Si on parlait ciné?

Ici discutez de tout ce qui ne concerne pas le manga... C'est également ici que vous pouvez vous présenter!
Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Glass Heart » 30 mars 2014, 16:59

Je viens de revoir Terminator Renaissance ! Quelle horreur, ce film ! :cry:

Je fais partie de ceux qui avaient longtemps rêvé de voir la Guerre des Machines être au centre d'un film de Terminator, très déçu de la direction empruntée par le troisième opus (qui n'était au mieux qu'un remake bas de gamme de Terminator 2). McG a réussi à gâcher mon rêve d'adolescent !

Sérieux, l'univers ressemble à un Mad Max du pauvre qui pense qu'il suffit d'éteindre la lumière pour se donner des airs de film sombre. Les machines ne sont pas terrifiantes (alors qu'on est censé les craindre dans cette franchise), au contraire les effets spéciaux leur donnent des airs de FX quelconques qu'on retrouve dans tout gros blockbuster, le scénario est d'un classicisme hors-pair, les enjeux humains de l'intrigue et la "survie" restent fades dans le meilleur des cas, Sam Worthington est juste passable et Christian Bale est tout simplement insupportable, la pire caricature qu'on puisse espérer du John Connor du futur.

Voir cette période en film, c'était un de mes rêves depuis longtemps, mais ça a été accompli avec tellement d'incompétence que je trouve le film juste horrible. Je crois même qu'il est pire que le troisième opus qui, bien que blockbuster sans saveur et déjà vu et revu, était au moins divertissant... au second degré.

J'attends franchement mieux de Terminator Genesis, mais je ne sais plus trop si je peux encore y croire. :(

3p6GHSWDScM

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Glass Heart » 29 avr. 2014, 21:21

Le casting de Star Wars VII dévoilé:

http://www.comicbookmovie.com/fansites/ ... s/?a=99045

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Glass Heart » 08 mai 2014, 15:42

Star Wars - Episode IV: Un Nouvel Espoir (La Guerre des Etoiles)

Image

Réalisateur: George Lucas.
Année: 1977.
Durée: 2h05.


Casting: Mark Hamill (Luke Skywalker), Harrison Ford (Han Solo), Carrie Fisher (Princesse Leia Organa), Alec Guinness (Obi-Wan "Ben" Kenobi), Peter Cushing (Grand Moff Tarkin),
David Prowse (Darth Vader), James Earl Jones (voix de Darth Vader), Peter Mayhew (Chewbacca), Anthony Daniels (C-3PO) et Kenny Baker (R2-D2).


vZ734NWnAHA

Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine... Nous sommes en 1977 et c'est là que Star Wars, un film d'un jeune réalisateur nommé George Lucas, apparait sur les écrans de cinéma. Un film de science-fiction appartenant à la catégorie du space-opera qui nous raconte les aventures du jeune Luke Skywalker, un fermier qui quitte sa planète natale afin de rejoindre la rébellion contre l'empire du mal gouvernant la galaxie d'une main de fer. Dans ses pérégrinations, il est accompagné du vieux chevalier Jedi Obi-Wan Kenobi, un héros des temps anciens qui devient son mentor, du contrebandier Han Solo avec son partenaire Chewbacca, de l'intrépide princesse Leia Organa et de deux droïdes unis par une complicité forte dans leurs mésaventures. Une troupe de héros improbable qui doit faire face aux plus cruels agents de l'empire, parmi lesquels l'implacable gouverneur Grand Moff Tarkin et l'intriguant Darth Vader, chevalier noir en armure dont le visage est recouvert d'un masque et qui fut autrefois l'apprenti d'Obi-Wan Kenobi et l'assassin du père de Luke.

Le film nous conte donc la quête initiatique d'un jeune homme qui, se portant au secours d'une princesse kidnappée par le méchant empire, va devenir à son tour un héros et le sauveur de la galaxie. L'histoire du film se veut très classique et très simple mais ponctuée par de nombreuses péripéties qui donnent toute leur portée divertissante et leur souffle épique à ces aventures spatiales. Star Wars est un véritable enchaînement de séquences d'anthologie toutes plus mémorables et étonnantes les unes que les autres, alors que la tension dramatique ne cesse de grimper crescendo tout le long du film jusqu'à atteindre son climax lors d'une grande bataille spatiale finale. George Lucas a une vision très riche et précise de son univers, construit dans les moindres détails par le biais des dernières technologies d'effets spéciaux de l'époque (accompagnées depuis par des effets crées par ordinateur et ajoutés lors des multiples ressorties du film) et par le soin impressionnant apporté aux costumes et aux décors. Son esprit foisonne de nombreuses idées visuelles qui façonnent son univers et qui contribuent à lui donner vie et le résultat est impressionnant, transportant le spectateur dans un voyage mémorable.

Star Wars est également exemplaire par son emploi remarquable du son, une véritable référence en la matière. Les bruitages tiennent une part importante dans cet univers et certains sons sont devenus indissociables de ce qu'ils incarnent, que ce soit les bruits de différents objets de SF ou bien les langages étranges de différentes créatures bizarres ou des droïdes. Chaque espèce possède aussi son propre langage crée par le biais de bruitages expérimentaux. Toute une institution en la matière ! N'oublions pas non plus les compositions musicales grandioses et sublimes du grand John Williams qui donnent tout leur souffle épique et lyrique à de nombreuses séquences du film et qui sont devenus parmi les thèmes les plus mémorables de l'histoire du cinéma. Cette bande originale est un chef d'oeuvre à elle toute seule !

Maintenant, si Star Wars est un film qui a marqué son époque et qui s'est inscrit parmi les plus grands classiques de l'histoire du cinéma, force est d'avouer que tout ne marche pas forcément non plus dans ce film. En premier lieu, on constate parfois certaines longueurs, notamment un début de film qui met trop de temps à se lancer. Mais ce qui marque bien davantage, c'est d'assister à cet étrange hold-up des seconds rôles qui volent carrément la vedette aux rôles principaux. S'il est le héros attitré du film, Luke s'avère un personnage beaucoup trop classique dans son écriture et son évolution, il n'a pas véritablement d'objectif fort ou d'évolution claire au cours du film et son background est des plus quelconques: un jeune garçon qui rêve d'aventures et qui quitte sa planète natale pour suivre les traces de son père, assassiné par le grand méchant. Il n'est guère plus intéressant que ça. Alors qu'à côté, on trouve un abattage formidable de la part des seconds rôles qui sont des personnages bien plus mémorables, tel qu'Han Solo (brillamment interprété par Harrison Ford, véritable révélation du film) qui se tape souvent le beau rôle et les meilleures répliques avec une répartie humoristique implacable ou encore la princesse Leia qui, malgré sa situation initiale, ne manque pas une occasion de briser son image de demoiselle en détresse et de casser littéralement ses sauveteurs ("Ils engagent des nains dans l'armée ?"). Ca en arrive au point que même les deux droïdes, seconds rôles comiques du film, sont plus marquants que le héros lui-même.

Dans le même ordre d'idée, Darth Vader, censé être le grand méchant du film par ses liens avec Obi-Wan et Luke, s'avère une franche déception dans cet opus. Ce personnage est très présent mais il n'est réellement pas mis en valeur par le scénario. On parle d'un personnage qui fut le disciple déchu d'Obi-Wan et qui a quand même tué le père de Luke mais, à part un duel au sabre-laser très minimaliste (en comparaison des films suivants), rien de cela n'est vraiment traité au cours du film. A quoi bon se donner tout ce mal pour créer un méchant intéressant si c'est pour le laisser en plan de la sorte ? Il est évident que George Lucas ne savait pas encore vraiment comment aborder la relation entre les personnages de Luke et de Vader qui n'allaient vraiment gagner en consistance que dans les films suivants, au prix d'une révision totale de leur background et d'enjeux dramatiques totalement différents mais beaucoup mieux cernés qui donnent enfin corps à leur confrontation d'envergure mythologique. Pour l'heure, Luke se contente de suivre indifféremment le fil de l'histoire tandis que ses compagnons créent à eux seuls le spectacle et donnent son âme au film, tandis que Darth Vader en est réduit à l'état de simple sous-fifre de Grand Moff Tarkin qui inspire à lui seul la froideur et la terreur inspirées par l'Etoile de la Mort, la nouvelle arme de destruction massive de l'empire et incarnation de la peur qu'il engendre, constituant la principale menace du film.

Star Wars est dans l'ensemble un excellent film d'aventures spatiales, plein de dynamisme et bourré d'originalité, qui manque de peu de s'imposer comme un chef d'oeuvre par quelques soucis de scénario. Mais entre sa galerie de personnages mémorables, notamment concernant les seconds rôles, et sa succession impressionnante de séquences toutes plus anthologiques et incroyables les unes que les autres, on trouve là assurément un grand moment de cinéma ! Une excellente entrée en matière dans un univers qui va se développer davantage par la suite et prendre une toute autre envergure mythologique pour devenir un véritable phénomène de l'histoire du cinéma.

Verdict: Excellent (18/20).
Modifié en dernier par Glass Heart le 10 mai 2014, 01:42, modifié 4 fois.

Avatar du membre
Likhos
Messages : 108
Enregistré le : 11 janv. 2014, 02:13

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Likhos » 08 mai 2014, 18:32

On me frappera pour celle là, mais quand j'ai vu ce film la première fois j'ai cru que le vrai "boss" de Star Wars était le général au commandes de l'étoile de la mort.

Je l'ai même confondu avec l'empereur dans les films suivants.

J'ai une excuse, j'étais un gamin à cette époque et j'avais pas tout compris au films.
Image
Image

Avatar du membre
né un11septembre
Messages : 2939
Enregistré le : 06 août 2006, 12:38
Localisation : Quelque part en Belgique civilisée

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par né un11septembre » 18 mai 2014, 18:25

Likhos a écrit :On me frappera pour celle là, mais quand j'ai vu ce film la première fois j'ai cru que le vrai "boss" de Star Wars était le général au commandes de l'étoile de la mort.
Je l'ai même confondu avec l'empereur dans les films suivants.
J'ai une excuse, j'étais un gamin à cette époque et j'avais pas tout compris au films.
en fait, c'était conçu comme ça dans l'esprit de Lucas. Le général donc tu parles, le Grand Moth Tarkin interpreté par Peter Cushing, etait le supérieur de Darth Vader. Lucas n'a pas perçu le potentiel de Vader avant la projection du film.
Ce n'est que dans le script écrit par Leigh Brackett (auteure de SF dont le cycle de mars et le cycle de Skaith) pour l'empire contre-attaque que tout s'organise en une vendetta familiale. Leigh Brackett décede en mars 1978 et reste créditée au générique de "l'empire" mais pas de gloire pour elle qui a fait d'une pantalonnade de cape et d'épée galactique une saga intergalactique trans-générationnelle.

Avatar du membre
hdix
Messages : 1555
Enregistré le : 28 août 2007, 14:46
Localisation : environs de bourg en bresse

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par hdix » 03 juin 2014, 15:27

quelqu'un est il aller voir x men day og the furtur past ??

ca donne quoi ??

et il se situe où ?? c'est la suite de x men le commencement ou pas du tout ??

on peut le voir sans avoir rien vu avant ??
merci
Image
"SAVOIR PLUTÔT QUE CROIRE"

Avatar du membre
Einah
Messages : 1948
Enregistré le : 17 nov. 2010, 21:13
Localisation : Deux-Sèvres mais mon coeur reste en Lorraine

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Einah » 04 juin 2014, 20:16

hdix a écrit :quelqu'un est il aller voir x men day og the furtur past ??
oui moi
hdix a écrit :ca donne quoi ??
Vraiment pas mal, mais je n'ai pas lu les comics. Mon homme a aimé et je peux dire qu'il est hyper méga difficile en film
hdix a écrit :et il se situe où ?? c'est la suite de x men le commencement ou pas du tout ??
ca situe avant ce que l'on connait mais en partant du futur
hdix a écrit :on peut le voir sans avoir rien vu avant ??
merci
Pour moi oui et surtout bien attendre à la fin du générique, il y a encore quelques secondes de film.
Image

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Glass Heart » 05 juin 2014, 10:42

quelqu'un est il aller voir x men day og the furtur past ??

ca donne quoi ??
Proche de la perfection ! L'un des meilleurs films de science-fiction que j'ai vu ces dernières années, bien plus ambitieux que les films comic-book traditionnels.

Je peux même dire que c'est le meilleur film comic-book que j'ai vu et j'ai comme l'intuition que ça va devenir un film culte avec le temps. Bryan Singer a frappé très fort cette fois.
et il se situe où ?? c'est la suite de x men le commencement ou pas du tout ??

on peut le voir sans avoir rien vu avant ??
En gros, il se situe après TOUS les films précédents. Avoir vu Le Commencement est indispensable et la trilogie originale est aussi vivement conseillée pour saisir tous les enjeux sociaux et existentiels de l'intrigue.

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Glass Heart » 06 juin 2014, 02:42

Pour faire un résumé rapide de mes avis sur les films:

X-Men: 15/20

Un premier opus réussi mais qui me laisse un avis assez partagé. C'est une excellente introduction à la franchise, présentant efficacement son univers avec ses thématiques sociales et existentielles particulièrement novatrices pour un film du genre. Et en même temps, on fait la connaissance du casting de personnages, à commencer par les deux principaux, des personnages de parias: Wolverine, la bête-sauvage qui ne cherche pas à s'intégrer à une société qui le rejette et qui vit en vagabond, et Malicia, une jeune fille pommée et chassée de chez elle qui recherche sa place en ce monde. C'est à travers ces deux personnages qu'on découvre l'arche de Noë moderne du professeur Xavier pour leurs semblables et le groupe des X-Men. Une grande attention a été portée à la représentation crédible de l'univers, arrivant à faire ressentir les mutants comme des parias, et aux character developments des personnages principaux. Seulement, à trop s'attarder à nous raconter un univers sous ses différents aspects, le film en oublie de se focaliser sur son histoire. Du coup, la menace du film et les méchants sont un peu bidons et le dernier acte concentrant presque à lui seul l'essentiel des scènes d'action semble plus forcé qu'autre chose. Et finalement, ce premier opus met plus dans l'attente de la suite qu'il n'apporte de vraie satisfaction en lui-même. Une excellente introduction mais un film qui peine à se suffire à lui-même, clairement conçu comme la première partie d'une histoire plus vaste.

X-Men 2: 17/20

Maintenant que l'univers a été posé, le deuxième opus évite de répéter les erreurs du premier et, tout en continuant de développer ses thématiques, il reste focalisé sur une intrigue centrale tournant autour du personnage de Wolverine et qui touche en même temps au conflit social opposant les humains aux mutants. Le film est intelligent, la narration est maîtrisée, les scènes d'action sont bien mieux réparties sur l'ensemble du film, et l'intrigue sur Wolverine est un fil conducteur efficace même si le personnage tend du coup à éluder le reste du casting. Mais ça reste un excellent film d'action, réussi et intelligent, qui complète bien le film précédent.

X-Men: L'Affrontement Final: 09/20

Un dernier opus de trilogie très différent de ses prédécesseurs. Cette fois, on oublie la richesse de l'univers et la profondeur des personnages, c'est avant tout un blockbuster d'action où les mutants sont surtout vus comme des héros à pouvoirs et non plus comme des rejetés de la société. L'âme des films précédents disparait, les personnages deviennent unidimensionnels et le scénario part dans tous les sens, tentant vainement de construire son histoire sur des intrigues populaires des comics sans chercher à développer vraiment ses thématiques. Du coup, ce qui était le coeur des films précédents devient ici prétexte à guider la narration à travers une succession de scènes d'action. Le film n'a pas d'autre vocation que de divertir et il a été entièrement construit autour de ces dernières, rajoutant aussi de nombreuses touches d'humour. Un divertissement sympathique mais une conclusion décevante pour une trilogie qui avait placé la barre plus haut jusque là. Heureusement que l'histoire ne s'est pas arrêtée là finalement, Days of Future Past parvenant dans une certaine mesure à réhabiliter le film en transformant ses erreurs narratives en enjeux dramatiques pour cette suite (je n'en dis pas plus mais c'est sacrément bien fichu pour le coup).

X-Men Origins: Wolverine: 06/20

Un film préquel conçu pour surfer sur la popularité de la saga avec une histoire racontant les origines du personnage de Wolverine pour le grand public. Cela n'était pas franchement indispensable, tout ayant plus ou moins été dit dans X-Men 2, et le film est de toute manière une daube commerciale sans originalité. Entre sa réalisation digne d'une mauvaise série B (avec les moyens d'un blockbuster), sa surabondance de personnages anticharismatiques très mal traités, son scénario sans surprise et bourré de clichés lourdaux et ses acteurs totalement anecdotiques aux côtés d'un Hugh Jackman qui se démène comme une bête pour porter le long-métrage sur ses seules épaules, c'est franchement un film sans intérêt. A éviter.

X-Men: Le Commencement: 18/20

Un autre film préquel conçu cette fois sur les origines des X-Men et sur la relation entre Charles Xavier et Magnéto. Loin de répéter les erreurs du film sur Wolverine, Le Commencement s'affiche comme un véritable film d'auteur bourré d'excellentes idées et porté par une distribution d'acteurs solides qui apportent un nouvel éclat aux personnages et à la franchise. Le film tourne essentiellement autour du personnage de Magnéto, racontant comment ce survivant de l'holocauste est devenu un être amer et avide de revanche sur l'humanité, à l'heure où les mutants font leur apparition. Ce film est formidable et a marqué le début d'une Fassbender-mania autour de l'acteur principal, extraordinaire dans son rôle d'antihéros charismatique.

Wolverine: Le Combat de l'Immortel: 14/20

Une seconde tentative bien plus réussie autour du personnage de Wolverine. L'approche se veut cette fois plus introspective, s'attardant sur le destin de cet homme immortel fatigué de la vie et son voyage exotique au Japon où il doit affronter des yakuzas pour protéger une jeune et jolie héritière au cours d'une course-poursuite endiablée. Le film n'échappe pas à certains travers de nombreux blockbusters du genre mais l'approche honnête autour du personnage et la couleur locale dépaysante (malgré les clichés) permettent au film de trouver une âme. Dans l'ensemble, c'est un film de divertissement réussi et bien mené malgré ses défauts, même si malheureusement il finit par sombrer complètement dans les travers habituels des blockbusters comic-book dans son dernier acte, entièrement porté sur l'action et sur des méchants sans intérêt.

X-Men: Days of Future Past: 19/20

Le point culminant de la saga, d'une ambition colossale. Le film a clairement l'intention de dépasser le genre comic-book pour devenir un classique de la science-fiction, s'inspirant d'oeuvres cultes comme Retour vers le Futur et Terminator tout en développant plus que jamais les thématiques sociales et existentielles de la saga, et en introduisant en même temps de nombreux concepts typiquement SF mais remarquablement abordés et compréhensibles. Le film se veut une sorte de postulat de tout ceux qui ont précédé, reprenant des éléments de l'ensemble de la franchise afin de créer une véritable unité/cohérence sur l'ensemble de l'oeuvre. Plus que jamais, la cause mutante est au coeur des enjeux de l'intrigue, avec une narration qui pose remarquablement les enjeux et la menace sur la durée, et le conflit gravite essentiellement autour de deux personnages: le jeune Charles Xavier de l'après "Le Commencement" qui a du mal à remonter la pente et qui n'a pas encore pris conscience du rôle qu'il doit jouer et qui déterminera le fameux "futur" et Mystique, un personnage magnifiquement torturé qui est le coeur émotionnel du film, au centre de tout, point convergent entre l'intrigue et ses protagonistes. Comme dans Le Commencement, on a droit à une distribution impériale avec des acteurs qui portent solidement leurs rôles. Wolverine se retrouve cette fois relégué au second plan mais il assure parfaitement ce type de rôle, James McAvoy se trouve cette fois sur le devant de la scène et assure parfaitement, mais c'est surtout Jennifer Lawrence qui m'a marqué. Cette actrice possède une présence phénoménale à l'écran et sa prestation est digne de louanges, arrivant à transmettre à la fois les émotions intenses, les tourments intérieurs et la dangerosité de son personnage. Si elle était déjà l'une des grandes révélations dans Le Commencement, elle affiche cette fois une aura digne des plus grandes actrices. Une pure créature de cinéma qui assure magistralement et qui vole carrément la vedette à ses costars, bien que n'apparaissant que dans un nombre relativement limité de scènes. Un film qui touche à l'excellence avec une histoire, un univers et des personnages à leur apogée. Certains regretteront peut-être une mise au second plan des scènes d'action (bien que spectaculaires), mais l'accomplissement narratif du film est tout simplement énorme et Bryan Singer signe carrément là une oeuvre majeure du cinéma de science-fiction de ces dernières années, dépassant de très loin la conception habituelle des films comic-book comme de simples blockbusters dopés à l'action. Sur bien des aspects, Days of Future Past est une oeuvre novatrice qui prend le meilleur de l'univers des X-Men et des grands classiques du cinéma de SF pour aboutir sur le film comic-book le plus abouti à ce jour. Le chef d'oeuvre de la saga et je pense qu'avec les années ça pourrait devenir un classique du cinéma de science-fiction moderne.

Avatar du membre
Dear Noctis
Messages : 367
Enregistré le : 17 janv. 2012, 14:49
Contact :

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Dear Noctis » 06 juin 2014, 16:51

On a pas le même point de vue sur L'affrontement final. Ce que tu vois comme divertissement je le vois plutôt comme un film où il fallait mettre le paquet pour qu'il soit à la hauteur d'un vrai combat final. Les personnages ont déjà été développés dans les 2 premiers opus donc ça ne m'a pas dérangée que le troisième soit réservé à du combat. La trilogie se termine dans une explosion d'effets spéciaux, certes ça manque de clareté, mais certaines scènes ont marqué les esprits (du genre celle du pont). Par contre je suis terriblement déçue par la dernière rencontre entre Jean Grey et le Professeur X.

Après je suis tout à fait d'accord pour Wolverine Origins. On m'a un peu obligée à le regarder de nouveau la semaine dernière à la télé, j'ai tout autant détesté. C'est d'un ennui terrible parce qu'il utilise des ficelles qui ne correspondent pas à l'univers de X-men et au final l'explication de la transformation de Wolverine n'est pas à la hauteur du personnage.

J'ai d'abord apprécié le Commencement et avec le recul, j'ai été déçue. Si on y repense... il ne se passe pas grand chose. Il me reste plein d'interrogations, sur les origines des mutations, sur l'institut de Xavier, etc. Mais c'est vrai les acteurs sont vraiment bons et mon chouchou Caleb Landry Jones est assez mis en avant. Et pour une fois qu'un film X-men ne tournait pas autour de Wolverine...

Pour Future Past, je vais encore attendre qu'il passe à la télé pour le voir, sauf si je prends le DVD entre temps. Vu les affiches (je n'ai pas vu de trailers pour pas me spoiler) je suis un peu perdue comme il y a des personnages d'avant, pendant et après la trilogie. Du coup ma plus grosse question en suspens après la toute dernière scène du troisième film semble être résolue.

Répondre