec les précédents, tout simplement excellent !
On ne peut pas gagner à tous les coups mais on ne peut pas perdre à chaque fois non plus!

Image

Avatar du membre
Erkael
Entité Démoniaque
Messages : 6308
Enregistré le : 01 juin 2004, 12:45
Localisation : Bordeaux

Re: City Hall

Message non lu par Erkael » 29 mai 2014, 00:46

Vol 5: Les auteurs de City Hall semblent posséder un pouvoir incroyable : ils maîtrisent le temps ! Ou tout du moins ils peuvent le rallonger ! Sinon comment expliquer que les jours, semaines et mois qui séparent la sortie de deux volumes de leur série paraissent aussi interminables ?
Mais notre patience est récompensée par un volume une nouvelle fois d'une qualité rare, un tome qui nous réserve encore bien des surprises !

Notre trio de héros, après avoir été malmenés puis enlevés, se retrouvent face à Victor Hugo, leader de la résistance, qui décide de les aider. Après une surprenante révélation, il conduit Verne et ses compagnons devant le « conseil des dix »…
Pendant ce temps, Houdini, toujours vivant, est emprisonné dans un monde étrange aux propriétés inédites. Il se débat pour sortir de cet univers dont il tente de comprendre les règles.

Houdini est de retour ! C'est la première belle surprise de ce tome, mais ce ne sera pas la dernière. Depuis le début de la série les auteurs multiplient les références et font intervenir des figures historiques réelles, c'est le cas de tous les personnages un tant soit peu importants dans le titre, et bien cette fois ci ils se lâchent totalement, ils n'ont jamais fait intervenir autant de personnages sur un seul tome (exception faite du premier qui introduisait l'univers et donc les personnages principaux) : Maupassant, Agathie Christie, Maurice Leblanc, Edgar Allan Poe mais aussi (et plus surprenant) C. S. Lewis et Tolkien, sans oublier Lewis Caroll ou dans un autre registre (comprenez un personnage qui ne soit pas un auteur) Nikola Tesla !
Ils ratissent large et mélangent des univers totalement différents qu'on n'aurait pas pensé à faire côtoyer mais l'ensemble fonctionne à merveille. D'autant plus qu'il ne s’arrête pas là : ils réutilisent les œuvres des auteurs qu'ils intègrent à leur histoire à la sauce « City Hall », autrement dit se mêlent dans un univers riche et cohérent, un univers incroyablement dynamique et vivant où le concret et l'abstrait se mélangent pour donner vie à une réalité secondaire mais incontestable.

Ainsi l'univers de Lewis Caroll, celui « D'Alice au pays des merveilles », est habilement utilisé comme celui emprisonnant Houdini. Dans quel autre œuvre peut on espérer voir un duel d'énigmes opposant Houdini au chat du Cheshire ?
Dans le même ordre d'idée, le Horla sert d'invocation pour Maupassant pour ses duels, il devient une créature maléfique rendant fou ses victimes et se servant de leur folie pour les terrasser (pas très loin au final de l'original).

Cette série ne cesse de nous surprendre et surtout de nous éblouir et visiblement elle n'a pas fini de le faire. Tout en rajoutant des éléments inspirés du monde réel via de multiples références, les auteurs Guerin et Lapeyre, réussissent le tour de force à continuer de proposer une intrigue passionnante et pleine de rebondissements. Ils se renouvellent sans cesse pour satisfaire les lecteurs sans cesse…

Rares sont les séries qui en ayant commencé aussi bien ne faiblissent pas au fil des tomes...City Hall est de celles là !
On ne peut pas gagner à tous les coups mais on ne peut pas perdre à chaque fois non plus!

Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9190
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: City Hall

Message non lu par Koiwai » 21 juin 2015, 10:24

Je me suis pris l'édition collector du tome 7, qui, pour 2€ de plus, propose le coffret de rangement de la saison 2, les jaquettes collector des tomes 4 à 7 (soit l'ensemble de la saison 2 - J'avais déjà les jaquettes collector des tomes 4 à 6, mais bon) et un jeu de cartes aux couleurs de la série. Notons que ce coffret existe aussi directement avec les 4 tomes de la saison 2 et ces mêmes jaquettes collector et jeu de cartes, le tout au même prix que si on achète les 4 tomes séparément !
Le coffret est de bonne conception, et le jeu de cartes vraiment joli. Les cartes à chiffres sont plutôt classiques, mais les cartes Roi/Reine/Valet/Joker sont ornées de différents personnages de la série pour un résultat très séduisant. Sans oublier la petite carte de présentation made in Harry Houdini ^_^ Pour 2€ de plus seulement, je ne regrette pas du tout l'achat ^_^

Quant au tome en lui-même, il offre à City Hall un final foutrement mouvementé et surprenant, et étant très loin de ce que l'on pourrait appeler un happy end classique. Si bien qu'arrivé au bout du petit épilogue bien sympa, j'ai même ressenti une petite frustration me donnant envie de prolonger l'aventure et de suivre encore ces personnages. Hélas, City Hall c'est bien fini :-(

'fin, l'histoire principale est finie. Car dans sa postface, Rémi Guérin annonce l'arrivée pour 2016 de City Hall - Icons, un spin-off dont chaque tome s'intéressera à un personnage différent (le 1er tome sera consacré à Houdini et à son énigmatique lien avec la belle Mary Shelley). Guillaume Lapeyre ne sera plus au dessin mais continuera de superviser la narration et le storyboard visiblement. Côté visuels, on découvrira donc un nouveau dessinateur, Gary Vanaka,dont on peut apprécier en fin de volume quelques dessins montrant comment sera son City Hall... et ça s'annonce pas mal du tout !
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Répondre