Si on parlait ciné?

Ici discutez de tout ce qui ne concerne pas le manga... C'est également ici que vous pouvez vous présenter!
Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Glass Heart » 24 juil. 2011, 13:08

Hitsuji a écrit :Vous me confirmez tout deux (trois, même, avec samizo) que j'ai bien fait de ne pas aller le voir. De toute façon, quand j'ai su qu'il n'y aurait rien sur le passé de Dumbledore... =/
Perso, je n'ai pas lu les livres, mais je n'ai pas aimé le film non plus. Une succession de combats qui misent tous sur les effets visuels et rien sur la tension. Quant à l'histoire, difficile de faire plus vide, c'est juste un prétexte pour aller vers les séquences d'action.

Comme ça a été dit, Harry est au centre de tout, les autres personnages servent de décor (et sont totalement creux), à la manière d'un Mission Impossible 2 où tout tourne autour de Tom Cruise. A tel point que

[spoiler]les morts ont lieu hors-champ, pour ne pas dire que les personnages crèvent comme des malpropres. On découvre en fait les victimes en même temps que Harry et l'effet produit est... nul.[/spoiler]

Et franchement, je n'ai absolument pas senti l'ampleur des enjeux qui se jouaient à ce moment.

J'avais adoré la première partie durant laquelle Yates avait vraiment réussi à mettre en valeur ses trois héros et leur profondeur. Force est d'admettre qu'il s'en sort nettement mieux avec trois persos et des scènes intimistes qu'avec toute une armée et des scènes d'action.

Et puis, en sortant du film, il y avait pas mal d'éléments de l'histoire que je n'avais pas compris et des lecteurs du bouquin ont du m'expliquer "ce que le film ne précisait pas" (les éléments étaient parfois vaguement présents, mais le rapport n'était pas suffisamment clair pour comprendre).

Et pour un film de conclusion, j'ai franchement trouvé que c'était le plus mauvais de la saga. Jusque là, je trouvais L'Ordre du Phénix (le premier Potter de Yates justement) nettement en dessous des autres, mais il avait une histoire et la magie de la saga. Là, l'histoire se résume à une succession de combats et la magie de la saga, j'ai trouvé qu'elle était totalement absente de ce dernier opus, à la manière d'un Matrix Revolution.

Avatar du membre
Einah
Messages : 1948
Enregistré le : 17 nov. 2010, 21:13
Localisation : Deux-Sèvres mais mon coeur reste en Lorraine

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Einah » 24 juil. 2011, 16:20

J'ai lu toute la saga Harry Potter et pour une fois j'ai trouvé que le film était pas mal.
Toutes les interrogations que posent Sorrow, en fait j'ai plus l'impression que tu remets en cause carremment ce que l'auteur à écrit.
Ca ne m'a pas choqué la scène de fin [spoiler]quand il casse la baguette[/spoiler]car justement il fait ca pour protéger le monde et[spoiler]qu'un autre voldemort ne survienne pas car il est très tentant de ceder au pouvoir.[/spoiler][spoiler]La scène des 19 ans après[/spoiler], je l'attendais impatiemment car ce n'est rien d'autre que l'épilogue du livre !
Les films Harry Potter ont toujours été mieux compris quand on a lu le livre hélas.
Mais ce dernier film est pour moi le meilleur. Ma seule déception est le fait qu'il y a eu la mort de personne importante où dans le livre, je me souviens avoir pleurer et que durant le film leur mort n'a pas été mise en scène...
Quand aux cotés de la vie passé de Dumbledore, un peu difficile de tout mettre dans un film et il ne faut pas oublier que ce n'est pas le héros principal ;)
Image

Avatar du membre
Hitsuji
Time Sheep
Messages : 666
Enregistré le : 12 juil. 2011, 18:37
Localisation : Près d'un chat ! :3
Contact :

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Hitsuji » 24 juil. 2011, 16:45

Einah a écrit :Quand aux cotés de la vie passé de Dumbledore, un peu difficile de tout mettre dans un film et il ne faut pas oublier que ce n'est pas le héros principal ;)
Le problème, c'est que c'était quand même l'une des phases importante du livre. Pour moi, c'est même l'essentiel du livre. Tout ce qui est chasse aux horcruxes, c'est histoire d'avoir le quota d'action.
"on the internet, no one knows you're a cat."
—A cat.

Sorrow
Messages : 1270
Enregistré le : 14 janv. 2008, 22:28
Localisation : Entre deux mondes

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Sorrow » 24 juil. 2011, 17:03

Einah a écrit :Toutes les interrogations que posent Sorrow, en fait j'ai plus l'impression que tu remets en cause carremment ce que l'auteur à écrit.
?? Je remets en cause le film, pas la série de bouquins justement, que j'ai beaucoup aimé. Et le film contredit énormément le livre.

Déjà concernant ta remarque en spoil, la baguette n'a aucun lien à la base avec Voldemort, aucun. Il s'en est emparée uniquement pour combattre Harry Potter, parce que le lien entre leur deux baguettes l'empêchait de l'éliminer. Et même en changeant de baguette, You-know-who se faisait malgré tout sérieusement malmené, à cause du fait que la propre baguette de Harry le considérait comme un ennemi mortel, et puisait dans des ressources inimaginables pour le combattre.
Voldemort n'a jamais été intéressé par les reliques de la mort, et n'a cherché qu'à se procurer celui qui pourrait l'aider à vaincre son ennemi mortel.


Ensuite, le coup de la baguette de sureau qu'on peut briser n'a aucun sens en soi. C'est la plus puissante baguette du monde, un Deathly Hallow, for Christ Sake ! Dumbledore fait tout un laïus dans le tome 7 où il dit qu'il n'a conservé la baguette que pour que personne d'autres ne s'en servent à de mauvaises fins, et pas pour sa gloire ou pour atteindre des objectifs personnels. Dumbledore savait très bien que cette baguette était dangereuse, alors pourquoi ne l'a-t'il pas détruite ? Parce qu'il ne le pouvait pas, tout simplement. C'est pourquoi à la fin du livre, Potter décide de ne pas s'en servir, et de faire en sorte de ne pas être vaincu, afin que la baguette perde ses pouvoirs à jamais.
Ce que le film élude complètement, parce que c'est évidemment plus facile à mettre en scène, mais cela représente une perte en fin de compte.
Einah a écrit :Les films Harry Potter ont toujours été mieux compris quand on a lu le livre hélas.
Et c'est ça que je leur reproche. L'adaptation en films du Seigneur des anneaux est parfaitement compréhensible et parfaitement valable en elle-même sans avoir lu les livres, par exemple, pareil pour Jurassic Park, la série des Bourne (Identity, etc.) et la plupart des adaptations des romans de Stephen King.
Les films d'Harry Potter restent à la fois fidèle et très peu fidèle aux bouquins, ils ont le cul entre deux chaises, ce qui réduit grandement l'impact qu'ils auraient pu avoir à la base, à cause d'adaptations dont on se demande parfois si les réalisateurs sont des fans ou pas. Ce qui en soi ne serait pas un problème, qu'ils ne soient pas fans, pour autant qu'ils insufflent leur propre personnalité pour créer quelque chose de cohérent et bien construit. Mais j'ai davantage l'impression qu'ils n'ont pas vraiment saisi l'esprit derrière les bouquins et la personnalité des personnages dans leur ensemble. Quand Glass Heart, qui n'a jamais lu les bouquins, dit qu'il n'a pas compris certaines choses, c'est parfaitement logique, puisque les films ne se soucient pas vraiment de la cohérence, et préfèrent privilégier l'action et l'aspect visuel. C'est pour ça que je m'étonne d'un tel plébiscite dans la plupart des critiques, même spécialisées, parce que le focus du bouquin était complètement décalé. (Le titre était "Les Reliques de la mort", or on n'en parle pas du tout durant cette deuxième partie !)
Einah a écrit :je l'attendais impatiemment car ce n'est rien d'autre que l'épilogue du livre !
Et alors ? L'effet était raté, point barre. Même les quelques pics d'humour de la part de Ron, les seuls trucs que j'avais apprécié dans la conclusion, ont été abandonné...

Einah a écrit :Quand aux cotés de la vie passé de Dumbledore, un peu difficile de tout mettre dans un film et il ne faut pas oublier que ce n'est pas le héros principal
Si justement, c'est un des héros principaux ! Sans lui, il n'y aurait pas eu de Harry Potter ! C'est lui qui explique tout à la fin de chaque tome, même dans le sept. C'est lui qui a protégé Harry durant toutes ces années, c'est lui que Voldemort craignait par dessus tout, c'est lui qui a découvert l'existence des horcruxes, qui contiennent le secret du pouvoir de Voldemort. Tout comme Snape, c'est un des personnages centraux de la saga, par lequel tout arrive. Il n'aurait pas du être mis de côté, quelque soit la raison. Et le fait d'avoir complètement zappé son enterrement en grande pompe dans le sixième tome est limite honteux, tout comme les propos qu'on lui fait tenir dans cette deuxième partie du dernier film...
"Les bons livres sont une ancre pour ton bateau dans le port de la vie. Même si une grande vague arrive, ton bateau ne sera pas emporté. Tu pourras mettre les voiles quand tu auras accumulé suffisamment de forces et de connaissances."
"Et moi aussi j'ai un rêve stupide qui me tient à coeur. Il est temps de me bouger pour le réaliser."
"Don't Think, Feel!"

Avatar du membre
Einah
Messages : 1948
Enregistré le : 17 nov. 2010, 21:13
Localisation : Deux-Sèvres mais mon coeur reste en Lorraine

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Einah » 24 juil. 2011, 18:51

Sorrow a écrit : ?? Je remets en cause le film, pas la série de bouquins justement, que j'ai beaucoup aimé. Et le film contredit énormément le livre.

Déjà concernant ta remarque en spoil, la baguette n'a aucun lien à la base avec Voldemort, aucun. Il s'en est emparée uniquement pour combattre Harry Potter, parce que le lien entre leur deux baguettes l'empêchait de l'éliminer. Et même en changeant de baguette, You-know-who se faisait malgré tout sérieusement malmené, à cause du fait que la propre baguette de Harry le considérait comme un ennemi mortel, et puisait dans des ressources inimaginables pour le combattre.
Voldemort n'a jamais été intéressé par les reliques de la mort, et n'a cherché qu'à se procurer celui qui pourrait l'aider à vaincre son ennemi mortel.


Ensuite, le coup de la baguette de sureau qu'on peut briser n'a aucun sens en soi. C'est la plus puissante baguette du monde, un Deathly Hallow, for Christ Sake ! Dumbledore fait tout un laïus dans le tome 7 où il dit qu'il n'a conservé la baguette que pour que personne d'autres ne s'en servent à de mauvaises fins, et pas pour sa gloire ou pour atteindre des objectifs personnels. Dumbledore savait très bien que cette baguette était dangereuse, alors pourquoi ne l'a-t'il pas détruite ? Parce qu'il ne le pouvait pas, tout simplement. C'est pourquoi à la fin du livre, Potter décide de ne pas s'en servir, et de faire en sorte de ne pas être vaincu, afin que la baguette perde ses pouvoirs à jamais.
Ce que le film élude complètement, parce que c'est évidemment plus facile à mettre en scène, mais cela représente une perte en fin de compte.
Pour moi si Dumbledore n'avait pas détruite la baguette c'est tout simplement qu'il avait également un petit côté qui aimait le pouvoir et la force. En plus, Ron montrait à la fin ce coté en faisant la remarque à Harry, qu'il allait [spoiler]détruire LA baguette...[/spoiler]

Sorrow a écrit : Et c'est ça que je leur reproche. L'adaptation en films du Seigneur des anneaux est parfaitement compréhensible et parfaitement valable en elle-même sans avoir lu les livres, par exemple, pareil pour Jurassic Park, la série des Bourne (Identity, etc.) et la plupart des adaptations des romans de Stephen King.
Jamais reussi à lire ce pavé de Seigneur des anneaux...
Sorrow a écrit :
Les films d'Harry Potter restent à la fois fidèle et très peu fidèle aux bouquins, ils ont le cul entre deux chaises, ce qui réduit grandement l'impact qu'ils auraient pu avoir à la base, à cause d'adaptations dont on se demande parfois si les réalisateurs sont des fans ou pas. Ce qui en soi ne serait pas un problème, qu'ils ne soient pas fans, pour autant qu'ils insufflent leur propre personnalité pour créer quelque chose de cohérent et bien construit. Mais j'ai davantage l'impression qu'ils n'ont pas vraiment saisi l'esprit derrière les bouquins et la personnalité des personnages dans leur ensemble. Quand Glass Heart, qui n'a jamais lu les bouquins, dit qu'il n'a pas compris certaines choses, c'est parfaitement logique, puisque les films ne se soucient pas vraiment de la cohérence, et préfèrent privilégier l'action et l'aspect visuel. C'est pour ça que je m'étonne d'un tel plébiscite dans la plupart des critiques, même spécialisées, parce que le focus du bouquin était complètement décalé. (Le titre était "Les Reliques de la mort", or on n'en parle pas du tout durant cette deuxième partie !)
Ils en ont parlé des reliques dans la 1ère partie ? je n'ai pas revu recemment. Cela ne m'a pas géné, ce n'est pas cela que j'attendais dans cette 2ème partie. Ce que j'attendais été vraiment l'affrontement entre le clan Harry et le clan Voldemort.
Le fait que Glass Heart n'ai pas compris certaines choses est hélas le problème de tous les films d'Harry Potter, le pire fut le 1er qui a eu un anachronisme énorme...

Sorrow a écrit : Et alors ? L'effet était raté, point barre. Même les quelques pics d'humour de la part de Ron, les seuls trucs que j'avais apprécié dans la conclusion, ont été abandonné...
Pour toi l'effet est raté, ne généralise pas à tout le monde... Pour moi, je trouvais que ca collait bien avec les derniers pages que j'avais lu et j'ai vraiment trouvé ca très bien.
Sorrow a écrit : Si justement, c'est un des héros principaux ! Sans lui, il n'y aurait pas eu de Harry Potter ! C'est lui qui explique tout à la fin de chaque tome, même dans le sept. C'est lui qui a protégé Harry durant toutes ces années, c'est lui que Voldemort craignait par dessus tout, c'est lui qui a découvert l'existence des horcruxes, qui contiennent le secret du pouvoir de Voldemort. Tout comme Snape, c'est un des personnages centraux de la saga, par lequel tout arrive. Il n'aurait pas du être mis de côté, quelque soit la raison. Et le fait d'avoir complètement zappé son enterrement en grande pompe dans le sixième tome est limite honteux, tout comme les propos qu'on lui fait tenir dans cette deuxième partie du dernier film...
Je trouve pour moi que c'est plus Rogue qui a permis qu'Harry soit en vie. Après Dumbledore a tout fait pour permettre à Harry le moment venu d'avoir assez de force en lui pour avoir le courage d'affronter Voldemort.
Image

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Glass Heart » 24 juil. 2011, 19:14

Le fait que Glass Heart n'ai pas compris certaines choses est hélas le problème de tous les films d'Harry Potter, le pire fut le 1er qui a eu un anachronisme énorme...
Bah justement, ayant un point de vue de spectateur qui ne connait pas les livres, j'attends des films qui me permettent de découvrir l'univers. Après, je sais parfaitement qu'une adaptation est toujours une question de point de vue et donc de choix (et je n'ai pas besoin de lire le livre pour voir qu'Alfonso Cuaron avait un véritable point de vue et des partis-pris intéressants de mise en scène, ce qui manque cruellement à ce dernier film justement qui est incroyablement impersonnel).

Mais même en laissant de côté la vision du réalisateur sur la saga, je trouve que l'histoire du film (même si c'est pas le seul dans ce cas) manque en cohérence narrative. J'ai dû me faire expliquer des points importants de l'histoire pour comprendre pourquoi ça s'est passé comme ça dans le film.

Je pense par exemple aux Reliques de la Mort (pas les horcruxes) qui sont très mises en valeur et dont je me demande toujours à quoi elles servent "vraiment" dans l'histoire, ou au comportement de Draco Malefoy qui est tout simplement incompréhensible.
Jamais reussi à lire ce pavé de Seigneur des anneaux...
En fait, Sorrow ne parlait pas de la comparaison livres/films mais des films en tant qu'oeuvre à part entière. Peter Jackson a fait un travail d'adaptation incroyable pour que sa trilogie se suffise pleinement à elle-même. Ca s'est fait au sacrifice de pas mal d'éléments des bouquins, mais la mythologie finale des films, cette "mythologie remaniée", se suffit pleinement à elle-même.

Dans le cas des Potter, je crois que le gros problème, c'est le rythme de production des films: la Warner en a fait un événement blockbuster au rythme d'un film tous les uns ou deux ans ce qui est un temps de production extrêmement court (ils ont quand même tourné 8 films en 11 ans, alors que la norme des sagas est généralement d'un film tous les deux ou trois ans). Du coup, ça se ressent à mon sens sur l'écriture et sur le travail de réalisation (souvent assez bâclés).

Avatar du membre
Einah
Messages : 1948
Enregistré le : 17 nov. 2010, 21:13
Localisation : Deux-Sèvres mais mon coeur reste en Lorraine

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Einah » 24 juil. 2011, 19:26

Glass Heart a écrit :Dans le cas des Potter, je crois que le gros problème, c'est le rythme de production des films: la Warner en a fait un événement blockbuster au rythme d'un film tous les uns ou deux ans ce qui est un temps de production extrêmement court (ils ont quand même tourné 8 films en 11 ans, alors que la norme des sagas est généralement d'un film tous les deux ou trois ans). Du coup, ça se ressent à mon sens sur l'écriture et sur le travail de réalisation (souvent assez bâclés).
Tout a fait d'accord avec toi. Un moment donné il voulait même changer les acteurs à cause de l'age. Les acteurs/actrices commencaient à être quand même un peu vieux pour jouer des ados.
Image

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Glass Heart » 24 juil. 2011, 19:58

Einah a écrit :Tout a fait d'accord avec toi. Un moment donné il voulait même changer les acteurs à cause de l'age. Les acteurs/actrices commencaient à être quand même un peu vieux pour jouer des ados.
Un peu vieux pour des ados, c'est vrai.

[spoiler]Mais beaucoup trop jeunes pour des trentenaires, même avec le maquillage.

La scène finale, on dirait qu'ils accompagnent leurs petits frères et petites soeurs au train, pas leurs enfants. Mais en même temps, vu la fin, je ne l'aurais pas vu autrement qu'avec un plan final sur les "éternels gamins" qu'on a suivi pendant 10 ans, et pas sur d'autres acteurs plus âgés qui ne nous sont pas familiés.[/spoiler]


Sinon, pour illustrer mon propos sur les choix de Peter Jackson sur Le Seigneur des Anneaux, je prends par exemple la fin: pour PJ, l'histoire de sa trilogie s'achève à la destruction de l'anneau (qui survient en fait vers la moitié du dernier bouquin) et on passe ensuite directement à l'épilogue.

Dans le bouquin,

[spoiler]pour achever leur évolution, il y avait une dernière partie où les quatre hobbits, en rentrant dans la Comté, trouvaient celle-ci assiégée par Saroumane et ses sbires. Ils décidaient alors de prendre les armes et de pousser les autres hobbits à se soulever contre l'envahisseur.[/spoiler]

En supprimant cette partie, PJ a dû modifier le destin de Saroumane, et là il y a encore un autre facteur: version cinéma et version longue.

[spoiler]Dans la version cinéma, après avoir perdu son armée et ses pouvoirs, la bande décide de le laisser à son sort, misérable. Dans la version longue, la bande décide au contraire de l'affronter et il trouve une mort misérable (à son image à ce moment de l'histoire, loin de sa grandeur passée).

La version cinéma comporte tous les éléments nécessaires de la mythologie remaniée et la version longue, si elle étend encore davantage l'histoire avec des éléments des livres, ces moments ne sont pas forcément nécessaires. Si bien que je trouve la scène de la version cinéma fonctionne mieux, qu'il n'y a pas besoin de s'étendre sur le sort de Saroumane puisqu'il a déjà tout perdu. Et y compris au niveau de l'attitude des personnages, simplement l'ignorer et le laisser vivre dans sa misère est bien plus cruel et méprisant à son égard (et plus fort au niveau de l'impact produit) que d'aller l'achever comme s'il en valait encore la peine.[/spoiler]

Après, pour être parfaitement honnête, si les versions longues des Deux Tours et du Retour du Roi prolongent la mythologie et étendent le plaisir avant tout (je veux dire par là ça reste le même film en plus long), dans le cas de la Communauté de l'Anneau en revanche, je trouve que la version longue apporte vraiment beaucoup au film et qu'il en devient encore bien meilleur que dans sa version cinéma (déjà excellente).

Sorrow
Messages : 1270
Enregistré le : 14 janv. 2008, 22:28
Localisation : Entre deux mondes

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Sorrow » 24 juil. 2011, 21:10

Einah a écrit :Pour moi si Dumbledore n'avait pas détruite la baguette c'est tout simplement qu'il avait également un petit côté qui aimait le pouvoir et la force.
Bien sûr, c'est exprimé tel quel dans le chapitre "King's Cross" du dernier roman. Enfin bon, les films sont tellement peu développés niveau approfondissement des personnages qu'on peut tout imaginer. On pourrait même dire que Dumbledore n'était pas conscient qu'il possédait la baguette la plus puissante du monde, limite, en se référant seulement aux films...
Einah a écrit :Ils en ont parlé des reliques dans la 1ère partie ?
Oui, genre il y a tout un passage avec des ombres africaines... (ou assimilées, j'ai oublié le nom de ce genre de représentation de conte, cela m'a juste rappelé un passage dans un épisode de Buffy)
Einah a écrit :Cela ne m'a pas géné, ce n'est pas cela que j'attendais dans cette 2ème partie. Ce que j'attendais été vraiment l'affrontement entre le clan Harry et le clan Voldemort.
Et c'est certainement ce que la majorité des spectateurs attendait.
Sauf que c'est dans The Deathly Hallows que s'exprimait le mieux tout l'esprit de la saga, qui ne repose en réalité pas (du tout de mon point de vue) sur l'aspect purement superficiel des pouvoirs magiques ou des explosions pyrotechniques, mais bien sur des thèmes comme le fait d'accepter qu'un jour, nous irons au devant de notre mort et qu'il nous faut l'accepter, car la mort n'est absolument pas la pire chose sur cette terre, que la maltraitance, la solitude, la haine, la discrimination, sont des peines qui font bien plus souffrir les êtres humains, et bien d'autres thèmes dans le même ordre d'idées... Harry Potter est loin de se résumer à une simple bataille "Good vs Evil".

Perso, mes passages préférés dans les livres sont les confrontations verbales, pas magiques, soit des passages comme "King's Cross", où Dumbledore fait apparaître toutes ses faiblesses, ou bien "The Prince's Tale", où Rogue dévoile sa véritable nature. Des passages qui nous montrent que le bien n'est pas tout blanc, et que le mal n'est pas tout noir, enlevant une bonne part de manichéisme au final.

Alors c'est triste quand on se retrouve avec une simple bataille entre deux camps avec des pouvoirs magiques, comme dans un shônen de base...

Glass Heart a écrit :Je pense par exemple aux Reliques de la Mort (pas les horcruxes) qui sont très mises en valeur et dont je me demande toujours à quoi elles servent "vraiment" dans l'histoire, ou au comportement de Draco Malefoy qui est tout simplement incompréhensible.
Rien que ça c'est symptomatique que les films après le trois restent véritablement une gageure à comprendre pour le non-initié, si même quelqu'un comme toi qui a une culture certaine niveau cinématographique et une facilité à analyser un film passe à côté de certains points importants du film, faute de développement. J'en arriverai même à croire que peu ont réellement le courage de vraiment avouer qu'ils n'ont pas compris le film, parce que c'est un film "pour enfants"...
Glass Heart a écrit :
Einah a écrit :Jamais reussi à lire ce pavé de Seigneur des anneaux...

En fait, Sorrow ne parlait pas de la comparaison livres/films mais des films en tant qu'oeuvre à part entière.
Tout à fait. Pour moi, un film doit se suffire à lui-même, être capable de donner toutes les clés de compréhension au spectateur, même si le film fait partie d'un tout. Par exemple, Chaque épisode de la trilogie "Back To The Future" peut se regarder sans besoin de revoir l'épisode précédent, parce que le rythme est bien balancé, parce que les thèmes et les enjeux sont clairs rapidement, parce qu'il y a une réintroduction en douceur à chaque fois. Même la deuxième partie de Kill Bill, film dit en deux parties, ne nous perd pas une seule seconde par rapport au premier, rien qu'avec l'introduction de "The Bride" qui nous fait un résumé de la situation au tout début, et rend son objectif plus que clair.

Et comme tu l'as expliqué, LOTR fut très bien condensé par Peter Jackson en une série de films qui a réellement un statut à part entière et ne réclame aucunement la lecture des romans, parce qu'ils font fi de toute la mythologie "inutile" pour un spectateur novice, et qu'on peut se permettre de les regarder dans le désordre, sans être complètement perdu, parce que les enjeux à nouveau sont faciles à saisir rapidement, même sans avoir revu les films précédents depuis un certain temps.
Et même si ceux qui ont lu le livre peuvent regretter certains passages modifiés ou supprimés dans les films (j'aurais par exemple vouloir voir la libération de la comté, mais c'était évidemment long à mettre en place et à résoudre, donc il est légitime que la scène fut abandonnée), c'est infiniment moins gênant que dans Harry Potter, parce que cela ne nuit en rien à la fluidité de l'histoire et aux motivations des personnages.

Le problème étant aussi que contrairement aux apparences, les livres d'Harry Potter n'était pas aussi simplistes qu'ils en avaient l'air, et que les films sont restés sur l'impression "série pour enfants/adolescents". Ce qui fait qu'en fin de compte, toute la deuxième lecture est laissée de côté, au profit du spectaculaire. Ou comment Blockbusteriser un concept qui aurait mérité un traitement plus subtil.
"Les bons livres sont une ancre pour ton bateau dans le port de la vie. Même si une grande vague arrive, ton bateau ne sera pas emporté. Tu pourras mettre les voiles quand tu auras accumulé suffisamment de forces et de connaissances."
"Et moi aussi j'ai un rêve stupide qui me tient à coeur. Il est temps de me bouger pour le réaliser."
"Don't Think, Feel!"

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Glass Heart » 24 juil. 2011, 22:14

Et même si ceux qui ont lu le livre peuvent regretter certains passages modifiés ou supprimés dans les films (j'aurais par exemple vouloir voir la libération de la comté, mais c'était évidemment long à mettre en place et à résoudre, donc il est légitime que la scène fut abandonnée)
Idem. C'est un passage que j'ai adoré dans le bouquin et que j'aurais aimé voir en film (Frodon voit rapidement une alternative de ces événements dans le miroir comme un des "futurs possibles"), mais je comprends parfaitement Peter Jackson quand il dit que ça ne fait pas partie de l'histoire de sa trilogie (qui s'achève plus ou moins avec la destruction de l'anneau).

D'ailleurs, dans la scène du miroir, il me semble que PJ le fait dire à Galadriel, que la bataille de la Comté est un futur potentiel qui pourrait arriver si la communauté échoue à détruire l'anneau. Et c'est tout l'art de PJ: il n'adapte pas cette partie du livre mais il transforme cet élément en enjeu motivant la quête du personnage principal, donnant à ce conflit à grande échelle une dimension plus personnelle par rapport à Frodon (ce sont ses frères hobbits, ses amis, qui sont enchaînés, et c'est sa région qui est ravagée).

L'histoire de PJ, c'est celle d'un groupe de représentants de différentes races qui décident de lutter ensemble pour libérer le monde du mal tentateur et leur propre avidité (l'anneau de pouvoir), avec l'être le plus pur qui doit supporter le mal de l'humanité entière durant tout le voyage visant à l'éradiquer (une métaphore du chemin de croix) et qui, au bout du chemin, doit quitter ce monde pour les "Terres Immortelles" où son âme retrouvera enfin la paix.

C'est une histoire très humaine et, effectivement, la bataille de la Comté n'y est pas indispensable. En fait, c'est une partie que je vois plutôt comme une mise en parallèle avec Bilbo le Hobbit, les jeunes hobbits qui partent pour des aventures avec insouciance et qui en reviennent en grandis. Ils sont partis comme des hobbits innocents et ils en reviennent matures. Leur épreuve finale, celle qui prouve à quel point leur voyage les a changé et qui achève leur évolution, est alors de sauver par eux-mêmes la Comté de la dernière ombre liée à la Guerre de l'Anneau.

Et c'est une excellente histoire... dans la perspective des Hobbits et en parallèle avec le propre voyage de Bilbo. Mais ce n'est plus tout à fait l'histoire que PJ raconte avec ses films (comme on dit, "mais ceci est une autre histoire..."), ça aurait pu être de trop.

Répondre