Tortues Ninja

A réserver aux adeptes des Comics !
Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Tortues Ninja

Message non lu par Glass Heart » 29 janv. 2012, 14:37

Je viens de trouver la liste de la distribution française de la série originale. Je ne me rappelais pas que c'était autant le bordel ! :shock:

Léonardo:
-Loïc Baugin (épisodes 1 à 26)
-Mark Lesser (épisodes 27 à 106)
-Emmanuel Curtil (épisodes 1 à 106, voix de remplacement)
-Michel Tugot-Doris (épisodes 107 à 137)
-Mark Lesser (épisodes 138 à 193)

Raphaël:
-Vincent Ropion (premiers épisodes)
-Thierry Bourdon (jusqu'à l'épisode 106)
-Eric Aubrahn (épisodes 1 à 106, voix de remplacement)
-Patrice Baudrier (épisodes 107 à 137)
-Bruno Raina (épisodes 138 à 193)

Donatello:
-Eric Aubrahn (épisodes 1 à 26)
-Denis Laustriat (épisodes 27 à 106)
-Eric Aubrahn (épisodes 27 à 106, voix de remplacement)
-Bernard Bollet (épisodes 107 à 137)
-Franck Capillery (épisodes 138 à 193)

Michaelangelo:
-Alain Flick (épisodes 1 à 106)
-Olivier Destrez (épisodes 1 à 106, voix de remplacement)
-Bernard Demory (épisodes 107 à 137)
- ? (épisodes 138 à 193)

April O'Neil:
-Laurence Crouzet (épisodes 1 à 106)
-Laurence Dourlens (épisodes 107 à 137)
-Laurence Crouzet (épisodes 138 à 193)

Splinter:
-Philippe Ogouz (épisodes 1 à 106)
-Jean-Paul Coquelin (épisodes 107 à 137)
- ? (épisodes 138 à 193)

Shredder:
-Daniel Russo (épisodes 1 à 106)
-Jean-Paul Coquelin (épisodes 107 à 137)
- ? (épisodes 138 à 193)

Source: http://www.planete-jeunesse.com/sources ... =174&sec=1

Ca m'étonne, parce qu'il me semblait que ça avait toujours été Laurence Crouzet, Mark Lesser, Thierry Bourdon, Denis Laustriat, Alain Flick, Daniel Russo et Philippe Ogouz qui avaient tenus les rôles. Je n'avais vu que le premier doublage alors ?

Sorrow
Messages : 1270
Enregistré le : 14 janv. 2008, 22:28
Localisation : Entre deux mondes

Re: Tortues Ninja

Message non lu par Sorrow » 29 janv. 2012, 16:42

http://www.gameblog.fr/news/27083-rocks ... reparation

Un jeu Tortues Ninja avec le moteur d'Arkham City et le savoir faire de Rocksteady (un nom prédestiné pour s'occuper de la licence du jeu ?), moi je dis oui tout de suite ! :mrgreen:

Concernant les films, je trouve qu'ils n'ont pas vieilli du tout. On sent juste bien qu'ils font partie de leur époque. Sincèrement, les costumes des tortues sont superbes et parfaitement animées (sauf celles du 3, mais ce n'est pas la compagnie de Jim Henson, créateur des muppets qui s'en occupent, donc normal) et de bien meilleures qualités que ce qu'on nous sert en images digitalisées la plupart du temps. Et difficile de prendre autrement qu'avec un certain second degré ces histoires de tortues entraînées par un vieux rat dans les égouts de New-York, qui mangent des pizzas et combattent un clan qui s'appellent "Pied", donc forcément j'ai su apprécier les films, même encore aujourd'hui. :mrgreen: (Bon, le troisième beaucoup moins aujourd'hui, mais j'étais content de l'avoir vu étant plus jeune). Il y avait de l'humour, de l'action, un méchant très méchant, une certaine noirceur compensé par la situation de base un peu incongrue... Bref, le tout passait plutôt bien, et reste un de mes meilleurs souvenirs cinématographiques de ma jeunesse, surtout en VF ! D'ailleurs, c'est la VF d'origine sur les DVD ? Si oui, je les reprendrais bien sous ce format.

La série TV par contre, à part les doublages et le générique qui restent cultes dans ma tête, je trouve ça aujourd'hui vraiment... très faible, très "gamin", très répétitif, très éloigné de l'esprit des films aussi (et donc des comics pour ce que j'ai pu comprendre). Une série à l'américaine pour vendre des figurines. Le pire, c'est que ça marchait (j'ai chez moi le dirigeable, quatre/cinq tortues divers, la voiture, un engin bizarre comme une pince, un sous-marin...).

Tortues Ninja, c'est aussi culte pour son jeu-vidéo, bien évidemment :mrgreen: (je préfère cette critique par rapport à celle du JDG, simplement parce que the AVGN bloquait sur exactement les mêmes problèmes que moi, tel cette saloperie de *** de brèche pour atteindre un missile que tu dois juste passer au dessus en marchant et pas sauter...) :

XjUz8IT0CYg

Néanmoins, l'adaptation du jeu d'arcade sur NES rattrapait heureusement le tout.
"Les bons livres sont une ancre pour ton bateau dans le port de la vie. Même si une grande vague arrive, ton bateau ne sera pas emporté. Tu pourras mettre les voiles quand tu auras accumulé suffisamment de forces et de connaissances."
"Et moi aussi j'ai un rêve stupide qui me tient à coeur. Il est temps de me bouger pour le réaliser."
"Don't Think, Feel!"

Avatar du membre
VpourViennetta
Messages : 143
Enregistré le : 11 mars 2011, 15:05
Localisation : Vers Terra…
Contact :

Re: Tortues Ninja

Message non lu par VpourViennetta » 29 janv. 2012, 17:09

Ah, les jeux Konami édité par Palcom sur NES… Quel traumatisme !
Tous ceux qui ont joué à Tortues ninjas ont rencontré les mêmes problèmes, je pense. Gameplay en mousse.
J'avais acheté Mission : Impossible aussi, un clone de Metal Gear, bcp plus réussi que TMNT (normal, il n'y avait aucun saut à faire xD). Et là encore, des passages intorchables !
On relativise vraiment la difficulté des jeux actuels en se remémorant les heures de calvaire répétitives passées sur ces vieilleries.

Diantre, toi aussi, tu avais le dirigeable ! Nous sommes des victimes.

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Tortues Ninja

Message non lu par Glass Heart » 29 janv. 2012, 17:38

Concernant les films, je trouve qu'ils n'ont pas vieilli du tout. On sent juste bien qu'ils font partie de leur époque. Sincèrement, les costumes des tortues sont superbes et parfaitement animées
Pour les tortues, dans les deux premiers films, je plussoie. Par contre, Bebop et Rocksteady dans le 2... Enfin, "Bebop" et "Rocksteady", on va dire, ça sentait trop le gars costumé et le faible budget. Il y a des moments où j'avais l'impression de voir des monstres de Power Rangers (contrairement aux tortues qui sont très convaincantes).
D'ailleurs, c'est la VF d'origine sur les DVD ? Si oui, je les reprendrais bien sous ce format.
Pour le premier film, non, c'est la version québecoise. En fait, l'éditeur s'est contenté de reprendre la version américaine du DVD. Et cette version québecoise est juste très mauvaise. Je peux te dire que ça a gueulé du côté des fans.

Heureusement, la version originale, elle, vaut son prix. Hilarante et explosive comme on pouvait l'espérer ! "Wise man said, "Forgiveness is divine, but never pay full price for a late pizza !" :lol:

http://www.youtube.com/watch?v=EgmXewamiiY

Pour les films 2 et 3, par contre, c'est bien la vraie version française.
La série TV par contre, à part les doublages et le générique qui restent cultes dans ma tête, je trouve ça aujourd'hui vraiment... très faible, très "gamin", très répétitif, très éloigné de l'esprit des films aussi (et donc des comics pour ce que j'ai pu comprendre). Une série à l'américaine pour vendre des figurines. Le pire, c'est que ça marchait (j'ai chez moi le dirigeable, quatre/cinq tortues divers, la voiture, un engin bizarre comme une pince, un sous-marin...).
Apparemment, la série de 2003 serait beaucoup plus fidèle à l'ambiance des comics.
Tortues Ninja, c'est aussi culte pour son jeu-vidéo, bien évidemment :mrgreen: (je préfère cette critique par rapport à celle du JDG, simplement parce que the AVGN bloquait sur exactement les mêmes problèmes que moi, tel cette saloperie de *** de brèche pour atteindre un missile que tu dois juste passer au dessus en marchant et pas sauter...)
D'ailleurs, j'en profite: je n'ai jamais eu de jeu Tortues Ninja dans mon enfance et j'ai toujours voulu en avoir un. J'ai vu le remake 3D de Turtles in Time parmi les jeux téléchargeables sur le X-Box live. Est-ce que c'est un jeu que vous me recommanderiez ?

Sinon, pour le premier jeu sur NES, je vais quand même mettre la critique du Joueur du Grenier, juste parce que c'est hilarant.

bHHeoDmqdKQ
Modifié en dernier par Glass Heart le 29 janv. 2012, 19:35, modifié 3 fois.

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Tortues Ninja

Message non lu par Glass Heart » 29 janv. 2012, 18:14

N'empêche, j'ai quand même un gros regret sur le premier film, c'est la mort de Shredder qui est un peu ridicule pour un adversaire censé être redoutable (même si ça illustre bien l'idée d'une mort sans honneur).

Je préfère nettement la version où Shredder trouve la mort à l'issue d'un combat acharné et à la loyale avec Léonardo. C'est violent, c'est remarquablement mis en scène (même si mal dessiné), et les deux combattants sont bien mis en valeur.

ImageImage

Image

Sorrow
Messages : 1270
Enregistré le : 14 janv. 2008, 22:28
Localisation : Entre deux mondes

Re: Tortues Ninja

Message non lu par Sorrow » 30 janv. 2012, 13:46

Glass Heart a écrit :Pour le premier film, non, c'est la version québecoise. En fait, l'éditeur s'est contenté de reprendre la version américaine du DVD. Et cette version québecoise est juste très mauvaise. Je peux te dire que ça a gueulé du côté des fans.
Tu m'étonnes... J'ai déjà eu cette expérience avec la version québecoise de "The Mask". Une pure torture auditive et un massacre d'un souvenir d'enfance sans précédent. À l'époque, je ne savais pas qu'il y avait plusieurs versions françaises, et j'ai cru à un doublage amateur ou pirate. :mrgreen:
J'ai déjà entendu la VO, et c'est vrai qu'elle est pas mal, fait bien passer le côté "teenager" des tortues. Néanmoins, même si aujourd'hui j'écoute mes films exclusivement en VO, pour la nostalgie, j'aime bien réécouter les VF de temps en temps des films que j'ai vu étant plus jeune. Je vais essayer de retrouver ma cassette vidéo et la transférer sur dvd, je pense.
Glass Heart a écrit :D'ailleurs, j'en profite: je n'ai jamais eu de jeu Tortues Ninja dans mon enfance et j'ai toujours voulu en avoir un. J'ai vu le remake 3D de Turtles in Time parmi les jeux téléchargeables sur le X-Box live. Est-ce que c'est un jeu que vous me recommanderiez ?
Je n'y ai jamais joué, mais d'après les échos que j'ai pu en avoir, c'est du bon Beat'm all à l'ancienne, pas trop difficile mais pas transcendant. Le portage est limité au strict minimum aussi niveau adaptation. Et puis, il n'y a pas de scénario, et c'est surtout l'occasion pour les fans d'affronter des méchants bien connus en incarnant sa tortue préférée.
J'avais l'adaptation de la version arcade sur ma NES, et j'ai passé de bons moments dessus, notamment à deux joueurs. Je crois que "Turtles in Time" reprend le même principe, avec un petit relifting, donc ça doit valoir le coup. Par contre, il paraît que la difficulté est revue à la baisse, donc attends-toi à terminer le jeu rapidement.

Pour la "mort" de Shredder, je ne suis pas sûr qu'à l'époque il aurait été possible de filmer un combat aussi épique avec la technique disponible. Perso, ça ne m'a pas gêné, il a bien montré sa surpuissance en mettant à terre toutes les tortues, et Splinter avait besoin de son petit moment de gloire et de classe, après avoir passé tout le film dans l'ombre. J'ai trouvé ça pleinement satisfaisant.
VpourViennetta a écrit :On relativise vraiment la difficulté des jeux actuels en se remémorant les heures de calvaire répétitives passées sur ces vieilleries.
C'est vrai qu'on butait bien plus souvent à cause d'un game-design boiteux qu'à cause de la réelle difficulté des titres, ce qui est tout de même un comble.
N'empêche, même si je me prenais la tête sur ces vieux titres, j'y revenais constamment, et rarement n'ai-je pas rejoué à un jeu de la période "NES-Mégadrive" après l'avoir fini (il est vrai que je n'en ai pas fini beaucoup non plus...). Je crois qu'on était un peu maso à l'époque.^^ Le nombre de fois où j'ai quand même rejoué à Top Gun, alors que je ne comprenais rien du tout ou presque... (et je ne suis jamais parvenu à faire atterrir cette saloperie d'avion une seule fois !)
"Les bons livres sont une ancre pour ton bateau dans le port de la vie. Même si une grande vague arrive, ton bateau ne sera pas emporté. Tu pourras mettre les voiles quand tu auras accumulé suffisamment de forces et de connaissances."
"Et moi aussi j'ai un rêve stupide qui me tient à coeur. Il est temps de me bouger pour le réaliser."
"Don't Think, Feel!"

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Tortues Ninja

Message non lu par Glass Heart » 30 janv. 2012, 19:03

Je n'y ai jamais joué, mais d'après les échos que j'ai pu en avoir, c'est du bon Beat'm all à l'ancienne, pas trop difficile mais pas transcendant. Le portage est limité au strict minimum aussi niveau adaptation. Et puis, il n'y a pas de scénario, et c'est surtout l'occasion pour les fans d'affronter des méchants bien connus en incarnant sa tortue préférée.
J'avais l'adaptation de la version arcade sur ma NES, et j'ai passé de bons moments dessus, notamment à deux joueurs. Je crois que "Turtles in Time" reprend le même principe, avec un petit relifting, donc ça doit valoir le coup. Par contre, il paraît que la difficulté est revue à la baisse, donc attends-toi à terminer le jeu rapidement.
J'ai vu qu'il y avait une démo jouable. J'ai essayé le premier niveau, c'est la facilité incarnée (peut-être justement aussi parce que c'est le premier niveau). Le boss de fin de niveau est la nullité incarnée: il plane en l'air, on évite ses tirs, il se pose à terre, on lui donne quelques coups, et ainsi de suite.

A côté, la démo d'un des jeux d'arcade de 1989 (qui est aussi disponible sur le X-Box live) proposait déjà un peu plus de challenge, notamment en mode solo avec les ennemis qui encerclent vite de partout et le boss Rocksteady qui est plutôt coriace... s'il n'y avait pas cette possibilité de continus infinis à chaque fois qu'on se fait battre (on n'a même pas à recommencer le combat, on le reprend comme si on avait juste perdu une vie). Au moins, on n'a pas à dépenser des pièces à chaque fois.

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Tortues Ninja

Message non lu par Glass Heart » 03 févr. 2012, 18:31

Je viens d'acquérir le tome 1 de l'édition française de la nouvelle série Tortues Ninja débutée récemment aux Etats-Unis.

Image

Pas encore lu, mais je viens de réaliser qu'il s'agit en fait d'un reboot complet de la saga et non de la suite des séries précédentes. Pas trop fana de l'idée à vrai dire, j'appréhende un peu ma lecture du coup. :?

Avatar du membre
hdix
Messages : 1554
Enregistré le : 28 août 2007, 14:46
Localisation : environs de bourg en bresse

Re: Tortues Ninja

Message non lu par hdix » 03 févr. 2012, 21:12

pareil
je viens de recevoir le tome1

moi j'ai pas d'appriori. on verra. les dessins ont l'air potables
Image
"SAVOIR PLUTÔT QUE CROIRE"

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Tortues Ninja

Message non lu par Glass Heart » 03 févr. 2012, 22:33

Je viens de finir la lecture du tome 1 (qui réunit les quatre premiers numéros de la nouvelle série de comics en cours). Dévoré d'une seule traite !

Image

Comme je l'ai dit, le fait de rebooter l'univers de mes héros d'enfance ne m'enchantait guère. Mais là, en l'occurrence, c'est du très bon reboot.

La série se déroule de nos jours. Splinter, un vieux rat mutant, et ses élèves Léonardo, Donatello et Michaelangelo, des tortues mutantes elles aussi, affrontent un gang mené par Old Hub, un chat mutant. Tous se connaissent, partagent un passé commun, mais on ignore lequel.

Nous découvrons assez vite une quatrième tortue mutante, anonyme, amnésique et SDF, qui fait sa tournée de poubelles pour chercher de quoi se nourrir. Véritable paria, elle rencontre Casey Jones, un jeune homme troublé qui traverse ses propres problèmes avec un père alcoolique et violent. Ces deux rejetés de la société se reconnaissent et s'acceptent, le début d'une amitié forte.

Qui sont tout ces mutants et d'où sortent-ils ? Tout commence 15 mois auparavant dans un centre de recherche. La jeune April O'Neil, une étudiante stagiaire, vient d'être engagée et elle fait la connaissance du laboratoire et de quatre tortues et d'un vieux rat, spécimens de laboratoire. La jeune femme l'ignore mais ces spécimens sont censés servir de cobayes pour la création d'une formule chimique de supersoldat que le mystérieux général Krang pourra utiliser sur ses troupes pour les rendre invincibles. Jusqu'au jour où le projet devient la cible d'une organisation rivale composée de ninjas...

J'avoue que je suis vraiment surpris par la qualité de cette relecture des origines des tortues. On a l'impression d'être toujours en territoire connu et, en même temps, on redécouvre vraiment les origines des tortues dans une version neuve qui dépoussière le mythe et rend son univers plus réaliste et plus sérieux. On retrouve toutefois l'ambiance sombre et violente des comics d'origine mais, au-delà du sérum du supersoldat, tout l'aspect un peu kitsch de la série d'origine a entièrement disparu. Et ce premier tome apporte aussi son lot de nouvelles idées brillantes qui, si elles ne sont pas encore vraiment développées dans ce premier tome, portent néanmoins de véritables promesses pour les développements futurs de la série.


Après, au niveau des personnages, je trouve que ce premier tome ne met pas tous les personnages sur le même plan. Raphaël est au centre des enjeux de ce tome et, en conséquence, sa psychologie est particulièrement développée. Séparé de ses frères et ayant rencontré l'hostilité du monde réel, il s'est forgé une carapace et, en conséquence, il est devenu un être colérique et brutal mais néanmoins d'une grande sensibilité au fond de lui.

Les trois autres tortues sont davantage mises en retrait, se contentant de rechercher leur frère disparu, sans pour autant avoir aucune assurance qu'il soit toujours en vie. Il y a toutefois une scène à un moment qui dévoile leurs psychologies respectives. Ainsi, Léonardo n'est pas à l'aise dans son rôle de leader, se contentant de suivre les ordres de Splinter sans prendre aucune initiative personnelle, une attitude qui insupporte ses frères. Donatello a repris le rôle de Raphaël et, bien que moins sévère, sera de contrepoids nécessaire face à l'indécision de Léonardo. Enfin, Michaelangelo est fidèle à lui-même.

Splinter devient un simple rat de laboratoire. Ses origines deviennent donc nettement plus réalistes que l'animal de compagnie d'Hamato yoshi qui apprit les arts martiaux en imitant son maître. Du coup, on peut se demander où il a appris les arts martiaux (ok, c'est kitsch comme idée ! Mais c'est important quand même ! :lol: ). Toutefois, ses origines conservent leur aspect "héroïque", réinventées de manière convaincante qui collent bien avec l'ambiance plus sérieuse du reboot.

Enfin, Casey Jones est, avec Raphaël, le personnage le plus développé de ce premier tome. On découvre un jeune homme dans la détresse, pommé, ce qui confère là aussi un aspect plus réaliste à la série. Il n'y a pas besoin de plus pour le rendre attachant. Malgré ça, visiblement dopé aux comics, il s'est construit une carrière de justicier masqué (toujours avec son masque de hockey et sa batte) et, la nuit venue, il lutte contre le crime. Oui, complètement pommé, c'est bien ce que j'ai dit.

A part ça, d'autres figures connues sont au rendez-vous dans des rôles secondaires qui ont ici toutes un lien avec les origines des tortues. April O'Neil retrouve ici son emploi de scientifique mais elle n'a pas encore l'importance qu'elle est censée acquérir plus tard, n'ayant pas encore véritablement croisé les tortues mutantes. Shredder semble aussi être présent, bien qu'on ne le connaisse pas encore sous cette identité.

Enfin, le personnage qui a peut-être le plus changé est certainement Krang, l'extraterrestre en forme de cervelle. Ici, il est réinventé en Blodelf ou en Dr. Gang, ce qui plaira ou non aux fans. Son influence et la terreur qu'il inspire sont omniprésentes, mais le personnage même reste dans l'ombre et apparait à peine. On sait juste de lui qu'il est général de l'armée et qu'il est le commanditaire du projet mutagène. Pour l'instant, tout semble l'annoncer comme le grand méchant de la série, mais Shredder ne s'est pas encore pleinement dévoilé.

En fait, en guise de méchant, on a droit à un nouveau-venu, Old Hob, nemesis de Splinter et véritable cauchemar de Raphaël, sorte de chat de gouttière mutant qui fait office de premier adversaire des tortues et qui risque d'être récurrent. S'il n'a pas l'impact d'un Shredder, il remplit toutefois bien son office de premier méchant, tenant davantage la route par lui-même qu'un Bebop ou un Rocksteady ne le seraient (pour leur part, ils ne peuvent être que les larbins d'un autre personnage).


Ce premier tome tourne autour de la thématique de la famille. On assiste à une famille en perdition en l'absence de l'un de ses membres et qui se met à sa recherche sans même savoir s'il est encore en vie. De l'autre côté, on trouve un individu égaré, amnésique et seul qui recherche justement son clan, perdu et errant dans les rues. L'une des (nombreuses) réussites de ce livre est de réussir à nous faire croire à cette famille, au fait que les tortues ne sont pas "complètes" quand elles ne sont pas quatre et que Raphaël leur est donc indispensable pour démarrer véritablement leur nouvelle existence.

Comme cette quête du frère disparu prend tout le tome, nous n'avons ainsi droit qu'aux origines et l'histoire ne va malheureusement pas au-delà. C'est justement là un peu le problème, on sent que ce tome, aussi réussi soit-il, 'est qu'un prologue et, comme le dit Splinter à la fin, les choses ne peuvent commencer vraiment qu'une fois la famille réunie. Si ce prologue est excellent et que son histoire fonctionne, j'en ressors toutefois vraiment dans l'attente d'une suite. Il y a de nombreuses idées géniales qui ont été introduites et qui n'ont pas encore été développées et on sent que l'intrigue principale a démarré entretemps. Loin d'être anodin, l'accident ayant abouti à la mutation des tortues est ici un point clé du scénario, prenant place au centre d'une intrigue énorme qui réunit plusieurs éléments importants de la mythologie de la franchise.

Et très sincèrement, vu la qualité de cet ouvrage, j'ai de grandes espérances pour la nouvelle série. Vraiment un excellent prologue !


Au niveau des dessins, là c'est difficile de juger tant l'auteur (en l'occurence Kevin Eastman, le co-créateur des tortues) a vraiment un style particulier, qui plaira ou non selon les goûts. Les couleurs sont aussi vraiment très sombres. Techniquement, je trouve que c'est réussi et ce style colle vraiment bien avec l'ambiance sombre du titre, mais tout le monde n'appréciera pas forcément (surtout ceux qui sont attachés à l'ambiance colorée de la série animée des années 80/90). Pour autant, la lecture est vraiment fluide et se lie avec grand plaisir. En définitive, ça dépendra vraiment des sensibilités.


Maintenant, j'attends de voir ce qu'en aura pensé Hdix. :)

Répondre