Je tuerai encore Billy the Kid

Section destinée aux lecteurs de BD franco-belge
Avatar du membre
shinob
Retired Zombie Cat
Messages : 5176
Enregistré le : 20 sept. 2004, 19:57
Localisation : τό ὅλον

Je tuerai encore Billy the Kid

Message non lu par shinob » 03 mai 2011, 14:54

Je tuerai encore Billy the Kid

Roberto Recchioni & Riccardo Burchielli / Clair de Lune


Image

Résumé:
Pat Garrett n'en peut plus de vivre avec le remords d'avoir liquidé Billy the Kid.
Ça ne s'arrange pas quand on lui demande de tuer une deuxième fois son ex-meilleur ami. Il faut dire que celui-ci est entre-temps sorti de la tombe et s'est mis aux commandes d'une année de zombies prêts à pourrir et à marcher vers la liberté.


Avis:
Bande dessinée d'origine italienne, Je tuerai encore Billy the Kid nous fait découvrir l'Ouest américain d'une toute nouvelle - et plaisante - manière. Le récit s'ouvre sur un mystérieux cavalier, chevauchant en solitaire dans la prairie américaine... Il s'agit du shérif Pat Garret, parti à la recherche du célèbre bandit Billy The Kid, revenu d'entre les morts sous la forme d'un zombie! Et notre héros est bien décidé à remettre dans la tombe celui qui était autrefois son ami mais qu'il a pourtant tué d'une balle dans le dos... mais un problème se pose: Billy the Kid n'est pas le seul mort vivant dans l'Ouest... il y en a beaucoup, et ils ont faim de chair humaine!

Zombies et western, voici l'improbable mélange qu'on retrouve dans ce one shot réalisé par un collectif d'auteurs italiens. Il y avait de quoi s'inquiéter, car ces deux thématiques assez populaires dans la bande dessinée n'ont été que très peu souvent réunies. Et pourtant, cet ouvrage édité en France chez Clair de Lune s'avère particulièrement réussi!
La force du récit est de mélanger de façon très harmonieuse l'horreur incarnée par les morts vivants avec une mise en scène, une ambiance et des dialogues propres au western. Au final, aucune thématique n'écrase l'autre, et les amateurs des deux genres y trouveront leur compte!

Pat Garret, presque aussi crapuleux que le bandit qu'il traque, est sans doute l'attraction majeure du récit. Charismatique, cruel, cynique, alcoolique, cet anti-héros comme on les aime n'hésitera pas à dégainer son colt si l'on se met sur son chemin... On a déjà vu des shérifs plus intègres! A ses côtés, différents personnages antipathiques, n'étant intéressés que par la vengeance et/ou leur propre survie. Une belle galerie de sales gueules, aucune ne rattrapant l'autre!

Le style graphique, utilisant des traits épais et anguleux, est à l'image du héros de la série: froid et assez nerveux. Le choix du noir & blanc est ici très judicieux car il contribue à l'ambiance sombre et glauque de la série.

Malgré sa brièveté et un format atypique, ce one shot est totale réussite méritant une place de choix dans toutes les bédéthèques de France! Le récit, imprévisible, ne cesse de nous surprendre pour nous offrir un final en apothéose, digne des plus grands western spaghetti auxquels il rend hommage. Un titre à posséder de toute urgence!!
Don't dream it... Be it !

Répondre