Sous notre atmosphère

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9789
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Sous notre atmosphère

Message non lu par Koiwai » 28 nov. 2011, 20:30

Image
La fiche sur le site


A la fin des années 1960, le paysage du manga commence tout juste à s'enrichir d'un nouveau genre destiné à une tranche d'âge de jeunes adultes. Initié par des auteurs parfois connus en France comme Yoshihiro Tatsumi, le gekiga se fait une place, mais laisse un brin sceptiques certains auteurs, à commencer par Osamu Tezuka, qui tend plutôt à ne pas se limiter à des genres biens définis. Pour autant, lui aussi est amené à subir l'influence de cette volonté d'offrir du contenu plus adulte. Quand le "Dieu du manga" entame en 1968 Sous notre atmosphère, ensemble de 16 nouvelles publiées dans la revue Play Comic d'Akita Shôten, c'est dans cet état d'esprit qu'il se trouve. Après pléthore de séries plus ou moins enfantines (Astro, le Roi Léo, Princesse Saphir...) et avant ses oeuvres les plus mâtures et poussées comme L'histoire des 3 Adolf ou Ayako, Sous notre atmosphère se dresse comme une étape importante dans la carrière du plus incontournable des auteurs de manga.

Ainsi découvre-t-on ici 16 histoires d'une vingtaine de pages chacune - dont deux où Tezuka se met lui-même en scène, et une que l'on connaît déjà, puisque le récit clôturant le recueil, "Bienvenue sous notre atmosphère", servit pour illustrer les propos du deuxième numéro de la revue Manga 10000 Images, consacrée à Tezuka - , au fil desquelles Osamu Tezuka va dévoiler ce qui a toujours fait sa richesse : des portraits humains habilement retranscrits, ici bien souvent sans concession, et au fil desquels l'auteur n'a de cesse de dévoiler les facettes de l'humanité, des plus sombres aux plus étranges, des plus passionnées aux plus viles ou justes.

Dans ce cadre pas question pour le mangaka de se limiter, et ce sont bien des sujets parfois très forts qu'il aborde en dressant des personnages retranchés dans ce qui fait d'eux des humains : jalousie, racisme, manipulation, curiosité scientifique, antisémitisme, infidélité, amour fou, soif de vengeance... Les personnages de Sous notre atmosphère sont bien souvent en proie à leurs faiblesses, à leur propre humanité, ce que Tezuka fait ressortir à merveille en seulement quelques pages parfois.

Pour cela, l'auteur varie beaucoup les univers tout en jouant volontiers sur des sujets très sensibles. L'un des récits mettra par exemple en avant un ancien SS sur le point d'être fusillé, l'autre prendra place dans un univers proche du far west, plusieurs encore au fin fond de la campagne japonaise ou du bord de mer, certains nous invitent sur une autre planète ou dans l'espace, d'autres encore prennent leur cadre en plein coeur de la révolution estudiantine des années 60. Plusieurs histoires ont pour premier sujet l'amour incestueux ou la consanguinité, une autre évoque subtilement un amour déviant tel que la zoophilie, d'autres encore puisent par exemple quelques sources dans les horreurs de la guerre... Si Tezuka ancre souvent ses récits dans la réalité, il n'en oublie pas pour autant son souci de peinture réaliste de l'homme quand ses histoires s'envolent par exemple dans l'espace, comme pour accentuer l'universalité des propos tenus par l'auteur.

C'est cette variété que l'on aime en premier lieu. Aucune histoire ne se ressemble, aucune lassitude n'est présente, le recueil se lit d'une traite avec grand plaisir malgré son épaisseur, et chaque récit témoigne de l'imagination fertile du mangaka, une imagination qui ne s'est jamais démentie au fil de sa carrière.
Une variété qui se retrouve jusque dans les conclusions des histoires, qui ont parfois un petit-arrière goût d'abrupt, de trop peu, mais qui achèvent bien souvent les récits avec subtilité, en laissant le lecteur dans l'interrogation, et sans jamais se faire totalement pessimistes malgré des propos sombres. Car en effet, si Tezuka livre des portraits humanistes d'êtres pris dans leurs faiblesses, il n'est pas question pour lui de se limiter à cela, et les conclusions sonnent souvent en deux temps, étant souvent assez tragiques, mais offrant également une lueur d'espoir ou d'optimisme. Trouver le salut dans la mort n'est pas rare pour les personnages, et pour leur offrir une leçon cruelle mais juste, le destin peut rapidement les rattraper, tout comme les plus belles facettes de leur humanité qui peuvent ressurgir à tout moment, à l'image de ce criminel en cavale prêt à risquer sa vie pour sauver un bébé dont il a abattu les parents.
Ce sont également les ambiances qui varient d'une histoire à l'autre. S'il n'y a pas trace d'humour ici, certaines histoires s'intègrent volontiers dans l'Histoire avec un grand H, d'autres proposent une ambiance plus urbaine, d'autres encore se teintent d'ironie, d'autres encore vont loin dans le dramatique, et certaines n'hésitent pas à flirter avec le malsain ou le surnaturel.

Pour appuyer tant de richesse, on retrouve un Tezuka qui, dans le style, est en pleine mutation. On sent ici un auteur qui commence à dire adieu à son style plus rond et relâché pour s'orienter petit à petit vers un trait plus profond et mâture, qui n'abandonne toutefois pas un aspect parfois un peu caricatural. N'importe quel fan de Tezuka connaissant suffisamment ce qu'il a fait avant et après prendra plaisir à observer ce travail graphique de transition. Cette prise de maturité, on la ressent également via des représentations plus franches, à l'image de la fameuse dose d'érotisme que l'auteur aime apporter dans ses oeuvres. Du côté de la narration, de la conduite du récit, c'est tout simplement impeccable. En à peine 20 pages, le mangaka parvient à chaque fois à gérer les rebondissements de manière claire et aérée, à rendre ses personnages intéressants, à faire ressortir leurs faiblesses, leurs envies, leur destin, avant d'aboutir sur une conclusion sonnant comme un point d'orgue. La virtuosité de conteur de Tezuka est ici indéniable.

En somme, on trouve dans Sous notre atmosphère tous les ingrédients susceptibles de séduire les lecteurs, fans de Tezuka ou pas. De par sa narration maîtrisée et sa variété, l'ouvrage est à même de faire passer un excellent moment à n'importe quel curieux qui souhaiterait lire du Tezuka mâture sans trop se prendre la tête. Les autres se régaleront face aux portraits humanistes que dresse l'auteur. Enfin, les fans parmi les fans du "Dieu du manga" découvriront ici une lecture riche sur bien des points, amorçant la prise de maturité graphique et scénaristique de l'auteur, laissant entrevoir ce que sera le Tezuka des années 70 et 80, et témoignant de son imagination sans limite, chaque nouvelle apportant sa pierre à l'édifice... Rares sont les recueils pouvant s'enorgueillir de posséder des récits tous intéressants. Sous notre atmosphère fait partie de ceux-ci.

Au vu du prix assez élevé, les éditions H se devaient de justifier une dépense de 15€, et y parviennent sans trop de soucis, ce qui n'était au premier abord pas gagné en voyant la couverture simple et qui se salit facilement, ainsi que le format seinen classique. Mais ce serait vite oublier que le recueil comporte 16 histoires pour plus de 320 pages ! Une fois l'ouvrage ouvert, on découvre fort heureusement une très bonne qualité d'impression sur un papier tout à fait satisfaisant, même si un peu transparent. La traduction est particulièrement excellente, vive, fluide, dans le ton de l'oeuvre et des personnages. Le lettrage finit d'appuyer cette bonne impression. On saluera l'excellente postface de Xavier Hébert, traducteur du recueil et spécialiste de Tezuka, qui avait déjà participé à l'élaboration du numéro 2 de la revue Manga 10000 Images. Sur près de 20 pages, il revient ici sur le contexte de l'époque où sont parues les nouvelles, et dresse un véritable portrait de ce que l'on peut dégager du style du mangaka à travers ce recueil. Un plus réellement intéressant, riche en anecdotes, qui apporte réellement quelque chose là où des postfaces ont parfois du mal à se justifier.
Image

Avatar du membre
shun
Messages : 918
Enregistré le : 23 sept. 2004, 21:43

Re: Sous notre atmosphère

Message non lu par shun » 05 janv. 2012, 21:53

Sous Notre Atmosphère

un one shot de nouvelles, l'auteur est très bon dans ce domaine, il le prouve encore ici ( la première est celle qui ma marqué le plus ) avec de très bonnes idées, malheureusement ce tome est de qualité variable, contrairement aux premiers tomes de "histoire pour tous" ( j'en ai lu que 4 pour l'instant ) ou la qualité est souvent au rendez vous.
Groupe facebook de vente manga en Belgique : https://www.facebook.com/groups/1024308 ... 6/?fref=ts

Répondre