Page 1 sur 1

Ordo Xenos

Posté : 26 août 2011, 12:46
par Ziegelzeig
Bonjour à tous !!

Je sais que je suis tout nouveau, mais je ne suis pas un novice des forums… J’ai donc été assez surpris de ne pas voir de rubrique « présentation » (mais j’ai pas fouiné dans les détails, je l’avoue). Je vais donc en deux trois mots me présenter avant d’en venir à ce qui m’intéresse aujourd’hui.
Voilà, donc je suis Ziegelzeig, mais on me connait souvent aussi sous le pseudonyme Shadow Gate, et mon vrai prénom c’est David (mais on s’en fiche un peu, non ?). J’ai 23 ans et je suis sur le point de passer le CAPES de Lettres-Modernes. Voilà pour la petite histoire et les banalités, parce que ce n’est pas ça qui nous rassemble sur ce forum, n’est ce pas ?
Non, ce qui compte ici, c’est notre passion pour les mangas !! Et cette passion dévorante chez moi m’a poussé, couplé à mon inépuisable besoin de créativité, à réaliser un projet un peu typé manga, d’une certaine façon, même si c’est un peu plus spécifique que ça.

Je ne pense pas que la plupart d’entre vous ai déjà entendu parler d’Ordo Xenos, alors, envoyons le pâté !!!
Image
Derrière ce titre se cache le plus grand projet artistique et créatif auquel je me suis attelé de toute ma vie. Cela fait à présent cinq ans que je travaille toutes les semaines dessus, quasiment sans interruption.

Ordo Xenos est un manga « scripté », c'est-à-dire qu’il fonctionne de manière romancée, mais il est rédigé à la façon d’un script de cinéma, ou d’anime si vous préférez (plus en accord avec le style). La narration est donc purement descriptive : elle se borne à narrer les actions, à décrire les décors et les agissements des personnages. En gros, il n’y a quasiment aucune forme de focalisation interne et le seul moyen de comprendre l’état psychologique ou les pensées d’un personnage est de lire la description de leurs expressions et bien entendu leurs dialogues. Le tout permet la création aisée d’images mentales, qui stimulent l’imagination pour donner l’impression de visualiser en mouvement ce que l’on est en train de lire.

Depuis plus de quatre ans, quasiment toutes les semaines, je sors un chapitre sur le forum de la communauté de Japflap, qui est rattaché au site officiel d’Ordo Xenos : http://ordo-xenos.japflap.com/. Ainsi, des dizaines de lecteurs ont pu suivre l’évolution de cette histoire depuis tout ce temps, menant la trame à une vingtaine de tomes, soit 171 chapitres exactement à ce jour.

Mais Ordo Xenos, ce n’est pas que du texte, ce sont également des illustrations. Comme je me débrouille pas trop mal en dessin, je me suis attelé à dessiner la plupart des protagonistes évoluant au sein de l’histoire, afin de faciliter leur visualisation au moment de la lecture, et surtout stimuler la capacité du lecteur à se souvenir d’eux (oui, certains n’apparaissent pas pendant un moment avant de revenir sur le devant de la scène, etc.).
Image
Voici un petit résumé de la base de l’histoire (qui risque de vous spoiler un petit peu les deux premiers tomes, malheureusement, mais bon) :

« Les légendes racontent qu'il y a neuf cent ans le monde que l'on appelle aujourd'hui Kiren était tout autre, et qu'une catastrophe à l'échelle planétaire remit tous les compteurs à zéro. L'émergence d'une nouvelle civilisation a relégué cet héritage au rang de légende, passant en premier plan les difficultés à gérer une époque en crise. En effet, ce nouveau monde est déstabilisé par le clivage très marqué opposant deux types de sociétés : celle de la magie et celle de la technologie.

A Eidolon, mégalopole prônant un équilibre impossible entre les deux ethnies, l'assassin Mortis vit de crimes commandités qui lui permettent de se remplir le ventre. Mais cet homme de l'ombre est le cadet des soucis de la Brigade Inquisitoriale, emmenée par le dynamique et utopiste Maximillien Telziel. Lassé des bandits à la petite semelle, ce-dernier est hanté par la volonté de coincer le plus grand groupe criminel du monde de Kiren : l'Ordo Arakis.
A Adra'Haar, capitale de la magie, le luxurieux domaine des Laderton est attaqué par un groupe terroriste local. Lord Laderton est assassiné et sa mystérieuse fille, Sayam, est en grand danger. Les commanditaires de l'attentat font leur apparition : Rufus Van Reinhardt et ses hommes de l'Ordo Arakis doublent sur le volet le petit groupuscule terroriste et l'anéantissent en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Rufus, intrigué par Sayam, décide de la prendre avec lui.
Mis à au courant de l'affaire, c'est la piste à suivre pour la bande de Telziel, qui se met directement à enquêter sur l'Ordo, bien décidé à le mettre sous les verrous.

Pendant ce temps, à Hydrapole, capitale de la technologie, Vladimir Morlan, scientifique de renommée internationale travaillant pour le CRTN (Centre de Recherche en Technologie Nouvelle), se voit obtenir la conception d'un nouveau projet. Afin de pouvoir tenir le difficile cahier des charges, Vladimir a bien l'intention de passer par un petit revendeur de la ville voisine, Idlow. Pour le protéger durant le voyage, il réactive le réploïde Almee Natar qui avait été cryogénisé suite à un bug général dans sa série de production. Almee était autrefois un jeune homme accusé (faussement, d'après lui) de meurtre à qui il a été offert de servir de cobaye à Vladimir Morlan plutôt que de subir la peine capitale.
Au même moment, dans le quartier magique de White Scar, à Eidolon, Engal Cipheri, chef d'un petit groupe de vandales opposé à la technologie, met au point une stratégie pour bouleverser le monde des technopartisans : capturer et assassiner publiquement Vladimir Morlan.

Alors que les destins de chacun d'entre eux les mène à se croiser, se rencontrer, se confronter, le chef du CRTN, Monsieur Opitz, individu étrange à la puissance phénoménale, met la main sur une vieille carte, Symbolique Alpha. Cette carte, liée aux anciennes ruines d'une civilisation disparue, offre de nombreuses informations sur la fin annoncée du monde. Chacun des acteurs précités tiendra un rôle dans cet évènement désastreux nommé "Apocalypse"...
»
Image
Mais si je suis ici aujourd’hui, ce n’est pas pour faire de la petite pub pour le site d’Ordo Xenos. Ça, ce n'est pas ma priorité, je n’ai jamais vraiment fait le tour des gros forums de mangas pour amener du monde à lire mon histoire : j’ai toujours respecté l’aspect « découvert par hasard » qui a amené la plupart de mes lecteurs les plus fidèles à se mettre à Ordo Xenos.
Non, en réalité, le projet a prit un nouveau tournant depuis peu, en rentrant dans l’espace « matériel ». Grâce à l’autoédition, il est à présent devenu possible de posséder Ordo Xenos chez soi, en volume relié, et de le conserver dans sa bibliothèque ou sa mangathèque, comme n’importe quel autre livre. Et ça, je pense, ça a le mérite de se voir partagé avec le plus grand nombre. Donc voilà, je suis venu vous parler d’Ordo Xenos aujourd’hui car il est devenu plus facile d’accès que jamais, et que cette nouvelle mouture nouvellement publiée m’a permis de revenir sur des premiers chapitres très perfectibles, que j’ai amélioré à outrance, tout en corrigeant les nombreuses fautes d’orthographe, de grammaire et de style qui les polluaient. On a donc un volume 1 tout neuf, tout beau, et… tout impatient d’être lu !
Image
Voilà, bien entendu, personne n’est obligé de commander ce tome pour profiter de son contenu exclusif, car j’ai mis le site à jour avec les neufs chapitres refaits à neuf, et bientôt les illustrations inédites (ça va venir, juste le temps que le transfert se fasse).
Cependant, si vous avez envie de soutenir le projet, de découvrir quelque chose de nouveau, d’encourager la création amateur et de contribuer à mener Ordo Xenos un peu plus loin, alors il vous est possible de commander ce premier tome (ce qui me ferait infiniment plaisir, bien entendu), et surtout d’en parler autour de vous, d’amener vos amis à découvrir cette histoire et cet univers, à pénétrer ce style un peu « à part », qui a tant à apporter.
Pour commander le volume 1, c’est par là : http://www.thebookedition.com/ordo-xeno ... 64986.html

Mais finalement, le principal pour moi c’était d’attirer votre attention sur cette série, en profitant de ce mini « évènement » pour justifier la présentation de mon travail. J’espère qu’Ordo Xenos saura piquer votre attention et votre curiosité, en tout cas moi je suis à votre entière disposition pour répondre à toutes vos interrogations. Rien ne me ferait plus plaisir, d’ailleurs. Je pense que malgré tous mes efforts, cette présentation doit apparaitre décousue et quelque peu floue, le dialogue restera sans doute le meilleur moyen de partager, comme toujours.
En tout cas je suis fier d’être ici aujourd’hui pour vous parler de mon travail ^^
Image

Re: Ordo Xenos

Posté : 01 sept. 2011, 09:36
par Ziegelzeig
Je vois, je pense que vous avez peut être du mal à visualiser avec cette simple présentation à quoi peut bien ressembler le contenu du livre, je vais donc vous proposer un morceau du chapitre 1 comme extrait, afin de vous faire les dents et qu'on puisse amorcer une conversation... je me sens seul sur mon topic tout vide.

Eidolon, la ville du partage, déchirée entre deux instances politiques opposées, est perpétuellement plongée dans le trouble. Que ce soit pour l’ADT (Armée Départementale Technologique) ou l’ADM (Armée Départementale Magique), il est clair que le clan opposé doit être annihilé. C’est ainsi que dans une ville mettant en avant son aspect de neutralité comme assurance d’un bonheur assuré, la population est oppressée pour ses pensées politiques, son idéologie et sa liberté. Nombreux sont les cadavres dont on ne retrouvera jamais les assassins. Des familles brisées. Des quartiers éclatés. Et des mercenaires peu scrupuleux qui se servent de ces divergences pour vivre à leur aise.
Assis sur un toit, l’un de ces mercenaires guette en attendant son heure. De taille moyenne, son apparence générale et son allure en font une personne que les gens préfèrent éviter. Ce n’est pas grave, il s’y est fait. Sa tenue d’assassin, recouvrant l’intégralité de son corps maigre mais néanmoins musculeux, est entièrement noire. Un étui est accroché à la ceinture de cordes couleur carmin qui orne sa taille svelte. Un masque d’un blanc pur, inexpressif, dans lequel seuls deux yeux noirs et fins sont taillés, lui sert de visage. Son nom est Mortis, et il n’est pas là pour se détendre, malgré le fait qu’il tienne entre ses mains un exemplaire du livre « les méthodes de reproduction des gallinacés pour les Nuls ». Une sorte de couverture malvenue pour sauvegarder ironiquement les apparences, sans doute. Ou bien essaye-t-il réellement de se persuader qu’il sera en sécurité derrière l’écran de ces pages. En a-t-il vraiment besoin d’ailleurs ?
Camouflé derrière l’ouvrage, il semble surveiller une grande allée marchande où de nombreux commerçants tentent de revendre aux passants les diverses camelotes qu’ils présentent sur leurs étalages comme de pures merveilles artisanales. Soudainement, un individu fait irruption, glaçant l’ambiance par sa simple présence. Là où il passe, les discussions s’arrêtent, les négociations s’interrompent, laissant place à des regards suspects et à de sombres murmures. Un cryo-tube planté dans la tête, un œil cybernétique et un bras mécanisé rendent l’immensité de cet individu, déjà haut de deux mètres, encore plus impressionnante. Les passants chuchotent à son passage, essayant d’éviter son regard assassin et son visage dur.


(Commerçant) : Un technopartisan…

(Client) : Il n’a pas peur de se promener dans les quartiers magiques, celui-là.

(Commerçant) : Sans doute un influent, il vaut mieux ne pas s’y frotter. Maudites immunités diplomatiques. Ça me colle la nausée.

Un jeune couple, bras dessus, bras dessous, ne prenant pas garde au changement de ton ambiant, se promène le long de l’avenue en toute insouciance. Le garçon a le malheur de légèrement bousculer le technopartisan. À ce simple contact, celui-ci s’emporte comme une tempête et n’attend pas une seconde pour repousser la jeune femme dans un étalage à proximité. Il se saisit ensuite de son fiancé par le collet pour le soulever à vingt centimètres du sol, d’une seule main.

(Technopartisan) : Je vais t’apprendre à regarder où tu marches, vermine de mage puant !

(Le garçon) : Monsieur, je ne vous avais pas vu… laissez-moi…

Alors que le technopartisan s’apprête à pulvériser la tête de sa victime de toute la puissance de son bras robotisé, une dizaine de shurikens fendent l’air et viennent lui perforer le visage. La brute énorme s’effondre, raide morte, dans une giclée de sang. À cette chute, un mouvement de panique générale éclate dans tous les coins de l’avenue marchande.
Au sommet du toit où était assis Mortis, il ne reste qu’un livre sur la reproduction des gallinacés, abandonné de travers, et quelques oiseaux effrayés qui s’envolent rapidement.

Quelques minutes plus tard, dans une autre ruelle, plus étroite et moins fréquentée, Mortis s’avance d’un pas guilleret en direction d’un vieillard encapuchonné à l’air visiblement inquiet. Le mercenaire s’accoude au montant de la porte devant laquelle s’est immédiatement prostré son misérable interlocuteur.


(Mortis) : C’est bon, il est mort.

(Vieillard) : Tu en es sûr ?

Mortis, bien que son masque empêche toute expression, semble légèrement agacé et tend sa main ouverte vers le vieillard.

(Mortis) : D’ici deux heures, tout le quartier sera au courant.

Le vieil homme cherche une bourse sous ses guenilles et la tend rapidement à l’assassin masqué d’une main tremblante. Ce dernier, remarquant l’état de son interlocuteur, se met soudain à rire.

(Mortis) : Pas besoin d’être aussi nerveux, mon gars. Des gens, il en tombe tous les jours par ici.

(Vieillard) : Oui… mais…

(Mortis) : N’y pense pas. Ce n’est pas toi qui as lancé les shurikens, mmh ?

Mortis soulève la bourse, semblant jauger son poids, puis l’accroche à sa ceinture d’un air satisfait avant de croiser les bras sur son torse.

(Mortis) : Allez, maintenant que j’ai de quoi me payer à manger, je vais m’offrir un vrai déjeuner. À bientôt, le vieux !

Le vieillard soulève mollement la main pour saluer l’assassin qui s’éloigne d’une manière aussi détendue qu’à son arrivée. Le vieux regarde de droite à gauche avec des yeux inquiets puis s’enferme dans sa maison d’un air paniqué.



Et en prime, je vous offre également une des nombreuses illustrations qui parsèment le tome.

Image

Re: Ordo Xenos

Posté : 02 déc. 2011, 19:07
par Ziegelzeig
Voilà je voulais juste passer pour partager avec vous mon enthousiasme quant à la sortie du tome 2 de ma série, Ordo Xenos. Je n'ai pas énormément de chose à ajouter par rapport à ce que j'ai déjà pu dire précédemment, mais j'espère de tout cœur que vous vous laisserez tenter un jour par la lecture de cette aventure pas comme les autres.
Image

[center]COMMANDER ORDO XENOS TOME 2[/center]

Re: Ordo Xenos

Posté : 05 janv. 2012, 19:10
par Ziegelzeig
Bonjour à tous. Je passe juste pour informer d'éventuels curieux (on peut toujours rêver) que j'ai mis en place une plateforme de type "blog" où je mettrais régulièrement en ligne les chapitres d'Ordo Xenos (en recommençant du début donc, oui, oui, mais avec un rythme de parution plus rapide). Je pratique cette manœuvre dans l'espoir d'accrocher de nouveaux lecteurs qui auraient pu être déroutés ou effrayés par la quantité impressionnante de chapitres disponibles sur le site officiel. Sous cette forme, la lecture paraîtra peut être plus digeste pour entamer une incursion dans la série.

Si vous êtes intéressés, il vous suffit de suivre le lien ;)

http://ordo-xenos.blogspot.com/