Lucyloo et les arpenteurs de songes

Section destinée aux lecteurs de BD franco-belge
Avatar du membre
ShadO
Dreamer in the rain
Messages : 942
Enregistré le : 19 avr. 2009, 18:10
Localisation : Bruxelles

Lucyloo et les arpenteurs de songes

Message non lu par ShadO » 06 avr. 2011, 07:42

Lucyloo et les arpenteurs de songes
[/size]
Image
La fiche sur Manga-news

Vol. 1:

Une cité fantastique gouvernée par un despote sans pitié à l'insu du peuple, une créature mi-femme mi-poupée dont le rôle est de plonger dans le Grand-Songe en compagnie de ses consœurs afin d'y récupérer des perles d'Oeniria, nécessaires au maintien du Grand Extérieur. Amoureuse d'un inconnu, elle s'est éveillée au stade de la pensée. Et, pendant ce temps, une poignée de rebelles tentent tant bien que mal de s'opposer à la dictature en place. Bienvenue dans l'univers particulièrement original de Lucyloo, arpenteur de songe de son état !

Et si le monde dans lequel évolue notre héroïne se veut très particulier, il est aussi relativement complexe à apprivoiser. Plongés dans le bain sans préavis, nous voila arrosés de toute une série de termes propres à la série que l'on ne comprend qu'à moitié. De quoi il retourne ? Qu'essaye-t-on de nous dire ? Il faudra patienter le temps de quelques pages avant d'y voir un peu plus clair et, ce, par l'intermédiaire de Vaudoo Boy, sorte de guide à tendance humoristique qui se plaira à nous en apprendre un peu plus sur Grand Extérieur, sur les arpenteurs, et sur les autres éléments propres au récit. En plus d'être étonnant, ce petit bonhomme se révèlera finalement indispensable à la compréhension de l'histoire mise en place. Heureusement d'ailleurs car, si le scenario reste jusqu'ici assez quelconque, l'univers qu'il nous est donné de découvrir vaut largement le détour.

Mélange de beaucoup de choses, celui-ci nous entraine dans un monde qui rappelle, par moments, les séries du type D.Gray-man tout en s'en éloignant finalement très fortement. Mais plus que les décors qui se veulent apparentés à l'Art Nouveau, c'est l'originalité dans l'organisation des planches qui frappe. Certaines laissent presque exclusivement place à du texte, d'autres font s’entremêler les cases, d'autres encore imitent le principe des strips. En outre, le tout est truffé de détails et de trouvailles à la fois amusants et pertinents. Si l'on aurait pu croire que l'ensemble aurait un goût indigeste, c'est en fait loin d'être le cas. Mieux, cette créativité qui habite ce premier tome est sans aucun doute le point fort de Lucyloo pour le moment et témoigne d'une réelle recherche artistique. Car, comme je le disais, l'intrigue en elle-même, une fois qu'elle est orpheline de ses artifices et qu'elle nous apparait plus ou moins clairement, ne parvient pas tout à fait à convaincre. Ou, plutôt, on ne retrouve pas dans celle-ci l'imagination fertile dont font preuve les auteurs dans la mise en place du décor. Une femme qui n'en est pas vraiment une est en quête d'identité et d'amour, un jeune homme lutte contre le mal avec les moyens du bord. Et, évidemment, les deux sont liés. Mais peut-être cela évoluera-t-il positivement par la suite ? Il faut l'espérer, en tout cas, car la série aurait tout à y gagner.

Il serait également intéressant qu'elle donne un petit plus de profondeur à ses différents personnages car, jusqu'à présent, si suivre Lucyloo au gré de ses pérégrinations n'est pas ennuyeux, la demoiselle ne se révèle pas non plus un modèle de charisme et d'intérêt. Par contre, en marge des principaux intervenants, la présence de personnes telles que Vaudoo Boy est nettement plus convaincante.

Pour ce qui est de l'édition, Aqua Lumina fournit du très bon travail. La couverture, notamment, est très bien réalisée. On notera aussi la présence de quelques crayonnés en fin de volume et d'une biographie de chaque auteur.

Ce premier tome de Lucyloo et les arpenteurs de songe nous invite donc à découvrir un monde extrêmement original, peut-être un poil trop hermétique, au sein duquel évoluent des personnages qui manquent sans doute encore d'un peu d'envergure, à l'image de l'histoire principale. Il n’empêche cependant que la lecture en vaut largement la peine et qu'il est particulièrement agréable de constater toute l'inventivité dont sont dotés certains scénaristes et dessinateurs occidentaux !
Image
Image

Répondre