Si on parlait ciné?

Ici discutez de tout ce qui ne concerne pas le manga... C'est également ici que vous pouvez vous présenter!
Avatar du membre
Rouge
Messages : 79
Enregistré le : 12 juil. 2010, 17:28
Localisation : Lille

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Rouge » 20 sept. 2012, 08:46

Glass Heart a écrit :
Au moins cette fois, personne ne se plaindra qu'il manque des scènes
J'avoue que ce genre de remarque m'a toujours un peu dérouté quand je les lis (et c'est arrivé souvent par rapport aux films d'Harry Potter). Les livres et les films sont des supports différents, l'un passe par l'écrit, l'autre par l'image. Le livre entre dans l'explication et dans le surdéveloppement, le lecteur crée son propre rythme. Le film a une durée plus limitée et doit adapter le livre afin de trouver sa propre cohérence filmique tout en créant un rythme qui lui soit propre et en évitant les longueurs.

La question n'a jamais vraiment été de savoir s'il manque quelque chose ou pas mais de savoir si le film tient la route en jugeant sur pièces. La manière de raconter les histoires n'est pas la même entre les deux supports, un film ne peut pas être la transposition exacte d'un bouquin, c'est un film avant tout.
Je m'incruste dans la conversation (que je suivais déjà en "fantôme") pour commenter en particulier ce point.

Je fais moi-même parti de ceux que tu cite. En effet, lorsque je connais le livre et que je vois l'adaptation cinématographique, je ne peux m'empêcher de comparer les deux.
Cependant, bien que je sache que "Le film a une durée plus limitée", j'apprécie trèèèèèèèès moyennement le fait qu'on zappe certaines scènes du film. Alors ok, faut pas non plus que le film soit interminable. Mais alors pourquoi supprimer des morceaux de l'histoire d'origine pour en coller d'autres complètement inventés (et fort souvent moisis)? Dans cette situation, l'argument "le film a une durée limitée" se retrouve caduque.

Comme tu l'as si bien fait remarqué, je juge particulièrement les "Harry Potter" pour ça. Et tout comme Luciole, j'ai été étonné d'apprendre que 3 films seraient réalisés pour Bilbo mais j'ai confiance en Peter Jackson. Le seul oubli que j'ai regretté dans LotR fut l'absence de Tom Bombadil.

Pour conclure, je dirais que, globalement, je suis toujours déçu des adaptations. Les seules œuvres que j'ai trouvé remarquables resteront pour le moment LotR et Fight Club.
Alors vivement Bilbo que je puisse me faire un avis.
Image

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Glass Heart » 20 sept. 2012, 13:44

En effet, lorsque je connais le livre et que je vois l'adaptation cinématographique, je ne peux m'empêcher de comparer les deux.
Ce qui est normal évidemment.
Cependant, bien que je sache que "Le film a une durée plus limitée", j'apprécie trèèèèèèèès moyennement le fait qu'on zappe certaines scènes du film. Alors ok, faut pas non plus que le film soit interminable. Mais alors pourquoi supprimer des morceaux de l'histoire d'origine pour en coller d'autres complètement inventés (et fort souvent moisis)? Dans cette situation, l'argument "le film a une durée limitée" se retrouve caduque.

Comme tu l'as si bien fait remarqué, je juge particulièrement les "Harry Potter" pour ça.
En fait, mon argument principal sur ce point, ce n'est pas tellement la durée limitée (même si ça joue aussi), c'est surtout la nécessité d'adapter l'histoire du bouquin lors du passage en film.

Tu cites l'exemple de Tom Bombadil. Je pense que c'est un très bon exemple car ça illustre justement ce que je veux dire. Tom Bombadil, c'est un passage du bouquin qui contribuait à développer l'univers de la Terre du Milieu mais qui restait en marge de l'histoire principale, qui ne la faisait pas avancer. Les films racontent avant tout l'histoire de la guerre de l'anneau et ils ont supprimé les passages qui n'étaient pas jugés nécessaires.

Je pense aussi à la dernière bataille des hobbits à leur retour dans la Comté, un de mes passages préférés des bouquins mais qui a été supprimé dans les films (ou, pour être exact, qui a servi de futur alternatif que Galadriel montrait à Frodon dans le miroir). C'était une excellente intrigue là encore, mais à ce stade l'histoire de la guerre de l'anneau était déjà finie, c'était davantage une intrigue supplémentaire pour compléter l'univers et Peter Jackson a choisi de rester focaliser sur la guerre de l'anneau (le film se termine sur la destruction de l'anneau, avec une conclusion simple après).

Ce que je veux dire, c'est que le film n'est pas la simple retranscription du bouquin, il en reprend l'histoire mais après il doit choisir comment la raconter et, à partir de là, trouver sa propre voie. Peter Jackson a choisi que sa trilogie du Seigneur des Anneaux traiterait de la guerre de l'anneau et son travail d'adaptation a été de rester focalisé sur les événements essentiels de l'intrigue principale, parfois en modifiant des passages, et le résultat est excellent.

Après, si on entre plus dans l'aspect technique, il y a la question du rythme. Le montage d'un film est travaillé en fonction de son rythme et cela justifie parfois de retirer des scènes. Un film mal rythmé ennuierait profondément le spectateur (quand je dis "mal rythmé", ça n'a rien à voir avec la longueur d'un film. Un film d'1h mal rythmé paraîtra plus long et ennuyeux qu'un film de 3h dont le rythme est maîtrisé). C'est pour cela aussi que, dans l'adaptation, ils prennent aussi des libertés dans l'écriture des scènes, afin de condenser le plus possible l'histoire pour éviter d'imposer une surcharge de scènes dispensables au montage final quand ils peuvent résumer ça plus simplement ou se passer de certains éléments.

Pour finir, ça revient sur ce que je disais plus tôt, c'est que le bouquin et le film sont deux supports différents, avec des manières de raconter différentes, et un film (du moins un "bon" film) ne peut pas être une simple transposition scène par scène d'un bouquin. Le travail d'adaptation est important car c'est vraiment lui qui détermine pour moitié comment l'histoire de l'oeuvre originale va être racontée (l'autre moitié tenant à des aspects plus techniques liés à la réalisation car, au final, la narration passe surtout par l'image).
Pour conclure, je dirais que, globalement, je suis toujours déçu des adaptations. Les seules œuvres que j'ai trouvé remarquables resteront pour le moment LotR et Fight Club.
Ou, de manière plus générale, il y a l'oeuvre d'origine (le bouquin) et son "remake" (le film), puisque le film réinvente l'histoire. Après, c'est un fait que les fans ont souvent tendance à préférer l'oeuvre originale, celle pour laquelle l'univers et l'histoire ont été conçues, mais il y a aussi des cas où les deux se valent et où les films sont estimés à leur juste valeur "en tant que films": Le Seigneur des Anneaux, Blade Runner, Le Silence des Agneaux, Psychose...

Ce que je veux dire, c'est que je comprends que les fans qui aiment une oeuvre soient déçus quand ils voient une adaptation qui ne reprenne pas l'ensemble des éléments du bouquin qu'ils ont aimé, mais d'un point de vue cinématographique je sais que ce n'est pas possible (ou du moins vraiment pas conseillé), les supports sont différents, les manières de raconter l'histoire sont différentes, et il y a tout un travail qui est opéré en coulisses pour rendre l'histoire du bouquin adaptable en film. Sauf de rares cas où des réalisateurs comme Peter Jackson ou Ridley Scott réussissent à imposer des univers filmiques forts à leurs films, les fans auront naturellement tendance à préférer l'oeuvre originale par rapport à l'adaptation.

Après, de mon côté, je suis actuellement en train de regarder actuellement une série animée appelée Fullmetal Alchemist qui prend de grosses libertés par rapport au manga original tout en s'en inspirant clairement (du moins pour le moment) et je trouve le travail d'adaptation opéré sur cette série vraiment impeccable, un compromis parfait entre la fidélité à l'oeuvre originale et la part de liberté que la série prend pour raconter les choses à sa manière. Et le résultat est tout simplement fabuleux au stade où j'en suis (vers l'épisode 28/29), limite plus fort que l'oeuvre originale sur certains passages. Mais je me demande ce que les fans en pensent vu que la série prend quand même de sacrées distances en réinventant la plupart des intrigues.
Modifié en dernier par Glass Heart le 21 sept. 2012, 12:33, modifié 2 fois.

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Glass Heart » 20 sept. 2012, 15:19

La bande-annonce du film Le Hobbit: Un Voyage Inattendu en VF:

WW8I4iX7lf8

Un point intéressant auquel je n'avais pas pensé: il y a trois films et on sait que Peter Jackson va ajouter pas mal de choses pour développer davantage la mythologie propre aux six films. On sait que Benedict Cumberbatch incarnera le dragon Smaug mais aussi le Nécromancien, et les noms des films semblent sous-entendre que le deuxième film tournerait autour de la défaite du dragon Smaug tandis que le troisième tournerait autour du voyage retour.

[spoiler]Et si en fait Smaug était vaincu à la fin du deuxième film et que le troisième tournait davantage autour des origines du Seigneur des Anneaux ? Le Nécromancien (Sauron) pourrait devenir l'adversaire contre lequel lutterait Gandalf dans le dernier film, et annoncer ainsi la menace qu'il incarnera dans Le Seigneur des Anneaux.[/spoiler]

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Glass Heart » 20 oct. 2012, 21:13

rtBl2nidiS4

Bon, vu Astérix !

Je n'en attendais pas grand chose de ce film après l'atroce bouse de Thomas Langmann. Et finalement, plutôt une bonne petite surprise dans l'ensemble, même si le film n'est pas totalement une réussite.

Le gros point positif, et là c'est une première pour un film d'Astérix, c'est la réalisation. On a enfin l'impression de voir un vrai film live d'Astérix avec une réalisation assez travaillée, une photographie convaincante et des décors qui ne font pas toc. Après, il reste un côté BD mais mieux maîtrisé que dans les films précédents et qui est surtout accentué par la 3D.

Le scénario tente une approche plus fidèle de la BD en racontant avant tout une histoire (plus qu'une suite de sketchs comme Mission Cléopâtre) et l'humour est ma foi assez subtil, ce n'est pas les gros gags des opus précédents (malgré un "Je suis ton père" poussif qui n'a rien à faire là). Maintenant, en faisant subtil, on prend le risque que le public ne capte pas, et effectivement ça ne riait pas beaucoup et, au bout d'un moment, le film accusait certaines longueurs. Reste que les gags visuels sont de loin les meilleurs du film.

Le problème vient plutôt de l'enchaînement des événements qui, pour ceux qui connaissent l'histoire de la BD et du film d'animation, paraitra vite un peu superficiel en dépit de quelques excellentes séquences (la scène du Sanglier Bouilli est de loin supérieure à la scène de la BD, un hommage superbe à La Grande Vadrouille). A l'inverse, quelques scènes sont complètement sabordées (toute la séquence des tonneaux, moment phare de l'histoire originale, qui est complètement gâchée dans le film).

Enfin, des libertés ont été prises par rapport à l'histoire originale pour approfondir l'évolution psychologique des personnages, notamment la bataille finale qui prend un sens totalement différent de la BD.

Du point de vue des personnages, les scénaristes ont fait de véritables efforts pour essayer de les rendre plus intéressants qu'ils ne sont dans la BD. La grande thématique du film, c'est le passage à l'âge de raison et chacun des quatre personnages y passe. Si Goudurix est le jeune qui illustre le mieux cette idée, Jolitorax y est également soumis avec une histoire de romance sympathique (et toujours plus convaincante que la romance de l'opus de Langmann).

L'approche des deux personnages principaux est aussi intéressante dans l'idée avec une remise en question de leur relation, Astérix ne supportant plus le train de vie quotidien de la vie à deux et exprimant sans détour son mépris et sa pitié pour l'esprit simplet d'Obélix qui a du mal à le suivre dans ses raisonnements, se sentant supérieur intellectuellement. Là, l'humour subtil des scénaristes fait merveille car, dans ces moments tendus, les remarques les plus simples d'Obélix s'avèrent extrêmement perspicaces.

Tout le long du film, les deux personnages sont amenés à s'interroger sur leur relation et à décider s'ils doivent ou non se séparer pour faire chacun leur vie de leur côté et si cela met leur amitié en péril. Si Astérix a à présent envie de draguer les filles pour se bâtir un véritable avenir, il n'y a aucun succès et c'est ironiquement son compagnon qui finit par trouver quelqu'un, engendrant une jalousie qui empire encore les choses.

Si cette dimension permet de donner une certaine cohérence à cette aventure, soyons honnêtes, ça reste tout de fois très classique mais ça réserve quelques moments d'humour sympathique et, surtout, on ne s'attend pas à voir le duo dans ce genre de situation ce qui apporte un peu d'inédit.

Du côté des acteurs, Depardieu est meilleur que jamais en Obélix et il a une excellente alchimie avec Edouard Baer, le seul interprète d'Astérix jusque là à lui rendre la répartie aussi efficacement. Baer est des trois celui qui se rapproche le plus d'un véritable Astérix, ayant beaucoup plus de présence que ses prédécesseurs et jouant mieux sur les différentes facettes du personnage.

Après, le reste varie. Guillaume Gallienne est excellent en Jolitorax, plein de dérision, de même que Fabrice Luchini assez jubilatoire en César complètement mégalo (Luchini est nettement plus enclin à se livrer dans l'auto-dérision que ne le faisait Alain Delon). Vincent Lacoste ne m'a pas trop convaincu par contre, ayant eu à jouer une caricature de "d'jeuns" ridicule en laquelle lui-même ne semble pas croire.

Même Charlotte Lebon et Valérie Lemercier apportaient des présences assez plaisantes dans le film, apportant une dose d'humour et de bons sentiments sans jamais tenter d'en faire trop.

Les normands, par contre, ne servent strictement à rien et Dany Boon est l'acteur le plus insupportable du film, en faisant des tonnes. De même, Gérard Jugnot en chef pirate apparait à peine et ne marque pas vraiment.

Une petite pensée pour Michel Duchaussoy, immense acteur qui nous a quitté récemment et dont c'est l'une des dernières apparitions à l'écran. Malheureusement, il apparaissait déjà très affaibli physiquement dans son unique scène.

Enfin, on n'en parle pas beaucoup dans la promo, mais Atmen Kelif en personnage d'immigré qui se retrouve embarqué malgré lui dans les mésaventures des gaulois apporte une présence humoristique appréciable en dépit d'un rôle qui aurait pu être malvenu (je veux dire par là que l'idée de base n'est pas terrible, mais l'acteur a réussi à en faire quelque chose qui apporte un petit plus au film).

Bref, dans l'ensemble, un film loin d'être parfait et qui laisse un peu sur la fin sur certains aspects, mais néanmoins un très net progrès par rapport aux trois films précédents. Ce film regroupe à lui seul plusieurs des meilleurs éléments (et de loin) que j'ai vu dans un film d'Astérix, même s'il est loin d'être parfait pour autant et qu'il joue moins sur l'humour que les deux opus précédents.

Mais il m'a néanmoins convaincu qu'il était possible de faire un vrai film d'Astérix à partir de ces éléments. Déjà là, le film se veut plus sincère, moins bling-bling et il évite de sombrer dans la comédie populaire popularisée dans la saga par l'opus de Chabat. Les intentions étaient là, les ambitions aussi, et si tout n'est pas réussi, l'effort est louable et le résultat est plutôt sympathique dans l'ensemble. Reste que ceux qui s'attendent à un nouveau Mission Cléopâtre risquent d'en sortir déçus car le film s'éloigne considérablement de ça.

Avatar du membre
Luciole21
Génie lambda
Messages : 1152
Enregistré le : 17 janv. 2012, 22:26
Localisation : Inconnue

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Luciole21 » 21 oct. 2012, 23:26

Put*** O_O

Je viens de voir "La vague" et c'est la seul réaction possible. A voir :arrow:
Image

Dernier coup de cœur manga : Chiisakobe (Minetaro Mochizuki)
Dernier coup de cœur franco-belge : Septs Nains (Lupano)
Dernier coup de cœur comics : Bone (Jeff Smith)
Dernier coup de cœur roman : La horde du contrevent (Alain Damasio)
Dernier coup de cœur film : Perfect Sense
Dernier coup de cœur jeux vidéo : Portal 2

Platineur débutant : http://www.psthc.fr/profil-psn-Coeluli. ... c7dbc3d294

Avatar du membre
Unmei
Messages : 14
Enregistré le : 24 sept. 2012, 16:21

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Unmei » 22 oct. 2012, 19:47

Luciole21 a écrit :Put*** O_O

Je viens de voir "La vague" et c'est la seul réaction possible. A voir :arrow:
Si tu parles bien du film allemand, je l'ai vu l'année dernière et effectivement c'est vraiment un film à voir ! Pour ceux qui ne pourraient le voir il existe aussi en livre ;)
Image

Avatar du membre
Luciole21
Génie lambda
Messages : 1152
Enregistré le : 17 janv. 2012, 22:26
Localisation : Inconnue

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Luciole21 » 22 oct. 2012, 21:05

Unmei a écrit :
Luciole21 a écrit :Put*** O_O

Je viens de voir "La vague" et c'est la seul réaction possible. A voir :arrow:
Si tu parles bien du film allemand, je l'ai vu l'année dernière et effectivement c'est vraiment un film à voir ! Pour ceux qui ne pourraient le voir il existe aussi en livre ;)
J'ai également lu la bande dessinée, mais elle est loin d'avoir le même impact que le film.
Image

Dernier coup de cœur manga : Chiisakobe (Minetaro Mochizuki)
Dernier coup de cœur franco-belge : Septs Nains (Lupano)
Dernier coup de cœur comics : Bone (Jeff Smith)
Dernier coup de cœur roman : La horde du contrevent (Alain Damasio)
Dernier coup de cœur film : Perfect Sense
Dernier coup de cœur jeux vidéo : Portal 2

Platineur débutant : http://www.psthc.fr/profil-psn-Coeluli. ... c7dbc3d294

Avatar du membre
Raimaru
Space Cowboy
Messages : 1689
Enregistré le : 16 janv. 2010, 16:37
Localisation : Fensch Vallée

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Raimaru » 22 oct. 2012, 21:08

La Vague, je l'ai vu en cours d'Allemand quand j'étais au lycée. Depuis le collège, mes profs d'Allemand essaient d'initier leurs élèves aux cinéma germanophone. C'est ainsi que j'ai également vu la Vie des Autres en vo et... Funny Games :lol:

Le prof qui nous a passé Funny Games avait 23 piges et venait de sortir de ses études, il avait encore l'esprit djeuns, ça doit pour ça :arrow:
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9973
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Koiwai » 22 oct. 2012, 21:12

Aaaah, les cours d'allemand... En trois années d'allemand au lycée, j'ai vu trois fois Goodbye Lenin :lol:
C'est devenu l'un de mes films préférés, pendant que la langue allemande en elle-même devenait celle que je déteste le plus au monde :arrow:
Image

Avatar du membre
Raimaru
Space Cowboy
Messages : 1689
Enregistré le : 16 janv. 2010, 16:37
Localisation : Fensch Vallée

Re: Si on parlait ciné?

Message non lu par Raimaru » 22 oct. 2012, 21:16

Eeeet, j'ai oublié Good Bye Lenin que j'ai également vu à cette occasion. De tous ces films, c'est celui qui m'a le moins marqué. La Vague m'avait aussi laissé un peu sur ma faim (pas super super réaliste dans le fond, que tout le monde pète les plombs et remettent leur vie en cause en une seule semaine). La Vie des Autres, par contre, c'est un putain de chef d’œuvre, si vous l'avez pas vu, courrez !
Image

Répondre