Doggy Bags

Section destinée aux lecteurs de BD franco-belge
Avatar du membre
shinob
Retired Zombie Cat
Messages : 5176
Enregistré le : 20 sept. 2004, 19:57
Localisation : τό ὅλον

Doggy Bags

Message non lu par shinob » 15 févr. 2011, 14:40

Doggy Bags

RUN, Maudoux et Singelin / Ankama


Image

Synopsis:
Besoin d’une triple dose d’adrénaline ?
Alors laissez-vous pénétrer par la violence des one-shots de Doggy Bags bourrés de testostérone, de violence et de premier degré: Fresh, flesh & Hot Chrome ; Masiko et Mort ou vif.


Avis:
Avec Doggybags, Run et ses acolytes Maudoux et Singelin ont voulu rendre hommage aux comics EC des années 50 ainsi qu'aux meilleures séries B amerloques. Trois histoires nous sont proposées dans ce premier tome, avec pour fond commun une ambiance résolument décalée et violente.

La première histoire, Fresh, Flesh & Hot Chrome, nous narre une course poursuite endiablée entre une fugitive et un gang de motards loups-garous, qui espère bien récupérer sa protégée. La narration est très dynamique, mais le style graphique un peu enfantin (je pense notamment au faciès simpliste de l'héroïne ou du visage démesurément rond du conducteur) et parfois brouillon ne colle pas vraiment au genre. De plus, l'histoire prend le parti de se construire autour de la course poursuite, et du coup délaisse un peu l'héroïne, qui n'est même pas nommée. On a donc du mal à éprouver un minimum d'empathie pour elle.

Masiko, réalisé par Florent Maudoux, est la seconde histoire de l'album.Il s'agit en fait d'une préquelle à la série Freaks' Squeele. On y suit les aventures de la mère de Xiong Mao qui veut s'éloigner du milieu de la pègre pour élever sa fille. Castagne et duels seront légion dans ce récit très plaisant à lire, et qui bien évidemment ravira les fans de Freaks' Squeele.

La troisième et dernière histoire est de loin la meilleure. S'inspirant d'un célèbre conte de Tales from Crypt, Run nous convie à un face à face épique entre un gangster sans foi ni loi et un représentant de l'ordre qui n'est pas sans rappeler Stallone dans Judge Dredd. Les graphismes sont froids, à l'image des protagonistes et de l'univers impitoyable et inhospitalier dans lequel ils évoluent.

En définitive, ce premier recueil de Doggybags est une bonne surprise! Trois récits, trois styles, mais une seule et même envie de distraire un lectorat nostalgique de la grande époque des Contes de la Crypte. A réserver aux fans du genre!
Don't dream it... Be it !

Avatar du membre
Hitsuji
Time Sheep
Messages : 666
Enregistré le : 12 juil. 2011, 18:37
Localisation : Près d'un chat ! :3
Contact :

Re: Doggy Bags

Message non lu par Hitsuji » 18 juil. 2011, 09:09

Doggybags est un excellent recueil. J’avais un peu peur, au début, même si je savais que j’allais au moins aimer la nouvelle de Florent Maudoux, Masiko. Le reste, c’était le néant. Une inconnue gigantesque que j’allais devoir affronter. Et je suis ressorti grand gagnant de ce combat ! \o/

Doggybags réunit trois talents distincts d’Ankama.

On commence par G.Singelin et son Fresh Flesh & Hot Chrome, une histoire de motards loup-garous bien tripante, bourrée d’action et d’adrénaline. Miam. Une course haletante menée tambour battant, sans temps morts. Une trentaine de pages remplissant dignement le contrat.

Puis F.Maudoux nous sert son Masiko, très épicé et sanglant, une bonne histoire qui peut se lire sans même connaître Freaks’ Squeele. J’ai beaucoup aimé, et ça permet d’en apprendre plus sur la maman de Xiong-Mao, et ça, c’est cool. En dehors du lien avec FS, l’histoire est fun et dynamique, violente et gore. Parfaitement dans l’optique du bouquin.

Enfin, on finit avec Mort ou Vif, le récit de Run, macabre et surprenant, dans une ambiance assez dérangeante, mais bien prenante. Son tyle de dessin est particulier mais se marie bien avec le genre qu’il manipule. Run signe également l’histoire à la conclusion la plus surprenante et la moins prévisible. Ouah, ça dépote grave ! Franchement, j’avais peur au vu du dessin, mais ma maman m’a toujours appris à ne pas juger sur les apparences, et elle a bien raison. Peut-être la meilleure nouvelle du lot !

Dans l’ensemble, un premier essai réussi.
Seul bémol, l’odeur assez spéciale du papier. Ca surprend.
"on the internet, no one knows you're a cat."
—A cat.

Répondre