Si on parlait ciné?

Ici discutez de tout ce qui ne concerne pas le manga... C'est également ici que vous pouvez vous présenter!
Sorrow
Messages : 1270
Enregistré le : 14 janv. 2008, 22:28
Localisation : Entre deux mondes

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Sorrow » 15 févr. 2013, 19:50

Glass Heart a écrit :On parle bien de Die Hard là ? Cette série de films d'action où un homme se retrouve piégé dans une tour prise d'assaut par des terroristes et doit lutter contre eux tout en évitant de mettre les vies des otages en danger ? Où un beau salopard met le feu à toute la ville pour détruire un homme qui a déjà sombré plus bas que terre ?
Voilà, je viens de mettre le doigt sur un autre problème. Ce n'est pas le John McClane des autres opus dans le cinquième film. Le McClane des autres films, c'est un simple policier (certes avec du répondant derrière) qui se retrouve embarqué bien malgré lui dans des aventures explosives et se voit obligé de lutter pour sa vie jusqu'à ce que la menace soit éliminée. Il montre des émotions, il s'en sort souvent de justesse, il a peur, il est fatigué... C'est particulièrement marquant dans le premier; dans le deuxième, il essaie désespérement de sauver sa femme; dans le trois, il se retrouve embarqué bien malgré lui également dans un jeu morbide alors que comme tu dis, il est au fond du trou; dans le quatre, il se retrouve à protéger quelqu'un incapable de se défendre tout seul et qui est plus un boulet qu'autre chose. Il y a donc de la tension, de l'incertitude, de l'émotion. Mais dans le cinq, son fils est un agent de la CIA surentraîné, donc Willis n'a presque rien à faire pour lui sauver la mise. Imagine Jason Bourne couplé à Rambo, et on est pas si loin du compte. Sauf que ça n'a rien à voir avec le personnage de McClane.
Dans les autres films aussi, il se bat contre des gens aux plans bien préparés et qui n'hésitent pas à sacrifier des innocents, certes, mais ils ont des objectifs simples en soi, c'est-à-dire l'argent (et dans le deuxième film, la libération d'un chef rebelle, mais là encore on peut comprendre sans background). Dans le cinquième par contre, les auteurs retournent dans le passé de la Russie et des complots politiques, et déjà rien que ça, ce n'est plus du Die Hard, parce que ça se veut déjà trop "compliqué" et à trop grande échelle par rapport à l'esprit de la franchise.
Glass Heart a écrit :T'inquiète pas qu'ils y songent déjà au sixième opus.
Sérieux ? Mais... Pourquoi ? La dernière image du film, j'ai vraiment l'impression d'une conclusion, d'une finalité pour la franchise, d'une fermeture sur tous les personnages importants dans la vie de John McClane. Comme tu dis, il ne reste plus que sa femme, mais ils l'ont déjà fait dans le un et le deux, et très bien. Impossible que ce ne soit pas redondant. Mais en même temps, on se rapprochera sans doute déjà plus de l'esprit Die Hard, vu qu'elle ne saura logiquement pas se battre et qu'il faudra que John la protège. Ou bien ils se la jouent "Taken", mais j'espère qu'ils n'iront pas jusque là... Je ne vois encore rien d'annoncé sur Imdb, donc on verra bien, mais j'espère vraiment pas...
"Les bons livres sont une ancre pour ton bateau dans le port de la vie. Même si une grande vague arrive, ton bateau ne sera pas emporté. Tu pourras mettre les voiles quand tu auras accumulé suffisamment de forces et de connaissances."
"Et moi aussi j'ai un rêve stupide qui me tient à coeur. Il est temps de me bouger pour le réaliser."
"Don't Think, Feel!"

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Glass Heart » 15 févr. 2013, 20:06

Voilà, je viens de mettre le doigt sur un autre problème. Ce n'est pas le John McClane des autres opus dans le cinquième film. Le McClane des autres films, c'est un simple policier (certes avec du répondant derrière) qui se retrouve embarqué bien malgré lui dans des aventures explosives et se voit obligé de lutter pour sa vie jusqu'à ce que la menace soit éliminée. Il montre des émotions, il s'en sort souvent de justesse, il a peur, il est fatigué... C'est particulièrement marquant dans le premier; dans le deuxième, il essaie désespérement de sauver sa femme; dans le trois, il se retrouve embarqué bien malgré lui également dans un jeu morbide alors que comme tu dis, il est au fond du trou; dans le quatre, il se retrouve à protéger quelqu'un incapable de se défendre tout seul et qui est plus un boulet qu'autre chose. Il y a donc de la tension, de l'incertitude, de l'émotion. Mais dans le cinq, son fils est un agent de la CIA surentraîné, donc Willis n'a presque rien à faire pour lui sauver la mise. Imagine Jason Bourne couplé à Rambo, et on est pas si loin du compte. Sauf que ça n'a rien à voir avec le personnage de McClane.
Dans les autres films aussi, il se bat contre des gens aux plans bien préparés et qui n'hésitent pas à sacrifier des innocents, certes, mais ils ont des objectifs simples en soi, c'est-à-dire l'argent (et dans le deuxième film, la libération d'un chef rebelle, mais là encore on peut comprendre sans background). Dans le cinquième par contre, les auteurs retournent dans le passé de la Russie et des complots politiques, et déjà rien que ça, ce n'est plus du Die Hard, parce que ça se veut déjà trop "compliqué" et à trop grande échelle par rapport à l'esprit de la franchise.
A te lire, j'ai la désagréable impression qu'ils se sont contentés de retirer Jack Bauer du scénario et qu'ils n'ont rien changé, collant juste le fiston à la place et tentant de créer une relation avec le papounet alors que l'histoire n'avait pas été construite sur cette dynamique mais sur deux héros d'action déjà bien établis.
Sérieux ? Mais... Pourquoi ? La dernière image du film, j'ai vraiment l'impression d'une conclusion, d'une finalité pour la franchise, d'une fermeture sur tous les personnages importants dans la vie de John McClane. Comme tu dis, il ne reste plus que sa femme, mais ils l'ont déjà fait dans le un et le deux, et très bien. Impossible que ce ne soit pas redondant. Mais en même temps, on se rapprochera sans doute déjà plus de l'esprit Die Hard, vu qu'elle ne saura logiquement pas se battre et qu'il faudra que John la protège. Ou bien ils se la jouent "Taken", mais j'espère qu'ils n'iront pas jusque là... Je ne vois encore rien d'annoncé sur Imdb, donc on verra bien, mais j'espère vraiment pas...
Ils en parlent suffisamment sur le net du sixième opus. Bruce Willis a clairement dit qu'il voulait le faire et que ce soit le dernier. Et les recettes rentrant plutôt bien pour le moment, si ça continue ainsi, nul doute que le studio sera partant.

Après, j'espère aussi que, si dans le sixième opus McClane doit sauver son ex-femme (ce qui paraîtrait logique dans l'évolution des choses avec les membres de la famille qui y passent les uns après les autres), ça marquera un rapprochement avec l'ambiance des deux premiers films dans l'espoir de conclure la saga sur une note plus positive. Ca ne me dérangerait pas que ce soit un pseudo-remake du moment que ce soit bien foutu et qu'on sente l'hommage.

Sorrow
Messages : 1270
Enregistré le : 14 janv. 2008, 22:28
Localisation : Entre deux mondes

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Sorrow » 15 févr. 2013, 20:16

Glass Heart a écrit :Ca ne me dérangerait pas que ce soit un pseudo-remake du moment que ce soit bien foutu et qu'on sente l'hommage.
Le pire, c'est qu'on sent bien quelque hommage par-ci par-là dans le cinquième, avec des claires reprises de certaines scènes-clé du premier film notamment, mais c'est tellement du copié-collé sans âme et sans impact (la mort du méchant par exemple) que ça en perd son sens. Mais on les voit, ça c'est une certitude. Et si je le revoyais après avoir revu les autres films, j'en verrais sûrement encore beaucoup plus.

Edit : Ah ben oui, je confirme, j'eu envie de revoir le premier Die Hard, et j'ai encore repéré dans le cinquième un moment de plus qui est très très très semblable au premier film...
"Les bons livres sont une ancre pour ton bateau dans le port de la vie. Même si une grande vague arrive, ton bateau ne sera pas emporté. Tu pourras mettre les voiles quand tu auras accumulé suffisamment de forces et de connaissances."
"Et moi aussi j'ai un rêve stupide qui me tient à coeur. Il est temps de me bouger pour le réaliser."
"Don't Think, Feel!"

Avatar du membre
Kimi_
The Jelly
Messages : 1525
Enregistré le : 14 juil. 2011, 19:45
Localisation : Parti titiller les photons entre la Voie Lactée et Andromède.
Contact :

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Kimi_ » 16 févr. 2013, 16:19

Eh ben... Je sens que je vais l'apprécier le film. :mrgreen: Je ferais quand même un rapide retour sur celui-ci mais je pense que mon avis rejoindra celui de Sorrow.

D'ailleurs je viens de me rendre compte que je n'ai pas fait de Top/Flop concernant les sorties de l'année dernière, je vais donc me rattraper. :)

Top 3

1. The Raid de Gareth Evans : Ça faisait très longtemps que je n'avais pas vu un film d'action aussi bon, une grosse claque dans ma face. Pour plus d'infos je vous renvoie directement à ma chronique dispo sur le site.

2. Ted de Seth McFarlane : Gags truculents et humour gaillard à gogo. La relation entre John & Ted donnent lieu à des situations savoureuses. Un film bourré de références en tout genre, à ne surtout pas prendre au sérieux. C'est vulgaire, irrévérencieux à souhait mais bordel, qu'est-ce que c'est bon !

3. Looper de Rian Johnson : Le constat reste identique à The Raid. Looper impressionne de part sa trame scénaristique bien ficelée et ses acteurs convainquants (le duo Gordon-Levitt/Willis en première ligne). Le rythme est soutenu, les images très belles. Un film bien plus subtil et intelligent qu'il n'y paraît.

S'en suivent Les bêtes du sud sauvage de Benh Zeitlin & The Hobbit de Peter Jackson.

Flop 3

1. La Colère des Titans de Jonathan Liebesman : Le premier opus de Louis Leterrier était déjà une daube infâme mais ce nouvel épisode s'avère être encore pire que son aîné. Globalement, le film ne respecte en aucun cas la mythologie grecque, les acteurs sont fades, ridicules, ne dégageant aucune émotion. Les combats sont extrêmement fades et très prévisible. La mise en scène à dix ans de retard, tout sent le réchauffé. Reste ensuite l'utilisation de la 3D qui est complètement inexploitée. Il y a juste un petit effet en 3D ridicule ou un rocher s'approche vers le spectateur. résultat des courses : j'ai regardé le film en enlevant mes lunettes. Je regrette vraiment d'être aller au cinéma pour voir ce truc, et je ne vous encourage pas à le visionner.

2. Ghost Rider II : L'Esprit de Vengeance de Marl Neveldine et Brian Taylor : Le constat reste le même que pour le film précédent. Précédent opus mauvais, il en est de même pour le second film. Je pensais pourtant que le film allait être un gros défouloir, Neveldine & Taylor étant bien à l'aise avec les situations décalées (Hypertension, Ultimate Game...) mais il n'y a rien à sauver de ce film. Tout est bon à jeter aux oubliettes : acteurs, scénario, mise en scène, ambiance... Tout, absolument tout. Regardez la bande-annonce et vous aurez vu le film.

3. Resident Evil : Retribution de Paul W.S Anderson : Bizarrement, j'avais aimé le quatrième opus, Afterlife, donc je me disais qu'Anderson, l'équivalent américain d'Uwe Boll allait remonter la pente avec ce cinquième opus. Cruelle désillusion, tout est bon à jeter aux oubliettes. Mila Jovovich a le charisme d'une huitre séchée, les acteurs sont, très souvent, mauvais. Le film ne manque pas de bonnes idées comme les apparitions d'Ada Wong et Leon, le film ne manque pas de rebondissements mais le tout est très mal agencé et très prévisible. Anderson prend, une nouvelle fois, d'énorme libertés avec la licence de Capcom et on se retrouve au final devant un film très passable.

S'en suivent The Dark Kinght Rises de Christopher Nolan et Twixt de Francis Ford Coppola.

Concernant mes attentes de cette année je citerai les films suivants :

- The Place Beyond the Pines de Derek Cianfrance.
- Only God Forgives de Nicolas Winding Refn
- Hansel & Gretel : Witch Hunters de Tommy Wirkola.
- Star Trek Into Darkness de J.J. Abrams.
- Man of Steel de Zack Snyder.
- Upside Down de Juan Solanas.
- Iron Man 3 de Shane Black.
- The Wolverine de James Mangold.
- Pacific Rim de Guillermo Del Toro.
- Very Bad Trip III de Todd Phillips.
- Le Hobbit : La Désolation de Smaug de Peter Jackson.

Mais surtout, surtout, surtout...

Elysium de Neill Blonkamp !

(je viens de me rendre compte que j'ai écrit un pavé, je sort :arrow: )
Super Metroid

The operation was completed successfully. Clear time : 01:50.

Your rate for collecting items is 100%. See you next Mission.
[/b]
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10044
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Koiwai » 19 févr. 2013, 14:33

Gangster Squad :
Adorant les films de gangsters, j'étais quasiment certain de passer un bon moment. Ca n'a pas raté : Gangster Squad est un bon film de genre, qui se veut musclé. Pas le plus immersif dans le genre (la bande-son, qui renforce souvent l'immersion dans ce genre de film, est assez classique, c'est un peu dommage), mais côté action ça mitraille pas mal. Le fond est lui aussi très classique : une brigade va chercher à faire tomber le parrain de L.A., incarné par un Sean Penn un peu méconnaissable et qui cabotine bien.
Dans le fond, le schéma m'a beaucoup rappelé un film comme les Incorruptibles, avec quelques gros clichés en plus, genre le côté "j'en fais une affaire personnelle parce que je veux me taper la minette du parrain" de Ryan Gosling qui m'a un peu gonflé. De manière générale, tous les personnages sont des stéréotypes. Et dommage que la plupart des personnages de la brigade soient sous-exploités.
Bref, film très classique, jamais surprenant (au jeu du "devine quels gentils de la brigade vont mourir avant la fin, j'ai fait 100% :mrgreen: ), mais suffisamment bien mené pour faire passer un bon moment aux fans du genre.
Image

Avatar du membre
Kimi_
The Jelly
Messages : 1525
Enregistré le : 14 juil. 2011, 19:45
Localisation : Parti titiller les photons entre la Voie Lactée et Andromède.
Contact :

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Kimi_ » 19 févr. 2013, 18:50

Ton avis m'a donné envie Koiwai, j'irai le voir dès que possible, le réal' ne m'ayant pas déçu avec Zombieland. :) J'attends d'ailleurs Zombieland 2 de pied ferme. ^^
Super Metroid

The operation was completed successfully. Clear time : 01:50.

Your rate for collecting items is 100%. See you next Mission.
[/b]
Image

Avatar du membre
Kimi_
The Jelly
Messages : 1525
Enregistré le : 14 juil. 2011, 19:45
Localisation : Parti titiller les photons entre la Voie Lactée et Andromède.
Contact :

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Kimi_ » 23 févr. 2013, 23:53

Die Hard 5 vu à l'instant, j'en profite pour livrer mes impressions à chaud. Je me place à côté de Sorrow, c'est très mauvais. :?

Je ne vais pas en faire des tonnes étant donné que Sorrow a déjà dit tout ce qu'il y avait à dire concernant cette "chose". Je savais très bien que le film n'allait pas égaler les précédents mais je ne pensais pas qu'il serait aussi plat, fade et sans saveur. Le scénario du film est inexistant, bourré de clichés (les méchants russes tout vilains pas beaux, le complot à la noix, le dossier top secret etc...), d'incohérences et de faux raccord dignes de passer dans l'émission éponyme sur Allociné. Le jeu d'acteur est ridicule, même Bruce Willis n'arrive pas à épater le spectateur. Les scènes entre John et son fils sont lourdingues, les blagues très foireuses, reflêtant un humour de bas étage. En plus d'être sacrément court (le film s'étalant sur 96 minutes) Die Hard 5 ne comporte que quelques scènes d'actions mal fichues et très mal tournées (la course poursuite en pleine ville, la scène finale avec l'effet slow motion très à la mode). La mise en scène a dix ans de retard, tout est expéditif et la caméra est beaucoup trop tremblante. Le pire dans tout cela, c'est que je n'ai pas retrouvé le John McClane des anciens opus mais plutôt un Nathan Drake d'Uncharted fonçant dans le tas et dégommant tout ce qui bouge. Bref, John Moore avait massacré la licence Max Payne avec son dernier film et a éradiqué ce mythe qu'est John McClane avec . Die Hard : Belle journée pour mourir.

C'est donc un mauvais film, ni plus ni moins, que je vous déconseille fortement. :evil:
Super Metroid

The operation was completed successfully. Clear time : 01:50.

Your rate for collecting items is 100%. See you next Mission.
[/b]
Image

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Glass Heart » 24 févr. 2013, 20:14

Eh bah, s'ils ont même réussi à tuer John McClane... :cry:


Pour ma part, je reviens à l'instant d'un autre film: Les Misérables, adaptation de la comédie musicale du même nom.

Je pense que beaucoup connaissent déjà l'histoire (autrement, je ne peux qu'encourager à la découvrir). Par contre, ceux de ma génération n'ont pas connu la comédie musicale donc c'est avec un regard un peu neuf que j'ai découvert cette adaptation. Et j'ai trouvé le film très bon. Pas parfait car il y a quelques points où je suis un peu plus mitigé (bien qu'il n'y ait rien de réellement mauvais), mais dans l'ensemble c'est une excellente adaptation qui retrouvait une bonne partie de la force de l'oeuvre de Victor Hugo.

Déjà, un mot sur la réalisation: elle est juste sublime. La reconstitution de la France du 19ème siècle est superbe et le réalisateur sait brillamment mettre en valeur ces décors, ses personnages et "le peuple". C'est une véritable fresque historique qui en met plein la vue autant qu'elle met tout en chansons. Car oui, dans ce film, ça chante presque non-stop. Il y a très peu de dialogues (la plupart sont chantés) et on enchaîne de séquence musicale en séquence musicale. C'est vraiment une oeuvre très homogène sur ce terrain là, pleine de virtuosité.

En ce qui concerne les personnages et les acteurs les incarnant, je suis on ne peut plus d'accord avec beaucoup de choses qui ont été dites dans la presse. En premier lieu Anne Hathaway qui est tout simplement magistrale. Elle est l'incarnation même de la "misérable", celle dont on a détruit tous les rêves, qui a été rabaissée à un niveau de misère où il ne lui reste plus qu'à crever et où chaque souffle devient une souffrance qui la ronge. Son mal-être transpire à l'écran et la prestation déchirante de Hathaway est d'une force bouleversante. La première heure du film s'attarde assez sur ce personnage avant de la faire disparaître complètement mais elle acquiert une existence qui porte littéralement le film, victime de la société qui devient une sainte veillant sur les âmes des autres misérables. La seule prestation qui parvient à retrouver la même puissance dans le film est celle de Samantha Barks qui joue Eponine, la fille des Thénardier. Personnage victime de la relation entre Marius et Cosette, Eponine vit pleinement à travers l'amour qu'elle éprouve pour un homme mais cet amour à sens unique la tue en même temps. Plus que les deux amants qui sont finalement assez plats dans le film (Cosette enfant est beaucoup plus mémorable que sa version adulte), c'est vraiment à travers ce personnage qu'on ressent la force de cette relation, mais aussi son caractère dramatique. Deux prestations d'actrices magistrales qui valent à elles seules largement le prix de la place.

Hugh Jackman, quant à lui, est plutôt convaincant dans le rôle de Jean Valjean, notre personnage principal en quête de rédemption. Pas renversant mais il arrive à porter le film sur ses épaules, notamment au niveau de la confrontation avec Javert où il arrive à nous faire ressentir pleinement cette traque permanente. Russell Crowe était une bonne idée comme antagoniste à Valjean, mais il s'en sort mieux pour son interprétation du personnage que pour ses compétences vocales juste correctes. Et puis même, je trouve qu'il manque quelque chose à Javert, ça reste trop focalisé sur sa relation avec Valjean et pas assez sur le personnage lui-même (qui ne parvient à exister qu'à travers cette relation justement).

Enfin, les Thénardier... Ces personnages sont passés dans la culture populaire comme les personnages les plus abjects et les plus immondes jamais crées dans la littérature française. Les Thénardier, ce sont des ordures et des bourreaux d'enfants qui réduisent la pauvre Cosette en esclavage et qui évoquent une réelle terreur pour cette enfant. Dans le film, ils en ont fait un duo de guignols totalement délurés qui n'inspire franchement pas de terreur. Helena Bonham Carter nous refait Harry Potter, tandis que Sacha Baron Cohen... je sais pas trop ce qu'il fait mais il n'évoque en tout cas aucun des traits que l'on prête habituellement à Thénardier. C'est très éloigné de l'esprit de ces personnages, mais je pense que, dans un film aussi sombre et aussi triste, ils ont certainement voulu apporter une note d'humour. Seulement, du coup, on a plus de mal à ressentir la détresse de la petite Cosette (pourtant brillamment incarnée).

Au niveau des musiques, puisque c'est l'essentiel, j'ai beaucoup apprécié. Pour la plupart, les comédiens sont bons même si certaines prestations marquent plus que d'autres. Anne Hathaway et Samantha Barks s'en tirent magistralement, combinant à la perfection leurs prestations à leurs voix. Hugh Jackman a aussi un beau brin de voix dont il nous fait profiter, de même que beaucoup d'autres acteurs (et même des acteurs dont les prestations ne m'ont pas marqué s'en sortent très bien au chant comme Amanda Seyfried et Eddie Redmayne qui incarnent Cosette adulte et Marius). Russell Crowe, Sacha Baron Cohen et Héléna Bonham Carter sont vraiment les maillons faibles de l'ensemble en terme de chant.

Donc dans l'ensemble, beaucoup de très bonnes choses dans cette adaptation, quelques unes plus en dessous, mais au final un très bon film qui retrouve la force de l'oeuvre de Victor Hugo sur plusieurs aspects (même s'il est probablement impossible de retranscrire à l'écran toute la force de ce roman mythique).

OSjbdufL828 nQ10YRA3VKI
Modifié en dernier par Glass Heart le 24 févr. 2013, 22:20, modifié 2 fois.

Avatar du membre
Kimi_
The Jelly
Messages : 1525
Enregistré le : 14 juil. 2011, 19:45
Localisation : Parti titiller les photons entre la Voie Lactée et Andromède.
Contact :

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Kimi_ » 24 févr. 2013, 22:10

À la vue des critiques de la presse et des spectateurs je pensais faire l'impasse sur ce film mais ton avis m'encourage à le voir Glass'. :)
Super Metroid

The operation was completed successfully. Clear time : 01:50.

Your rate for collecting items is 100%. See you next Mission.
[/b]
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10044
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Koiwai » 24 févr. 2013, 22:39

Kimi_ a écrit :À la vue des critiques de la presse et des spectateurs je pensais faire l'impasse sur ce film mais ton avis m'encourage à le voir Glass'. :)
Tout pareil. Je l'ai longtemps attendu car c'est de Tom Hooper (réalisateur du Discours d'un Roi) et parce que j'étais curieux de voir Hugh Jackman dans un tel rôle, mais les avis mitigés qui reviennent assez souvent, l'aspect musical qui n'est pas vraiment ma came (les bandes-annonces ne m'ont pas emballé), mon allergie à Russel Crowe et mon début d'allergie à Helena Bonham Carter (pauvre actrice, devenue la parodie d'elle-même) m'avaient refroidi. Reste à trouver le temps de le voir.
Image

Répondre