Superman

A réserver aux adeptes des Comics !
Avatar du membre
Kimi_
The Jelly
Messages : 1525
Enregistré le : 14 juil. 2011, 19:45
Localisation : Parti titiller les photons entre la Voie Lactée et Andromède.
Contact :

Re: Superman

Message non lu par Kimi_ » 23 mai 2013, 18:05

Wow !

Quand je disais que Man of Steel pourrait me réconcilier avec l'univers de Superman... Y a pas à chipoter, elle claque cette bande-annonce ! *___*
Super Metroid

The operation was completed successfully. Clear time : 01:50.

Your rate for collecting items is 100%. See you next Mission.
[/b]
Image

Glass Heart
Messages : 2448
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Superman

Message non lu par Glass Heart » 08 juin 2013, 20:28

Nouvelle bande-annonce. Qui veut voir Superman en action ?

dwYatpwrs8s

Espérons que le film soit réussi cette fois, d'autant que Warner compte sur ce succès pour lancer les films suivants (Justice League et consorts). Si le film échoue, ils se retrouveront dans la même optique que Green Lantern l'année dernière, à ne plus trop savoir quoi faire pour la suite.

Glass Heart
Messages : 2448
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Superman

Message non lu par Glass Heart » 13 juin 2013, 23:29

La moyenne des critiques pour l'instant sur Rotten Tomatoes. Je préviens tout de suite, le film ne fait pas vraiment un bon score.

58% de critiques positives. 73 positives pour 54 négatives. 127 critiques en tout.

Note moyenne: 6,4/10.

http://www.rottentomatoes.com/m/superman-man-of-steel/

Avatar du membre
hdix
Messages : 1554
Enregistré le : 28 août 2007, 14:46
Localisation : environs de bourg en bresse

Re: Superman

Message non lu par hdix » 14 juin 2013, 08:51

ah bon ??
c'est quoi les points négatifs ? peux pas aller voir le lien... ^^"

mais il est sorti ?
Image
"SAVOIR PLUTÔT QUE CROIRE"

Glass Heart
Messages : 2448
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Superman

Message non lu par Glass Heart » 14 juin 2013, 12:27

Ce sont les critiques de ciné qui étaient à la projection de presse (Rotten Tomatoes est un site qui regroupe les critiques presse pour établir un consensus général). L'embargo étant fini, ils peuvent poster leurs critiques.

Disons que ce n'est pas négatif à proprement parler, c'est surtout très partagé. Pour certains (les fans du comics principalement), le film est excellent. Pour d'autres (plutôt axés cinéphiles), le film ressemble à n'importe quel autre film de super-héros avec surtout de l'action. Le gros problème, selon eux, c'est que l'histoire a vraiment du potentiel mais que le film est sans cesse à cheval entre deux chaises, affichant ses ambitions d'un côté mais faisant la part belle à une overdose d'action de l'autre. Si bien que certains personnages sont à peine développés et que les spectateurs peuvent parfois se demander "Qui c'est déjà, celui-là ?".

Zack Snyder n'a jamais trop été un réalisateur apprécié par la critique (sa réalisation est assez particulière) et ça se retrouve pas mal dedans je trouve, même si beaucoup reconnaissent que c'est son meilleur film et le plus mature. Parmi les gros points positifs, il y a Henry Cavill qui est extraordinaire en Superman, faisant oublier les incarnations passées (Christopher Reeve) et faisant quasiment l'unanimité.

L'un des reproches que j'ai lu aussi, c'est que certains semblaient s'attendre à un nouveau Dark Knight avec Superman (la promo s'axait en partie sur Nolan producteur), ce que le film n'est assurément pas. C'est d'ailleurs en partie lié au fait que certains s'attendaient à un peu moins d'action et à un peu plus de développement des personnages.

Ah, et la 3D est pas mal critiquée aussi parce qu'elle ne collerait pas trop avec les moments plus intimistes.


PS: Le film est désormais à 58% de critiques positives. 95 positives pour 68 négatives. 163 critiques en tout.

Note moyenne: 6,3/10.

http://www.rottentomatoes.com/m/superman-man-of-steel/

Glass Heart
Messages : 2448
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Superman

Message non lu par Glass Heart » 19 juin 2013, 13:07

Sauf imprévu (orage), je vais probablement aller voir le film dans la soirée en 3D. Je dirais ce que j'en pense.

Mais tous ces retours sur le fait que le film ferait la part belle à l'action et en oublierait la dimension humaine et l'émotion avec des personnages qui peinent à exister, ça me fait un peu peur. C'est d'ailleurs plus ou moins ce que je craignais à la base, quand j'ai appris que Zack Snyder était aux commandes, mais les bandes-annonces m'avaient plutôt rassuré de ce côté.

L'un des reproches qui est aussi fait au film, c'est sa dimension destructrice qui serait très mal traitée. Les combats détruiraient la moitié des buildings de Metropolis, faisant d'innombrables victimes, mais le film n'assumerait pas ce carnage. Ca serait juste là pour le grand spectacle. Superman, qui se bat pour protéger l'humanité, tuerait indirectement plusieurs dizaines de milliers de personnes et il n'en aurait rien à cirer (et le film non plus).

Glass Heart
Messages : 2448
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Superman

Message non lu par Glass Heart » 23 juin 2013, 00:30

Man of Steel

Image

Réalisateur: Zack Snyder.
Année: 2013.
Durée: 2h25.


Casting: Henry Cavill (Kal-El / Clark Kent), Amy Adams (Lois Lane), Michael Shannon (Général Zod), Russell Crowe (Jor-El), Diane Lane (Martha Kent), Laurence Fishburne (Perry White),
Kevin Costner (Jonathan Kent), Antje Traue (Faora) et Ayelet Zurer (Lara Lor-Van).



L'Histoire

La planète Krypton vit des heures sombres. Conséquence de l'exploitation de ses richesses naturelles, son noyau est devenu instable et le scientifique Jor-El prédit l'anéantissement de leur monde. Dans un dernier effort pour sauver la planète, le Général Zod, chef des armées, tente un coup d'état contre le conseil, mais leur tentative échoue. Condamnés pour haute-trahison, lui et ses partisans sont exilés dans la Zone Fantôme, une prison spatiale. Jor-El, lui, confie la survie de leur peuple à son nouveau-né, Kal-El, qui échappe ainsi à la destruction de la planète.

Kal-El arrive sur Terre où il est recueilli par un couple de fermiers et vit pendant des années sous l'identité de Clark Kent. Différent des autres enfants, possédant des capacités hors du commun et souvent bizarre, il a vécu toute son enfance en étant rejeté et exclu par les autres. Malgré les efforts de son père Jonathan pour cacher son existence, convaincu que le monde n'est pas prêt à l'accepter, Clark refuse de laisser des gens mourir et a dévoilé ses pouvoirs à certaines occasions pour sauver des vies. Malgré cela, il s'interroge sur le sens de son existence et sur ses origines. A la mort de son père, il s'exile de lui-même, voyageant à travers le monde sans pour autant chercher à s'y intégrer.

Sur un site en Arctique, une équipe d'explorateurs met à jour un monument datant de plusieurs millénaires. La reporter Lois Lane du Daily Planet est envoyé sur place pour couvrir l'événement. Elle y rencontre cet homme venu d'un autre monde qui devient son sauveur. Dès lors, elle décide de révéler au monde l'existence de cet homme parmi nous. Mais comment retrouver quelqu'un qui a passé sa vie à couvrir ses traces, ne voulant pas que son existence soit découverte ?

Tout change quand le Général Zod et ses acolytes, libérés de leur prison spatiale, arrivent sur Terre afin de retrouver Kal-El. Ce dernier possède sans le savoir la clé de la renaissance de leur peuple dont Zod a besoin afin de recréer Krypton. Dévoilant sa présence sur Terre, il donne 24h à Kal-El pour se rendre, prenant les vies des terriens en otages. L'heure est venue pour Kal-El de révéler son existence...



Commentaires

Avec Man of Steel, le réalisateur Zack Snyder s'est vu confier la lourde tâche de relancer la franchise Superman. Pour ce faire, il bénéficie de la bénédiction de Christopher Nolan, réalisateur de la trilogie Batman, et d'un atout-clé: Henry Cavill, jeune et talentueux acteur britannique connu pour sa malchance légendaire (l'éternel finaliste recalé des gros castings). Se voyant confier le rôle-titre, Cavill a pour lui sa jeunesse, son physique d'athlète, l'aura de sympathie et de noblesse qui l'accompagne naturellement, et surtout la sensation de puissance et la force de conviction qu'il véhicule dans son jeu autant d'atouts qui ne sont pas rappeler le casting du regretté Christopher Reeve, alors illustre inconnu, à l'époque des premiers films.

Man of Steel trouve son origine dans la vision du scénariste David Goyer qui, tout en travaillant sur le scénario du dernier Batman, imagina une réinterprétation moderne et réaliste de l'homme d'acier. Celui-ci, absent des écrans depuis le désastreux Superman Returns, causait alors bien des tracas aux exécutifs de la Warner qui ne savaient plus quoi faire avec l'homme au slip rouge. Avec l'appui de Christopher Nolan (dans les petits papiers de la Warner), Goyer réussit à leur vendre son projet et le nouveau film fut lancé avec, à la barre, le réalisateur Zack Snyder, connu notamment pour les films Watchmen et 300, une garantie de livrer aux fans un film bien "musclé" conformément à leurs attentes.

La vision de Goyer de Superman est similaire à son approche de Batman avec une étude approfondie du personnage. Si Batman est né des troubles de la société, Superman est un personnage très différent. C'est un être venu d'un autre monde, qui a vécu et grandi parmi les terriens mais qui ne pourra jamais totalement s'y intégrer du fait de sa différence. Goyer s'intéresse alors aux enjeux que présente l'existence d'un tel individu dans notre monde, pour lui et pour les autres. Pour Kal-El, ces enjeux consistent à découvrir ses origines et à trouver sa place en ce monde. Pour les autres, la question est autrement plus complexe: comment réagiraient les gens s'ils découvraient qu'un extraterrestre leur ressemblant mais possédant des pouvoirs défiant l'imagination vit depuis une trentaine d'année parmi eux ? Vont-ils accepter son existence dans ce monde ou vont-ils la rejeter et craindre ce dont il serait capable ?

De là, il nous bâtit toute une épopée qui commence sur la lointaine Krypton vivant ses dernières heures, nous présentant ce monde et son environnement politique. L'occasion aussi de nous introduire l'antagoniste du film, le Général Zod, et surtout de nous présenter Jor-El, le père de Kal-El. Et, histoire de bien amorcer les choses, il ne faudra pas attendre que Kal devienne adulte pour avoir de l'action puisque toute la première partie se déroulant sur Krypton pullule de scènes d'action, donnant l'occasion à Russell Crowe de montrer que, contrairement à Marlon Brando, la force de son personnage ne vient pas de ses mots mais bien de ses poings. Pour le reste, la partie sur Krypton est aussi l'occasion de découvrir un monde qui n'est pas sans rappeler la prélogie Star Wars (totalement même) à laquelle on aurait ajouté des créatures semblant sorties d'Avatar.

Suite à cette intro (15 à 20 minutes de bagarre), nous entrons dans la deuxième partie du film centrée sur les errances de Clark Kent à travers le monde. Nous découvrons un personnage en quête de soi qui ne cesse de changer de travail et de lieu, prenant soin d'effacer toute trace permettant d'être retrouvé. Il vit parmi les hommes mais il évite sans cesse de s'intégrer parmi eux, se tenant à l'écart des autres. C'est aussi un personnage hanté qui, à mesure de ses voyages, se rappelle des flash-back de son enfance ("Tiens, un bus scolaire ! Ca me rappelle la fois où le bus est tombé dans le fleuve et où je me suis jeté à l'eau pour sauver les passagers, révélant ainsi mes pouvoirs à certains de mes camarades terrifiés. Le réalisateur a même copié la mise en scène du premier épisode de Smallville pour cette scène, quand je sauvais mon ami Lex Luthor d'une mort certaine.").

Très franchement, l'intention de base est intéressante, permettant d'aborder l'enfance de Clark sur des événements significatifs et non de tout détailler, mais la manière dont c'est exécuté ne m'a pas convaincu. Le problème vient du fait que les errances n'ont aucun but en soi autre que d'activer ces flash-backs, amenés de manière souvent poussive et, au bout du compte, risible (la mort de Jonathan Kent, censé être le grand traumatisme du personnage, est l'une des séquences les plus clichées du film, à la limite du ridicule, ce qui gâche tout). Finalement, il aurait peut-être mieux valu abandonner cette idée et raconter simplement l'enfance, ou alors la retravailler. Il aurait fallu rendre les errances du personnage de Clark plus intéressantes car, finalement, celles-ci ne nous racontent rien, à part servir de stimuli aux flash-backs, amener des scènes d'action où Clark sauve des gens avant de disparaître, ou carrément de remaker la scène du bar de Superman II (mais ça, mieux vaut s'y habituer car le film ne va pas arrêter d'évoquer les deux Superman de Richard Donner et la série Smallville). Et puis surtout, si ces moments sont accompagnés d'une photographie superbe, le réalisateur Zack Snyder peine à véhiculer de l'émotion. On a plus l'impression de suivre une histoire qui nous est racontée que de la ressentir vraiment.

Cette partie amène Clark à rejoindre une expédition partant pour l'Arctique où des vestiges d'une civilisation inconnue datant de plusieurs millénaires ont été retrouvés dans les glaces. C'est là qu'il rencontre une jeune reporter envoyée pour couvrir l'événement, Lois Lane. Alors que Clark se rend dans les vestiges et découvre ses origines (car c'est bien sûr d'origine kryptonienne), il sauve Lois qui découvre dès lors l'existence de cet être venu d'un autre monde et qui, reconnaissante à la manière d'une journaliste, va vouloir exprimer sa gratitude à son sauveur en faisant connaître son existence de tous, révélant ainsi que nous ne sommes pas seuls dans cet univers et ruiner au passage tous les efforts de Clark pour couvrir ses traces. En fait, son personnage ressemble quelque peu à celui de Vicky Vale dans le film Batman de Tim Burton, sauf qu'ici le rôle n'est pas le même. Nous ne découvrons pas Clark à travers les yeux de Lois (son enquête, qui a duré des semaines, voire des mois, est brièvement résumée en une seule séquence), elle est ici pour incarner le personnage qui accepte l'existence de Kal-El et qui tente de la faire découvrir aux autres, sauf que le reste du monde ne sera pas forcément aussi enclin qu'elle à reconnaître l'existence de son "sauveur".

Ce qui nous amène à la troisième partie du film (et la plus longue) où les kryptoniens débarquent et menacent de détruire la Terre si Kal-El ne se rend pas dans les 24h. Sa présence sur Terre étant ainsi révélée, Clark va devoir faire le choix de se dévoiler aux yeux du monde. Initialement accueilli avec méfiance par les humains et livrés aux kryptoniens, il va devoir gagner leur confiance et c'est de là que va peu à peu venir le surnom de Superman (jusque là, il était simplement considéré comme un "homme d'acier"). Seulement, dans la logique de Zack Snyder, ce sont désormais les scènes d'action qui guident l'histoire et tout ce qui se passe désormais va devenir prétexte à les amener. Superman et Lois sont amenés sur un vaisseau spatial ? C'est l'occasion pour Lois de montrer qu'elle a des tripes et de se prendre pour le commandant Shepard qui dézingue à tout va. Zod menace Martha Kent ? Une bagarre éclate aussitôt entre lui et Superman et... bah, on oublie complètement Martha après (c'est dire le niveau de la menace !). Et la grande bataille finale à Métropolis ? C'est l'occasion de copier le style de la saga Matrix et de mettre une bonne claque aux Wachowski en créant l'une des scènes d'action les plus impressionnantes jamais réalisées. Et d'évoquer aussi le 11 Septembre dans l'imagerie (et non dans le traumatisme puisque, le désastre passé, tout le monde a tout oublié comme par magie).

S'il y a un mérite qu'il faut reconnaître à Zack Snyder, c'est qu'il sait y faire quand il s'agit de tourner de l'action bien musclée comme il faut, et le film en livre dans tous les sens. La bataille finale est certainement un monument du genre, bluffante comme c'est pas permis et nous faisant soudain réaliser qu'il s'est bien écoulé dix ans depuis le final de Matrix Revolutions.

Après, il faut aussi bien admettre que le film arrive aussi à nous surprendre là où on ne l'attendait pas. Alors qu'on s'attendait à un film qui fasse complètement fi des adaptations précédentes, on se retrouve contre toute attente avec une histoire qui remake plus ou moins les deux premiers films Superman de Richard Donner dans les grandes lignes, même si le traitement reste très différent. Les allusions à la série Smallville sont aussi nombreuses, c'est du bonus. Et puis, surtout, il n'a en soi pas grand chose d'un film de super-héros au sens où on le connait généralement. Ici, on est plus dans un film de science-fiction qui s'inspire (ou plutôt qui plagie à ce niveau) visuellement des éléments de grands classiques du genre tels que Star Wars, Avatar, Matrix, Alien, Terminator ou La Guerre des Mondes.

Au final, c'est un film qui ne tente pas de se conformer aux conventions du genre appliquées par nombre de films comme les Spider-man, Green Lantern, Les Quatre Fantastiques, et autres, à savoir raconter les origines du héros, lui créer une intrigue romantique avec un personnage féminin qui sert à rien et lui opposer ensuite un méchant que le héros doit bastonner (et qui, la plupart du temps, a enlevé la copine en question). Des stéréotypes que les films Superman et Batman avaient installés à l'époque et qui sont devenus des clichés du genre. Ironiquement, Man of Steel parvient à se défaire de cela et revient à une démarche similaire à celle des deux premiers films Superman que le genre a perdu avec le temps: faire avant tout des films qui nous racontent une histoire et créer cette histoire à partir des personnages. Car finalement, Man of Steel n'est pas vraiment un film de super-héros au sens où on l'entend, c'est l'histoire d'un extraterrestre qui vit parmi nous avec toutes les questions que ça pose, pour lui et pour les autres. On est plus proche du cinéma de science-fiction de Spielberg à l'époque de E.T. ou de Rencontres du Troisième Type que des films de Spider-man. Et franchement c'est pas plus mal car c'est là que se situe vraiment l'âme du film (et non dans les scènes d'action qui, bien que mises en avant, font surtout enrobage au final). Man of Steel, c'est l'histoire de Kal-El parmi les hommes, Superman agit plus comme un décor et une sorte de prétexte aux scènes d'action.

Mais c'est là aussi un peu le problème du film. Car si le personnage de Clark Kent est au centre de tout les enjeux du film, tout tourne autour de lui et les autres personnages ont plus de mal à exister. Ajoutons en plus à cela la prestation magistrale à tout point de vue de Henry Cavill, divin dans le rôle titre, on s'aperçoit vite que même Michael Shannon, qui fait pourtant d'énormes efforts pour endosser le rôle du méchant Zod, peine à exister face à l'aura dégagée par son partenaire. Alors ne parlons pas des autres acteurs, qui sont pour la plupart relégués à des seconds rôles. Le personnage de Lois Lane n'existe lui aussi qu'à travers son rôle par rapport à son "sauveur". Finalement, le seul autre personnage du film qui parvient à exister, c'est le protagoniste de l'intro, Jor-El, avec l'interprétation musclée de Russell Crowe qui semble n'en avoir rien à faire que Cavill soit le héros du film et qui se fait plaisir avec ce qu'il a.

La musique n'est pas non plus franchement mémorable. En sortant de la salle, j'avais même l'impression de n'avoir entendu quasiment que deux thèmes repris à longueur de temps (même si je sais que ce n'est pas le cas, mais c'est dire leur omniprésence), attribués respectivement à Superman et à Zod. Hans Zimmer, le compositeur des films Batman, s'est chargé de la BO et on reconnait bien son style, mais aussi sa tendance à surjouer la dimension épique à travers sa musique. Mais là où ça bloquait à mon sens sur les films Batman, ici je trouve que ça fonctionne parfaitement bien avec la démesure pleinement assumée par Zack Snyder dans sa réalisation, donnant toute sa puissance exagérée au personnage de Superman, capable de faire s'effrondrer un immeuble entier en le percutant ou de faire exploser les vitres en volant à côté à toute vitesse (le nouveau Néo ! :mrgreen: ).

Je dirais que Man of Steel est un film qui se savoure de la même manière que beaucoup de blockbusters: comme une attraction. Ca divertit, ça amuse, et force est d'admettre que Zack Snyder sait y faire en terme d'action. De ce côté là, on en a pour son argent. Mais à côté de ça, il y a aussi une histoire qui touche de manière intime au personnage de Superman et qui évoque de nombreuses thématiques qui lui sont intrinsèquement liées. Comme à son habitude (les films Batman), David Goyer a livré un scénario ultra-peaufiné et très complet avec énormément d'éléments. Le problème étant que cette histoire amenait un véritable potentiel que le film a traité de manière assez timide, Zack Snyder étant clairement plus à l'aise dans l'esbroufe visuelle (l'action) que dans l'émotion. Du coup, j'ai plus eu parfois la sensation qu'on me racontait une histoire plus que de me la faire ressentir. Etrangement, le "coeur" de ce Man of Steel a du mal à s'ouvrir au spectateur, à l'image de son héros sur la défensive. Reste que c'est un bon film d'action à grand spectacle bien efficace et qui lance des bases prometteuses pour une nouvelle saga, mais ce film aurait pu être beaucoup plus, tellement plus...


Verdict: Très Bon (15/20).

Avatar du membre
Luciole21
Génie lambda
Messages : 1153
Enregistré le : 17 janv. 2012, 22:26
Localisation : Inconnue

Re: Superman

Message non lu par Luciole21 » 26 juin 2013, 11:16

J'ai complètement la flemme de développer mon avis, mais j'ai trouvé le film simplement mauvais, et pourtant, j'adore(ais ?) la réalisation de Snyder. Là ou Watchmen était un putain de chef d'oeuvre, et ce à tout les niveaux, là ou Sucker Punch avait d'énormes lacunes scénaristiques mais une réalisation toujours sublime, Man of steel est un échec sur presque tout les plans.

Le film est blindé d'incohérences (au début, on met bien sagement les méchant dans une faille spacio-temporelle en sécurité, et on va se laisser crever après ça...), de scènes bidons et clichés (putain la mort de Jonhatan, et la bande son qui exagère à mort l’héroïsme ou la méchanceté de tel ou tel personnage), et même la réalisation est pour moi un échec, au sens ou même si elle est parfaitement maîtrisée, elle se fond dans le moule du film à gros budget, et Snyder y perd toute sont originalité. Le scénario est complètement superficiel et dénué de toute originalité, les personnages sont manichéens au possible et même leur traitement psychologique sonne creux, tant leur "évolution" va trop vite, et est amené trop explicitement, trop cash, sans la moindre subtilité (la transition qui montre le costume de superman ???, l'évolution de la relation entre Clark et Loïs basée sur rien).

Bref, hyper déçu (j'y suis aller avec une petite dizaine de personnes, et seul 2 ou 3 on aimé le film, mais ceux là aiment tout les films qu'ils voient ^^")
Image

Dernier coup de cœur manga : Chiisakobe (Minetaro Mochizuki)
Dernier coup de cœur franco-belge : Septs Nains (Lupano)
Dernier coup de cœur comics : Bone (Jeff Smith)
Dernier coup de cœur roman : La horde du contrevent (Alain Damasio)
Dernier coup de cœur film : Perfect Sense
Dernier coup de cœur jeux vidéo : Portal 2

Platineur débutant : http://www.psthc.fr/profil-psn-Coeluli. ... c7dbc3d294

Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4623
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Re: Superman

Message non lu par Wang Tianjun » 26 juin 2013, 11:25

Tout pareil, j'ai vraiment pas accroché non plus. Voilà un rapide copié-collé de mon avis développé sur un autre forum (celui de la base secrète, pour ne pas le citer ^^")

Man of Steel
Aïe aïe aïe...
Bon, je le dis tout de suite, je ne suis pas fan de la tendance consistant à vouloir fragiliser les héros iconiques. Je ne suis pas grand adepte des Batman de Nolan que je trouve trop intellectualisé pour pas grand-chose (même si je pense qu'ils restent une référence), et c'est la même chose avec les derniers James Bond où je crois avoir déjà exprimé le fond de ma pensée il y a quelques années ^^" Je ne partais donc pas avec le meilleur a-priori sur ce dépoussiérage, mais bon, ça me faisait faire une sortie, alors pourquoi pas... Hélas, j'étais encore loin de la réalité...

Le problème majeur, c'est qu'on a demandé à Snyder de faire du Nolan, et on ressent pendant les (très longues) heures du film que le réalisateur n'aura jamais vraiment été à l'aise avec ça. Il en ressort une histoire qui a un peu le cul entre deux chaises. La première partie nous montre la chute de Krypton avec déjà quelques incohérences de taille. La seconde nous présente notre héros déjà adulte et vagabond, avec quelques flashbacks sur son passé... où l'émotion tombe systématiquement à plat. L'image est belle, les acteurs y croient, pas nous, hélas. Surviendra ensuite une troisième partie avec un Clark à la découverte de ses origines (et une fois encore, au profit de quelques raccourcis malhabiles) et un très longue quatrième partie sur la dernière heure et demie du film, pleine de "boom boom".

A trop vouloir dépoussiérer le mythe et à pousser le réalisme, les incohérences du film nous sautent encore plus aux yeux, alors qu'on les excuse davantage sur des oeuvres plus légères et détachées comme Avengers, par exemple. Dès lors, on cherche la petite bête entre les dialogues navrants, les scènes piquées à d'autres films, les messages pro-ricains (voire religieux !), les placements de produits pas du tout déguisées, et ainsi de suite...

Reste que Henry Cavill campe un Kal-el convaincant et que d'autres acteurs s'en sortent bien (Russel Crowe), mais on sent que ce film se cherche constamment, pour se résoudre finalement à la bouillie d'effets spéciaux et d'explosions dans tous les sens propice au genre. Ce qui me choquait beaucoup moins une semaine plus tôt avec Star Trek, comme quoi...
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Glass Heart
Messages : 2448
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Superman

Message non lu par Glass Heart » 26 juin 2013, 14:02

mais on sent que ce film se cherche constamment, pour se résoudre finalement à la bouillie d'effets spéciaux et d'explosions dans tous les sens propice au genre.
Tout en l'ayant davantage apprécié que vous deux (même si je comprends vos avis et que je suis assez d'accord sur certains points), je crois que cette phrase résume mieux que je ne l'ai fait mon avis sur le film: il y a du potentiel mais le film se cherche sans cesse, il lui manque de l'âme, et Snyder tente de compenser ça avec de l'action à grand spectacle et des effets spéciaux dans tous les sens (en copiant les grands classiques de la SF pour son esthétique visuelle). Si j'ai plutôt bien apprécié ces passages pour ma part, il en ressort donc que j'ai surtout vu un film d'action qui aurait pu être davantage (et je pense que le scénario avait matière à donner un meilleur film).

Du coup, je me demande à quoi aurait ressemblé le film si un autre réalisateur s'en était chargé. Darren Aronofsky était le second choix de la Warner, mais ils ont choisi Snyder qui sait faire de l'action efficace tout en sachant tenir ses délais. Mais, pour ce genre d'histoire, je pense qu'Aronofsky aurait su mieux traiter la dimension humaine des personnages (Snyder se contente souvent d'adapter simplement ce qu'il y a d'écrit dans le scénario).

Pour être parfaitement franc, j'ai revu les deux premiers films réalisés par Richard Donner après (le Richard Donner Cut pour le deuxième film), et il est clair que j'ai préféré l'original à son remake déguisé (puisque Man of Steel reprend en grande partie l'histoire de ces deux films). La grande différence, c'est que là où Donner faisait de la poésie et ne se prenait pas la tête avec des moments assez "campy" mais pleins de charme, Snyder cherche l'ultraréalisme, il cherche à en mettre plein la vue et il passe du coup à côté de l'âme des choses.

Répondre