Si on parlait ciné?

Ici discutez de tout ce qui ne concerne pas le manga... C'est également ici que vous pouvez vous présenter!
Avatar du membre
Rouge
Messages : 79
Enregistré le : 12 juil. 2010, 17:28
Localisation : Lille

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Rouge » 05 déc. 2012, 19:12

Ouais, j'ai vu ça dans l'article que tu as envoyé.
Mais justement, si la technologie n'en est qu'à ces débuts, il fallait bien que quelqu'un se mette à l'utiliser pour qu'elle puisse progresser. Donc même si sur Le Hobbit, les défauts seront peut-être plus visibles, ça permettra d'améliorer le principe pour la suite.
Image

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Glass Heart » 05 déc. 2012, 20:24

Rouge a écrit :Ouais, j'ai vu ça dans l'article que tu as envoyé.
Mais justement, si la technologie n'en est qu'à ces débuts, il fallait bien que quelqu'un se mette à l'utiliser pour qu'elle puisse progresser. Donc même si sur Le Hobbit, les défauts seront peut-être plus visibles, ça permettra d'améliorer le principe pour la suite.
C'est exactement ce que je me disais. Le Hobbit est une première tentative de cette technologie, avec un résultat très perfectible mais néanmoins "intéressant" par les perspectives qu'il ouvre. On pourrait même peut-être voir les évolutions sur les deux films suivants (fin 2013 et été 2014) bien qu'ils aient été tournés en même temps, et même si ce n'est pas le cas il restera les trois suites d'Avatar et certainement d'autres films.

Néanmoins, en lisant les avis dessus, il y a quand même un point que je trouve essentiel et qui est une véritable épée de Damoclès: cette technologie ouvre possiblement la voie à un résultat fabuleux mais elle ne tolère en revanche aucune erreur de la part des réalisateurs. Peter Jackson a réalisé son film avec cette technologie comme il tournerait n'importe quel autre film et, d'après certains critiques, la version 48 fps nous fait sentir qu'il filme un plateau de tournage tellement le résultat est précis (les décors qui ressemblent à des décors, les costumes fabriqués, les maquillages plus visibles, le décalage entre lumière naturelle et lumière de plateau...).

Il va peut-être falloir repenser certaines techniques de tournage pour s'adapter à ce format (on n'est pas passé du muet au parlant sans heurts, et la 3D existait bien avant Avatar mais il aura fallu attendre ce film pour que la technologie employée soit vraiment aboutie, et même immédiatement après Avatar on avait des films qui avaient encore du mal à maîtriser la 3D comme Le Choc des Titans). Je ne jette pas la pierre à Peter Jackson, il fait partie des premiers à avoir voulu l'expérimenter en sachant que ça pourrait marquer une nouvelle évolution de l'industrie et tout en étant conscient qu'il prenait le risque que le résultat ne soit pas encore à la hauteur de ses ambitions. Mais il faut que des gens comme lui passent par là pour pouvoir un jour aboutir à un résultat maîtrisé dont toute l'industrie pourra profiter.

De plus, ils ont fait en sorte que les réfractaires aient accès une version 24 fps plus "classique". La version 48 fps est donc davantage de l'ordre de l'expérimentation auprès d'un public amené à découvrir cette technologie. L'erreur à mon sens, c'est la Warner qui l'utilise comme un argument de vente, une "révolution" façon Avatar. Une belle erreur qui est à l'origine de la frustration actuelle et du débat sur le 48 fps je pense, c'est pas comme Avatar où la technologie était réellement maîtrisée et où ils pouvaient se le permettre.

Techniquement, la logique voudrait que le grand public privilégie la version 24 fps et que les cinéphiles qui s'intéressent à cette évolution testent la version 48 fps. Mais le fait que la Warner se sert du 48 fps "révolutionnaire" comme d'un argument marketing va forcément attirer aussi la curiosité du grand public, et d'une certaine manière les studios en ont besoin aussi pour pouvoir continuer à explorer cette voie. Seulement, du coup, la polémique s'est crée suite aux retours critiques mitigés. Ce n'est qu'avec le recul dans quelques années qu'on pourra peut-être apprécier à sa juste valeur l'effort qui a été fait sur le film, si le 48 fps se popularise.

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Glass Heart » 05 déc. 2012, 21:59

Il y a une version de la bande-annonce qui circule et qui permet de se faire une idée du rendu en HFR 48 fps.

Le résultat surprend énormément au début mais, en prenant du recul, c'est vrai que le gain de définition est hallucinant. On n'a encore jamais vu des images d'une telle beauté. Le problème, c'est qu'effectivement tout est davantage mis en évidence: les mouvements de caméras sont beaucoup moins fluides (on sent que la caméra bouge, que le film est "filmé") et le jeu des acteurs est plus appuyé si bien qu'on sent qu'ils "jouent" dans le moindre de leurs gestes. En fait, ils ont plus ou moins tourné un film qui ressemble à... un film tourné. De là, je comprends les allusions aux téléfilms fauchés (même si on en est très loin aussi au niveau du résultat, vraiment très très loin).

Bizarrement, ce format demanderait des acteurs qu'ils aient un jeu parfaitement "naturel" pour être impeccables, où on ne sentirait pas le jeu d'acteur derrière (un peu comme dans un documentaire).

Cela étant dit, si ça surprend énormément au début, sur ce que j'ai vu, je trouve que les critiques amplifient peut-être un peu (en tout cas, ça ne m'a pas choqué). Ca déstabilise dans un premier temps et il faut un temps d'adaptation, mais c'est comme une "patte" particulière apportée au film et je pense que le spectateur finira par s'habituer au point de ne plus y faire attention au bout d'une dizaine/vingtaine de minutes.

Mais il reste que... quelle beauté de l'image ! C'est absolument stupéfiant ! :shock:

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Glass Heart » 05 déc. 2012, 22:50

Voilà, j'ai trouvé le lien original de la vidéo (la bande-annonce en HFR 48 fps) pour ceux qui voudraient essayer (mieux vaut aller en salles en sachant à quoi s'attendre):

http://www.lukeletellier.com/?portfolio ... r-to-48fps

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Glass Heart » 06 déc. 2012, 01:23

Un article intéressant où Peter Jackson réagit à la controverse sur le 48 fps et explique ses intentions.
"I'm fascinated by reactions. I'm tending to see that anyone under the age of 20 or so doesn't really care and thinks it looks cool, not that they understand it but they often just say that 3D looks really cool. I think 3D at 24 frames is interesting, but it's the 48 that actually allows 3D to almost achieve the potential that it can achieve because it's less eye strain and you have a sharper picture which creates more of the 3-dimensional world."

"Warner Bros. were very supportive. They just wanted us to prove that the 24 frame version would look normal, which it does, but once they were happy with that, on first day, when we had to press that button that said '48 frames' even though on that first day we started shooting at 48 FPS, you could probably say there wasn't a single cinema in the world that would project the movie in that format. It was a big leap of faith."

"The big thing to realize is that it's not an attempt to change the film industry. It's another choice. The projectors that can run at 48 frames can run at 24 frames - it doesn't have to be one thing or another. You can shoot a movie at 24 frames and have sequences at 48 or 60 frames within the body of the film. You can still do all the shutter-angle and strobing effects. It doesn't necessarily change how films are going to be made. It's just another choice that filmmakers have got and for me, it gives that sense of reality that I love in cinema."

http://www.comicbookmovie.com/fansites/ ... s/?a=70909
C'est le dernier paragraphe qui m'intéresse le plus:

"En réalité, notre intention n'était pas vraiment de changer l'industrie du cinéma. C'était simplement un autre choix artistique. Les projecteurs qui peuvent tourner à 48 images par secondes peuvent aussi tourner à 24, ce n'est pas forcément l'un ou l'autre. Vous pouvez tourner un film à 24 images par secondes et choisir de tourner des séquences à 48 ou même 60 au sein du même film. Ca ne va pas forcément changer la manière de faire des films. C'est juste un choix de plus que les cinéastes peuvent faire et, à mon goût, cela permet de retranscrire ce sens du réel que j'aime vraiment au cinéma."

Je trouve ses explications et ses intentions intéressantes. Il a un vrai parti-pris de cinéaste, une certaine conception du cinéma qu'il cherche à retranscrire dans ses films (et qu'on pouvait déjà deviner avec l'usage de la motion capture pour donner ce même "sens du réel" à des personnages comme Gollum ou King Kong). Après, il peut faire un choix et se tromper aussi, ça on ne pourra en juger qu'en voyant le film fini, mais je trouve déjà bien qu'il explique un peu son choix et ce qu'il désirait faire avec, ses motivations. Ca permet de mieux comprendre les intentions qui l'animaient lors de la conception de son film.

PS: Ca fait un peu "méthode coué", mais plus je revois le trailer et plus je m'adapte à ce format en fait. C'est franchement pas si mal une fois qu'on s'y est fait et la qualité d'image est à tomber (et encore, ce n'est là qu'une simple conversion d'un trailer qui était à l'origine à 24 fps, pas le vrai 48 fps tel qu'il a été tourné et tel qu'on va le voir dans le film). Vraiment hâte de voir le film en entier dans cette qualité (et avec la 3D en prime) ! :)

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Glass Heart » 06 déc. 2012, 18:12

La première bande-annonce de Star Trek Into Darkness vient d'être dévoilée. Celle-ci se centre sur l'ennemi du film incarné par l'excellent Benedict Cumberbatch.

BrHlQUXFzfw

La dernière image suggère fortement une identité possible du personnage, mais ça peut aussi très bien être une manière d'induire les spectateurs en erreur en attendant de voir le film.

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Glass Heart » 07 déc. 2012, 15:42

Un nouvel extrait du Hobbit mettant en scène Ian McKellen, Christopher Lee, Hugo Weaving et Cate Blanchett.

rz39K4wPpSQ

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Glass Heart » 16 déc. 2012, 18:42

Je reviens du Hobbit (version IMAX 3D HFR 48 fps). J'ai trouvé le film excellent, mais néanmoins pas un chef d'oeuvre comme l'était Le Seigneur des Anneaux. Mes premières impressions, un peu en vrac.

Techniquement, il n'y a absolument rien à redire. Avec le HFR, la définition de l'image est une pure merveille et la 3D enjolive encore le tout pour donner un spectacle visuel d'une beauté incomparable. Il est vrai que les 48 images par secondes déroutent au début, mais il m'a fallu une petite quinzaine de minutes pour m'habituer et vite l'oublier. Et cela apporte énormément au film.

Bien sûr, cette réussite est avant tout à mettre au profit de Peter Jackson qui est un réalisateur extraordinaire et qui s'est littéralement surpassé. Il maîtrise son film de bout en bout et de nombreuses séquences m'ont littéralement bluffé.

Cela étant dit, le film n'est pas exempt de défauts non plus. En premier lieu, le film met du temps à démarrer. Peter Jackson a voulu intégrer deux prologues, un qui explique les origines des nains et du dragon Smaug (la menace de la nouvelle trilogie) et le second qui fait le lien avec Frodon et le vieux Bilbon. Si le premier est tout aussi grandiose que pouvait l'être le prologue de La Communauté de l'Anneau, le second était hautement dispensable (du fan-service inutile) et contribue à nuire au rythme du début du film.

Et tout le début dans la Comté (ou plutôt à Cul de Sac) n'est guère mieux, une suite de gags avec Bilbon et les nains qui retarde encore les explications sur la raison de leur venue (c'était déjà comme ça dans le roman mais ça passait mieux). Si bien que, quand ils se décident enfin à expliquer, cette tension dramatique arrive comme un cheveu dans la soupe. A vouloir rester trop proche du roman, cette séquence n'est donc pas une réussite en terme de rythme.

Ce n'est qu'une fois que l'histoire commence vraiment après le départ de la Comté que le film devient passionnant (et je n'en reviens pas d'en être à dire que les scènes dans la Comté sont celles que j'ai le moins aimé du film). A partir de là, le film trouve un nouveau souffle et enchaîne les moments d'anthologie, malgré quelques ombres au tableau. Ces ombres sont le plus souvent liées à l'humour du film que je trouve en décalage avec l'univers dramatique de Peter Jackson, un paradoxe que l'on sent à plusieurs moments du film. Le pire reste les scènes avec Radagast le Brun, une espèce de mage shooté qui a perdu la boule et qui est effectivement un peu le Jar Jar Binks du film comme certains critiques l'avaient annoncé, décrédibilisant complètement les ennemis par ses bouffonneries. Heureusement, il n'a que quelques scènes dans le film (en fait, j'aurais préféré qu'ils le suppriment purement et simplement au montage, ça aurait été une bonne chose), et pour le reste on a droit à des scènes d'action à grand spectacle saisissantes comme rarement. Dans ces moments, la combinaison de la 3D et du HFR donne un rendu vraiment incroyable qui plonge le spectateur au plus épique de ces batailles magnifiquement réalisées.

Je parlais du paradoxe entre l'humour du bouquin et l'univers dramatique de Jackson et il y a une séquence en particulier du film qui illustre parfaitement cela: la caverne de Gollum. Dans le bouquin, ce passage est assez naïf, bon-enfant dans l'esprit. Dans le film, l'ambiance est très différente, incroyablement plus menaçante. C'est certainement, des quatre films, la scène où on ressent le plus la menace incarnée par Gollum, la prestation magistrale d'Andy Serkis et la mise en scène de Peter Jackson le rendant tout simplement terrifiant.

Enfin, au niveau des personnages, le film est littéralement porté par Ian McKellen (Gandalf) et Richard Armitage (Thorin). Martin Freeman est un très bon Bilbon, mais son personnage est néanmoins effacé face au charisme et à la présence des deux autres interprètes. Concernant les nains, ils sont au nombre de douze mais seule la moitié d'entre eux tient un rôle suffisamment consistant pour être noté. De ce côté là, on est loin de la communauté de l'anneau où chaque personnage était suffisamment développé.

Les musiques, quant à elles, s'inspirent de la trilogie du Seigneur des Anneaux tout en affirmant leur propre identité et c'est... grandiose. Néanmoins, certains thèmes de la trilogie sont aussi repris et de manière plutôt efficace je dois dire.

Au final, un bel exploit technique et un film qui procure de belles sensations avec de nombreuses séquences mémorables, malgré une histoire un peu faiblarde et un ton plus humoristique et enfantin qui peut décevoir, là où Le Seigneur des Anneaux était bien plus tragique. En ressortant de la salle, bizarrement, je n'ai pas trop eu le sentiment d'avoir vu un nouveau "Seigneur des Anneaux" ou une nouvelle oeuvre à part entière, mais plus comme un excellent complément à la trilogie.


Comme bonus, après la séance, les neuf premières minutes du prochain Star Trek étaient diffusées (format IMAX 3D, mais pas HFR 48 fps) et on sent tout de suite la différence. Après la claque visuelle du Hobbit, on sent que la preview de Star Trek est d'une définition moindre avec davantage de flous. Dans Le Hobbit, aucun flou, l'image est envahie d'une richesse de détails de tous les côtés.

Concernant la preview de Star Trek en elle-même... Bof ! Très bof même ! Je n'ai pas du tout aimé les deux séquences montrées et l'histoire est très mal amenée (par une séquence d'action qui a voulu remaker le début des Aventuriers de l'Arche Perdue, le grand spectacle en plus).

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Glass Heart » 17 déc. 2012, 01:06

Nouvelle bande-annonce de l'adaptation de la comédie musicale Les Misérables (sortie française prévue le 13 Février):

LAgbwmEphF4

Avatar du membre
Luciole21
Génie lambda
Messages : 1152
Enregistré le : 17 janv. 2012, 22:26
Localisation : Inconnue

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Luciole21 » 18 déc. 2012, 17:28

Mes impressions sur le Hobbit, en reprenant plus ou moins les point soulevés par Glass Heart.

J'ai été le voir en 2D et 24 images par secondes, mais même là, on remarque que la réalisation est absolument impeccable, rien à redire de ce côté.

Il y a en effet deux prologues, et si celui avec Frodon est moins fascinant que celui avec les nains, il permet néanmoins de faire le lien avec la précédente trilogie, et puis il n'est pas bien long, en bref il ne m'a pas dérangé.

A partir de là, le film se fait looooooong à certains passages. La partie dans la conté est intéressante mais est trop détaillé, il aurait mieux fait de la raccourcir. Pareil pour quasiment toutes les séquences ou la compagnie se contente de marcher selon un rythme vraiment trop linéaire, ou certaines actions sont purement inutiles (le passage avec les golems de pierres était de trop, à mon avis). En fait, j'ai longtemps eu l'impression que les personnages marchaient sans trop savoir ou aller (si Gandalf avait appelé ses piafs plus tôt, ils auraient gagné un temps fou...), rencontraient sur leur chemins des obstacles, les battaient et puis repartaient. Je n'ai réellement accroché au film qu'a partir du moment ou Bilbo décide de partir car "il n'a pas sa place parmi la troupe", et qu'ils tombent tous dans le piège des gobelins. La séquence avec Golum étant grandiose, tout comme la fuite des héros en dehors du territoire gobelin.

L'autre problème du film, c'est d'avoir introduit deux "méchants", dont l'un absolument inutiles pour le moment, à savoir le nécromancien (et donc Radagast...), et l'autre qui n'est qu'un ennemi personnel du roi des nains, et qui ne semble être là que pour que Bilbo prouve sa valeur et soit reconnu par Thorin comme étant un membre à part entière de la troupe.

En bref, avec ce premier film, j'ai l'impression que trois films pour adapter le Hobbit, c'est trop, même si j'ai globalement apprécié le film. Il aura au moins eu le mérite de m'avoir donné envie de relire le bouquin ^^
Image

Dernier coup de cœur manga : Chiisakobe (Minetaro Mochizuki)
Dernier coup de cœur franco-belge : Septs Nains (Lupano)
Dernier coup de cœur comics : Bone (Jeff Smith)
Dernier coup de cœur roman : La horde du contrevent (Alain Damasio)
Dernier coup de cœur film : Perfect Sense
Dernier coup de cœur jeux vidéo : Portal 2

Platineur débutant : http://www.psthc.fr/profil-psn-Coeluli. ... c7dbc3d294

Répondre