Spider-man

A réserver aux adeptes des Comics !

Votre film préféré de Spider-man ?

Spider-man de Sam Raimi
0
Aucun vote
Spider-man 2 de Sam Raimi
3
60%
Spider-man 3 de Sam Raimi
1
20%
The Amazing Spider-man de Marc Webb
1
20%
The Amazing Spider-man 2 de Marc Webb
0
Aucun vote
 
Nombre total de votes : 5

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Spider-man

Message non lu par Glass Heart » 05 juil. 2012, 13:23

Un petit résumé des dvd pour les séries animées Spider-man:

Spider-man (1994). Série intégrale en 65 épisodes.

ImageImageImage
ImageImage

Spider-man Unlimited (1999). Série incomplète (6 épisodes sur 13).

Image

Les Nouvelles Aventures de Spider-man (2003). Série intégrale en 13 épisodes.

Image

Spectacular Spider-man (2008). Série incomplète (13 épisodes sur 26).

Image

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Spider-man

Message non lu par Glass Heart » 05 juil. 2012, 15:19

Les 25 premières minutes du jeu The Amazing Spider-man.

QPJNLbNz1K4

Une introduction très à la "Arkham Asylum". On nous avait annoncé dès le début que le jeu reviendrait au concept de ville ouverte des précédents jeux avec les déplacements en ville en se balançant de toiles en toiles, mais en réalité le jeu alterne aussi avec des séquences directement inspirées d'Arkham Asylum et reprenant en partie le gameplay de Spider-man Noir dans Spider-man: Dimensions.

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Spider-man

Message non lu par Glass Heart » 06 juil. 2012, 02:09

Je reviens de ma séance de The Amazing Spider-man, le premier film de la nouvelle trilogie.

Image

Déçu par la trilogie de Sam Raimi, j'attendais cette nouvelle saga avec impatience. Bien que je sois très satisfait par le film en lui-même, il comporte toutefois un certain nombre d'impairs qui font que le film ne remplit pas totalement son contrat.

The Amazing Spider-man nous raconte donc une nouvelle fois les origines du tisseur campé par le talentueux Andrew Garfield, dix ans après les débuts de son prédécesseur Tobey Maguire. Là où Sam Raimi partait dans l'idée que n'importe qui pouvait être Spider-man et faisait donc de Parker une sorte de monsieur tout le monde un peu maladroit avec ses problèmes de la vie de tous les jours, Marc Webb part au contraire du principe que Spider-man est un personnage bien défini dans sa caractérisation et son approche est donc nettement plus psychologique.

Peter Parker est un jeune homme qui a perdu ses parents très jeune et qui a été élevé par son oncle et sa tante. Il a donc grandi avec un sérieux manque affectif et ses relations avec ses parents adoptifs, si aimantes, sont néanmoins très compliquées. C'est un adolescent qui cherche sa place, qui a des difficultés d'intégration dans son lycée, et dont le seul moment où il se sent vraiment lui-même est lorsqu'il entreprend des cascades avec son skateboard. Son mal-être en fait aussi potentiellement un adolescent à problèmes, qui pourrait mal tourner.

Tout change le jour où il découvre les vieux documents laissés par son père avant sa disparition. A l'aide de ceux-ci, il remonte la trace jusqu'à la société Oscorp et au Dr. Curtis Connors, un scientifique de renom et ancien collègue de travail de son père. En quête de réponses, il s'infiltre dans l'entreprise au cours d'un stage. C'est alors qu'il est victime d'une des expériences menées par Oscorp.

Le film se divise en fait en deux grandes parties. La première moitié du film traite des origines de Spider-man et lance plusieurs intrigues importantes dont certaines ne sont pas résolues à la fin du film et se poursuivront plus tard durant la trilogie. La seconde traite de la confrontation avec le méchant du film, le Lézard.

La première moitié est donc celle des origines de Spider-man. Suite aux événements survenus à Oscorp, nous assistons aux changements physiques et psychologiques opérés sur Peter. Car évidemment, Peter ne peut que paniquer en découvrant ses changements. Le film passe donc un bon moment à nous montrer comment Peter s'adapte progressivement (et difficilement) à ses nouveaux talents, ce qui occasionne un bon nombre de situations humoristiques. Si initialement il est complètement dépassé, il va vite trouver l'occasion de se servir de ses nouvelles capacités pour se mettre en valeur avec arrogance.

C'est cette arrogance qui va provoquer la mort de l'oncle Ben et changer profondément Peter. Mais chez Marc Webb, tout n'est pas si facile et si Peter endosse l'identité de Spider-man suite au meurtre de son oncle, ce n'est pas pour suivre une certaine éthique de vie mais pour traquer l'assassin en s'attaquant au hasard aux petits loubards la nuit dans les quartiers malfamés. Loin du parfait boyscout que son oncle et sa tante espéraient le voir devenir. Si ses actions aident à la lutte contre la criminalité, Spider-man n'en est pas moins une bombe à retardement, un être en quête de vengeance et qui risque de basculer. Ce qui lui vaut l'hostilité de la police, sous le commandement du capitaine George Stacy.

En parallèle de ses débuts en tant que justicier masqué, Peter poursuit sa quête de vérité sur la disparition de ses parents et il rencontre le Dr. Curtis Connors, l'ancien collègue de son père. Peter aide Connors à achever la formule que son père avait conçu, provoquant ainsi les événements de la seconde partie du film avec la naissance du Lézard.

A partir de ce stade, la deuxième partie du film commence et Peter laisse de côté ses quêtes personnelles (l'enquête sur la disparition de ses parents et la recherche de l'assassin de Ben) pour se consacrer entièrement à la traque du Lézard, une partie beaucoup plus convenue dans son histoire avec un ennemi finalement assez classique, dynamisée toutefois par le statut de paria de Spider-man qui lui complique singulièrement la tâche (toujours agréable de se faire tirer dessus par des flics quand on essaie de sauver la ville :lol: ).


La grande force du film, c'est que pour la première fois, le spectateur est amené à découvrir qui est vraiment/ce qu'est vraiment Spider-man (parfaitement campé par Andrew Garfield). La narration se focalise presque intégralement autour de Peter et de son évolution en tant que personnage, tandis que la réalisation de Marc Webb tente de nous plonger dans les sensations ressenties par le tisseur. Si, initialement, cela se traduit par des scènes humoristiques traduisant les maladresses de Peter face à ses nouveaux pouvoirs, par la suite cela prend une envergure nettement plus impressionnante.

Mais Spider-man, ce n'est pas seulement un type qui tisse des toiles et qui se déplace de manière spectaculaire, c'est aussi quelqu'un qui prend des coups et la réalisation de Marc Webb n'oublie pas de traduire ça. Là où Raimi nous montrait un héros relativement invulnérable, celui de Marc Webb encaisse et doit supporter la douleur, ce qui affecte bien évidemment ses capacités et la manière dont ses exploits nous sont montrés. Ce Spider-man est loin d'être invulnérable et il ne peut pas toujours s'en sortir simplement.

Malheureusement, le fait que le film se focalise quasi-intégralement fait que les autres personnages ont moins la place pour exister. Celle qui s'en tire le mieux est Gwen qui, bien que principalement cantonnée à son rôle de petite amie, parvient à avoir une existence grâce au talent et au charme d'Emma Stone. Certes, certaines scènes sont un peu romances adolescentes, mais le personnage reste nettement plus intéressante que ne pouvait l'être Mary-Jane sur l'ensemble des trois films précédents. Peut-être est-ce parce que, contrairement à Mary-Jane dont les problèmes personnels avaient été éludés, ceux de Gwen tiennent une place importante dans l'intrigue. Ou peut-être parce que Gwen se révèle un personnage au caractère assez fort qui n'est jamais vraiment montré comme une demoiselle en détresse.

Le personnage du Dr. Connors, par contre, est le grand perdant du film. Là où Sam Raimi s'intéressait vraiment à ses méchants (sauf dans le 3), sur un pied d'égalité avec Spider-man, Marc Webb s'est principalement intéressé au personnage de Peter et le méchant a du coup été délaissé. Rhys Ifans a droit à quelques belles scènes en tant que Connors, mais il n'a pas vraiment la place d'exister (encore moins en tant que Lézard qui est au final un méchant on ne peut plus classique). Le personnage aurait pu devenir un Dr. Octopus bis tant les deux personnages ont de nombreux points en commun, mais le potentiel du personnage n'a pas été pleinement exploité.

Reste un autre personnage fort, George Stacy qui a pourtant un rôle minime mais qui est magnifiquement campé par le charismatique Denis Leary, lequel a réussi à lui donner suffisamment d'envergure pour que son impact sur l'évolution de Peter soit suffisamment marqué via sa vision hostile au justicier.

Enfin, l'oncle Ben et la tante May. La manière dont ils sont représentés dans le film pourra surprendre les fans de la trilogie de Raimi, les deux personnages étant montrés comme plus sévères et leur relation avec leur neveu assez tendue (bien que toujours fondée sur une certaine bienveillance). Peut-être pas ce que les fans espéraient, mais ça fonctionne bien avec le réalisme et la complexité de l'univers de Marc Webb. Malheureusement les deux personnages manquent de présence et la mort de Ben, moment crucial du film, est malheureusement l'une des scènes les plus ratées.

Enfin, Flash Thompson est un personnage très secondaire mais assez réussi finalement. Toujours un "bully" à l'égard de Peter mais, comme dans les comics, il finit par montrer une facette plus humaine.


La réalisation de Marc Webb est grosso-modo du même niveau que celle de Sam Raimi. Mais là où Raimi misait sur le spectaculaire, la réalisation de Marc Webb est davantage pensée pour nous plonger dans l'esprit et dans les sensations de Spider-man. Malgré quelques maladresses, le film s'en tire vraiment bien de ce côté.

Le principal reproche viendrait surtout des coupes au montage: certaines coupes se sentent vraiment, surtout quand l'intégralité de certaines séquences ont été montrées dans les BA (la fameuse scène en vue à la première personne, réduite à deux/trois morceaux dans le film). Marc Webb est encore un jeune réalisateur qui signe là son premier gros film, donc ces maladresses sont quelque part compréhensibles, mais ça nuit quand même à la fluidité de certains passages. et, à l'inverse, certaines séquences (de romance) ont tendance à s'étirer inutilement en longueur là où on aurait aisément pu raccourcir pour assurer un meilleur rythme.

Enfin, la 3D a une raison d'être, soigneusement travaillée et contribuant à la mise en scène, même si on n'atteint pas non plus les sommets de Prometheus à ce niveau. On peut toujours voir le film sans, mais je trouve qu'elle a quand même sa place dans l'ensemble, même si quelques passages s'avèrent toutefois ratés.

La musique, quant à elle, James Horner remplit son contrat de manière honorable, c'est d'un bon niveau et ça fonctionne bien avec l'action, mais c'est pas Titanic.


Pour terminer, j'ai vraiment beaucoup aimé le film qui présente enfin le Spider-man que j'attendais. Fini le héros campy et maladroit des films de Raimi, place à un jeune homme plus tourmenté, plus provocateur (les ennemis en prennent pour leur grade) et plus paria. Car les débuts ne sont pas aussi simples que dans la trilogie précédente, Parker a un tempérament plus violent, plus perdu, et il arpente tôt dans sa carrière justicier les quartiers malfamés de la ville à la recherche de criminels à tabasser comme le faisait si bien Bruce Wayne au début de Batman: Year One. Comme ce dernier, il est aussi traqué par la police qui n'hésite pas un instant à lui tirer dessus, ne sachant trop que faire de cet individu qui se prend pour un héros.

Mais, si le film est réussi dans l'ensemble, il est néanmoins loin d'être parfait. Parmi ses handicaps majeurs, certains lui reprocheront certainement de raconter à nouveau une histoire déjà traitée dans le premier film de Sam Raimi, d'autant que le public n'a visiblement pas encore suffisamment de recul par rapport à cette trilogie, cinq années seulement s'étant écoulées depuis Spider-man 3. Mais c'est moins le fait de raconter à nouveau une histoire que comment elle est racontée qui importe.

Et c'est là que le mat blesse davantage: le film entame des intrigues importe qu'elle n'achève pas, les abandonnant complètement à mi-chemin du film pour les traiter plus tard dans la trilogie. Du coup, il serait compréhensible que certains se sentent floués en constatant avoir vu la première partie d'une histoire plus vaste au lieu d'un film à part entière se suffisant à lui-même. C'est à mon sens ce qui handicape le plus ce premier opus de la nouvelle incarnation du tisseur.

Reste que le film est en lui-même un divertissement tout à fait appréciable qui fait passer un très bon moment et qui introduit les spectateurs à un univers bien plus riche et à une mythologie bien plus fouillée que ceux des films de Sam Raimi, même si tous ces éléments ne sont pas encore traités dans le présent film (mais néanmoins très prometteurs). Le jeune Parker est voué à se faire de nombreux ennemis, de "puissants" ennemis.

Au final, un Spider-man différent, un univers au potentiel beaucoup plus prometteur que celui de la trilogie de Raimi, un film qui assure le divertissement et le grand spectacle, mais une histoire qui laissera certains spectateurs un peu sur leur faim.


Pour terminer, à noter une scène de mi-générique assez intrigante.

[spoiler]Où un représentant d'Oscorp (impliqué dans la disparition de Richard Parker) apparait et disparait dans l'ombre, accompagné par la foudre. Les spéculations sont ouvertes, mais je parie fort sur Electro (dans une version plus réaliste et plus "industrielle").[/spoiler]

Avatar du membre
Hallyu
Messages : 57
Enregistré le : 30 mai 2012, 08:25
Localisation : [72] près du Mans

Re: Spider-man

Message non lu par Hallyu » 07 juil. 2012, 23:31

Je me suis procuré aujourd'hui le "Season One" de Spider-Man, il est sortit cette semaine, chez Panini, 150 pages pour 11/12€

Le recit a pour but de redonner un coup de jeune aux origines de spider-Man.

Si je compare avec l'intégrale de 1962/63, ça correspond plus ou moins aux 4 premiers chapitres (mais le 2e avec le fils de Johnson, pilote, et le 3e, avec le caméléon sont absent, ainsi qu'un passage avec les FF)

alors que le tout ça tenait sur 31 pages, ici le recit se développe sur 150 pages, tout se met en place plus doucement, on a le temps d’apprécier davantage (et surtout le dessin est plus agréable aux yeux, de plus, on sent bien que tout est plus moderne, même l’époque. Seul point noir, un gros truc incoherent à un passage :/
Image

Avatar du membre
Hallyu
Messages : 57
Enregistré le : 30 mai 2012, 08:25
Localisation : [72] près du Mans

Re: Spider-man

Message non lu par Hallyu » 08 juil. 2012, 16:21

Aujourd'hui j'ai été voir Spider-Man au ciné, le reboot donc. Sachant que pour l'ancienne version je m’étais arrêté au second opus, et que j'en ai que de vagues souvenirs.

Ce film qui relance le reboot (remise à zero) de la licence cinématographique de Spider-Man (devenue pour l'occasion "Amazing Spider-Man", du nom de la revue kiosque aux USA) est vraiment une réussite. Bien que quelques libertés aient été prises [spoiler](sur les parents de peter, la mythologie Oscorp, les début de Spider-Man...)[/spoiler] on est complètement envouté, d'ailleurs, pour en revenir aux débuts de Spider-Man, ils sont très bien réalisé, c'est petit à petit que Spider-Man "nait" étapes après étapes, sans oublier la partie "vengeance".

En ce qui concerne les autres personnages, ils sont aussi réussi, même si Peter Parker fait un peu moins "tête d'ampoule" tout en restant un peu ringard mais gagne une version plus moderne.
On decouvre aussi une Gwen Stacy (la première petite amie de PP dans le comics) très réussi, elle ne fait pas du tout potiche ou pouff', comme ça a pu être le cas de Mary Jane, dans les films précédents. On découvre aussi le père de la jeune fille, et lieutenant de police qui veux coffrer Spidey.
Par contre je suis déçu par deux persos, [spoiler]Jonah Johnson, qui est tout simplement absent, et Tante May, qui n’apparaît pas aussi sèche que dans le comics.[/spoiler]

Niveau image, la 3D est peu exploitée, et un peu inutile MAIS au moins on ne ressort pas du cinéma avec un gros mal de crane. Certains passages sont aussi très émouvant, j'ai eu très souvent la larme à l'oeil :mrgreen:

En ce qui concerne les suites, post Spider-Man, il y a une foule de possibilité, surtout que le sujet "Osborn" est assez préoccupant
Image

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Spider-man

Message non lu par Glass Heart » 08 juil. 2012, 16:37

Sachant que pour l'ancienne version je m’étais arrêté au second opus
Tu n'as rien loupé. :lol:
Bien que quelques libertés aient été prises, on est complètement envouté
C'est aussi ça qui est intéressant: les libertés prises qui permettent de développer et d'approfondir l'univers sur un film de 2h20. La nouvelle mythologie est fascinante et j'aime l'idée que tout ne se résout pas aussi vite, qu'il reste des mystères et que cela prendra du temps.
On decouvre aussi une Gwen Stacy (la première petite amie de PP dans le comics) très réussi, elle ne fait pas du tout potiche ou pouff', comme ça a pu être le cas de Mary Jane, dans les films précédents.
J'ai souvent du mal avec les personnages de copines des héros, souvent potiches (Mary-Jane) ou trop stéréotypes de femme forte ou d'intello qui, au final, sont traités de manière toujours aussi superficielle et inutile.

Ce que j'ai beaucoup aimé avec la Gwen de Emma Stone, c'est que justement elle a su donner un côté plus crédible à son personnage, à en faire une jeune femme intelligente sans exagérer son rôle. Elle n'est ni présentée comme une héroïne ni comme une demoiselle en détresse, elle a su trouver une sorte d'équilibre. Le seul reproche que je ferais, ce sont les quelques scènes d'amourettes un peu ridicules qui traînent inutilement en longueur et qui font passer Peter et Gwen pour des bétas.

Et puis, le jeu d'Emma Stone rend sa Gwen vraiment charmante (rien à voir avec la Mary-Jane de Kirsten Dunst qui était vraiment insupportable).
Niveau image, la 3D est peu exploitée, et un peu inutile
Ah ? Je l'ai trouvé travaillée et plutôt utile à la mise en scène pour ma part (même si c'est vrai qu'on pourrait très bien voir le film sans). Comparé aux Avengers, Thor, Captain America, etc... où la 3D n'apportait fichtrement rien, j'ai trouvé qu'elle passait vraiment bien avec Spider-man (sauf deux/trois passages un peu foirés).
En ce qui concerne les suites, post Spider-Man, il y a une foule de possibilité, surtout que le sujet "Osborn" est assez préoccupant
Je pense qu'ils se réservent le Bouffon Vert pour le dernier film

[spoiler]et qu'il tuera Gwen, événement qui parait inévitable.[/spoiler]

Mais c'est sûr que la manière dont Norman Osborn est introduit à la mythologie est particulièrement... surprenante. :shock:

Avatar du membre
Hallyu
Messages : 57
Enregistré le : 30 mai 2012, 08:25
Localisation : [72] près du Mans

Re: Spider-man

Message non lu par Hallyu » 08 juil. 2012, 16:44

J'avais zappé les scènes d"amourette" pourtant en y repensant, il y avait des gamins devant moi au ciné qui se plaignaient à ces moment là :lol:
D'ailleurs, ça me rappel que le passage sur le terrain de football US a été coupé dans la VF, par rapport à ce qu'on peut voir sur le teaser US :(

Et je te rejoint pour le bouffon vert, ça ferrait une fin "forte" :)

Pour la 3D, elle m'a pas du tout tapé à l'oeil, bizarre :( mais au moins elle n'a pas été gênante :)
Image

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Spider-man

Message non lu par Glass Heart » 12 juil. 2012, 23:09

L'avis du Nostalgia Critic sur le film:

3yHHPz4trhs

Je me retrouve assez dans ce qu'il dit. Comme lui, c'était vraiment le film de Spider-man que j'attendais. Il a des défauts, mais les bons aspects du film l'emportent malgré tout. Et c'est nettement plus proche de l'idée que je me fais du personnage que ce que nous avait fait Sam Raimi. J'ai trouvé aussi le personnage de Gwen Stacy remarquablement écrit, l'une des très rares copines de héros qui soit suffisamment développée pour ne pas avoir besoin d'un autre personnage pour exister dans le film.

J'ai vraiment beaucoup aimé le film. Maintenant, j'ai hâte de voir comment l'histoire va se poursuivre et comment les personnages vont continuer à évoluer, mais la franchise est entre de bonnes mains et c'est déjà un vrai plaisir.


A part ça, le Nostalgia Critic avait aussi fait une vidéo assez drôle sur la trilogie de Sam Raimi par le passé:

xy0hpt1cSzM

Avatar du membre
hdix
Messages : 1554
Enregistré le : 28 août 2007, 14:46
Localisation : environs de bourg en bresse

Re: Spider-man

Message non lu par hdix » 13 juil. 2012, 09:01

Je vais voir le film demain soir normalement :-)

J'avais trouvé la trilogie sympa sans plus jusqu'au jour où j'ai découvert spider man dans les comics et que je me suis rendu compte que le personnage etait carrement plus sympa sur papier que dans les films. depuis je trouve que les films sont loin d'être bien (niveau personnage principal surtout )

et inversement pour iron man, sur papier il est pas drole, alors que j'adore le personnage dans le films.

bref je verrai demain
Image
"SAVOIR PLUTÔT QUE CROIRE"

Avatar du membre
Hitsuji
Time Sheep
Messages : 666
Enregistré le : 12 juil. 2011, 18:37
Localisation : Près d'un chat ! :3
Contact :

Re: Spider-man

Message non lu par Hitsuji » 13 juil. 2012, 09:46

Vu hier soir, et c'était vraiment pas mal. Malgré quelques défauts inhérents au genre (du style "le bâtiment super-protégé et sur-sécurisé dans lequel on peut entrer sans présenter de papiers d'identité..."). Mais le reste m'a convaincu, notamment le fil rouge sur la disparition des parents de Parker. Et j'ai trouvé les persos plus "humains" et "normaux" que dans la précédentes trilogie. Même si Peter accumule les particularités (intelligent, beau gosse, skateur, photographe, bricoleur...).

Juste dommage que les policiers-lézard n'aient pas eu une plus grande importance dans le scénar'... Il y avait moyen de faire de beaux affrontements avec Spidey et les multiples transformés... :3

Edit :

Sinon, concernant...
[spoiler]... la mort de Ben, je m'étais bien attaché au personnage malgré sa fin prévue et connue, mais voilà, la scène perd de son intensité dramatique par l'absence totale de réaction des figurants, qui disparaissent purement et simplement du lieu. Le gérant du magasin, mes filles qui se sont fait bousculer par le voleur, personne n'est encore là ? Ils sont tous parti en courant ? Peu crédible... Enfin quoi ! Un type te renverse presque, tu te retournes pour comprendre... Même Peter qui était bien plus loin se rend compte que quelque chose de grave s'est produit...
Cette scène aurait pu avoir plus d'impact...[/spoiler]
"on the internet, no one knows you're a cat."
—A cat.

Répondre